mardi 24 octobre 2017
Auto
 
Auto - Tout savoir sur le sport automobile - Article du : 28/04/2014
Sommaire article
Autres dates historiques La Fédération Internationale de l’Automobile
La Fédération Française du Sport AutomobileLes trois principaux types d’épreuves
La Formule 1Quelques dates concernant les évolutions techniques
Attribution des pointsFormule 3000
Formule 3La course d’endurance
Les 24 Heures du MansLes 24 Heures de Daytona
RallyesRallye-Raid
KartingLes courses sur glace
Le sport automobile aux Etats UnisLes 500 miles d’Indianapolis
Champcar World SeriesLes circuits
DragstersNascar (National Association for Stock Car Auto Racing)

 AUTOMOBILE

 

 

 

Le moteur à quatre temps fut inventé par l’Allemand Nikolaus Otto aux alentours de 1880. Il marqua la naissance des sports mécaniques. Quelques années plus tard, son compatriote et assistant, Gottlieb Daimler inventa l’Einspur, la première motocyclette.

La première automobile de série, la Motor-Wagen (tricycle), a été construite par l’Allemand Karl Benz en 1885. Elle était équipée d’un moteur à explosion. Sa vitesse ne dépassait pas les 15 km/h.

La première course d’automobile reconnue a eu lieu le 22 juillet 1894 entre Paris et Rouen sur une distance de 126 km. Une grande journée pour le sport automobile et les 102 concurrents inscrits avec leurs véhicules à pétrole et à vapeur. Peugeot et Panhard-Levassor partageaient le premier prix avec Bouton et De Dion. La vitesse moyenne : 17,78 km/h !

Les premières compétitions sportives furent organisées par l’Automobile Club de France, le premier club automobile qui se soit constitué, en octobre 1895, à l’instigation du marquis de Dion. Ils organisèrent le premier Grand Prix en 1906 sur le circuit de la Sarthe au Mans. Par la suite, se constitua un organisme international des auto­mo­biles Clubs (A.I.A.C.R.) qui devait en 1904 prendre le nom de Fédération internationale de l’automobile.A cette époque-là, de célèbres courses de ville furent organisées comme Paris-Berlin en 1901, Paris-Vienne en 1902 et Paris-Madrid en 1903.

  dessin

Le 18 décembre 1898, le comte Gaston de Chasseloup-Laubat détient le premier record officiel de vitesse avec 63,154 km/h (voiture : Jeantaud) à Achères, près de Paris. Un peu plus tard en avril 1899 également à Achères, le Belge Camille Jenatzy franchit la barre des 100 km/h (soit 105,882 km/h) avec sa voiture électrique “ La Jamais-Contente’.

Autres dates historiques

- 1909 : Victor Hémery franchit la barre des 200 km/h : 202,653 km/h (Benz) à Brooklands GBR.

- 1927 : Henry O’Neil de Hane Segrave franchit la barre des 300 km/h : 327,901 km/h (Sunbeam) à Daytona USA. - 1932 : Malcolm Campbell franchit la barre des 400 km/h : 408,634 km/h (Napier-Campbell Bleubird) à Daytona USA. - 1937 : George Eyston franchit la barre des 500 km:h : 502,008 km/h (Thunderbolt) à Bonneville USA. - 1947 : John Rhodes Cobb franchit la barre des 600 km/h : 634,261 km/h (Railton Mobil Special) à Bonneville USA. - 1964 : Craig Breedlove franchit la barre des 700 km/h le 13 octobre : 754,168 km/h (Spirit of America) à Bonneville USA. Deux jours plus tard, Craig Beedlove franchit la barre des 800 km/h : 846,784 km/h (Spirit of America). - 1965 : Arthur Art Arfons franchit la barre des 900 km/h : 927,673 km/h (Green Monster) à Bonneville USA. - 1970 : Gary Gabelich franchit la barre des 1000 km/h : 1014,294 km/h (Blue Flame) à Bonneville USA. - 1997 : Andrew Green atteint la barre des 1200 km/h : 1233,596 km/h (Thrust SSC3) à Black Rock Desert USA

 

La Fédération Internationale de l’Automobile(FIA ; Fédération Internationale du Sport Automobile ou FISA avant 1993) fut créée en 1904 et compte quelque 222 pays membres. Présidée de 1991 à 2009 par le britannique Max Mosley, c'est le Français Jean Todt qui a été élu fin octobre pour un mandat de quatre ans.

 dessin

La Fédération Française du Sport Automobile

Fondée en 1952, la Fédération Française du Sport Automobile est l’une des fédérations sportives nationales agréées par le Ministère des Sports.

La FFSA a pour objet d’organiser, de diriger et de développer la pratique du sport automobile et du karting en France.

La FFSA est administrée, pour des mandats d’une durée de quatre ans, par un Comité Directeur de 30 membres élus par les représentants à l’Assemblée Générale des associations affiliées. Le Président de la Fédération est issu de ce Comité Directeur et est également élu par les représentants à l’Assemblée Générale.

Membre de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), la FFSA est une de ses Associations Sportives Nationales les plus représentatives et les plus dynamiques. Organisatrice, entre autres épreuves internationales, d’une manche du Championnat du Monde des Rallyes, la FFSA veille particulièrement à son positionnement sur l’échiquier international.

Par ailleurs, la FFSA dispose avec l’Auto Sport Academy d’un centre dédié à la formation des jeunes pilotes, des mécaniciens, des moniteurs de pilotages… et largement orienté vers l’international.

Les membres de la FFSA sont les Associations Sportives Automobiles (ASA) et les Associations Sportives de Karting (ASK), lesquelles sont obligatoirement rattachées à l’un des 20 Comités Régionaux de Sport Automobile (CRSA) ou à l’une des 17 Commissions Régionales de Karting (CRK) en fonction de la discipline.

En liaison permanente avec ces structures régionales et locales, l’administration de la FFSA se décompose en sept grands pôles : Règlementation, Développement, Karting, Direction Technique Nationale, Juridique, Vie Fédérale, Administratif et financier.

Les trois principaux types d’épreuves sont :

- Vitesse en circuit fermé 

- Courses de côte 

- Rallyes

 

La Formule 1

Discipline reine du sport automobile, la Formule 1 est théoriquement la seule à pouvoir se targuer du titre de “Grand Prix”. A travers les années, les voitures ont subi beaucoup de changements. De nos jours la Formule 1 est :

une voiture en fibre de carbone et aluminium d'environ 640 kg avec un moteur V8 de 2,4 l de 760 chevaux. Les bolides peuvent atteindre la vitesse maximale de 349 km/h. Elle met 2s5 pour atteindre les 100 km/h. En 2011, 12 écuries avec des budgets oscillant entre 30 et 250 millions d'euros avec 24 pilotes engagés disputent le championnat du monde avec une vingtaine de Grand Prix.

 

L'appellation Grand Prix

En 1900, l'Automobile Club du Béarn, organise une course de voitures appelée « Circuit du Sud-Ouest » sur un tracé de plus de 340 km effectuant le parcours Pau-Tarbes-Bayonne-Pau.
Cette première édition réservée aux « Heavy Cars » est remportée par le chevalier de Knyf.
En 1901, l'Automobile Club du Béarn organise une course, sur le même tracé, qui s'appelle désormais « Grand Prix », remportée par Maurice Farman.
De nouvelles catégories de voiture apparaissent, les « Light Car », dont la course est remportée par Henri Farman et les « voiturettes » remportée par Louis Renault.
Cette épreuve est la première dénommée Grand Prix en 1901, et elle compte comme étant l'ancêtre du Grand Prix de Pau. A cette époque, la Formule 1 n'existait pas. Le nom Grand Prix vient des épreuves hippiques organisées depuis 1879 sur l'hippodrome de Pau. L'épreuve reine appelait Grand Prix de Pau. L'appellation 'Grand Prix' est restée quand le championnat du monde de F1 a été créé en 1950.
 

 

 

 dessin

Créé en 1950, le Championnat du Monde de Formule 1 a fêté ses 50 ans en 2000. Le Grand Prix qui a inauguré le championnat du monde a été le Grand Prix de Silverstone en Grande-Bretagne qui a eu lieu le 13 mai 1950 (vainqueur : Nino Farina sur Alfa Romeo). Le premier champion du monde sacré fut l’Italien Giuseppe 'Nino' Farina sur Alfa Romeo en 1950. Depuis, chaque saison, entre 15 et 20 épreuves se disputent pour l’attribution des titres de champions du monde des constructeurs et des conducteurs. Les différents circuits de F1 mesurent entre 3 (Monaco) et 7 km (Spa).

 

 

Un Grand Prix de F1 ne doit pas dépasser les deux heures. La distance d’un GP ne doit pas dépasser les 305 km.

dessin

Quelques dates concernant les évolutions techniques

1957 : L’introduction du moteur arrière installé sur une Cooper-Climax conduit par Jack Brabham à Monaco avec une première victoire en 1958 en Argentine signée Stirling Moss.

1962 : L’Anglais Colin Chapman invente le monocoque d’aluminium. Le pilote y est allongé avec les bras plus tendus qu’avant.

1967 : Introduction du premier moteur “ porteur ”, le Ford-Cosworth mis au point par deux ingénieurs anglais, Keith Duckworth et Mike Costin et commercialisé sur la recommandation de Colin Chapman par l’écurie Ford.

1968 : Les ailerons font leur apparition sur les Ferrari permettant une meilleure motricité et un passage plus vite en virage.

1971 : Grâce à Firestone, les pneus deviennent lisses améliorant ainsi les performances. Afin de réduire la vitesse, les rainures furent introduites en 1998.

1977 : Le patron de Lotus, Colin Chapman invente le “wing-car”, la première F1 à effet de sol. Mario Andretti remporte une première victoire cette année-là à Long Beach.

1977 : Grâce aux ingénieurs de Renault (Bernbard Dudot, Jean-Pierre Boudy), les moteurs turbo conquièrent la F1. La première victoire est signée par Jean-Pierre Jabouille  cette même année.

1982 : L’ingénieur anglais John Barnard de l’écurie McLaren met au point la coque en carbone.

1989 : Grâce à John Barnard qui travaille désormais chez Ferrari, la boîte de vitesse devient semi-automatique (le pilote n’utilise plus l’embrayage). On lui doit également les freins en carbone.

1990-2000 : La technologie remplace la mécanique. La F1 entre dans le monde de l’informatique. Les moteurs atmosphériques sont de retour.

Attribution des points

Nouveau barème de points depuis la saison 2010.

La FIA a proposé la répartition suivante : 25 points (au lieu de 10) récompenseraient le vainqueur d'un Grand Prix, 20 points (au lieu de 8) pour le deuxième et 15 points pour le troisième (au lieu de 6) puis 10, 8, 6, 5, 3, 2 et 1. Ce système attribue donc des points aux dix premiers (huit avant), cela pour répondre à la hausse du nombre d'écuries engagés (13 au lieu de 10 en 2009). 
A la fin de la saison, le pilote et l’écurie totalisant le plus de points gagnent le championnat du monde des conducteurs et des constructeurs.

La répartition des points a subi un nouveau changement depuis 2011.

1er – 25 points
2e – 18 points
3e – 15 points
4e – 12 points
5e – 10 points
6e – 8 points
7e – 6 points
8e – 4 points
9e – 2 points
10e – 1 point

La F1 en 2013 est :
- Carrosserie : monoplace ouverte
- Poids : 642 kg à vide
- Moteur : V 6 atmosphérique de 2,4 l.
- Transmission : aux roues arrière
- Puissance : environ 750 chevaux
- 0 à 100 km/h : en environ 3 secondes

 Formule 3000

Bien qu’elle dispute un championnat “Intercontinental”, elle n’est en fait implantée pour le moment qu’en Europe, où elle a débuté en 1985 à Silverstone. Le championnat se dispute entre des voitures monoplaces sur des circuits fermés dans des conditions similaires à celles de la Formule 1. La formule 3000 avec ses coûts réduits est considérée comme une sorte d’école de la Formule 1. Issues du milieu de karting, la plupart des pilotes de Formule 3000 ont d’ailleurs pour but de passer en F1. La F3000 est venue remplacer la Formule 2, qui survit encore au Japon. Elle a été créée à l’instigation du président de l’ Association des Constructeurs de F1, Bernie Ecclestone, et elle est très proche de la Formule 1 du temps des moteurs turbo compressés. C’est ainsi que la grande majorité des voitures sont propulsées par l’ancien moteur Ford-Cosworth DFV qui a remporté 155 victoires en Grands Prix. 

Depuis 2005, les séries GP2 (monocoques en fibre de carbone ; vitesse maximale 320 km/h ; 2,95 secondes à atteindre les 100 km/h, 6,70 secondes à atteindre les 200 km/h) remplacent à leur tour la Formule 3000.

 

Formule 3

La troisième formule internationale de monoplaces est la Formule 3, créée au début des années 50. Il s’agit de monoplaces dont le moteur, dérivé de la série, possède une cylindrée de 2 litres également, mais dont la puissance est limitée par une bride de 24 mm sur 3 mm disposée sur le système d’admission. Cette particularité permet d’accroître la longévité des moteurs, donc de réduire le coût. La Formule 3 est particulièrement présente en Europe, spécialement en Grande-Bretagne.

 

En 1997, Soheil Ayari , champion de France de F3 en 1997, fut le premier français à figurer au palmarès du prestigieux et spectaculaire Grand Prix F3 de Macao (un circuit très rapide en pleine ville). Senna l’a remporté en 1983, Michael Schumacher en 1990, Coulthard en 1992 et Ralf Schumacher en 1995. D’autres vainqueurs français : Tristan Gommendy en 2002, Nicolas Lapierre en 2003 et Alexandre Prémat en 2004 

La course d’endurance

 

Les épreuves d’endurance sont nées en France, en 1923, avec la première édition des 24 Heures du Mans. Cette course était destinée à fournir des enseignements aux constructeurs et par conséquent réservée à des voitures à quatre places produites en série. Depuis, ce thème a été souvent évoqué lors de la rédaction du règlement, mais on peut dire que les épreuves d’endurance, depuis plusieurs années, sont disputées par des voitures construites spécialement pour la compétition, dont les performances sont infiniment supérieures à celles des voitures de tourisme. Ces voitures sont en revanche toujours biplaces et comportent des ailes enveloppant les roues. Elles sont également équipées de phares et de feux de signalisation.

Le championnat du monde d’endurance se déroule sur trois types d’épreuves : les Sprints (180 km avec un pilote ou 360 km avec 2 pilotes), 1000 km ou 24 heures. Seules ces deux dernières peuvent compter pour le championnat du monde des marques.

L’épreuve reine de la saison, est évidemment les 24 Heures du Mans. D’autres grandes classiques sont les 1000 km de Monza, de Silverstone, de Daytona, du Nürburgring, de Spa et désormais de Fuji au Japon, où les spectateurs viennent en nombre considérable.

 Les 24 Heures du Mans

Courues depuis 1923, les 24 H du Mans étaient destinées à fournir des renseignements aux constructeurs et par conséquent réservées à des voitures à quatre places produites en série.

Les 24 Heures du Mans se déroulent traditionnellement au mois de juin (seule exception, l’année 1968).

Le départ en est donné le samedi à 15 ou 16 heures. Ce fut longtemps l’épreuve sportive automobile française la plus renommée, mais elle a perdu beaucoup de sa popularité depuis que les organisateurs ont tenté d’introduire dans leur règlement, en 1975, une limitation de consommation. Cette mesure fut annulée dès l’année suivante : la course avait été désertée par les spectateurs. Ils ne sont jamais revenus en quantités équivalentes à celles qui furent enregistrées lors des fameux duels Ford/Ferrari en 1966-1967. Les 24 Heures furent endeuillées en 1955 par un très grave accident, qui coûta la vie à plus de cent spectateurs et au pilote Pierre Levegh, dont la Mercedes avait franchi les protections. Un très gros effort a été fait depuis pour assurer la protection du public. Le nombre des concurrents est limité à 55.

 

Les 24 Heures de Daytona

Cette grande classique d’endurance a été créée en 1962 avec comme premier vainqueur l’Américain Dan Gurney sur Ford.

Record de victoires : 5 par Hurley Haywood entre 1973 et 1991 ; 4 par Bob Wollek entre 1983 et 1991, Pedro Rodriguez dans les années 60/70 et Peter Gregg dans les années 70 ; 3 par Derek Bell entre 1986 et 1989 et Rolf Stommelen dans les années 70/80.

 

Rallyes

dessin

Le rallye est une course sur route où les équipages parcourent trois étapes en trois jours du vendredi au dimanche. Ils empruntent le même itinéraire sur routes ouvertes, à des horaires précis les conduisant au départ des épreuves spéciales sur routes fermées. Dans les spéciales, ils s’élancent les uns après les autres, à intervalles réguliers, contre le chronomètre. L’addition des temps de chacun, appelés ‘temps scratches’ donne le classement général. Les écuries alignent deux voitures par rallye. Les pilotes doivent respecter le code de la route, un horaire imposé avec des postes de contrôle mis en place sur le parcours inconnu des participants.

 

On compte deux championnats du monde des rallyes (WRC ou world rallye car), l’un ouvert aux constructeurs, l’autre aux conducteurs. L’attribution des points est identique à celle de la F1 : les huit premiers de chaque épreuve marquent des points (au lieu de six avant 2003) : 10 points au 1er, 8 pts au 2e, 6 pts au 3e, 5 pts au 4e, 4 pts au 5e, 3 pts au 6e, 2 pts au 7e et 1 pt au 8e.

 

Une WRC en 2013 est :
- Carrosserie : berline fermée biplace
- Poids : 1 200 kg
- Moteur : 4 cylindres en ligne turbo-compressé de 1,6 l.
- Transmission : intégrale
- Puissance : environ 315 chevaux
- 0 à 100 km/h : en environ 3,9 secondes
 

 

Rallye-Raid

 

Raid : Long parcours destiné à mettre en valeur la résistance du matériel et l'endurance des participants


Il s’agit de rallyes où la notion d’aventure prend la primauté sur les performances proprement dites. Le trajet en est nécessairement très long.

 

Le premier raid date de 1907, il reliait Pékin à Paris et le vainqueur parmi les 5 concurrents en fut le prince Italien Scipion Borghèse sur une 40 CV Itala. Il parcourait la distance de 12 000 km en 44 jours (en 1989, une expédition commémorative a été organisée sur le même trajet, à bord de l’authentique Itala).

Les épreuves rallye/raid de la Coupe du Monde :

Le Dakar - Baja Italienne - Tunisie – Atlas Maroc - Pharaons - Baja Portugaise - Baja Espagnole – Cappadoce Rallye (remplaçant le Master Rallye et le Paris-Pékin) - Argentine - Dubaï.

 

Karting 

Le go-kart est apparu dans une base de l’armée américaine dans les années 50 (fabriqué avec des moteurs de tondeuses à gazon et des roues d’avions). La vitesse moyenne se situe autour de 170 km/h.

Le championnat du monde élite ou ‘Formule A’ se dispute entre des engins d’un poids minimal de 150 kg, équippé d’un moteur 100 cm3 de 32 chevaux.

Quelques noms célèbres du karting : Riccardo Patrese , Alain Prost , Ayrton Senna , Michael Schumacher , Rubens Barrichello , Christian Fittipaldi , Olivier Panis , Jean-Christophe Bouillon.

Cinq français sont devenus champions du monde en kart :

Eric Gassin en 1987, Emmanuel Collard en 1988, David Terrien en 1993, Jean-Christophe Ravier en 1995 et Franck Perrera en 1999 (à l’âge de 15 ans seulement !)

Les courses sur glace

Elles ont été lancées en France en 1970 par le chamoniard Jean Brissaud qui organisa sur un parking la ronde hivernale dans la vallée du Mont-Blanc. D’autres courses ont eu lieu à Serre-Chevalier et Lans-en-Vercors. Actuellement, les deux principales courses françaises sont les 24 Heures de Chamonix, la première course d’endurance en peloton créée en 1970, et le Trophée Andros avec 8 épreuves individuelles de sprint contre la montre depuis 1990. La vitesse sur glace peut atteindre 130 km/h. 

Le sport automobile aux Etats Unis 

Les États-Unis sont le pays où l’activité sportive est la plus importante et la plus variée. Plusieurs milliers de courses ont lieu chaque année parmi lesquelles la populaire série ‘Champcar World Series’ (ancien Cart ou Championship Auto Racing Teams). Ce championnat est né grâce aux manufacturiers automobiles américains voulant promouvoir leurs produits. Ils se sont mis en contact avec l’AAA (American Automobile Association) afin de créer un championnat.

La grande spécialité américaine est la course sur pistes ovales, illustrée par les fameux 500 Miles d’Indianapolis, l’épreuve automobile créée en 1911, qui attire le plus de spectateurs au monde dans une même enceinte (plus de 400 000) le dernier week-end de mai. Sur un circuit de 4 km (« Brickyards ») à parcourir 200 fois, 33 pilotes, qui se sont qualifiés au cours des deux week-ends précédents, atteignent des vitesses prodigieuses (ex : une tour en course effectuée en 1990 par E. Fittipaldi à 363 km/h). Ils disposent de monoplaces dont le moteur (généralement une Cosworth V8 turbo compressé) d’une cylindrée de 2,65 litres développe plus de 750 ch, malgré une pression de suralimentation limitée par le règlement à 1,7 bar grâce à un carburant à base d’alcool (du méthanol). Le circuit d’Indianapolis présente l’originalité d’être resté le même (au revêtement près, il s’agissait de briques à l’origine) depuis sa première édition.

Les 500 miles d’Indianapolis

- les recordmen de victoires dans cette épreuve mythique avec 4 succès chacun A. J. Foyt (1961, 64, 67, 77), Al Unser (1970,71, 78 et 87) et Rick Mears (1979, 84, 88, 91)

- le record des pole-positions est détenu par Rick Mears avec 6 poles suivis par A.J. Foyt et Mario Andretti avec 4 poles.

- les vainqueurs français : Jules Goux sur Peugeot en 1913 ; Rene Thomas sur Delage en 1914 ; Gaston Chevrolet sur Monroe en 1920.

 

Champcar World Series (Cart ou Championship Auto Racing Teams avant 2003)

 

C’est la « F1 américain", fondé en 1978. Un désaccord survenu en 1997 entre la série CART et les organisateurs des 500 Miles d’Indianapolis a eu pour conséquence la création de la Indy Racing League, un championnat parallèle disputé sur pistes ovales (quinze aux Etats-Unis incluant les 500 Miles d’Indianapolis plus un au Japon). 

Champ Car (abréviation de Championship Car) est un terme générique qui a longtemps désigné les voitures du championnat américain de monoplaces, notamment lorsque ce dernier était organisé par l'AAA puis l'USAC. De 2004 à 2007, c'était le nom officiel du championnat organisé par l'OWRS (Open Wheel Racing Series), l'organisme qui a succédé au CART, championnat américain fondé en 1979. Il a été annoncé le 22 février 2008 que ce championnat fusionnait avec son rival, l'IndyCar Series. Le nouveau championnat reprendra la structure, les voitures, et la majorité des épreuves de l'IndyCar Series. Le dernier champion Champcar est le pilote français Sébastien Bourdais sacré en 2007. 

 

Les circuits

Il y a trois formes: les ovales (speedway) en asphalte de 1,6 à 2,5 miles, les super ovales (super speedway avec des virages inclinés) et les circuits sur route de 1,6 à 4 miles, divisées en circuits urbains, permanents ou temporaires. Les distances à parcourir vont de 200, 300, 400 ou 500 miles (de 320 à 805 km).

 

Le Championnat Champcar a lieu sur des circuits routiers ou urbains, tandis que l’Indy Car se dispute sur des circuits ovales.

 

Depuis quelques années les monoplaces du type “Indy” qui disputent le championnat du CART (Championship Auto Racing Teams), ont tendance à abandonner les anciens autodromes au profit de circuits routiers, souvent aménagés en ville l’espace d’un week-end (Long Beach, Cleveland, Michigan). Les Américains possèdent plusieurs autres formules de monoplaces de différentes dimensions (quarter-midgets, midgets, sprintcars, modified, etc.) qui restent en revanche fidèles aux circuits ovales, généralement de plus petites dimensions (de 400 à 800 m).

 

Contrairement au Formule I, les monoplaces de ChampCar sont toutes identiques. Le talent du pilote et la préparation des machines font la différence !

 

Quelques différences entre une monoplace Champcar et une Formule 1 :

-          une voiture ‘Indy’ peut atteindre la vitesse de 380 km/h (moyenne 275 km/h) contre 350 km/h pour une F1 !

-          en F1, seuls les résultats en course valent des points ; en Champcar, les essais donnent également droit à des points : 1 point pour le meilleur temps des premières qualifications (circuits routiers) et 1 point pour la pole définitive.

-          Barème des points en F1 : du 1er au 8e (10, 8, 6, 5, 4, 3, 2 et 1) ; en Champcar : du 1er au 12e (20 pour le 1er, 16 pour le 2e, 14 pour le 3e, 12 pour le 4e, 10 pour le 5e, 8 pour le 6e et de 6 à 1 pour les six suivants.

-          Poids d’un F1 avec le pilote : 600 kilos contre 700 kilos pour le champcar sans pilote !

-          La F1 consume de l’essence ; le Champcar utilise du méthanol.

-          Un seul moteur pour le Champcar, le V8 Ford turbo compressé contre plusieurs constructeurs pour la F1 (moteur sans turbo).

-          Puissance du moteur : 750 ch (bridé à 12 000 tours par minute) pour le Champcar et 800 ch pour la F1 (bridé à 18 000 tours par minute).

-          Le Champcar fonctionne avec une boîte de vitesses manuelle à six, la F1 est dotée d’une boîte de vitesses semi-automatique.

-          Les systèmes d’anti-patinage sont autorisés en F1 et interdits en Champcar.

 

 

Le Cart est arrivé en Europe en 2001 avec deux courses organisées en septembre : l’une en Allemagne (sur l’ovale ‘Eurospeedway Berlin Brandenburg’) et l’autre en Grande Bretagne (sur l’ovale Rockingham en Northampshire).

 

Un phénomène, le pilote français Sébastien Bourdais (28-2-79), champion F3000 en 2002, a remporté deux victoires (écurie Newman/Haas) en deux courses en champcar world séries et cela pour ses débuts dans le circuit en 2003. Il remporte la couronne mondiale en 2004 (7 victoires) et 2005 (6 victoires). Seul Ted Horn a fait mieux avec trois titres d’affilée de 1946 à 1948 ! AU total 20 victoires. 

Dragsters

Le troisième volet des disciplines typiquement américaines est représenté par les Dragsters qui disputent des épreuves d’accélération, côte à côte, sur deux pistes parallèles d’une longueur de 400 m, plus un échappatoire nécessaire pour ralentir ces voitures dont les moteurs de 7 litres à compresseur développent près de 2000 chevaux en abattant les 400 m départ arrêté en guère plus de 4 secondes avec des vitesses terminales de plus de 350 km/h. Le ralentissement s’effectue avec l’appoint d’un parachute. 

Moteurs à réaction :

Le record en vitesse terminale est détenu par l’Américaine Kitty O’Neil. En 1977, elle parcourait, sur le Dry Lake en Californie, les 402 mètres en 3 secondes et 72 centièmes, à la moyenne horaire de 732 km/h.

 

Moteurs à pistons :

Le record pour le temps écoulé est de 5 secondes 637 millièmes (moyenne horaire : 403,45 km/h). Il a été établi en 1975. Le record pour la vitesse terminale est de 411,31 km/h, établi en 1979.

 

Nascar (National Association for Stock Car Auto Racing)

Le championnat qui possède la plus grande audience n’est pas réservé aux monoplaces, c’est celui de “stock-cars” du NASCAR qui accueille chaque saison une moyenne de plus de 2 000000 spectateurs. Bien qu’appelées “stock-cars” (voitures de série), ces voitures sont en fait des “silhouettes” dont seule la carrosserie évoque celle des modèles commercialisés.

 Il y a 4 épreuves majeures en Championnat Nascar :

Les Nascar séries (Grand National de 1950 à 1971 ; Winston Cup series de 1972 à 2003 ; Nextel Cup depuis) comportent 22 courses dont l’épreuve reine, les 500 miles de Daytona (en Floride).

 

Les origines de la Nascar sont liées à la contrebande d'alcool aux États-Unis du temps de la prohibition dans les années 1930. Afin d'échapper plus facilement aux forces de police, les trafiquants modifiaient leurs automobiles pour les rendre plus performantes. Rapidement, des courses sauvages entre contrebandiers furent ainsi organisées. Les courses de stock-car (littéralement « voiture de série » ou « voiture de production ») venaient de naître.

Les épreuves de stock-car se popularisant, notamment dans les États ruraux du sud des États-Unis, de nombreuses associations ont pris en charge l'organisation de courses, désormais parfaitement licites. En 1948, Bill France parvint à fédérer ces multiples associations sous une bannière unique : la NASCAR. D'autres fédérations continuèrent à organiser des courses de stock-car, comme l'USAC ou de nos jours l'ARCA, mais sans parvenir à faire de l'ombre à la surpuissante Nascar.

Le premier championnat sous l'égide de la Nascar fut organisé en 1949. Il s'agissait de la Strictly Stock Division. Comme son nom l'indique, l'idée de ce championnat était de faire s'affronter des modèles directement issus de la production de série. Mais progressivement, les règlements furent amendés, permettant aux voitures de s'éloigner de la série. Aujourd'hui, si l'on parle encore de « stock-car », les voitures n'ont plus grand chose à voir avec les modèles de série. Il serait plus juste de parler de « silhouette », puisque les voitures sont conçues à partir d'un châssis tubulaire exclusivement réalisé pour la course, et recouvertes d'une carrosserie au profil se rapprochant d'un modèle de série.

Dès 1950, la Strictly Stock Division fut renommée Grand National. Puis, en 1972, la Nascar opéra un changement majeur dans son organisation en créant la Winston Cup (du nom d'une firme de tabac) pour en faire son championnat principal (le championnat Grand National).
Organisée de manière plus rationnelle que le Grand National, offrant de juteuses primes, la Winston Cup (devenue Nextel Cup en 2004 à la suite d'un changement de sponsor) permit à la Nascar de gagner en popularité.

Parallèlement, en 1982, c'est l'année de la création de la Busch Series (aujourd'hui Nationwide Series), devenant en quelque sorte la seconde division de la Nascar.
Puis en 1993, un groupe de pilotes créaient des prototypes de pickup style NASCAR, la première démonstration eut lieu au Daytona 500 en 1994. Ces pickups retouchés s'avérèrent très populaires, qui amena la NASCAR à leur offrir une série officielle. Le premier championnat (1995) pris le nom de SuperTruck Series, puis Craftsman Truck Series. En 2009, suite à un changement de sponsor, la série prend le nom de Camping World Truck Series.

En 2008, c'est la Sprint Cup (succédant à la Nextel Cup après un changement de sponsor) qui a succédés aux toutes premières épreuves de Bill France.

Déjà plus populaire que les courses de monoplaces dans le sud des États-Unis (ses terres historiques), la Nascar est devenue le sport mécanique roi sur l'ensemble des États-Unis au milieu des années 1990, profitant notamment de la scission dévastatrice entre l'Indy Racing League (IRL) et le CART (Champ Car).

 

La voiture Nascar c'est :

- une voiture au châssis en acier de 1542 kg avec un moteur V8 de 5,86 l et de 850 chevaux. Elle peut atteindre la vitesse maximale de 320 km/h (en 2s9 elle arrive à 100 km/h).

- la distance d'une course en Nascar va de 423 km à 965 km.

- minimum 20 écuries avec des budgets entre 10 et 50 millions d'euros.

- 40 pilotes engagés.

- 38 manches dont 36  pour la Sprint Cup.

- la longueur des circuits : entre 1,6 km et plus de 3,2 km.

 

Chaque course sur un circuit ovale est un véritable course dendurance car la plupart font 500 miles, soit 804 km. Les courses peuvent durer plus de quatre heures, à des vitesses moyennes d'environ 150 mph (soit 241 km/h) et des vitesses de pointe de plus de 320 km/h (200 mph). La plus longue épreuve, le Coca Cola 600 est disputée sur 600 miles (965 km) et se déroule à Charlotte en Caroline du Nord. La majorité des courses se déroulent sur 500 ou 400 miles pour descendre jusqu'à 263 miles (423 km) à Martinsville (du fait de la limite imposée de 500 tours de circuit).

 

Circuits

Les ovales sont classés en trois catégories :
- les Short tracks : les plus petits circuits, de moins de 1,6 km de long, soit 1 mile ;
- les Speedways : les circuits intermédiaires, de 1,6 km à 3,2 km de long, soit 2 miles ;
- les Super-speedways : les plus grands circuits, d'au moins 3,2 km de long.

   

Seuls quatre pilotes ont réussi à remporter 3 des 4 courses dans une même année : LeeRoy Yarbrough en 1969, David Pearson en 1976, Bill Elliott en 1985 et Jeff Gordon en 1997.

Record de victoires :

7 : Richard Petty et Dale Earnhardt

4 : Jeff Gordon

3 : Lee Petty , David Pearson, Cale Yarborough et Darrel Waltrip

Record de poles :

127 par Richard Petty

 

Le Roi du Nascar est Richard Petty , septuple champion national, et détenteur du record de victoires avec 200 succès dont 7 à Daytona entre 1958 et 1992. Il est également le recordman des pole-positons : 127. 

Plus vite que le son sur terre ! En octobre 1997 pour la première fois de l’histoire, le mur du son a été franchi sur terre, 50 ans presque jour pour jour après celui de l’air (le 19 octobre 1947 par l’Américain Chuck Yeager qui dépassait les 1 100 km/h sur son avion fusée Bell X1 à 40 000 pieds). En conduisant son bolide le ‘Thrust SSC (engin/fusée de 16,5 m ; poussée en français), Andy Green, pilote anglais de la RAF a été propulsé par deux réacteurs d’avion Rolls Royce (110 000 chevaux) pour atteindre 1 233,596 km/h (à une moyenne de 1 228 km/h) Cet exploit historique a été réalisé dans le désert de Black Rock (l’état de Nevada) aux Etats-Unis.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Il a débuté en F1 en 2014 à côté de Jean-Eric Vergne au sein de l'écurie Toro Rosso. Il est le second pilote russe en F1 après Vitaly Petrov (58 Grands Prix disputés entre 2010 et 2012). En terminant 9eme de son premier Grand Prix, en Australie, il a battu l'un des des records de précocité qui appartenait à Sebastian Vettel (Red Bull) : à 19 ans et 324 jours, il est devenu le plus jeune pilote à avoir marqué un point (au total 133 points marqués en 72 courses dont 27 dans les points)...
Il a été l'un des doyens des pilotes de F1 en 2016 (avec Kimi Räikkönen) et le restera en 2017, à 36 ans. Il a également été l'un des pilotes les plus talentueux et les plus expérimentés de la dernière décennie (au sein de l'écurie Sauber de 2002 à 2005, de Ferrari de 2006 à 2013 puis Williams). Onze victoires depuis ses débuts en 2002, la plupart au volant d'une Ferrari (au total 139 GP sous les couleurs de la Scuderia). Avec 6 victoires en 2008, il a perdu le titre mondial ...
Protégé du milliardaire et d'homme d'affaires mexicain Carlos Slim. Il détient le record de vitesse avec 349,2 km/h réalisé lors du Grand Prix de Monza en 2011 (avec un moteur V8). Il a disputé 131 Grands Prix de F1 depuis 2011 (7 podiums, 4 meilleur tours, 453 points marqués, 77 courses dans les points). Il a été vice-champion du monde de GP2 en 2010. Copyright Sportquick/Promedi   ...
Fils du grand pilote de rallye Carlos Sainz, il a pris son premier départ en Formule 1 au GP d'Australie en 2015 au volant d'une Toro Rosso et termina 8eme pour sa première course (118 points marqués en 57 Grands Prix). ...
Champion d'Europe de Formule 3 en 2014 et champion de GP3 Series en 2015, il est la nouvelle merveille du sport automobile français. 26 courses en Formule 1 depuis ses débuts au Grand Prix de Belgique en 2016 sur Manor. Il rejoint ensuite en 2017 l'écurie Force India (73 points marqués, 16 courses dans les points).   ...
L'un des pilotes les plus talentueux du moment. Champion de Formule Renault en 2008 et de GP3 Series en 2011. Il a débuté en F1 en 2013 au volant d'une Williams et remporte sa première victoire au GP de Russie en 2017 au volant d'une Mercedes lors de sa 81e course en F1. Il s'impose pour la deuxième fois au GP d'Autriche (19 podiums, 2 pole-positions, 2 meilleurs tours, 655 points marqués en 94 courses). 4eme du championnat du monde en 2014 (5eme en 2015). Copyright Sp...
Aussi à l'aise en rallye et en F1, il est l'un des doyens du circuit actuel avec Felipe Massa. Surnommé "Iceman", il a été l'un des meilleurs pilotes de Formule 1 dans les années 2000 avec un titre de champion du monde, en 2007. Il termina 2eme en 2003 et 2005, 3eme en 2008 et 2012 et 4eme en 2015 (6eme en 2016). Vainqueur de 20 Grand Prix (dont 7 en 2005) entre 2001 et 2009 et depuis 2012. Auteur de 89 podiums, 17 poles et 45 meilleurs tours en 268 Grands Prix (1 523 p...
Un grand talent, beaucoup d'audace, il est le nouveau chouchou de la F1. A seulement 15 ans en 2013, il a remporté deux titres européens en karting : en KZ (125cc boîte de vitesse) et KF (sans boîte de vitesse) puis termina 3eme du championnat du monde KF (catégorie reine). Deux victoires (Espagne en 2016 et Malaisie en 2017). Il a débuté en Formule 1 en 2015 au volant d'une Toro Rosso à seulement 17 ans et 166 jours, devenant ainsi, lors du GP d'Australie, le plus jeune pilote d...
L'un des pilotes les plus doués de l'histoire de la Formule 1, il a été le plus jeune pilote de l'histoire de la F1 à avoir participé à une séance d'essais officiel, à 19 ans et 53 jours lors du GP de Turquie en 2006. Champion du monde en 2010, 2011, 2012 et 2013 (plus jeune champion puis double champion du monde de l'histoire à 24 ans et 3 mois en 2011 puis triple champion du monde en 2012 à 25 ans et 3 mois et quadruple champion du monde en 2013 à 26 ans et 3 mois ; 2em...
  L'un des grands pilotes de l'histoire de F1. Trois fois champion du monde de F1, en 2008 avec McLaren puis en 2014 et 2015 avec Mercedes (2eme en 2007 et 2016). L'ancien jeune prodige et phénomène de la Formule 1 qui est devenu en 2008 le trentième champion du monde et le plus jeune de l'histoire de la F1, à seulement 23 ans et 9 mois (record battu par Sebastian Vettel en 2010) puis en 2014 et 2015 (2eme en 2007, pour sa première saison dans la discipline reine, et en 20...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - michael schumacher - marcus gronholm - yorrick vergeau - rubens barrichello - michael schumacher