Happy Birthday :
jeudi 19 juillet 2018
Moto
 

©AFP/RADEK MICA

Le pilote moto italien Max Biaggi a quitté lundi le service de réanimation de l'hôpital romain où il a été admis il y a deux semaines après un accident à l'entraînement, a-t-il annoncé sur Twitter.

"Cette fois-ci, j'ai failli le rater", a écrit Biaggi, qui fête lundi son 46e anniversaire. "Le plus beau cadeau c'est de sortir de réanimation après 17 jours", a-t-il ajouté dans un court texte...

©AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV

Le pilote motocycliste Max Biaggi, six fois champion du monde de vitesse, a été victime d'un accident vendredi alors qu'il s'entraînait sur une piste près de Rome, a annoncé la Gazzetta dello Sport.

Biaggi, 45 ans, a chuté sur le circuit Sagittario, se blessant au thorax. Il a ensuite été dirigé, conscient, vers l'hôpital San Camillo de la capitale italienne, a précisé le quotidien sportif...

©AFP/Vincenzo PINTO

Toujours aussi rapide et déterminé mais de moins en moins chien fou, l'Espagnol Maverick Vinales, leader au Championnat du monde catégorie MotoGP, vise une 4e victoire en sept courses cette saison au Grand Prix de Catalogne, où Johann Zarco espère un nouveau podium dimanche.

"Je vais pousser pour être le plus près possible du podium, c'est mon objectif", promet le Français de 26 ans, qui ...

©AFP/TIZIANA FABI

Ne jamais vendre la peau de Valentino Rossi! L'Italien, convalescent, en a encore fait la démonstration samedi en décrochant la 2e place sur la grille de départ du Grand Prix d'Italie, derrière son coéquipier chez Yamaha Maverick Vinales.

Le +Docteur+, qui se remet d'un léger traumatisme thoracique et abdominal contracté lors d'un accident de motocross la semaine dernière, aura bien droit ...

©AFP/JEAN-FRANCOIS MONIER

Il veut se faire une place, et vite, dans le gratin de la vitesse moto: de retour après son premier podium dans la catégorie reine, Johann Zarco aborde le Grand Prix d'Italie, 6e manche de la saison de MotoGP, avec l'idée de rééditer.

L'Avignonnais a bien choisi son moment pour monter pour la première fois sur la boîte: devant son public, à l'occasion du GP de France au Mans voilà une diz...

©AFP/GUILLAUME SOUVANT

"J'ai eu un podium, pourquoi pas un deuxième", espérait jeudi le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), qui dispute ce week-end le GP d'Italie, sur le circuit du Mugello, près de deux semaines après avoir décroché son premier podium dans la catégorie reine, au GP de France.

"L'objectif est d'être parmi les meilleurs et pourquoi pas de monter sur le podium. J'en ai eu un, pourquoi pas un deu...

Lire la suite >
Créé en 1952, le Grand Prix d'Allemagne a eu lieu à la fois sur les circuits de Hockenheim et du Nürburgring. Depuis 1998, il se déroule sur le sinueux tracé du Sachsenring situé à Hohenstein-Ernstthal dans le land de Saxe. Circuit de Sachsenring à Oberlungwitz Crée en 1996 et modifié en 2003 De 1920 à 1990, ce circuit a accueilli des courses de moto et d'automobile sur des routes urbaines. Avant de servir comme centre d'essais, il accueille le Grand Prix de moto depuis 1998...
  Le plus fameux n°46 de la planète, il est l'un des sportifs les plus célèbres du monde. Surnommé "Il Dottore", il est un pilote légendaire grâce à ses neuf titres mondiaux remportés en depuis 1996 (début au Grand Prix d'Australie en 125cc). Avec ses neuf titres planétaires, il est un des plus grands pilotes de tous les temps (5 996 points marqués dont 5 054 en MotoGP/500cc). Champion du monde en 125cc en 1997, en 250cc en 1999, en 500cc en 2001 et en MotoGP en...
Pilote surdoué, il est devenu champion du monde en 500cc en 1993 (2e en 1990, 3e en 1991). 25 victoires en Grand Prix tous en 500cc. Auteur de 51 podiums, 29 pole-positions et 26 meilleurs tours. Ses duels avec son compatriote Wayne Rainey ont marqué la compétition de cette époque. Il est revenu à la compétition en 2013 en terminant 3eme de la course d'endurance des 8 Heures de Suzuki.   Copyright Sportquick/Promedi ...
Spécialiste des rallyes-raids. Vainqueur du Dakar en 1999, 2000 et 2003 (2e en 2004, 3e en 2002 ; 15 victoires d'étapes). Il remporta également 4 fois le rallye du Maroc, 2 fois le rallye de l'Atlas (1997 et 1998), de Tunisie (1998 et 1999), et une fois celui des Pharaons (2002). Champion de France d'enduro en 1989. Il est décédé accidentellement dans la 1ère spéciale de la 4eme étape le 29 septembre 2004 lors du rallye des Pharaons.   Copyright Sportquick/Promedi ...
Pilote très audacieux, il pilotait très déhanché pour l'époque. Surnommé le Flying Finn, il obtint un seul titre mondial en 1972 : en 250cc (2eme en 1971; 2eme en 350 cc en 1972). Il avait notamment remporté les trois premières courses de la saison 1972 en 250cc en étant novice. Après 15 victoires (8 en 250cc, 5 en 350cc et 2 en 500cc) et 32 podiums (18 en 250cc, 11 en 350cc, 2 en 500cc et 1 en 50cc) en 46 courses, il s'est tué le 20 mai 1973 sur le circuit de Monza alors qu'il é...
Trois victoires toutes obtenues en 125cc. En 207 Grands Prix (80 en 125 cc, 33 en Moto 2 et 95 en MotoGP), il a obtenu au total 25 podiums (20 en 125cc, 3 en Moto 2 et 2 en MotoGP). Auteur de 9 poles (tous en 125cc) et de 5 meilleurs tours (4 en 125cc et 1 en Moto 2). Vainqueur des 8 Heures de Suzuka en 2015 avec un autre pilote de vitesse, l'Espagnol Pol Espargaro. ...
13 victoires en Grand Prix (1 en MotoGP, 8 en Moto2 et 4 en 125cc), auteur de 10 poles (5 en Moto2, 3 en 125cc et 2 en MotoGP) et de 17 meilleurs tours (1 en 125cc, 3 en MotoGP et 13 en Moto2) pour 33 podiums au total (19 en Moto2, 5 en 125cc, 9 en MotoGP). 3eme du championnat du monde de Moto2 en 2010, 2011 et 2012. Il court depuis 2013 en MotoGP (92 courses disputées, 1 victoire pour un total de 9 podiums). Le 31 mai 2014, il a établi un record de vitesse en Grand Prix en atteignant les 349,6 ...
Le meilleur pilote français du moment en vitesse et le seul Français avec deux titres mondiaux. Champion du monde de Moto2 en 2015 et  2016 (2eme en 125cc en 2011). Avec deux titres de champion du monde de suite en Moto2, il est aussi le premier pilote à avoir réussi ce doublé. En 2015, il est devenu le 6eme pilote français devenu champion du monde de vitesse après Jean-Louis Tournadre (250cc en 1982), Christian Sarron (250cc en 1984), Olivier Jacque (250cc en 2000), Arnaud Vincent (125cc en...
Il est l'un des pilotes les plus doués du circuit actuel mais aussi le plus petit par la taille (1m58 pour 52 kg). De 2009 à 2014, il a été le recordman de vitesse absolue en Grand Prix avec 379,228 km/h au volant d'une Honda réalisé sur le circuit de Mugello. Champion du monde en 125cc en 2003 (l'un des plus jeunes champions de l'histoire à 18 ans seulement !), en 250cc en 2004 (également plus jeune champion de l'histoire dans la catégorie) et en 2005, ce qui représente ...
L'un des vétérans du circuit actuel en vitesse. Il a débuté sa carrière au Grand Prix d'Italie en 2001 en 125cc pour courir ensuite en 250cc, de 2003 à 2007, puis, depuis 2008, en MotoGP (18 victoires, 18 poles, 17 meilleurs tours et 85 podiums au total). Champion du monde en 125cc en 2004 (5 victoires, 15 podiums, 3 meilleurs tours et 9 pole-positions dans cette catégorie). Vice-champion du monde en 250cc en 2006 et 2007 (3eme en 2005 ; 4 victoires, 26 podiums, 9 meilleurs tours et ...
« Ce visage tout sourire... » Dani Pedrosa vu par Nick Harris
L'annonce du départ à la retraite de Dani Pedrosa, lors du Grand Prix d'Allemagne, a ému beaucoup de monde dans le paddock. Le journaliste Nick Harris lui a rendu hommage dans une tribune publiée sur MotoGP.com, que nous reproduisons ici dans son intégralité. « La notion de pure malchance existe-t-elle ? Dans le cas de Dani Pedrosa, je pense vraiment. Comment se fait-il qu’avec un tel palmarès, il n’ait jamais décroché de titre mondial, qu’il aurait pourtant amplement mérité ? Avant lui, un seul pilote avait été en mesure de remporter au moins une course sur chacune de ses 12 saisons disputées en catégorie reine : Giacomo Agostini. Dani Pedrosa est également le seul pilote de l’histoire à avoir décroché au minimum un succès durant 16 années consécutives. Pour ce qui est des podiums, Giacomo et Valentino Rossi sont les seuls à en avoir plus que lui. Il est également le quatrième plus jeune pilote à avoir inscrit un Top 3 en catégorie reine, après Marc Márquez, Freddie Spencer et Norick Abe. L’Espagnol compte par ailleurs autant de victoires que le quintuple Champion Mick Doohan et autant de succès en catégorie reine qu’une autre légende… Eddie Lawson. Ses 54 triomphes lui permettent d’ailleurs de partager avec l’Australien le statut de meilleur pilote Honda de tous les temps. Après ces titres décrochés en 125cc et 250cc, tout le monde s’attendait à le voir sacré en MotoGP, qui plus est compte tenu de ce succès enregistré lors de sa quatrième course en Chine. Mais le pilote ibérique n’aura finalement jamais été Champion du Monde. Pourquoi ? Deux épisodes résument assez bien la carrière de ce pilote si souvent sous-estimé et malchanceux. Ce visage tout sourire à la conférence de presse post-GP à Misano, il y a de cela deux ans. Ce jour-là, le Catalan avait battu non seulement Marc Márquez, mais aussi Jorge Lorenzo et Valentino Rossi ; lequel échouant à près de trois secondes. Cette victoire arrivait alors après une période d’un an de disette. 13 ans plus tôt, cet hélicoptère décollait de Phillip Island, direction l’hôpital de Melbourne. Dani Pedrosa, qui venait d’être sacré pour la toute première fois en Malaisie, se brisait les deux chevilles dans une chute survenue lors des FP1 du GP d’Australie. Et malheureusement d’autres, ce qui l’obligera à passer de nombreuses fois par la case chirurgien. J’aurais aimé que Dani gagne au Sachsenring, mais son coéquipier Marc Márquez n’a donné aucune chance à qui que ce soit. Mais il lui reste encore quatre mois avant un repos bien mérité. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Marquez : La paix avec Rossi « dépend de lui »
Dans un entretien donné au Corriere della Sera, Marc Marquez tend la main à Valentino Rossi et affirme qu'il a tout oublié de leurs tensions passées. Tout est oublié et pardonné ? Entre Valentino Rossi et Marc Marquez, les relations sont tendues depuis trois ans – en fait depuis qu'ils ont eu des affrontements virils lors de la saison 2015 en Argentine, aux Pays-Bas... avant le #SepangClash et les événements du Grand Prix de Malaisie 2015. L'animosité s'était calmée après la course de Catalogne 2016, où les deux hommes s'étaient serrés la main à l'arrivée. Le contexte, à savoir la disparition tragique du pilote espagnol Luis Salom aux essais, y était pour quelque chose. « Quand arrivent ce genre de choses, tout le reste ne compte plus », avait notamment expliqué Rossi. Mais la guerre a repris il y a quelques mois, à l'issue du Grand Prix d'Argentine. Dans sa remontée, Marquez a eu un comportement jugé trop agressif et imprudent (il a été sanctionné pour cela) et a notamment fait chuter Rossi. L'Italien avait alors dit que l'Espagnol « détruit notre sport », qu'il n'a « pas les couilles de venir me voir seul » (lire ici). Depuis, il n'y a plus eu aucun incident mais Rossi n'oublie pas. Interrogé sur le sujet, Marquez affirme que la paix « ne dépend pas de moi. Depuis 2015 nous avions résolu [nos soucis]. En Argentine il s'est passé ce problème pendant la course, je lui ai demandé pardon et j'ai aussi été pénalisé. Que puis-je faire de plus ? », affirme-t-il. Si le geste et les paroles sont nobles, elles sont aussi à relativiser puisque dans l'histoire, Rossi a eu plus à subir que Marquez. Revenant sur les performances de Rossi à bientôt 40 ans, le pilote Repsol Honda dit admirer le Docteur, qui vient de terminer deuxième du Grand Prix d'Allemagne. « Je me demande comment il fait. Parce que la forme physique peut être entraînée mais le mental, la motivation et la capacité de gérer les courses, les médias, les pressions, ça ne s'entraîne pas. C'est dingue. Je l'admire beaucoup. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP : Premier top-5 pour Sam Lowes
Cinquième du Grand Prix Moto2 d'Allemagne, Sam Lowes a obtenu au Sachsenring son meilleur résultat depuis son départ de la catégorie Moto2. « Enfin ! », serait-on tenté de dire. Pas conservé en MotoGP par Aprilia Gresini, Sam Lowes effectue cette année son retour en Moto2. Après plusieurs péripéties, le Britannique a décroché son premier top-5 de la saison le week-end dernier au Sachsenring. Lowes avait jusqu'à présent montré une belle pointe de vitesse aux essais, se qualifiant presque systèmatiquement dans le top-10. Mais en course, son meilleur résultat restait une huitième place, décrochée à Jerez de la Frontera (Espagne). À plusieurs reprises, le pilote KTM avait pourtant eu de belles occasions manquées. Au Qatar, il remontait et était neuvième avant de partir à la faute. Aux États-Unis, un incident dès les premiers virages avait condamné sa course, alors qu'il partait deuxième. En Italie aussi, une chute avait mis fin à sa remontée. Cette fois, Lowes a su combiner vitesse et régularité. S'il n'a pas été en mesure de jouer la victoire, sa régularité lui a permis d'accrocher le top-5, arraché pour 137 millièmes face au pilote local Marcel Schrötter. Une première cette année. Un tel résultat ne lui était plus arrivé depuis le Grand Prix de Valencia 2016. « Étape par étape, je me sens de mieux en mieux », a-t-il déclaré. Les 11 unités marquées en Allemagne ne permettent cependant pas à Lowes de gagner une place au classement : s'il passe devant l'Espagnol Iker Lecuona, il se fait doubler par l'Italien Luca Marini, monté sur le podium du Sachsenring. Toujours classé douzième, il revient à 20 points du top-10, fermé par Mattia Pasini. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Jonas Folger approché par KTM
Forfait en début d'année alors qu'il devait rouler chez Tech3 Yamaha, Jonas Folger pourrait faire une apparition au guidon de la KTM RC16 cette saison. Jonas Folger est le grand absent de la saison 2018. Après des débuts positifs chez Tech3 Yamaha l'année dernière, l'Allemand, monté sur le podium au Sachsenring, avait disparu de la circulation fin 2017 pour des problèmes de santé. Le 17 janvier dernier, à quelques jours de prendre l'avion pour les tests de Sepang (Malaisie), Hervé Poncharal apprenait que Folger serait finalement out pour toute la saison 2018. Après avoir testé Yonny Hernandez, il confiait finalement la M1 satellite au jeune malaisien Hafizh Syahrin. Pendant tout ce temps, Folger a gardé le silence. Jusqu'au début de l'été, où on l'a vu apparaître lors de tests Moto2 en Aragon (« une libération ») puis sur la piste tchèque de Brno. L'Allemand a ensuite promis qu'il reviendrait, tôt ou tard. Ce retour pourrait se faire en tant que pilote d'essai pour Yamaha, mais aussi KTM. Pit Beirer, patron de KTM Motorsports, a en effet confié à Speedweek que des contacts avaient été pris avec Folger pour essayer (et développer) la RC16. Nous savons par ailleurs que Mika Kallio, tombé et blessé au Sachsenring, pourrait ne pas participer au Grand Prix d'Autriche. Or, cette épreuve est précieuse aux yeux de KTM puisqu'il s'agit de sa course nationale, ainsi que de celle de Red Bull. Il faudra trois KTM sur la grille ; si Kallio ne peut pas participer, la troisième machine orange pourrait bien revenir à Folger. À suivre... Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Puig : « Lorenzo était dispo, ce qu'en pense Ducati m'est égal ! »
Cela fait déjà quelques mois qu’Alberto Puig a pris les rênes de Honda en lieu et place de Livio Suppo. Malgré ce changement à la barre du navire, la victoire sourit toujours aux audacieux dit- on. Eh bien, le team japonais poursuit sa conquête d’un territoire qu’elle occupe plutôt bien déjà… Tel que rapporté par Speedweek, le directeur de l'équipe HRC a expliqué le choix de Lorenzo et la retraite de Pedrosa : « Après 13 ans, nous voulions voir d'autres options. Lorenzo est un champion du monde de MotoGP, donc c'était une option intéressante. Nous souhaitons voir évoluer notre moto avec un autre pilote. Dani a eu une longue carrière avec nous avec autant d'opportunités et nous avons décidé d'essayer quelque chose de différent. Il faut souligner que Dani est très petit, ce qui ne l’a pas empêché de faire des choses impressionnantes sur la moto. Nous avons parlé de la possibilité de faire de lui notre pilote testeur, il sait ce que nous en pensons et la porte lui est ouverte. Jorge a déjà remporté trois championnats du monde MotoGP et nous sommes sûrs qu'il peut bien faire avec nous. Nous nous attendons à ce qu’il soit rapide, je ne sais pas à quelle vitesse, mais avec son potentiel, il ne viendra pas chez Honda juste pour faire de la figuration. Lorenzo était disponible et nous l'avons pris, je ne sais pas ce que pensait Ducati et cela m’est égal. Nous étions intéressés et nous l'avons pris. Nous avons d'abord informé Marc et reçu la réponse que nous attendions de lui ». Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP, Dovizioso reconnait une erreur de stratégie
On le disait hier (lire ici) que la chose ne sera pas aisée pour Andrea Dovizioso de poursuivre sa quête de la couronne mondiale au regard de ses piètres résultats qui ne lui permettent pas de batailler à armes égales en termes de victoires, avec un Marc Marquez, qui lui, les cumulent... Comme rapporté, l’Italien admet une erreur stratégique dans la gestion de ses pneumatiques à l’occasion du Grand Prix d’Allemagne : un choix, qui au final ne s’est pas révélé payant, bien au contraire. « J’étais lent dans deux virages en particulier, car nous avions décidé de gérer les pneus en ces endroits précis. J’espérais ainsi pouvoir les préserver pour la fin de course, mais au final çà n’a pas payé d’autant que j’ai dû redoubler d’effort pour rattraper en temps ce que je perdais dans ces deux virages. Je n’avais donc pas un bon rythme et mon pilotage s’en est bien sûr ressenti. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Bradley Smith « ne pense pas être en MotoGP en 2019 »
Pilote en MotoGP depuis 2013, Bradley Smith n'a toujours pas trouvé de guidon pour 2019. Le Britannique devrait quitter la catégorie reine. Il devrait y avoir 22 machines sur la grille de départ du prochain championnat du monde MotoGP – 24 si Estrella Galicia 0,0 Marc VDS se maintient. Cela fait 2 places de moins que cette année ; rajoutées aux deux nouveaux rookies (Joan Mir et Miguel Oliveira), cela signifie que 4 pilotes actuellement en MotoGP n'y seront plus en 2019. Bradley Smith fait partir de ceux-là. Remplacé par Johann Zarco chez Red Bull KTM Factory Racing, il n'a pour l'instant trouvé un guidon nulle part. Les deux Ducati libres de la structure Avintia Racing devraient, comme cette année, revenir à Esteve Rabat et Xavier Siméon. Quant aux M1 du SIC-Ángel Nieto Team, les noms qui reviennent souvent sont ceux de Franco Morbidelli, Alvaro Bautista et Fabio Quartararo. Dixième du Grand Prix d'Allemagne, le Britannique espère que de bons résultats pourraient inverser la tendance. Mais son avenir reste flou. « Pour être honnête, tout change au jour le jour, explique-t-il. Des résultats comme au Sachsenring, ce n'est que du positif pour mon futur. Différentes opportunités, des portes et des fenêtres s'ouvrent. Voyons ce qu'il va arriver dans les prochaines semaines. » « Je ne pense pas que je roulerai en MotoGP en 2019, confie-t-il cependant avant de promettre : C'est évidemment une déception, mais vous ne me verrez pas loin. » Autant dire que Smith ne compte pas quitter l'univers des sports mécaniques. Direction le mondial Superbike ? Arrivé en MotoGP en 2013, Smith a connu ses heures de gloire chez Tech3 Yamaha, où il est monté 2 fois sur le podium. En 2015 il terminait sixième du classement général avec 181 points marqués, son record personnel. Chez KTM, il est dominé par son coéquipier Pol Espargaro. Et vient, au Sachsenring, d'obtenir son premier top-10 de l'année. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Sachsenring : comment Rossi a été aidé par Folger
Deuxième du Grand Prix d'Allemagne, Valentino Rossi a raconté comment la superbe course de Jonas Folger en 2017 l'a aidé cette année. Valentino Rossi vient d'obtenir au Sachsenring son meilleur résultat de l'année. Deuxième derrière Marc Marquez, l'Italien a un temps pu suivre l'Espagnol et a surtout su profiter de l'opportunité de marquer de gros points, sur une piste où il n'était plus monté sur le podium depuis 2015. L'an dernier, il y avait bien un pilote Yamaha sur la boite, mais ça n'était pas lui. Il s'agissait du héros local Jonas Folger, auteur d'une course folle où il avait longtemps tenu la dragée haute à Marc Marquez, avant de finalement terminer deuxième – il s'agissait là du premier podium de sa carrière. Rossi assure que cet exploit a agit comme un déclic sur lui. « Il a été très important de regarder la course de Folger, explique-t-il comme reporté sur Crash.net. Premièrement parce que mentalement, je suis arrivé au Sachsenring l'an dernier et je n'étais pas à l'aise avec la moto, donc je n'étais pas rapide. Mais Folger ne savait pas que c'était un tracé difficile pour Yamaha et a fait une course fantastique, au niveau de Marc puisqu'ils ont lutté. » C'est donc en s'inspirant de ce qu'avait fait l'Allemand que Rossi a brillé dimanche dernier. « J'ai étudié tout ce qu'avait fait Folger, a-t-il reconnu. Toute sa course, toutes ses trajectoires, la manière dont il pilotait la moto, comment il avait réglé la machine. Tout. Je pense que cela m'a bien aidé, donc nous devons lui donner le trophée ! » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP : Smith, enfin un top-10 !
Dixième à l'arrivée, Bradley Smith a obtenu au Sachsenring son meilleur résultat de la saison. Une délivrance. Pour KTM, le Grand Prix d'Allemagne avait très mal commencé. Tombé aux essais, le wild-card Mika Kallio se blessait au genou et devait déclarer forfait. Le Finlandais annonçait dans la foulée devoir bientôt être opéré, ce qui compromet ses chances de participer au Grand Prix d'Autriche. Il y a ensuite eu la qualification des pilotes officiels, certes pas mauvaise – Pol Espargaro quinzième devant Bradley Smith seizième – mais pas à la hauteur des attentes, puisque les Oranges espèrent voir leur prototype en Q2. Les choses sont allées encore plus mal en début de courses : dès le premier tour, Espargaro faisait une faute et s'accrochait avec Alex Rins et Jack Miller, faisant par la même occasion perdre du temps à Andrea Iannone – l'Italien a demandé une sanction contre l'Espagnol. Fort heureusement, la suite a été plus positive. Smith a en effet gagné des positions pour s'installer dans le top-10 et terminer dixième. Cela n'aurait sans doute pas été possible sans la chute collective provoquée par son coéquipier, mais this is racing. Dixième place, une première depuis... le Grand Prix d'Australie 2017, à Phillip Island ! Cette saison, seul le wild-card Mika Kallio a décroché un tel résultat pour KTM (Grand Prix d'Espagne à Jerez de la Frontera). « J'ai pris un super départ, ce qui m'a mis à une bonne position, raconte le Britannique. En milieu de course j'ai fait une erreur et j'ai perdu du temps sur Dani et Johann, ce qui m'a déçu car je pense que j'aurais pu rester avec eux. Ce sont des choses qui arrivent quand vous êtes à la limite, mais nous rentrons quand même avec un top-10, le meilleur résultat pour KTM cette saison. Espérons que ce n'est que le début. » Au classement du championnat, ce GP d'Allemagne donne une petite bouffée d'air à Bradley Smith. Le pilote KTM passe de la vingt-et-unième à la dix-neuvième place du classement, avec 13 points marqués au total. Son coéquipier Pol Espargaro reste loin devant (quatorzième, 32 points). Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP, Pedrosa : « Vraiment déçu car j'ai toujours été rapide ici »
Dani Pedrosa, futur retraité du MotoGP, a participé, le week-end passé, à son dernier Grand Prix d'Allemagne. Qualifié dixième, l'officiel Repsol Honda espérait pouvoir se battre avec les meilleurs, comme il l'a souvent fait par le passé. Il s'est imposé à cinq reprises dans sa carrière au Sachsenring : deux fois en 250cc, trois fois en MotoGP. Plus une belle récolte de podiums pour l'Espagnol. Elle n'augmentera plus jamais, mais son empreinte est gravée sur le Sachsenring. Ad vitam aeternam. Cela n'a cependant pas suffit pour lui permettre de faire des aurevoirs convaincants au public allemand. Un ton en-dessous des leaders, Pedrosa s'est battu pour une place dans le top-10. Il a finalement terminé au huitième rang, son plus mauvais résultat au Sachsenring depuis 2008. « Je suis vraiment déçu car j’ai toujours été rapide ici, n'a pas caché l'Espagnol. Tout le weekend a été compliqué, il nous a été difficile de trouver les bons réglages. Au final je n’ai jamais eu un bon feeling sur la moto. Malgré des chronos réguliers, je n’étais pas plus rapide. On a un peu progressé mais pas suffisamment, on doit donc continuer à travailler pour mieux régler la moto. » Pedrosa peut se consoler en voyant qu'il a repris des points aux trois hommes qui le devancent au championnat : Alex Rins, Jack Miller et Andrea Iannone, tout trois impliqués dans l'incident causé par Pol Espargaro (lire ici). Il reste toutefois douzième au classement. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP : La couronne s'éloigne pour Dovizioso
Sur le papier, les Ducati n’étaient pas attendues sur le circuit du Sachsenring, le week-end passé, en Allemagne. Eh bien, les deux rouges ont ainsi fait mentir les pronostics, en réalisant un bon weekend, permettant à ses deux pilotes de se classer au final, quatrième pour Andrea Dovizioso et sixième pour Jorge Lorenzo, après avoir joué les premiers rôles aux qualifs. Une belle affaire, certes, mais bien en deçà de ce qu’il est nécessaire à Andrea Dovizioso pour poursuivre sa conquête de la couronne mondiale. L’Italien, classé quatrième au championnat, accuse un retard de 77 points de retard sur Marc Marquez, soit plus de trois victoires à remonter. La chose est-elle encore mathématiquement possible au regard des performances du champion du monde en titre, vainqueur de plus de 50 % des Grands Prix cette saison ? « Par le passé, nous n’avions jamais eu de bons résultats ici : c’est désormais chose faite, veut se satisfaire Dovizioso. D’autant plus que nous avons réussi à nous maintenir dans le groupe de tête. En début de course tout allait bien, j’avais un bon rythme et j’étais en mesure de pouvoir suivre le groupe des leaders. Rapidement en seconde partie de course, mon pneu arrière s’est dégradé et c’est là que j’ai baissé en rythme, j’étais beaucoup moins à l’aise dans les virages. J'en suis déçu et nous devons travailler pour comprendre ce qui se passe. » L’aventure se poursuit mais la pente vers le titre, tant convoité par l’Italien au guidon de la GP18, est de plus en plus raide. Car Marc Marquez, au fil de ses victoires, voit peu à peu, se dessiner l'arrivée en haut du sommet, où l’attend déjà une septième couronne mondiale. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Fabio Quartararo, guerrier du Sachsenring
Souffrant suite à une chute au warm-up, Fabio Quartararo s'est battu comme un lion au Sachsenring. Et a finalement arraché la neuvième place. Jamais deux sans trois : après son triomphe magistral en Catalogne et sa deuxième place aux Pays-Bas, on espérait voir Fabio Quartararo enchaîner un troisième podium consécutif en Moto2. Le Grand Prix d'Allemagne, qui ne lui réussit pas spécialement, lui a posé plus de difficultés. Aux essais, le pilote Speed UP était proche au chrono mais loin en termes de classement. Avec seulement 7 dixièmes de retard sur la pole position de Mattia Pasini, Fabio Quartararo n'était « que » dix-huitième sur la grille. La situation a basculé dimanche matin, lors du warm-up. Tombé dans son sixième tour, le Français s'est relevé touché à la main et au visage. Pas de quoi le décourager de prendre le départ, alors que son nom revient de plus en plus sur le marché des transferts et les affaires de la nouvelle équipe SIC Yamaha (lire ici). Auteur d'un envol moyen – les départs ne sont pas sa spécialité –, Quartararo a ensuite remonté le peloton. À la bagarre pour une place dans le top-10, il a finalement terminé au neuvième rang, arrachant la position pour un millième à son adversaire de toujours, l'Espagnol Jorge Navarro. « Ça a été une course très dure parce qu'après la chute du warm-up, je souffrais pour respirer avec le nez et à case des microfractures au poignet, a-t-il raconté. Cependant, nous avons réussi à terminer dans le top-10 après avoir lutté pendant plusieurs tours dans un groupe de 5 pilotes. Je suis content de la manière dont nous avons géré une situation difficile, grâce au travail fait par l'équipe. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
2019 : Marquez prolonge chez Marc VDS
Álex Márquez sera toujours en championnat du monde Moto2 l'an prochain. L'Espagnol a prolongé son contrat avec l'équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. Alex Marquez n'ira pas en catégorie MotoGP, du moins pas en 2019. Si son nom était cité sur le marché des transferts, il était dans l'incertitude et n'allait a priori pas disposer d'une machine suffisamment compétitive. Son frère, Marc, l'a alors convaincu de rester une année de plus en Moto2. C'est donc dans la structure Estrella Galicia 0,0 Marc VDS, avec qui il évolue depuis ses débuts en Moto2 en 2015, qu'Alex effectuera sa cinquième saison consécutive dans la catégorie intermédiaire, la huitième de sa carrière au niveau mondial. « Je leur suis très reconnaissant de la confiance qu’ils m’accordent, a déclaré Marquez après avoir mis son coup de stylo sur le contrat. L’an prochain il y aura beaucoup de changements dans la réglementation, beaucoup de nouveautés. Je pense que ça permettra de continuer à grandir en tant que pilote et de me préparer à mon objectif, celui de monter en MotoGP. Je suis très motivé à l’idée de faire partie de ce projet et nous donnerons tout pour gagner le titre de champion du monde Moto2. » Par ces mots, on a presque l'impression que Marquez est déjà en train d'abdiquer quant à ses chances d'être couronné cette année. Toujours en quête d'une victoire en 2018, l'Espagnol estpour l'instant troisième au classement général, dominé par Miguel Oliveira et Francesco Bagnaia, sur qui il a 35 points de retard. Marc van der Straten est persuadé que son poulain sera « un candidat au titre de champion du monde Moto2, comme c’est d’ailleurs déjà le cas cette saison. Alex démontre qu’il a le talent et le potentiel pour se battre aux avant-postes. Cette signature va nous permettre de travailler sur la durée et la continuité d’un projet qui, au côté d’Estrella Galicia 0,0, offre la possibilité à nos pilotes de suivre une carrière sportive dans une ambiance familiale et dans un environnement compétitif et professionnel au plus haut niveau ». Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP : Iannone veut une sanction pour Espargaro
Une manoeuvre de Pol Espargaro a fait chuter plusieurs pilotes lors du Grand Prix d'Allemagne. Andrea Iannone, qui a perdu plusieurs places, demande une sanction pour le pilote KTM. Les faits se sont produits dans les premiers virages du Grand Prix d'Allemagne. Alors qu'il tentait de remonter le peloton, Pol Espargaro a tardivement changé d'angle, sortant de la trajectoire et touchant d'autres pilotes. Alex Rins a chuté avec lui, Jack Miller a tiré tout-droit. Également affecté par l'action, Andrea Iannone est passé de la onzième à la dix-huitième place. Pointé à près de 4 secondes du leader à la fin du premier tour, le pilote Suzuki, qui s'était qualifié huitième, est parvenu à remonter au douzième rang. Son plus mauvais résultat de l'année, si l'on retire sa chute au Mans. « Avec cette manoeuvre, Pol a ruiné ma course, celle de Rins et de Miller, a furieusement réagi Iannone après le Grand Prix. Je comprends qu'il veuille partir vite pour gagner des places, mais il faut rouler avec bon sens et intelligence. Son comportement est absolument inacceptable. Il a gâché tout le travail fait avec l'équipe pendant le week-end. » Cela fera sourire ceux qui se souviennent des différents incidés dans lesquels Iannone était impliqué, mais il demande à ce qu'Espargaro soit sanctionné. « J'espère qu'il y aura une pénalité à titre d'exemple. Vous ne pouvez pas rouler sans utiliser votre tête. La Direction de course devrait agir pour que Pol réfléchisse à deux fois lors des prochains Grands Prix. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP, Bautista : un top-5 au bon moment !
Cinquième du Grand Prix d'Allemagne, Alvaro Bautista a enregistré son meilleur résultat de la saison alors que les derniers contrats pour la saison 2019 se négocient. Nous écrivions, après le Grand Prix des Pays-Bas, qu'Alvaro Bautista montait en puissance. L'Espagnol venait d'obtenir un troisième top-10 consécutif à Assen, reprenant ainsi des couleurs après un début de saison difficile. Le pilote Ducati a fait encore mieux dimanche dernier au Sachsenring. Neuvième sur la grille – sa meilleure qualification de l'année –, Bautista s'est vaillamment battu dans le peloton. Après avoir éliminé Andrea Dovizioso et Jorge Lorenzo, il espérait finir premier pilote Ducati mais n'a pas pu revenir sur Danilo Petrucci, doté d'une GP18 d'usine – lui roule en GP17. À l'arrivée, il raconte une « course pas évidente. La piste était un peu glissante. J’ai été en mesure de prendre un bon départ pour rester au contact du groupe de tête. À un moment, j’étais derrière Andrea et Danilo. Je voyais que j’étais un peu plus vite mais pas moyen de les passer. Andrea freine très fort et sa moto est un tout petit peu mieux à la réaccélération. De mon côté, je n’étais pas suffisamment à l’aise avec l’avant, du coup je ne voulais pas trop forcer en entrée. J’ai réussi à le passer. J’ai alors tenté de revenir sur Danilo mais j’étais limite avec le pneu arrière ». Arrivé cinquième, Alvaro Bautista décroche son meilleur résultat de la saison. Il n'avait plus fait aussi bien depuis le Grand Prix d'Italie 2017. « Nous avons beaucoup progressé au fil des courses et ce, grâce à ces réglages trouvés à Jerez qui me mettent davantage en confiance, raconte-t-il. À Assen nous avions fini à seulement sept secondes des leaders. Ce dimanche, nous étions cette fois à cinq secondes. L’écart n’a de cesse de diminuer. Cette cinquième place est un bon résultat, mais ce qui m’importe le plus c’est mon feeling et les progrès effectués. » La performance du pilote Ducati arrive au bon moment. En effet, la majeure partie des places sur la grille MotoGP 2019 sont prises, et lui n'a encore signé nulle part. Or, le nouveau projet SIC Yamaha l'intéresse, d'autant plus que son équipe actuelle (Angel Nieto Team) est impliqué dedans. S'il est toujours treizième au classement du championnat, Bautista a repris du terrain à ses principaux adversaires. Il n'est plus qu'à 5 longueurs de Dani Pedrosa, douzième, alors que le top-10 fermé par Jack Miller est à 13 points. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#GermanGP, Lorenzo (6e) : « C'est vraiment dommage »
Un temps à la lutte pour la victoire, Jorge Lorenzo a finalement terminé sixième du Grand Prix d'Allemagne. L'Espagnol invoque des problèmes de réglages. Voir Jorge Lorenzo aux avant-postes au Sachsenring a été une surprise. L'Espagnol n'est pas un as sur le petit tracé allemand, mais il avait prévenu avant de prendre la piste : « maintenant nous avons un package qui nous permet d'être compétitifs sur tous les circuits » (lire ici). Cela s'est confirmé le week-end dernier. Déjà rapide aux essais libres, Jorge Lorenzo a réalisé le troisième meilleur temps de la qualification, à seulement 57 millièmes de la pole position de Marc Marquez. Le pilote Ducati a même estimé que sans une erreur dans son tour rapide, il aurait pu partir depuis la première place de la grille. Qu'à cela ne tienne : auteur d'un départ canon, Lorenzo s'est rapidement porté en tête. À la bagarre avec Marc Marquez, il a même semblé en mesure de tenir la dragée haute au roi du Sachsenring. Avant de finalement perdre du terrain et des places jusqu'à l'arrivée, franchie en sixième position. Pour Lorenzo, le premier souci vient des pneumatiques. « Tout au long du week-end, nous avons tenté d’améliorer l’adhérence à l’avant, explique-t-il. Un problème que l’on rencontre assez souvent. Mais ça n’a fait que dégrader le grip à l’arrière. Nous nous sommes trop engagés dans cette direction. Sans quoi nous étions compétitifs, c’est vraiment dommage. La deuxième partie de course fut particulièrement mauvaise, poursuit-il. Je commençais à perdre une seconde au tour, du coup tout le monde me doublait. Je pense que nous avons fait une erreur de réglages, erreur que nous tenterons ne plus commettre à l’avenir. Les deux dernières courses ont été plus compliquées, mais c’était un bon week-end tout de même pour les Ducati. » La chute de Cal Crutchlow permet à Lorenzo de gagner une place au classement du championnat du monde. Désormais sixième, le pilote Ducati a aussi repris des points à Johann Zarco. De la quatrième à la neuvième place, tous les pilotes sont dans un mouchoir (14 points d'écart). Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Sommaire règlement et historique

 

Livescore.in
Find a Result
Résultats des compétitions
200 miles de Daytona
24 Heures du Mans
8 Heures de Suzuka
AMA Motocross Champions (USA)
AMA Superbike Champions (USA)
AMA Supercross Champions (USA)
Bol d'Or
Championnat du Monde d'Endurance
Championnat du Monde de Courses sur glace
Championnat du Monde de Motocross
Championnat du Monde de Rallyes tout terrain
Championnat du Monde de Trial
Championnat du Monde de Vitesse
Championnat du Monde Speedway
Championnat du Monde Superbike (SBK)
Championnat du Monde Supercross
Championnat du Monde Supersport
Enduropale du Touquet
Grand Prix d'Afrique du Sud
Grand Prix d'Allemagne
Grand Prix d'Aragon
Grand Prix d'Argentine
Grand Prix d'Australie
Grand Prix d'Autriche
Grand Prix d'Espagne
Grand Prix d'Europe
Grand Prix d'Imola
Grand Prix d'Indianapolis
Grand Prix d'Indonésie
Grand Prix d'Italie
Grand Prix d'Ulster Irlande du Nord
Grand Prix de Bad Wurtemberg
Grand Prix de Belgique
Grand Prix de Catalogne (Catalunya)
Grand Prix de Chine
Grand Prix de Finlande
Grand Prix de France
Grand Prix de Grande Bretagne
Grand Prix de Hongrie
Grand Prix de l'Isle of Man
Grand Prix de la RDA
Grand Prix de la République Tchèque
Grand Prix de Madrid
Grand Prix de Malaisie
Grand Prix de San Marin
Grand Prix de Suède
Grand Prix de Suisse
Grand Prix de Turquie
Grand Prix de Valence
Grand Prix de Yougoslavie
Grand Prix des Amériques
Grand Prix des Etats-Unis
Grand Prix des Pays-Bas
Grand Prix du Brésil
Grand Prix du Canada
Grand Prix du Japon
Grand Prix du Pacifique
Grand Prix du Portugal
Grand Prix du Qatar
Grand Prix du Venezuela
Grand Prix FIM
Le Dakar
Motocross B2
Motocross d'Afrique du Sud
Motocross d'Allemagne
Motocross d'Argentine
Motocross d'Autriche
Motocross d'Espagne
Motocross d'Europe
Motocross d'Indonésie
Motocross d'Irlande
Motocross d'Italie
Motocross de Belgique
Motocross de Bulgarie
Motocross de Finlande
Motocross de France
Motocross de Grande Bretagne
Motocross de Grèce
Motocross de Hongrie
Motocross de la RDA
Motocross de la République Tchèque
Motocross de Pologne
Motocross de Russie
Motocross de San Marin
Motocross de Suède
Motocross de Suisse
Motocross de Yougoslavie
Motocross des Nations
Motocross des Pays Bas
Motocross des USA
Motocross du Brésil
Motocross du Canada
Motocross du Japon
Motocross du Luxembourg
Motocross du Portugal
Motocross du Venezuela
Trial des Nations
US Open Supercross
Dicostars
Abe-Norick
Agostini-Giacomo
Ahvala-Tommi
Albertijn-Greg
Aloha-Mika
Alzamora-Emilio
Ambrosini-Dario
Anderson-Hugh
Andersson-Kent
Anscheidt-Hans-Georg
Aoki-Haruchika
Aoyama-Hiroshi
Arcarons-Jordi
Armstrong-Reg
Aro-Samuli
Aubert-Johnny
Auriol-Hubert
Baker-Steve
Baldé-Jean-François
Ballington-Kork
Barbera-Hector
Barros-Alex
Battistini-Jean-Louis
Bautista-Alvaro
Bayle-Jean-Michel
Bayliss-Troy
Beattie-Daryl
Biaggi-Max
Bianchi-Pier Paolo
Biland-Rolf
Bill-Julien
Binder-Brad
Bizouard-Rémi
Bolley-Frédéric
Bonhuil-Bruno
Bou-Toni
Bradl-Stefan
Burgat-Gilles
Burnett-Roger
Béthys-Thierry
Cadalora-Luca
Cairoli-Antonio
Camozzi-Bruno
Capirossi-Loris
Cardus-Carlos
Carmichael-Ricky
Castera-David
Casteu-David
Cecotto-Johnny
Chambon-Stéphane
Chareye-Adrien
Charpentier-Sébastien
Checa-Carlos
Checa-David
Chemarin-Jean-Claude
Chili-Pier-Francesco
Chiodi-Alessio
Cluzel-Jules
Colomer-Marc
Coma-Marc
Coppins-Joshua
Cornu-Jacques
Corser-Troy
Corsi-Simone
Cortese-Sandro
Costes-William
Coudray-Gérard
Cox-Alfie
Criné-Thierry
Criville-Alex
Crump-Jason
Crutchlow-Cal
D'Orgeix-Jehan
Da Costa-Julien
Davies-Chaz
De Angelis-Alex
De Coster-Roger
De Puniet-Randy
De Radigues-Didier
De Vries-Jan
Deletang-Jean-Marc
Delhalle-Anthony
Demaria-Yves
Demeester-Arnaud
Desalle-Clément
Despres-Cyril
Deubel-Max
Di Meglio-Mike
Dietrich-Guillaume
Doohan-Mick
Dovizioso-Andrea
Drobecq-Patrick
Duhamel-Miguel
Duke-Geoff
Dungey-Ryan
Dunlop-Joey
Dussauge-Nicolas
Edmondson-Paul
Edwards-Colin
Ekerold-Jon
Elias-Toni
Emig-Jeff
Enders-Klaus
Eriksson-Anders
Espargaro-Pol
Esquirol-Cyril
Everts-Stefan
Faubel-Hector
Febvre-Romain
Findlay-Jack
Fogarty-Carl
Fontan-Marc
Fontanesi-Chiara
Foray-Freddie
Foret-Fabien
Four-Olivier
Friedrichs-Paul
Frossard-Steven
Fuhrer-Andreas
Fundin-Ove
Gajser-Tim
Gardner-Wayne
Geboers-Eric
Giabbani-Gwen
Gibernau-Sete
Gimbert-Sébastien
Glover-Broc
Goddard-Peter
Godier-Georges
Graham-Leslie
Grasso-Giorgio
Gresini-Fausto
Guintoli-Sylvain
Guthrie-Jimmy
Haas-Werner
Haga-Noriyuki
Hailwood-Mike
Hallman-Torsten
Harada-Tetsuya
Haslam-Ron 'Rocket'
Hauquier-David
Hayden-Nicky
Herlings-Jeffrey
Herrero-Santiago
Hislop-Steve
Hocking-Gary
Iannone-Andrea
Igoa-Patrick
Ivy-Bill
Jacque-Olivier
Jerman-Igor
Jobé-Georges
Johnson-Ricky
Jonsson-Sven-Erik
Kadyrov-Gabdrakhman
Kallio-Mika
Kato-Daijiro
Kent-Danny
Kinigadner-Heinz
Kitagawa-Keiichi
Kocinski-John
Koltakov-Dmitry
Krasnikov-Nikolaï
Laconi-Régis
Lagrive-Matthieu
Laier-Steffi
Lalay-Gilles
Lampkin-Doug
Lancelot-Livia
Lavado-Carlos
Lavieille-Christian
Lawson-Eddie
Lazzarini-Eugenio
Leblanc-Grégory
Lejeune-Eddy
Locatelli-Roberto
Lomas-Bill
Lorenzetti-Enrico
Lorenzo-Jorge
Léon-Christian
Lüthi-Thomas
Magee-Kevin
Magnaldi-Thierry
Mahias-Lucas
Malherbe-André
Mamola-Randy
Mang-Anton
Marquez-Alex
Marquez-Marc
Martinez-Jorge
Mas -Carlos
Masbou-Alexis
Maschio-Mickaël
Masetti-Umberto
Mattioli-Jean-Michel
Mauger-Ivan
McGrath-Jeremy
McGuinness-John
Melandri-Marco
Meoni-Fabrizio
Merkel-Fred
Mertens-Stephane
Michaud-Thierry
Michel-Alain
Mikkola-Heikki
Miller-Jack
Mir-Joan
Mladin-Mat
Moineau-Hervé
Moisseev-Guennady
Monneret-Georges
Monneret-Pierre
Morales-Marc
Morbidelli-Franco
Morillas-Adrien
Morrison-Brian
Moussé-Jean-Claude
Musquin-Marvin
Mécène-Gilles
Méo-Antoine
Nakano-Shinya
Nakasuga-Katsuyuki
Neveu-Cyril
Nicoll-Kurt
Nielsen-Hans
Nieto-Angel
Nilsson-Bill
Nowland-Warwick
O'Mara-Johnny
Okada-Tadayuki 'Taddy'
Oliver-Eric
Olsen-Ole
Orioli-Edi
Paulin-Gautier
Pedersen-Nicki
Pedrosa-Dani
Petit-Frédéric
Philippaerts-David
Philippe-Vincent
Picco-Franco
Pichon-Mickael
Pileri-Paolo
Plisson-Patrick
Poggiali-Manuel
Polen-Doug
Pons-Patrick
Pons-Sito
Potisek-Timoteï
Pourcel-Christophe
Price-Toby
Puig-Alberto
Puzar-Alex
Quartararo-Fabio
Rabat-Esteve
Raga-Adam
Rahier-Gaston
Rainey-Wayne
Ramon-Steve
Rasmanis-Artis
Raudies-Dirk
Rea-Jonathan
Read-Phil
Redman-James Arthur 'Jim'
Reeves-Tim
Reggiani-Loris
Renet-Pierre-Alexandre
Rickardsson-Tony
Rinaldi-Marco
Riss-Gerd
Robert-Joel
Roberts-Kenny
Roberts-Kenny Jr.
Roche-Raymond
Roczen-Ken
Rodrigues-Helder
Roma-Nani
Roncada-Stéphane
Rossi-Louis
Rossi-Valentino
Roth-Reinhold
Rougerie-Michel
Ruffo-Bruno
Ruggia-Jean-Philippe
Russell-Scott
Rymer-Terry
Saarinen-Jarno
Sainct-Richard
Sakata-Kazuto
Sala-Giovanni
Salminen-Juha
Salom-Luis
Sarron-Christian
Sarron-Dominique
Schwantz-Kevin
Sergis-Kristers
Sheene-Barry
Silvan-Petteri
Simon-Julian
Simoncelli-Marco
Slight-Aaron
Smets-Joël
Smith-Bradley
Smith-Jeffrey
Sofuoglu-Kenan
Spencer-Freddie
Spies-Ben
Stearns-Chuck
Stewart Jr.-James
Stoner-Casey
Strijbos-Dave
Strijbos-Kevin
Sunderland-Sam
Surtees-John
Sykes-Tom
Sébileau-Bertrand
Talmacsi-Gabor
Tarres-Jordi
Taveri-Luigi
Terol-Nicolas
Thorpe-David
Tiainen-Kari
Tixier-Jordi
Tomizawa-Shoya
Tormo-Ricardo
Tortelli-Sébastien
Toseland-James
Tournadre-Jean-Louis
Tragter-Pedro
Ubbiali-Carlo
Ueda-Noboru
Van den Berk-John
Van den Bosch-Thierry
Van der Mark-Michael
Vehkonen-Pekka
Verbrugge-Sven
Vermeulen-Chris
Vesterinen-Yrjo
Vialle-Frédéric
Vieira-Alex
Villa-Walter
Villopoto-Ryan
Vimond-Jackie
Vincent-Arnaud
Viñales-Maverick
Vuillemin-David
Waldmann-Ralf
Walkner-Matthias
Webster-Steve
Wigg-Simon
Willemsen-Daniel
Zarco-Johann
Zorn-Franz
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 - max biaggi -  - ***frederic bernon - alex barros -

 

';