Happy Birthday :
lundi 20 février 2017
Moto
 

©AFP/DENIS CHARLET

Le Belge Daymond Martens (Yamaha) a volé la vedette au grand favori, le Français Adrien van Beveren (Yamaha), triple champion en titre, en s'imposant dimanche pour la première fois dans l'Enduropale du Touquet (Pas-de-Calais).

Après 5 tours, le Belge avait déjà 50 secondes d'avance sur le Français, qui rentrait de son deuxième Dakar, bouclé à une décevante 4e place en janvier. Vainqueur d...

©AFP/FRANCK FIFE

Son palmarès en est une parfaite illustration: avec une 13e victoire de Stéphane Peterhansel, devant la nouvelle star du rallye-raid Sébastien Loeb, en auto, et une première pour le Britannique Sam Sunderland en moto, le Dakar-2017, qui s'est terminé samedi, a vu se confronter traditions et nouveautés.

. Cumulards et nouveaux candidats

Peugeot a remis la main sur le Dakar en 2016, un...

©AFP/FRANCK FIFE

"C'est l'intensité qui fait la beauté de cette victoire", a réagi Stéphane Peterhansel (Peugeot), vainqueur samedi de son treizième Dakar, le septième en auto après six en moto.

Q: Une treizième victoire dans le Dakar a-t-elle toujours la même saveur ?

R: "Il y en a qui sont plus importantes que d'autres. Celle-là, elle a une saveur car elle a été intense et la compétition a été au p...

©AFP/FRANCK FIFE

Le Britannique Sam Sunderland (KTM), 27 ans, a remporté samedi son premier Dakar, à l'issue des 64 km de la 12e et dernière spéciale du Dakar-2017 à Rio Cuarto, en Argentine.

Sunderland, premier Britannique à s'imposer en moto, avait participé au rallye-raid à deux reprises, soldées à chaque fois par un abandon, en 2012 et 2014. Il succède au palmarès à l'Australien Toby Price, qui avait ...

©AFP/FRANCK FIFE

L'Espagnol Joan Barreda Bort remporte finalement la 11e étape du Dakar-2017 vendredi, devant son coéquipier portugais Paulo Gonçalves, auteur du meilleur temps scratch, après s'être vu créditer de 02 min 59 sec pour avoir été induit en erreur sur sa route par des spectateurs.

Souvent placé mais pas encore gagnant, Gonçalves avait bouclé en 03 h 18 min 47 sec les 288 km chronométrés de la 1...

©AFP/Franck FIFE

Une treizième victoire dans le Dakar conquise un vendredi 13: sauf incident, Stéphane Peterhansel devrait ajouter samedi une unité à son record de 12 victoires (6 en moto et 6 auto), obtenue de haute lutte face à son coéquipier Sébastien Loeb dans la 11e étape.

Si l'étape de vendredi, entre San Juan et Rio Cuarto, en Argentine, revient à Loeb, l'histoire retiendra surtout qu'elle a propuls...

Lire la suite >
Enduropale (Enduro du Touquet avant 2006) Cette épreuve d'enduro a été lancée sur une idée de Thierry Sabine, le créateur du Paris-Dakar en 1979, qui était alors attaché de communication à la mairie du Touquet. Cette course de moto a lieu depuis 1975 pendant le premier dimanche de février dans la station balnéaire du Touquet dans le Pas-de-Calais. Au fil des années, c’est devenue la plus grande course d’enduro européenne rassemblant quelque 1 700 pilotes et plus de 300 0...
  Record de victoires : 7 succès pour le pilote français Arnaud Demeester sur une Yamaha entre 1995 et 2008. Record de victoires de suite : 5 succès pour Kees Van der Ven NED (1982-1986), 3 pour Eric Geboers BEL (1988-1990) et Adrien Van Beveren FRA (2014-2016).     Copyright Sportquick/Promedi ...
Surnommé 'Bubba', il est la grande star du motocross qui a révolutionné la discipline en alliant fluidité, vitesse et maîtrise. Il est aussi le premier pilote afro-américain à avoir gagné tous titres majeurs de la discipline. Dès l'âge de six ans, il a remporté des multiples championnats régionaux, nationaux (onze titres chez les amateurs) et avant tout trois titres mondiaux. Il compte 50 victoires en Supercross, le 2eme meilleur total derrière les 72 victoires de Jeremy McGrath....
Il est le pilote le plus prolifique en Supersport. Champion du monde en 2007, 2010, 2012, 2015 et 2016 (2eme en 2013, 3eme en 2006 et 2009 ; 38 victoires, le record, 78 podiums, 30 poles et 28 meilleurs tours en 116 courses). Il a également couru en Moto2 (17eme au classement final en 2011) et en Superbike (23 courses).   Copyright Sportquick/Promedi ...
Champion américain de Superbike (AMA superbike) en 2006, 2007 et 2008. Il a été la sensation du championnat du monde en 2009 en remportant le titre mondial dès sa première saison après avoir remporté 14 des 28 courses (11 poles-position dont 7 de suite, un record). Il a fait ses débuts en MotoGP en 2010 (meilleur débutant de la saison) et a signé sa première victoire aux Grand Prix des Pays-Bas en juin 2011. Il a décroché 6 podiums, 1 pole (chez lui à Indianapolis en 2010) et 1 meilleur tour...
Le Dakar (Paris-Dakar avant) a été conçu par Thierry Sabine. Thierry Sabine (1946-1986) Créateur en 1975 de la course de moto ‘L’enduro du Touquet’, il est aussi à l’origine du Paris-Dakar. Il a eu l’idée de créer un grand rallye auto/moto après qu’il s’est perdu dans le désert lors de la course à moto ‘Abidjan-Nice’ quelques années avant. Il est mort (avec le chanteur Daniel Balavoine, la journaliste Nathaly Odent, le technicien radio Je...
En janvier 2017, il est devenu le premier motard britannique, vainqueur du Dakar (3 victoires d'étapes : 1 en 2014, 2015 et 2017). Il avait abandonné en 2012 et 2014. ...
Vainqueur du Dakar en 2016 pour sa deuxième participation après 2015 au guidon d'une KTM. Il est le premier pilote australien et non-européen sacré dans le Dakar. 7 victoires d'étapes (1 en 2015, 5 en 2016, 1 en 2017). ...
  Le Touareg du Dakar   Le Dakar a souvent changé de parcours. Les différentes itinéraires ont été : Paris-Alger-Dakar (10 000 km) de 1979 à 1988 ; Paris-Tunis-Dakar (10 800 km) en 1989 ; Paris-Tripoli-Dakar (11 000 km et 9 100 km) en 1990 et 1991 ; Paris-Sirte-Le Cap (12 400 km) en 1992 ; Paris-Tanger-Dakar (8 800 km) en 1993 ; Paris-Dakar-Paris (13 300 km) en 1994 ; Grenade-Dakar (10 100 km et 7 500 km) en 1995 et 1996 ; Dakar-Agadès-Dakar (8 000 km) en 1997 ; Paris-Grenade-Daka...
Pilote de rallye-raid à la fois en moto et en auto. Premier espagnol vainqueur du Dakar, en 2004 après huit années d'échecs (12 victoires d'étapes; 8 participations). Il remporta le Dakar une deuxième fois en 2014 mais cette fois-ci en auto (2eme en 2012, 3eme en 2006, 4eme en 2013 et 2017 ; 13 victoires d'étapes; 12 participations en auto). Il est ainsi devenu le troisième pilote à gagner dans les deux catégories auto/moto après Hubert Auriol et Stéphane Peterhansel. Grand favor...
Valence, Moto2, Moto3 : Nakagami et Bulega confirment
Aujourd’hui avait lieu la seconde journée du test privé que certaines écuries Moto2 et Moto3 avaient choisi de disputer et comme hier, c’est Takaaki Nakagami pour la classe intermédiaire et Nicolo Bulega qui se sont montrés les plus véloces. Pourtant, rien n’a été facile pour le japonais puisque malgré une amélioration de près de trois dixièmes par rapport à la veille, il a dû batailler jusqu’à la fin de la journée pour maintenir Morbidelli derrière lui. En effet, seuls 88 petits millièmes séparent les deux Kalex.    Ils devancent Luca Marini qui, hier, avait roulé sans transpondeur, comme Tom Lüthi et Dominique Aegerter qui place sa toute nouvelle Suter au quatrième rang. Xavi Vierge clôture le top 5 et devance Baldassarri, Cortese et Kent. Le meilleur rookie est Navarro. Il devance Hernandez, Gardner, Pawi et ce sont les deux pilotes du VR46 qui ferment la marche de la catégorie intermédiaire avec le quatorzième temps pour Bagnaia et le quinzième pour Manzi. Bulega a été le pilote Moto3 le plus rapide devant Oettl et Arenas qui, hier, n’avait pas monté son transpondeur. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook Source chrono : GPone ...
Valence, Moto2, Moto3 : Nakagami et Bulega?enfin?peut-être !
Alors que les moteurs viennent à peine de se taire à Philip Island, plusieurs teams Moto2 et Moto3 avaient fait le choix de mener des tests privés à Valence en cette fin de semaine. C’est ainsi qu’on a notamment pu croiser les Suter de chez Kiefer et de chez Dynavolt, les Kalex de chez VDS, D’Idemitsu, de Sky, de Forward, de chez Gresini ou encore les Mistral de chez Tech3. On notera onc que malgré une petite chute, c’est Nakagami qui a réussi le meilleur temps devant Morbidelli et Marcel Schrötter. Cependant, il faut rester prudent avec ces résultats puisque plusieurs pilotes, et pas des moindres, avaient fait le choix de ne pas embarquer de transpondeur. C’est notamment le cas de Tom Lüthi, d’Alex Marquez et de Luca Marini. A signaler la présence de Dominique Aegerter, de retour après son éviction de la saison dernière par CarXpert et celle de Yonny Hernandez, qui retrouve le Moto2 après plusieurs saisons en MotoGP En Moto3, seuls trois pilotes ont marqué le classement de leur présence et c’est Bulega qui a signé le meilleur temps devant Oettl et Migno. Ceci dit, comme en Moto2, plusieurs pilotes n’avaient pas de transpondeur et c’est ainsi que nous n’avons aucune information sur les chronos de Maria Herrera, Gabriel Rodrigo, Lorenzo Dalla Porta et Albert Arenas. Tous ces pilotes se reverront demain pour une seconde journée. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Philip Island : Marc Marquez ne s'est pas loupé !
Si en Australie, comme avant ça en Malaisie et encore avant en Espagne, les honneurs de la première place lui ont échappé, il n’empêche que Marc Marquez a une fois de plus répondu présent. Embêté par des problèmes de choix de moteur à Sepang, l’espagnol, qui a d’ailleurs continué ses tests comparatifs en Australie, a su une fois de plus trouver les justes réglages afin de se rassurer sur sa compétitivité. Il repart de Philip Island avec deux certitudes : celle qu’il a un rythme de course pour jouer le titre et celle qu’avec Maverick Viñales, il risque d’avoir une bobine de fil à retordre. « Je suis très content de la manière dont le test s'est déroulé aujourd'hui, parce que nous nous sommes beaucoup améliorés, surtout l'après-midi, même si j'ai réussi mon meilleur chrono la matinée. À la fin, je me sentais beaucoup plus à l'aise. Les longs runs d’hier ont été utiles pour améliorer l'électronique et nous rapprocher du niveau que nous voulions atteindre. Dans l'ensemble, je pense que cela a été trois jours très positifs, et où nous avons fait du bon travail. Aujourd'hui, j'ai reçu un cadeau assez drôle de mon équipe : une loupe ! Je sais que je suis pointilleux lorsque je demande qu’on vérifie les data pour trouver les problèmes que nous avons et ils m’ont dit qu’ainsi je pourrais les trouver moi-même. Je suis très reconnaissant envers le HRC qui fait beaucoup d'efforts car progressivement, nous nous améliorions. J'aimerais souhaiter tout le meilleur à mon chef d'équipe Santi Hernandez, qui n'a pas pu être ici à Philip Island à cause de contrôles médicaux. Il nous a tous manqué et nous sommes impatients de le voir avec nous à nouveau lors du prochain test ! » Quant à ses adversaires, il déclarait ensuite à GPOne que : « les rivaux se voient à la première course, mais je pense que Rossi et Viñales seront devant. Les Ducati ont eu du mal ici mais il faut toujours les tenir à l’œil. Je pense que Pedrosa sera aussi très fort cette saison ». Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Lorenzo : « les choses peuvent facilement changer en MotoGP »
Si on se limite a regarder la dernière feuille des temps des tests de Malaisie, on pourrait aisément se dire qu'au final, une huitième place pour Lorenzo ce n'est quand même pas bien terrible. Pourtant, si on se met à la comparer à celle d'hier, on peut alors se dire qu'il s'est passé un truc aujourd'hui pour l'espagnol puisqu'hier, il occupait une très pâle 15ème place. Lorenzo a gagné près de 9 dixièmes et c'est en soi déjà une belle récompense pour les efforts fournis et l'abnégation mise en œuvre pour réussir son pari de la Ducati. Il lui reste bien entendu beaucoup de travail mais comme il le signalait, en MotoGP, les choses peuvent changer très rapidemment. « Il y a encore beaucoup de travail pour obtenir une moto complète dans toutes les situations et sur toutes les pistes, mais on sais où on doit s'améliorer. J'ai accompli un pas en avant par rapport à Sepang mais en Malaisie, cela avait été plus facile. A Phillip Island, cela a été le plus difficile pour toutes les Ducati d'être compétitives, à cause du vent, des types de virages, pour de nombreuses raisons. En fin de compte je l'ai fait et je n'ai pas utilisé les pneus tendres lorsque le circuit était le meilleur. J'aurais peut-être pu gagner 3 dixièmes. Mais le chrono n'a pas d'importance, ce qui compte c'est le feeling sur la selle.Mon objectif était d'améliorer mon feeling et de me rapprocher de la limite de la moto et je l'ai atteint. Je peux donc dire que ce fut un bon test, bien que la route pour arriver au meilleur niveau est est encore longue.Marc et Maverick sont très rapides et leurs motos très compétitives sur cette piste, mais les choses peuvent facilement changer en MotoGP.Quand j'ai monté les nouveaux pneus Michelin, qui offraient plus de grip, la situation a complètement changé et cela a résolu la moitié de nos problèmes. Au Qatar, s'il y a un bon niveau de grip, sur une bonne piste pour les choses Ducati, cela pourrait complètement changer.Ceci dit, je ne sais pas si nous sommes prêts à nous battre pour la victoire parce que nous n'avons plus les ailerons et que nos rivaux ont fait un pas en avant. Toutefois, je pense que nous serons mieux au Qatar qu'ici. »Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook Source : GPOne ...
Viñales : « on va s'amuser cette année ».
Maverick Viñales s'amuse au guidon de la M1 et ses chronos démontrent toute la puissance du jeune espagnol. Au terme des neuf jours de tests (Valence – Sepang – Philip Island) c'est lui qui a réussi l'énorme performance de collectionner les trois meilleurs temps. L'ancien pilote Suzuki fait peur et inquiète légitimement ses adversaires, à commencer par son équipier, Valentino Rossi. Toutefois, comme il le signalait, sous-estimer le nonuple Champion du monde serait une erreur car comme il le sait, les essais n'ont jamais été le lieu où Rossi brillait le plus même si, aujourd'hui, l'écart est quand même vraiment grand ! Mais les essais ne sont pas la course...rendez-vous est donc pris pour le 26 mars sous les lampes du Qatar. « Je suis content parce que nous avons essayé tout le matériel dont nous disposions et que nous avons reçu un feedback positif. Je me rends compte que je m'améliore constamment. Je pars très confiant pour le Qatar, tout en sachant que nous avons toujours du travail à faire.Aujourd'hui, j'ai travaillé pour définir le set-up de la moto et même sur les longs runs, j'ai réussi à être compétitif. Le rythme est bon, égale à celui de Marquez. Je savais qu'il descendrait aussi sous la barre des 1,29. On va s'amuser cette année.J'ai encore du travail sur le freinage parce que je ne suis pas encore au sommet comme je le voudrais. Dans le dernier tour, il est crucial d'être au top dans ce domaine.L'équipe que nous formons avec Marelli et Forcada n'est peut-être pas encore à 100%, parce que mon expérience avec Yamaha ne fait que commencer, mais elle le sera bientôt.Je ne pense pas encore au Championnat, je suis juste concentré sur la moto pour comprendre jusqu'où je peux aller.Rossi semble en difficulté mais je ne lui fais pas confiance car ces jours-ci, il a travaillé sur des choses différentes. Je préfère me concentrer sur ma moto, en prenant de plus en plus de confiance. Sous-estimer Valentino serait une grave erreur. » Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook Source : GPOne ...
Phillip Island: Maverick, qui d'autre?
Vous êtes à table, les bons plats ont défilé devant vous, vous vous êtes régalé et voilà que la tentation est trop forte: si je m’offrais un petit dessert supplémentaire? C’est exactement ce qu’a dû se dire Maverick Viñales, lorsqu’il a repris la piste, ce matin, à dix minutes de la fin des essais officiels de Phillip Island. Dominateur depuis la veille – depuis le début des essais hivernaux! -, le nouvel équipier de Valentino Rossi a commencé cette ultime journée australienne en rappelant qu’il n’était pas décidé à laisser des ouvertures chronométriques aux autres: dès son treizième tour, Viñales signait le meilleur chrono absolu de la semaine, un temps que personne n’arrivait à approcher au fil des heures. Personne, vraiment? Oui, lui-même, en s’offrant justement comme dessert supplémentaire trois tours d’affilée plus rapide que le meilleur temps de son premier dauphin – le champion du monde en titre Marc Marquez – dans ces fameuses dix dernières minutes des essais de Phillip Island. Jeu, set et match? Les essais sont ce qu’ils sont, reste que l’impression laissée par Maverick est toujours plus solide, à l’heure où son prestigieux équipier, Valentino Rossi, a connu un second jour difficile d’affilée et qu’à son tour, Marc Marquez célébrait son anniversaire avec la deuxième place de cette hiérarchie. A retenir également, aujourd’hui, la formidable performance de l’Allemand Jonas Folger, le nouveau protégé d’Hervé Poncharal, malgré une chute sans conséquences physiques (sa première, chez les grands). Coup de chapeau, aussi, à Alex Rins, qui a encore battu son équipier Andrea Iannone et, surtout, retour au contact – au moins de son second, Andrea Dovizioso – de Jorge Lorenzo, qui continue de se poser pas mal de questions. Il est certain que chez Ducati, le travail ne va pas manquer ces prochaines semaines, le passage de la GP16 à la GP17, donc la disparition des ailerons avant sur le carénage, posant de sérieuses difficultés aux pilotes et à leurs techniciens. Alvaró Bautista et Karel Abraham mis à part, tout le monde a signé ses meilleurs chronos aujourd’hui, ce qui permet de dessiner une première hiérarchie 2017: Maverick Viñales est en-dessus du lot, Marc Marquez est pour le moment son principal contradicteur, Dani Pedrosa ne fait pas de bruit mais est bien présent, les Ducati sont battues et, grâce à Aleix Espargaró, la surprise de ces essais est signée Aprilia, dixième chrono à 8 dixièmes de Viñales… et devant Valentino Rossi, le grand perdant de ce voyage en terres australes. Faut-il d’ores et déjà s’en inquiéter? Mister 46 a passé la journée à tester différentes pistes, via des runs de quelques tours seulement. Un signe qui confirme que, pour le moment, il n’a pas trouvé la solution idoine. A revoir dans trois semaines, à Doha. Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Philip Island, jour3 : à une heure du terme, Viñales contrôle, Folger passe un cap mais chute
Hier, pour la seconde journée de tests sur le circuit de Philip Island, Maverick Viñales s’était offert la première place avec panache puisqu’il avait été le seul à passer sous la barre des 1.29. Il avait signé un cinglant 1.28.847 qui, jusqu’hier, était le meilleur chrono d’une MotoGP chaussée en Michelin sur le tracé australien. Mais Viñales n’avait visiblement pas envie d’en rester là puisqu’aujourd’hui et alors qu’il ne reste plus qu’une heure avant la fin de ce test australien, le pilote Yamaha maintient le cap avec un chrono en 1.28.549. Derrière lui, on retrouve Marc Marquez à 295 millièmes et le toujours plus convaincant Jonas Folger qui s’offre le luxe de la troisième place. Folger avait dit espérer passer un cap, c’est donc chose faite.   On soulignera tout de même que dans son 52ème tour, l’allemand a connu la première chute de sa carrière en catégorie reine. Alex Rins signe l'autre performance du jour avec une quatrième place devant Pedrosa et Dovizioso. Suivent Crutchlow, Miller qui confirme, Aleix Espargaro et Bautista qui clôture le top 10. Valentino Rossi est actuellement bloqu à une lointaine onzième place. Iannone est douzième, derrière son équipier tandis que Jorge Lorenzo pointe à la treizième position, juste devant Johann Zarco.      Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Folger?la bonne surprise qui n'en est déjà plus une !
Maverick Viñales s’est particulièrement bien adapté à la Yamaha après deux excellentes saisons sur la Suzuki mais il n’est pas le seul à s’être rapidement acclimaté à son nouvel environnement. En effet, et même si on se réjouit de la réussite de Johann Zarco, difficile de passer sous silence les performances de Jonas Folger, son équipier. Hervé Poncharal nus l’avait dit la semaine passée, que ce soit en Moto3 ou en Moto2, Folger ne pouvait pas piloter la moto comme il le désirait. En revanche, la MotoGP semble lui convenir et sa septième place d’aujourd’hui, devant un pilote comme Rossi, n’est certainement pas le fruit du hasard.   Quoi qu’il en soit, que ce soit pour Zarco ou Folger, nous n’en pouvons plus d’attendre que les lampes de la nuit qatarie s’allument enfin ! « Avec les gars de chez Tech3, nous avons réalisés de belles choses aujourd’hui et globalement je suis très heureux. Nous avons essayé beaucoup de réglages et beaucoup de pneus mais nous nous sommes principalement concentrés sur différentes positions de pilotage sur les deux motos. Après avoir accompli une certaine distance sur la version modifiée, nous avons compris que l'original que nous avions utilisé était meilleure alors nous sommes revenus à cette version. Nous avons fait un grand pas en avant aujourd'hui, surtout en ce qui concerne mon feeling et ma confiance sur cette piste qui est vitale en raison de tous les virages rapides. Mon rythme était également très positif, donc globalement je suis vraiment heureux, c'était une journée très réussie ! Je suis impatient de remonter sur la Yamaha demain et je suis sûr que nous pourrons repartir de là où nous nous sommes arrêtés aujourd’hui, et accomplir un excellent travail ! » // Créez votre propre sondage sur les commentaires des utilisateurs Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Viñales et le remake de « catch me if you can »
Dire que Maverick Viñales s'est bien adapté à la M1 n'est certainement pas trahir la vérité puisque l'espagnol, qui s'était déjà montré le plus rapide à Valence et à Sepang, l'a encore été aujourd'hui à Philip Island. Alors on dira que lui a essayé des pneus tendres le matin et n'a plus réussi à améliorer l'après midi mais ce chrono, le meilleur en Michelin sur ce circuit, est tout sauf le fruit du hasard car si ce dernier peut parfois expliquer une performance, il ne peut les expliquer toutes. Maverick Viñales est un os dur comme dirait les italiens et en parlant d'italien, celui à côté de lui ne l'a pas caché, Maverick Viñales sera un équipier difficile à battre. « Aujourd'hui, nous nous sommes principalement concentrés sur le rythme de course et honnêtement nous avons fait un excellent travail, nous avons fait un grand pas par rapport à hier. Je me sens plus à l'aise sur la piste et je reçois plus de grip des pneus. Je pense que nous avons fait du bon travail aujourd'hui, mais nous avons encore du travail à faire. Nous avons besoin de choisir le châssis que nous aimons et décider sur quelques autres choses. Nous avons encore beaucoup de tours devant nous. Bien entendu, j'ai essayé d'aller plus vite à la fin de la séance d'aujourd'hui, mais dans le secteur trois et quatre il y avait beaucoup de vent donc je n'ai pas su battre le temps que j'ai réussi ce matin, mais je suis heureux de toute façon. J'ai été rapide avec les deux châssis et j'étais tout le temps dans des chrono en 1'29. Comme je l'ai dit, nous avons fait un grand pas en avant aujourd'hui et nous essaierons de franchir une autre étape demain. » Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Rossi: «Viñales sera difficile à battre»
Nos confrères italiens de gpone.com viennent de mettre en ligne une interview de Valentino Rossi, qui parle de cette journée, forcément particulière pour lui. «Etre à Philipp Island avec un temps aussi magnifique et piloter une M1 durant toute la journée, même si c’est parfois compliqué, c’est déjà un très joli cadeau», explique Rossi, le jour de son 38e anniversaire.  Que s’est-il passé aujourd’hui? J’ai eu un peu plus de peine par rapport à hier, spécialement cet après-midi. Ce matin, ce n’était pas mal du tout, je me sentais même plus fort que mercredi et j’avais un rythme très intéressant. Je pensais donc pouvoir améliorer sérieusement mes chronos, mais nous avons opéré quelques changements importants à la moto, et cela ne m’a pas convenu. J’ai aussi essayé de faire un long run, sans jamais parvenir à être assez rapide. Oui, j’ai souffert. Qu’est-ce que vous recherchiez? Améliorer le rythme, spécialement avec les pneus usés, mais j’ai beaucoup souffert avec le vent et je n’étais pas rapide. Disons que le travail de cet après-midi a été totalement inutile. Vous avez déjà réfléchi à ce que vous allez faire demain? Nous devons chercher une autre direction, parce que cet après-midi, je n’étais vraiment pas compétitif. L’objectif sera double: améliorer le chrono sur un tour et faire une simulation de course pour comprendre mon rythme. Aujourd’hui, vous n’avez pas utilisé le nouveau carénage, pourquoi? Sur ce circuit, je préfère l’ancien. C’est un tracé très particulier, très rapide et avec autant de vent, je me sens plus à l’aise avec le carénage standard. Ceci posé, je pense que, désormais, le carénage va devenir un élément important du setup: le nouveau fonctionnera bien sur certains circuits, alors que le standard sera plus efficace ailleurs. Niveau châssis, le choix est fait ? Je préfère le nouveau même si, demain, nous allons faire d’autres comparaisons. Viñales se place une nouvelle fois devant tout le monde. Le moment est venu de se préoccuper? Maverick est très rapide, il l’a été dès ses débuts avec la Yamaha, il se sent bien sur la M1. Il sera certainement difficile à battre, mais j’ai déjà connu ce genre de situations ces dernières années avec Lorenzo. Vous l’avez suivi pendant quelques tours. Sera-ce une stratégie pratique dans le futur? Pourquoi pas (il rigole). Nous sommes tous très jaloux quand quelqu’un essaie de nous suivre. Mais il y aura certainement des moments durant la saison où l’un de nous deux sera plus rapide que l’autre; alors, on pourra s’aider. Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Philip Island, jour 2 : Viñales, dites-le avec des fleurs?
La Saint-Valentin chère aux amoureux l’autre jour, Santo Valentino aujourd’hui – Sa Majesté célèbre son 38e anniversaire ce jeudi -, Maverick Viñales ne pouvait pas ignorer cette double coïncidence. Il a donc offert, ce matin à Phillip Island, un cadeau à sa mesure à son nouvel équipier… La Yamaha M1 millésime 2017 est très bien née, tout le monde l’a compris dès la reprise des tests hivernaux du côté de Sepang. A l’équilibre général de la moto – la force de la Yamaha depuis plusieurs saisons -, les ingénieux japonais ont été, à cette heure, les plus habiles à compenser l’interdiction des petits ailerons qu’on avait vu apparaître l’an dernier à pareille époque sur les Ducati. Lin Jarvis, le patron du team «Factory», qui a eu la lourde tâche ces dernières années de tenter d’éviter les éclats trop bruyants entre Valentino Rossi et Jorge Lorenzo, pensait-il, en faisant un pont d’or à Maverick Viñales, qu’il allait s’épargner des soucis? Certainement pas, car l’homme est assez connaisseur des choses de la course pour avoir compris depuis longtemps qu’en matière de talent pur et de possibilités, si un anti-Marquez existe, c’est bien lui, ce Maverick au caractère fort, qui a connu des hauts et quelques crises pour arriver en MotoGP. Et qui, depuis, s’y éclate. L’an dernier, il a offert à Suzuki une victoire historique. Depuis le début de l’intersaison, il se fait un plaisir de battre régulièrement son glorieux équipier, son aîné qui célèbre aujourd’hui son 38e anniversaire. On ne sait pas encore si tout le monde s’est retrouvé autour d’une bière pour fêter l’événement, ce que l’on a vu sur la piste, au deuxième jour des essais de Phillip Island, c’est que lors de son 21e tour, Maverick a signé un chrono que personne n’allait approcher, pas même Marquez – 107 tours pour lui -, ni Crutchlow, les deux pilotes Honda accusant un retard de plus de 4 dixièmes. Valentino Rossi a-t-il apprécié à sa juste valeur le cadeau – ou plutôt le message - de son équipier? On attend avec impatience la réponse à cette question qui sera l’un des éléments clefs de la saison à venir. Avec une autre: chez Ducati, doit-on s’inquiéter pour Jorge Lorenzo, seulement quinzième aujourd’hui? Du côté de Borgo Panigale, on continue de travailler et de tenir un discours positif à ce propos, mais on sent à certains regards que les choses sont un peu plus complexes que cela. Autre sensation du jour: le sixième chrono absolu d’Aleix Espargaró, avec une Aprilia qui a essayé l’espace de quelques tours un carénage totalement original que les techniciens de Noale ont caché le plus qu’ils le pouvaient. A suivre… Pedrosa seulement seizième? L’Espagnol s’est réveillé avec de la fièvre et après un passage entre les mains des médecins de la clinique mobile, il a décidé de se reposer une grande partie de la journée, avant de prendre la piste à 15 h, pour une quarantaine de tours. Enfin, nouveau coup de chapeau à Alvaró Bautistá, meilleure représentant Ducati du jour, à Jonas Folger (7e), Alex Rins (9e) et Johann Zarco (11e), les trois meilleurs rookies ayant passé un cap en cette seconde journée de Phillip Island. Reste que le fait du jour, c’est bien ce cadeau sous forme de nouvel avertissement à Valentino Rossi: en coulisses, Maverick Viñales sera un équipier moins difficile à vivre pour lui que ne l’était Jorge Lorenzo. Mais il sera un adversaire tout aussi, peut-être plus encore sérieux sur la piste. Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Philip Island, J2 : Maverick Viñales et ses petites piqures de rappel, Zarco top 10
Hier, lors de la première journée des seconds tests officiels du MotoGP à Philip Island, c’est Marc Marquez qui avait empoché la mise en devançant Valentino Rossi, Andrea Iannone et ce diable de Maverick Viñales. Aujourd’hui et alors qu’il ne reste plus qu’une heure avant la fin de la seconde séance, c’est le jeune pilote Yamaha qui est en train de mettre tout le monde d’accord en étant le seul à être descendu sous la barre des 1.29. Il signe d'ailleurs le meilleur chrono en Michelin sur le tracé australien. On sait toutefois que c’est maintenant que devrait débuter le ‘time attack’ et que les positons pourraient encore fortement changer. Ceci dit, Viñales a effectué une petite piqure de rappel à ses adversaires en devançant Marquez de 462 millièmes. Derrière, on retrouve Cal Crutchlow à 478 millièmes, Bautista à 564 et Dovizioso, en meilleure forme qu’hier (9ème) à 636 millièmes. Valentino Rossi, qui fête aujoud'hui son 38ème anniversaire, occupe la huitième place derrière le surprenant Folger et Aleix Espargaro au guidon de l’Aprilia qui, pour l'occasion, étrenne un tout nouveau carénage . On notera avec plaisir l’entrée de Johann Zarco dans le top 10 et la treizième place de Lorenzo à 1,350 seconde de Viñales.     Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook // Créez votre propre sondage sur les commentaires des utilisateurs ...
La colonne à Jicé : Où il est question de génétique?
Je vais vous avouer l’inavouable : avec ma famille plusieurs fois recomposée, il m’arrive parfois de devoir prendre un peu de temps pour m’y retrouver, rapport aux différentes générations qui se rencontrent, à cette fiancée plus jeune que les aînés de mes enfants et à ma petite dernière qui est déjà tante. Alors, imaginez quand il s’agit d’analyser l’importance de l’héritage familial – je ne parle pas d’argent – dans le sport de très haut niveau… Stuart Graham, vainqueur de deux GP (un en 50, l’autre en 125) en 1967, était le fils de Leslie, le premier champion du monde 500, en 1949. Héritage génétique donc parfaitement maîtrisé. Pas question, à ce stade de cette grande étude, d’oublier la dynastie des Dunlop, de Joey à Robert en passant par tous les autres. Remarquable là-aussi… Pas plus que les Roberts. Quoique… Voici un premier exemple qui m’a toujours interpellé. Alors que j’accompagnais des pilotes suisses au ranch de Kenny « The King », du côté de Modesto, je me souviens très bien avec quels yeux et quelle patience Kenny s’occupait de « Junior » sur les pistes de dirt-track tracées dans la vaste propriété. A cette époque, Kurtis, pas plus haut que quelques pommes, demandait son lot d’attention, mais Kenny « Senior » semblait l’ignorer. Il le traitait de tous les noms – la plupart à ne jamais répéter – et affirmait qu’il n’était bon à rien et que, jamais, il ne ferait une carrière. Le « King » ne s’était pas trompé en termes de résultats, il a juste, alors, oublié qu’un père devait éviter de montrer trop de différences d’un enfant à l’autre. D’ailleurs, cela s’est très mal passé entre les deux ces derniers mois, K. Roberts (Kenny Senior) et K. Roberts (Kurtis) s’étant retrouvés à plusieurs reprises devant la justice, pendant que K. Roberts (Kenny Junior) regardait cela de loin. Revenons maintenant de ce côté-ci de l’Atlantique. Cap au sud, direction l’Espagne et les Nieto. Ah, en voilà une vraie famille de coureurs, Angel 12 + 1, Angel Junior, Pablo et « Fonsi », c’est du solide ! Le problème est que le plus brillant des trois « descendants » d’Angel, Alfonso « Fonsi » se nomme en vérité Gonzales, puisqu’il est le fils de la sœur d’Angel Senior. Vous suivez ? Quand on annonçait « Fonsi » Nieto sur la plus haute marche du podium, on commettait une erreur nominale. Vous en voulez encore ? Que je vous dise que dans ma Suisse chérie, Hansueli Lüthi, le papa de Tom, a été pilote avant lui ? C’est vrai, il a participé à quelques courses du challenge Honda, en roulant à un tel niveau que lorsque j’avais montré à Tom une feuille de résultats de son paternel, il avait ri comme jamais. Ce qui m’a fait comprendre que le talent n’était pas une denrée automatiquement distribuée d’un père à son fils. Mais je vous vois venir. Vous vous dites : « L’autre, le Jicé avec ses grands sabots, il oublie juste le plus important de tous : Valentino Rossi, digne fils de Graziano. Et frère aîné de Luca : la preuve est faite. » Sauf que Luca Marini n’est que le « demi » frère de Sa Majesté, le fils de sa maman. Je me demande donc sérieusement si, finalement, le talent de pilotage n’est pas un gène 100% féminin… Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Philip Island, Zarco : étape un bouclée, vivement la suite !
Philip Island n’est certainement pas le circuit qui réussit le mieux à Johann Zarco et on en veut pour preuve sa douzième place de la saison dernière. Pour y avoir chuté à plusieurs reprises, le Français ne s’y sentait pas spécialement en confiance alors aujourd’hui, la première étape de ses tests consistait à aligner des tours afin de trouver le feeling au guidon de la M1. C’est désormais chose faite puisque le pilote Tech3 y a bouclé la bagatelle de 80 tours avec un chrono certes pas mirobolant mais malgré tout acceptable puisqu’il ne clôturait qu’à moins de trois dixièmes du top10. Demain, il devrait passer à l’attaque et surtout, travailler un set-up qui, on s’en doute, a encore besoin d’être peaufiné. « Le premier jour à Phillip Island s’est déroulé positivement pour moi et je suis impatient de remonter sur la moto demain. Les conditions étaient vraiment bonnes et la température était chaude, ce qui fait que j’ai pu réaliser beaucoup de tours. Je dois admettre que je n'étais pas totalement confiant sur ce circuit parce que j’y ai chuté quelques fois en Moto2 les années précédentes, donc la tâche principale aujourd'hui était de continuer à rouler afin de me sentir plus à l'aise. Nous n'avons pas ajusté trop d'aspects techniques parce que j'ai juste couvert de la distance. Ceci dit, étape par étape je m'améliore et je me sens plus positif. Donc, dans l'ensemble, aujourd'hui, la journée était encourageante mais nous avons du travail pour jeudi et vendredi. » // Créez votre propre sondage sur les commentaires des utilisateurs Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Lorenzo : « j'essaye de comprendre ce qu'il faut faire »
Si à Valence, l’adaptation de Jorge Lorenzo à la Ducati avait semblé partie sur de bonnes bases, les lendemains déchantaient malgré tout quelque peu à Sepang sans pour autant être catastrophiques. Et à Philip Island, il s’avère que cette tendance se confirme puisqu’aujourd’hui, l’espagnol a clôturé à une lointaine onzième place à 1,134 secondes de Marquez, leader. Bien entendu, la situation est loin d’être désespérée mais elle a tout de même de quoi inquiéter, pas tant pour Lorenzo mais bien, plus généralement, pour les Ducati puisque l’expérimenté Dovizioso n’a guère fait mieux en terminant à 913 millièmes du meilleur temps. Lorenzo cherche et se cherche toujours au guidon d’une Ducati dont on attend avec impatience qu’elle franchisse enfin la dernière étape qui la sépare encore des motos de pointe.      "La journée a été difficile parce qu'après deux semaines, j'ai un peu perdu l'habitude. Nous avons utilisé un nouveau pneu à l'arrière, mais il ne m'a pas aidé. En fait, j'ai même failli tomber dans le final. Nous sommes conscients que nous devons nous améliorer dans plusieurs domaines. Évidemment, je ne suis toujours pas au sommet, je dois mieux comprendre la moto et découvrir où est la limite.Je dois me concentrer sur le freinage, les virages rapides et même l'accélération. Ce qui me donne confiance c'est la puissance du moteur dans les lignes droites. Dommage du vent, parce que je sentais qu'on avait peu de stabilité à l'avant.Avec les ailerons, cela serait plus facile, en particulier lors du freinage. Maintenant, nous essayons de travailler sur le set-up pour réduire l'écart. Je n'arrive pas à piloter la Ducati de la manière naturelle que je voudrais. En Malaisie, j'ai dû attendre presque deux jours, ici, j'espère qu'il faudra un peu moins. Maintenant, on essaye de travailler le set-up pour diminuer l'écart.Je peux dire que la nouvelle moto est meilleure sous certains aspects, mais il n'y a pas eu un grand pas en avant. J'essaie de comprendre ce qu'il faut faire." // Créez votre propre sondage sur les commentaires des utilisateurs Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Rossi : « Marquez est l'homme à battre et la référence »
Aujourd'hui, à Sepang, Valentino Rossi a connu une journée en deux épisodes. Le premier, difficile et peu convaincant, avant la pause ou il manquait de chuter à Siberia et le second, avec un bon chrono à la clé, où l'italien a su retrouver un rythme correct mais sans pour autant pouvoir concurrencer celui de Marquez. Le problème du pilote Yamaha viendrait de la maîtrise des pneus usagés et comme il le signalait à sa descente de moto, il lui reste pas mal de travail dans ce domaine. «Nous avons assez mal débuté la journée, je n'étais pas rapide. Je n'avais pas confiance en la M1 et c'était difficile, même sur le rythme. Ensuite, pendant la pause, nous avons analysé les données, l'équipe a bien fonctionné et nous avons apporté quelques modifications à la moto. Du coup, l'après-midi, nous étions plus compétitif et même le rythme n'était pas mauvais. A la fin de la journée, avec des pneus neufs, j'ai réussi un bon chrono, le vent était tombé et j'ai pu pousser. Nous sommes 2e avec un bon chrono mais il y a encore beaucoup à faire. Surtout sur le rythme de course car nous rencontrons encore des difficultés avec les pneus usagés et il faut travailler là dessus. Nous espérons réussir lors des deux prochains jours. » Des progrès à faire donc pour se coller au plus près de celui qu'il voit comme l'homme à battre : Marc Marquez ! « Marquez était clairement le plus rapide en piste lors de tous les tests que nous avons disputé : à Valence, à Sepang, et aujourd'hui encore. Nous devons travailler si nous voulons rester près de lui, je pense qu'il est l'homme à battre et la référence.Nous n'avons pas encore compris comment exploiter la moto à 100%. Pour le moment, Marquez et Honda sont supérieurs sur le rythme ». Pour ce faire, Rossi dispose d'une nouvelle M1 qui semble bien fonctionner même si, comme il le rappelait, il n'a pas encore arrêté de choix définitif quant au châssis qu'il compte utiliser au cours de la saison. « J'aime bien le nouveau châssis, mais je n'ai pas encore décidé si j'allais l'utiliser : demain et le jour suivant nous allons encore faire des tests comparatifs. Ils seront la priorité.Lors des tests, la position n'est pas importante, ce qui compte, c'est le feeling sur la moto. A Sepang, j'avais eu du mal physiquement, mais au final, cela n'avait pas été si mauvais. Aujourd'hui, nous avons mis moins de temps, nous commençons à avoir plus d'expérience sur la moto et on comprend ce qu'il faut faire. C'est positif car la moto semble avoir un bon potentiel. » Stay tuned! Rejoignez-nous sur Facebook Source : GPOne ...
Sommaire règlement et historique

 

Livescore.in
Find a Result
Résultats des compétitions
200 miles de Daytona
24 Heures du Mans
8 Heures de Suzuka
AMA Motocross Champions (USA)
AMA Superbike Champions (USA)
AMA Supercross Champions (USA)
Bol d'Or
Championnat du Monde d'Endurance
Championnat du Monde de Courses sur glace
Championnat du Monde de Motocross
Championnat du Monde de Rallyes tout terrain
Championnat du Monde de Trial
Championnat du Monde de Vitesse
Championnat du Monde Speedway
Championnat du Monde Superbike (SBK)
Championnat du Monde Supercross
Championnat du Monde Supersport
Enduropale du Touquet
Grand Prix d'Afrique du Sud
Grand Prix d'Allemagne
Grand Prix d'Aragon
Grand Prix d'Argentine
Grand Prix d'Australie
Grand Prix d'Autriche
Grand Prix d'Espagne
Grand Prix d'Europe
Grand Prix d'Imola
Grand Prix d'Indianapolis
Grand Prix d'Indonésie
Grand Prix d'Italie
Grand Prix d'Ulster Irlande du Nord
Grand Prix de Bad Wurtemberg
Grand Prix de Belgique
Grand Prix de Catalogne (Catalunya)
Grand Prix de Chine
Grand Prix de Finlande
Grand Prix de France
Grand Prix de Grande Bretagne
Grand Prix de Hongrie
Grand Prix de l'Isle of Man
Grand Prix de la RDA
Grand Prix de la République Tchèque
Grand Prix de Madrid
Grand Prix de Malaisie
Grand Prix de San Marin
Grand Prix de Suède
Grand Prix de Suisse
Grand Prix de Turquie
Grand Prix de Valence
Grand Prix de Yougoslavie
Grand Prix des Amériques
Grand Prix des Etats-Unis
Grand Prix des Pays-Bas
Grand Prix du Brésil
Grand Prix du Canada
Grand Prix du Japon
Grand Prix du Pacifique
Grand Prix du Portugal
Grand Prix du Qatar
Grand Prix du Venezuela
Grand Prix FIM
Le Dakar
Motocross B2
Motocross d'Afrique du Sud
Motocross d'Allemagne
Motocross d'Argentine
Motocross d'Autriche
Motocross d'Espagne
Motocross d'Europe
Motocross d'Indonésie
Motocross d'Irlande
Motocross d'Italie
Motocross de Belgique
Motocross de Bulgarie
Motocross de Finlande
Motocross de France
Motocross de Grande Bretagne
Motocross de Grèce
Motocross de Hongrie
Motocross de la RDA
Motocross de la République Tchèque
Motocross de Pologne
Motocross de Russie
Motocross de San Marin
Motocross de Suède
Motocross de Suisse
Motocross de Yougoslavie
Motocross des Nations
Motocross des Pays Bas
Motocross des USA
Motocross du Brésil
Motocross du Canada
Motocross du Japon
Motocross du Luxembourg
Motocross du Portugal
Motocross du Venezuela
Trial des Nations
US Open Supercross
Dicostars
Abe-Norick
Agostini-Giacomo
Ahvala-Tommi
Albertijn-Greg
Aloha-Mika
Alzamora-Emilio
Ambrosini-Dario
Anderson-Hugh
Andersson-Kent
Anscheidt-Hans-Georg
Aoki-Haruchika
Aoyama-Hiroshi
Arcarons-Jordi
Armstrong-Reg
Aro-Samuli
Aubert-Johnny
Auriol-Hubert
Baker-Steve
Baldé-Jean-François
Ballington-Kork
Barbera-Hector
Barros-Alex
Battistini-Jean-Louis
Bautista-Alvaro
Bayle-Jean-Michel
Bayliss-Troy
Beattie-Daryl
Biaggi-Max
Bianchi-Pier Paolo
Biland-Rolf
Bill-Julien
Binder-Brad
Bizouard-Rémi
Bolley-Frédéric
Bonhuil-Bruno
Bou-Toni
Bradl-Stefan
Burgat-Gilles
Burnett-Roger
Béthys-Thierry
Cadalora-Luca
Cairoli-Antonio
Camozzi-Bruno
Capirossi-Loris
Cardus-Carlos
Carmichael-Ricky
Castera-David
Casteu-David
Cecotto-Johnny
Chambon-Stéphane
Chareye-Adrien
Charpentier-Sébastien
Checa-Carlos
Checa-David
Chemarin-Jean-Claude
Chili-Pier-Francesco
Chiodi-Alessio
Cluzel-Jules
Colomer-Marc
Coma-Marc
Coppins-Joshua
Cornu-Jacques
Corser-Troy
Corsi-Simone
Cortese-Sandro
Costes-William
Coudray-Gérard
Cox-Alfie
Criné-Thierry
Criville-Alex
Crump-Jason
Crutchlow-Cal
D'Orgeix-Jehan
Da Costa-Julien
Davies-Chaz
De Angelis-Alex
De Coster-Roger
De Puniet-Randy
De Radigues-Didier
De Vries-Jan
Deletang-Jean-Marc
Demaria-Yves
Demeester-Arnaud
Desalle-Clément
Despres-Cyril
Deubel-Max
Di Meglio-Mike
Dietrich-Guillaume
Doohan-Mick
Dovizioso-Andrea
Drobecq-Patrick
Duhamel-Miguel
Duke-Geoff
Dungey-Ryan
Dunlop-Joey
Dussauge-Nicolas
Edmondson-Paul
Edwards-Colin
Ekerold-Jon
Elias-Toni
Emig-Jeff
Enders-Klaus
Eriksson-Anders
Espargaro-Pol
Esquirol-Cyril
Everts-Stefan
Faubel-Hector
Febvre-Romain
Findlay-Jack
Fogarty-Carl
Fontan-Marc
Fontanesi-Chiara
Foret-Fabien
Four-Olivier
Friedrichs-Paul
Frossard-Steven
Fuhrer-Andreas
Fundin-Ove
Gajser-Tim
Gardner-Wayne
Geboers-Eric
Giabbani-Gwen
Gibernau-Sete
Gimbert-Sébastien
Glover-Broc
Goddard-Peter
Godier-Georges
Graham-Leslie
Grasso-Giorgio
Gresini-Fausto
Guintoli-Sylvain
Guthrie-Jimmy
Haas-Werner
Haga-Noriyuki
Hailwood-Mike
Hallman-Torsten
Harada-Tetsuya
Haslam-Ron \'Rocket\'
Hauquier-David
Hayden-Nicky
Herlings-Jeffrey
Herrero-Santiago
Hislop-Steve
Hocking-Gary
Iannone-Andrea
Igoa-Patrick
Ivy-Bill
Jacque-Olivier
Jerman-Igor
Jobé-Georges
Johnson-Ricky
Jonsson-Sven-Erik
Kadyrov-Gabdrakhman
Kallio-Mika
Kato-Daijiro
Kent-Danny
Kinigadner-Heinz
Kitagawa-Keiichi
Kocinski-John
Krasnikov-Nikolaï
Laconi-Régis
Lagrive-Matthieu
Laier-Steffi
Lalay-Gilles
Lampkin-Doug
Lancelot-Livia
Lavado-Carlos
Lavieille-Christian
Lawson-Eddie
Lazzarini-Eugenio
Leblanc-Grégory
Lejeune-Eddy
Locatelli-Roberto
Lomas-Bill
Lorenzetti-Enrico
Lorenzo-Jorge
Léon-Christian
Lüthi-Thomas
Magee-Kevin
Magnaldi-Thierry
Malherbe-André
Mamola-Randy
Mang-Anton
Marquez-Alex
Marquez-Marc
Martinez-Jorge
Mas -Carlos
Masbou-Alexis
Maschio-Mickaël
Masetti-Umberto
Mattioli-Jean-Michel
Mauger-Ivan
McGrath-Jeremy
McGuinness-John
Melandri-Marco
Meoni-Fabrizio
Merkel-Fred
Mertens-Stephane
Michaud-Thierry
Michel-Alain
Mikkola-Heikki
Miller-Jack
Mladin-Mat
Moineau-Hervé
Moisseev-Guennady
Monneret-Georges
Monneret-Pierre
Morales-Marc
Morillas-Adrien
Morrison-Brian
Moussé-Jean-Claude
Musquin-Marvin
Mécène-Gilles
Méo-Antoine
Nakano-Shinya
Neveu-Cyril
Nicoll-Kurt
Nielsen-Hans
Nieto-Angel
Nilsson-Bill
Nowland-Warwick
O'Mara-Johnny
Okada-Tadayuki 'Taddy'
Oliver-Eric
Olsen-Ole
Orioli-Edi
Paulin-Gautier
Pedersen-Nicki
Pedrosa-Dani
Petit-Frédéric
Philippaerts-David
Philippe-Vincent
Picco-Franco
Pichon-Mickael
Pileri-Paolo
Plisson-Patrick
Poggiali-Manuel
Polen-Doug
Pons-Patrick
Pons-Sito
Potisek-Timoteï
Pourcel-Christophe
Price-Toby
Puig-Alberto
Puzar-Alex
Quartararo-Fabio
Rabat-Esteve
Raga-Adam
Rahier-Gaston
Rainey-Wayne
Ramon-Steve
Rasmanis-Artis
Raudies-Dirk
Rea-Jonathan
Read-Phil
Redman-James Arthur 'Jim'
Reeves-Tim
Reggiani-Loris
Renet-Pierre-Alexandre
Rickardsson-Tony
Rinaldi-Marco
Riss-Gerd
Robert-Joel
Roberts-Kenny
Roberts-Kenny Jr.
Roche-Raymond
Roczen-Ken
Rodrigues-Helder
Roma-Nani
Roncada-Stéphane
Rossi-Louis
Rossi-Valentino
Roth-Reinhold
Rougerie-Michel
Ruffo-Bruno
Ruggia-Jean-Philippe
Russell-Scott
Rymer-Terry
Saarinen-Jarno
Sainct-Richard
Sakata-Kazuto
Sala-Giovanni
Salminen-Juha
Salom-Luis
Sarron-Christian
Sarron-Dominique
Schwantz-Kevin
Sergis-Kristers
Sheene-Barry
Silvan-Petteri
Simon-Julian
Simoncelli-Marco
Slight-Aaron
Smets-Joël
Smith-Bradley
Smith-Jeffrey
Sofuoglu-Kenan
Spencer-Freddie
Spies-Ben
Stearns-Chuck
Stewart Jr.-James
Stoner-Casey
Strijbos-Dave
Strijbos-Kevin
Sunderland-Sam
Surtees-John
Sykes-Tom
Sébileau-Bertrand
Talmacsi-Gabor
Tarres-Jordi
Taveri-Luigi
Terol-Nicolas
Thorpe-David
Tiainen-Kari
Tixier-Jordi
Tomizawa-Shoya
Tormo-Ricardo
Tortelli-Sébastien
Toseland-James
Tournadre-Jean-Louis
Tragter-Pedro
Ubbiali-Carlo
Ueda-Noboru
Van den Berk-John
Van den Bosch-Thierry
Van der Mark-Michael
Vehkonen-Pekka
Verbrugge-Sven
Vermeulen-Chris
Vesterinen-Yrjo
Vialle-Frédéric
Vieira-Alex
Villa-Walter
Villopoto-Ryan
Vimond-Jackie
Vincent-Arnaud
Viñales-Maverick
Vuillemin-David
Waldmann-Ralf
Webster-Steve
Wigg-Simon
Willemsen-Daniel
Zarco-Johann
Zorn-Franz
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 - steve boam -  diverses - mathieu rebeaud -  - grant langston

 

';