Happy Birthday :
jeudi 22 février 2018
Moto
 

©AFP/RADEK MICA

Le pilote moto italien Max Biaggi a quitté lundi le service de réanimation de l'hôpital romain où il a été admis il y a deux semaines après un accident à l'entraînement, a-t-il annoncé sur Twitter.

"Cette fois-ci, j'ai failli le rater", a écrit Biaggi, qui fête lundi son 46e anniversaire. "Le plus beau cadeau c'est de sortir de réanimation après 17 jours", a-t-il ajouté dans un court texte...

©AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV

Le pilote motocycliste Max Biaggi, six fois champion du monde de vitesse, a été victime d'un accident vendredi alors qu'il s'entraînait sur une piste près de Rome, a annoncé la Gazzetta dello Sport.

Biaggi, 45 ans, a chuté sur le circuit Sagittario, se blessant au thorax. Il a ensuite été dirigé, conscient, vers l'hôpital San Camillo de la capitale italienne, a précisé le quotidien sportif...

©AFP/Vincenzo PINTO

Toujours aussi rapide et déterminé mais de moins en moins chien fou, l'Espagnol Maverick Vinales, leader au Championnat du monde catégorie MotoGP, vise une 4e victoire en sept courses cette saison au Grand Prix de Catalogne, où Johann Zarco espère un nouveau podium dimanche.

"Je vais pousser pour être le plus près possible du podium, c'est mon objectif", promet le Français de 26 ans, qui ...

©AFP/TIZIANA FABI

Ne jamais vendre la peau de Valentino Rossi! L'Italien, convalescent, en a encore fait la démonstration samedi en décrochant la 2e place sur la grille de départ du Grand Prix d'Italie, derrière son coéquipier chez Yamaha Maverick Vinales.

Le +Docteur+, qui se remet d'un léger traumatisme thoracique et abdominal contracté lors d'un accident de motocross la semaine dernière, aura bien droit ...

©AFP/JEAN-FRANCOIS MONIER

Il veut se faire une place, et vite, dans le gratin de la vitesse moto: de retour après son premier podium dans la catégorie reine, Johann Zarco aborde le Grand Prix d'Italie, 6e manche de la saison de MotoGP, avec l'idée de rééditer.

L'Avignonnais a bien choisi son moment pour monter pour la première fois sur la boîte: devant son public, à l'occasion du GP de France au Mans voilà une diz...

©AFP/GUILLAUME SOUVANT

"J'ai eu un podium, pourquoi pas un deuxième", espérait jeudi le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), qui dispute ce week-end le GP d'Italie, sur le circuit du Mugello, près de deux semaines après avoir décroché son premier podium dans la catégorie reine, au GP de France.

"L'objectif est d'être parmi les meilleurs et pourquoi pas de monter sur le podium. J'en ai eu un, pourquoi pas un deu...

Lire la suite >
Spécialiste des rallyes-raids. Champion du monde de rallyes tout-terrain en 2005, 2006, 2007, 2010, 2012 et 2014. Cinq fois vainqueur du Dakar en 2006, 2009, 2011, 2014 et 2015 (2eme en 2005 et 2012 ; 25 victoires d'étapes en 11 participations). Il rejoint Cyril Neveu et Cyril Despres dans le club des quintuples vainqueurs. Entre juillet 2015 et janvier 2018, il a été le directeur sportif du Dakar après le départ de David Castera. Parmi ses autres succès : les rallyes de Sardaigne en ...
Rallye-Raid Le Dakar (Paris-Dakar avant) a été conçu par Thierry Sabine. Thierry Sabine (1946-1986) Créateur en 1975 de la course de moto ‘L’enduro du Touquet’, il est aussi à l’origine du Paris-Dakar. Il a eu l’idée de créer un grand rallye auto/moto après qu’il s’est perdu dans le désert lors de la course à moto ‘Abidjan-Nice’ quelques années avant. Il est mort (avec le chanteur Daniel Balavoine, la journaliste Nathaly Odent, le tech...
  Le Touareg du Dakar   Le Dakar a souvent changé de parcours. Les différentes itinéraires  : Paris-Alger-Dakar (10 000 km) de 1979 à 1988 ; Paris-Tunis-Dakar (10 800 km) en 1989 ; Paris-Tripoli-Dakar (11 000 km et 9 100 km) en 1990 et 1991 ; Paris-Sirte-Le Cap (12 400 km) en 1992 ; Paris-Tanger-Dakar (8 800 km) en 1993 ; Paris-Dakar-Paris (13 300 km) en 1994 ; Grenade-Dakar (10 100 km et 7 500 km) en 1995 et 1996 ; Dakar-Agadès-Dakar (8 000 km) en 1997 ; Paris-Grenade-Dakar (10 2...
Vainqueur du Dakar en 2018 au guidon d'une KTM, premier pilote autrichien sacré. Il avait terminé 2eme en 2017 (3 victoires d'étapes). Champion du monde MX3 en 2012 avec des victoires en Italie et en Croatie. ...
1. Australie – Phillip Island Grand Prix Circuit - 23–25 février 2. Thaïlande — Chang International Circuit — 23–25 mars 3. Espagne — MotorLand Aragon — 13-15 avril 4. Pays-Bas — TT Circuit Assen — 20-22 avril 5. Italie — Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari di Imola — 11-13 mai 6. Grande-Bretagne — Donington Park — 25-27 mai 7. République tchèque — Automotodrom Brno — 8-10 juin 8. États-Unis &mdash...
Spécialiste du tout-terrain moto puis auto. En tant que motard, il remporta cinq fois le Dakar : en 2005, 2007, 2010, 2012 et 2013 (2eme en 2003, 2006, 2009 et 2011 ; 3eme en 2004 ; 4eme en 2014) Vainqueur de 32 victoires d'étapes en 14 participations entre 2000 et 2014. Champion du monde des rallyes tout-terrain en 2003 et 2009. Vainqueur des rallyes de Dubaï (UAE Desert Challenge) en 2001, 2002, 2003 et 2008, du Maroc en 2000, 2003, 2010 et 2012 (2eme en 2006, 3eme en 2004 et 2009), du...
En janvier 2017, il est devenu le premier motard britannique, vainqueur du Dakar (5 victoires d'étapes : 2 en 2018; 1 en 2014, 2015 et 2017). Il avait abandonné en 2012 et 2014. ...
Une figure de l'Endurance avec cinq titres de champion du monde (2011, 2012, 2013, 2014 et 2016). Parmi ses victoires : le Bol d'Or en 2011 et 2016 (2eme en 2012, 3eme en 2013 et 2015), les 24 Heures du Mans en 2014 et 2015, les 8 Heures d'Oschersleben en 2012 et 2013. Champion de France Open Supersport en 2003 et Open Stocksport en 2004. Le 9 mars 2017, à 35 ans, il s'est tué après une chute survenue sur le circuit gersois de Nogaro lors d'essais privés au guidon ...
La saison 2018 compte 19 Grands Prix avec un nouveau GP en Thailande.     Circuit 18 mars  Qatar Losail 8 avril  Argentine  Termas de Río Hondo 22 avril  Amériques Austin 6 mai  Espagne Jerez 20 mai  France Le Mans 3 juin  Italie Mugello 17 juin  Catalogne Barcelone 1er juillet  Pays-Bas Assen 15 juillet  Allemagne  Sachsenring 5 août  République Tchèque Brno 12 août  Autriche  Red Bull Ring 26 aoû...
DATE GRAND PRIX CIRCUIT   4 Mars PATAGONIE – ARGENTINE Neuquen   25 Mars ESPAGNE Red Sands   8 Avril TRENTINO (I) Pietramurata   15 Avril EUROPE (NL) Valkenswaard   29 Avril RUSSIE Orlyonok   13 Mai LETTONIE Kegums   20 Mai ALLEMAGNE Teutschenthal   3 Juin GRANDE BRETAGNE Matterley Basin   10 Juin FRANCE St Jean d’Angély   24 Juin ITALIE tba   8 Juillet INDONESIE Palembang   22 Ju...
Espargaro de retour pour le test au Qatar
Blessé et absent aux essais de Thaïlande, Pol Espargaro a repris l'entraînement. Il sera de retour en piste au Qatar le 1er mars. Pol Espargaro disputera en 2018 sa cinquième saison en MotoGP, sa seconde chez KTM. La RC16, prototype autrichien, ne cesse de progresser. Pour cela, les essais hivernaux sont (très) importants. Espargaro a malheureusement dû faire l'impasse sur quelques jours de tests, la faute à une blessure en Malaisie. Fin janvier, l'Espagnol est tombé à Sepang alors qu'il restait encore un jour et demi de roulage. Souffrant, il n'a pas non plus fait le déplacement à Buriram, en Thaïlande, manquant ainsi trois autres journées. Il aurait pourtant pu rouler, mais a préféré jouer la prudence et se faire opérer d'une hernie. « Après la chute de Sepang j’ai eu très mal au dos, mais c’est une douleur que j’avais déjà avant, raconte-t-il. En fait, c’est simple j’avais deux options : soit j'étais opéré après la Thaïlande et j’étais certain de manquer le test du Qatar ; soit je faisais ça en amont mais je n’allais pas à Buriram. » Il s'est finalement reporté sur ce second choix, et sera présent à Losail du 1er au 3 mars. En revanche, Espargaro n'est pas certain d'y être à 10« %. « Je ne sais pas encore dans quelles conditions mais j’y serai. J’ai déjà repris l’entraînement. J’ai toujours mal, mais de jour en jour mon état s’améliore. À vrai dire, c’est très frustrant d’être chez soi et de savoir qu’au même moment ses camarades sont en train de tourner, de progresser. » Toujours interrogé par l'organe médiatique du championnat, le pilote Red Bull KTM a par ailleurs confirmé son désir de poursuivre chez les Oranges. « Je me sens très bien dans cette équipe. Tout ce dont j’ai besoin, je le demande et je l’ai quasi instantanément. Ils vous disent les choses avec une certaine franchisse, tout en avançant aussi vite que possible. C’est un système très différent comparé à la méthode de travail des Japonais et j’aime beaucoup […] Nous avons parlé à plusieurs reprises du futur et je sais que les deux parties sont très contentes. C’est une petite équipe, plus animée par un esprit de famille, je m’y sens à l’aise. Si nous parvenons à un accord, alors tout le monde sera content. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Mercato'19 : Bagnaia a signé chez Ducati !
Francesco Bagnaia roulera en MotoGP en 2019. L'Italien a signé un contrat de deux ans avec l'équipe Aima Pramac Racing. « J’espère faire une belle saison 2018, parce que je veux mériter une MotoGP », confiait Francesco Bagnaia il y a quelques semaines. Le pilote du Sky Racing Team VR46 n'aura finalement pas attendu le premier Grand Prix de l'année : à moins d'un mois de l'ouverture au Qatar, il a d'ores et déjà assuré sa place en catégorie reine. Pecco a signé avec Aima Pramac Racing. Début janvier, nous écrivions que Ducati avait Bagnaia dans le viseur. Le constructeur italien n'a visiblement pas voulu attendre, et prendre le risque de voir son chouchou partir dans une autre écurie. Francesco sera, après Franco Morbidelli, le deuxième pilote issu de la VR46 Riders Academy à atteindre la catégorie MotoGP. Vainqueur de deux Grands Prix Moto3 dans sa carrière (Assen et Sepang en 2016), Bagnaia a réalisé une excellente première saison Moto2 en 2017, terminée au cinquième rang du championnat du monde avec le titre honorifique de Rookie of the Year. Monté sur quatre podiums, il fait partie des candidats au titre après les départs de Morbidelli et Thomas Lüthi. « L’an prochain, un de mes rêves se réalisera, s'est réjoui le pilote italien. J’ai dit à plusieurs reprises que courir sur une Ducati serait un rêve, rêve qui deviendra bientôt réalité. Pour moi, c’est un grand accomplissement… Je tiens à remercier le team, Sky ainsi que la VR46 Riders Academy, de m’avoir soutenu ces dernières années. Maintenant je peux pleinement me concentrer sur cette ultime saison de Moto2 et je pense qu’il y a un sacré coup à jouer. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Moto2 : Barbera s'est vite adapté
Ex-pilote MotoGP, Hector Barbera semble déjà compétitif en Moto2. Cet hiver, l'Espagnol s'est régulièrement hissé dans le top-10. Hector Barbera descend d'une catégorie. Après huit années passées en MotoGP, l'Espagnol disputera en 2018 sa première saison en championnat du monde Moto2. Certains, comme Yonny Hernandez, ne sont pas parvenus à tirer leur épingle du jeu. Mais pour lui, les choses s'annoncent moins difficiles. Équipé du matériel de l'équipe Pons HP40, Barbera n'a pas mis longtemps à se mettre dans le rythme de la nouvelle (enfin, déjà vieille de neuf ans...) catégorie intermédiaire. Quatrième des tests de Valence fin novembre 2017, il a enchaîné avec une sixième place sur le même circuit trois mois plus tard, puis une neuvième à Jerez il y a quelques jours. Mieux que les places, ce sont les chronos qui sont intéressants : à Valencia, Barbera n'était qu'à 470 millièmes du meilleur temps de Mattia Pasini. À Jerez, Alex Marquez et Francesco Bagnaia étaient au-dessus du lot mais derrière, Hector n'a pointé qu'à 358 millièmes de Brad Binder, classé troisième. « Je veux gagner », avait justifié le pilote espagnol au moment où l'information de son transfert en Moto2 était sortie. Si on en est pas encore là, l'expérimenté Barbera est à l'aise au guidon de sa nouvelle Kalex, certes moins puissante que son ancienne Ducati, mais sur laquelle il prend du plaisir. Sa dernière victoire date du Grand Prix de Valencia 2009, à l'époque où il roulait encore en 250cc. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Hafizh Syahrin sera l'équipier de Johann Zarco
Hervé Poncharal s'était dit bluffé des performances de Hafizh Syahrin, le remplaçant de Jonas Folger lors des tests en Thaïlande et il s'était dit prêt à l'engager pour l'ensemble de la saison. L'idée a rapidement fait son chemin dans les travées de Bormes-les-Mimosas et d'Iwata puisqu'aujourd'hui, l'écurie française a officiellement confirmé l'engagement du pilote originaire de la Malaisie. Hafizh Syahrin : « Je suis très heureux d’apprendre que j’officierai pour le team Monster Yamaha Tech3 en 2018. Ces trois jours de Test à Buriram ont été très intéressants, j’ai appris beaucoup de choses et j’aimerais remercier une fois de plus Nicolas et Maxime, sans oublier Johann et Laurent pour leurs conseils. En si peu de temps, j’ai appris à maîtriser une MotoGP™, ce qui est encore incroyable pour moi. Je vais donner tout ce que j’ai cette année. Un grand merci également à Hervé, à Yamaha Motor Corporation, Monster, ainsi qu’à toute l’équipe Tech3 de croire en moi et de m’offrir cette fantastique opportunité de disputer une saison complète de MotoGP™. Merci à ma famille, qui m’a toujours soutenu et tout particulièrement à mon père, à mes fans et bien sûr à Razlan. J’ai vraiment hâte d’être au Qatar, je suis plus motivé que jamais. Je suis impatient que la saison commence. » Razlan Razali : « Hafizh est déjà entré dans l’histoire lors du récent Test de Buriram. Mais cette officialisation de Hafizh au sein du team Monster Yamaha Tech3 pour la saison 2018 est le plus grand événement qu’un pilote malaisien puisse connaître, sachant que notre pays accueille le MotoGP™ depuis maintenant plus de 26 ans. C’est également une fantastique nouvelle pour l’Asie. Je dois remercier Hervé Poncharal pour cette opportunité et pour la confiance qu’il accorde à Hafizh. Nous allons tout faire pour qu’il devienne un pilote compétitif. » Hervé Poncharal : « Je suis très content d’annoncer qu’Hafizh Syahrin sera notre second pilote en compagnie de Johann Zarco. Nous avons traversé une période quelque peu compliquée dans les jours qui ont suivi l’annonce faite par Jonas, comme quoi il renonçait à la saison 2018. Ça n’a pas été évident de trouver la bonne personne et à Sepang, j’ai rencontré Razlan Razali. Nous discutions et de là est venue l’idée. Je voudrais remercier Razlan pour sa passion, pour cette implication qu’il a au sein du MotoGP™ et plus généralement dans le monde du sport, mais aussi d’avoir permis à Hafizh de franchir cette ultime étape. Nous avons dû convaincre les gens autour de nous, que Hafizh ferait un bon pilote de MotoGP™. Nous ne lui avons pas rendu la tâche facile lors du Test à Buriram. Mais au final, il a fait un superbe travail, il a rempli sa mission. Chez Yamaha, ils étaient plus que contents de ses performances, l’ensemble du team Tech3 était ravi. Je suis très honoré et fier de lui donner sa chance. Je sais que ça va être un moment historique, car jamais un Malaisien n’a encore piloté en MotoGP™ et nous savons à quel point ce sport est populaire dans cette région du monde. Je voudrais donc souhaiter la bienvenue à Hafizh. Nous prendrons soin de toi comme un fils et je suis certain que nous connaîtrons une belle saison. Tu peux apprendre du team, de Johann. Merci pour ton enthousiasme et ton implication. Je suis impatient d’être Qatar et de te voir sur ta moto. » Stay tuned! Rejoignez-nous sur facebook ...
Hafizh Syarhin est content de ses Tests à Buriram
Il a fait fermer le clapet à ses détracteurs du premier jour, à ceux qui ne croyaient pas en lui, prouvant lors des tests à Buriram qu’il avait désormais sa place dans la Catégorie Reine. Hafizh Syahrin, âgé de 23 ans, est ainsi le premier Malaisien en MotoGP, ayant terminé 21ème sur 24 à seulement 1.756s du leader, Dani Pedrosa du Team Repsol Honda. Certes son inexpérience lui a joué quelques tours, notamment avec les pneus Michelin qui ne lui ont pas facilité la tâche pendant les Tests. Apprendre c’est aussi échouer pour mieux aborder les difficultés et les surmonter. « Du négatif, en ressort toujours quelque chose de positif », a – il déclaré. Désormais, l’attente d’être officiellement confirmé chez Tech3 pour 2018, plane au-dessus de sa tête. Ce serait une énorme surprise de ne pas le voir piloter la belle bleue de Yamaha Tech3 pour le grand Prix d'ouverture au Qatar. Interrogé sur sa situation actuelle, il a indiqué, souriant : « Je suis Très heureux, merci Tech 3 et Yamaha pour avoir cru en moi, je suis très content du test et j'ai donné le meilleur de moi-même à l'équipe. Je suis très fier de faire partie du MotoGP et de rouler avec des légendes comme Márquez, Rossi, Lorenzo, parce que je ne suis qu'un débutant, j'ai besoin d'apprendre, d’acquérir de l’expérience». « Ce n'est pas facile de m'adapter au style de pilotage MotoGP, mais j'ai un bon feeling avec la moto ». « Le dernier jour, j'ai essayé de suivre d'autres pilotes. C'était une bonne expérience, mais je dois encore m’améliorer. J'ai fait un bon temps au tour ». Répondant à la question s’il serait présent au Qatar, pour les derniers Tests et pour la saison 2018, aux côtés de son coéquipier Johann Zarco, il a répondu : « Je ne sais pas, j'espère pouvoir arriver au Qatar, parce que je suis déjà Amoureux de la moto ». L'équipe travaille aussi comme une famille, c'est important pour moi car nous obtenons de bons résultats . J’espère pouvoir être présent au Qatar ». Fort de sa motivation évidente, Hervé Poncharal a précisé être ravi des prestations du jeune rookie, ayant réalisé « un travail fantastique au cours de ce test » a -t -il déclaré et de conclure : « il a montré une grande motivation, il est prêt à apprendre, il est sur le bonne voie, celle de la réussite. Très prochainement, nous prendrons notre décision, car nous devons partager tous les détails de l'organisation avec tous nos partenaires ».   Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook         ...
Hervé Poncharal veut signer Hafizh Syahrin
Hervé Poncharal ne le cache plus : il veut engager Hafizh Syahrin en MotoGP pour pallier au forfait de Jonas Folger en 2018. Appelé en dernière minute pour remplacer Jonas Folger, Hafizh Syahrin faisait ce week-end ses débuts en MotoGP sur le circuit Chang. Pour le Malaisien, les essais hivernaux en Thaïlande constituaient à la fois une première en catégorie reine, et un véritable test pour savoir s'il allait ou non être aux côtés de Johann Zarco en 2018.  Comme nous l'avons rapporté hier, les premiers essais de Syahrin se sont révélés convaincants (lire ici pour plus de détails). Aujourd'hui, Hervé Poncharal, team-manager de Monster Yamaha Tech3, est très clair : il veut le jeune malaisien dans son box en 2018. Interrogé sur sa performance en Thaïlande, Poncharal souligne d'abord les circonstances : « Il faut bien garder à l’esprit que Hafizh n’était absolument pas préparé, qu’il était parti pour son projet Moto2. [...] Une certaine pression pesait sur ses épaules à Buriram. Jamais un Malaisien n’avait piloté de MotoGP avant lui. Il avait également un certain handicap comparé à d’autres rookies comme Takaaki, Franco, Tom ou Xavier qui avaient déjà quelques kilomètres au compteur. Il se devait d’être performant, sans pour autant chuter et dans ces conditions il est facile de commettre une erreur. » Terminant à moins de 2 secondes de Dani Pedrosa, Syahrin a rempli son contrat et même devancé Karel Abraham et Xavier Siméon. « Il a franchement fait du superbe travail, se réjouit Poncharal. Il a progressé à chacune des journées et il finit à seulement 1.7 seconde du meilleur, sachant qu’il est loin d’avoir atteint son plein potentiel. Je suis vraiment bluffé ! En plus, c’est quelqu’un hors piste qui est super humble, super agréable. Et puis clairement, j’ai toujours considéré Monster Yamaha Tech3 comme un team junior, autant dire que Hafizh colle tout à fait au profil. » Vous l'aurez donc compris : Poncharal veut une paire Zarco-Syahrin en 2018. Mais tout n'est pas aussi facile que cela en a l'air. « Ma volonté est de le garder pour toute la saison 2018, mais je dois avant tout convaincre l’ensemble de mes partenaires. Aujourd’hui, il n’y a rien de décidé, néanmoins je ne vous cache pas que je serais très déçu, si on ne parvenait pas à trouver un accord. Je pense que nous avons trouvé un pilote qui cadre tout à fait avec ce que nous recherchons. Suite au retrait très malheureux et très tardif de Jonas Folger, c’est certainement la meilleure solution qui se présente à nous. » Au regard des circonstances, du peu de temps qu'il reste avant le premier Grand Prix, du fait qu'en Moto2 tout a déjà été fait pour que la place de Syahrin soit libérée (lire ici), de la satisfaction d'Hervé Poncharal et de ce que représente l'accesion à la catégorie MotoGP d'un Malaisien, il est désormais très probable qu'Hafizh Syahrin soit l'heureux élu appelé à combler le vide laissé par Jonas Folger. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Kork Ballington va devenir une MotoGP Legend
Le Sud-Africain Kork Ballington, quadruple champion du monde de vitesse, intégrera le Hall of Fame de la moto cette année. À ce jour, Kork Ballington est le plus grand pilote de l'histoire de l'Afrique du Sud. Ses statistiques parlent d'elles-mêmes : 4 titres de champion du monde (250cc plus 350cc en 1978 et 1979), 31 Grands Prix remportés et plus de 46 podiums au compteur. Le célèbre pilote Kawasaki deviendra une MotoGP Legend fin octobre, en marge du Grand Prix d'Australie. Suite du communiqué : Le Sud-Africain fit sa toute première apparition sur la scène internationale en 1976, dans le cadre du Grand Prix d’Allemagne de l’Ouest 250cc et ce dernier se hissait d’emblée sur la deuxième marche du podium. Mais Kork Ballington allait faire encore plus fort lors de l’épreuve suivante à Barcelone, en allant s’illustrer sur la course 350cc. La série ne faisait alors que débuter… En 1977, de nouveaux podiums - et succès allaient venir s’ajouter au compteur, dans chacune de ces catégories. Mais c’est à compter de 1978 qu’il fut vraiment en mesure de rivaliser pour le titre. Pourtant cette campagne n’avait débuté sur aucun podium. Quelques semaines plus tard, Kork Ballington parvenait finalement à réagir en remportant le Grand Prix d’Autriche 350cc. Et après avoir inscrit deux Tops 10 en France, le natif de Salisbury inscrivait deux victoires au Mugello ; exploit qu’il réédita en Finlande et en République-tchèque. Au total Kork Ballington triomphera quatre fois en 250cc et six en 350cc pour décrocher chacun des titres. L’année 1979 fut tout compte fait assez similaire : le Sud-Africain domina les débats sur sa Kawasaki et ses sept succès en 250cc, combinés aux cinq autres de la 350cc, lui permirent d’empocher deux nouvelles couronnes d’un coup. En 1980, Kork Ballington menait ensuite deux autres ‘projets’ de front : la 250cc, où il terminait cette fois vice-Champion du Monde avec cinq victoires à son actif et la 500cc, où il enregistrait plusieurs Top 10. Ses premiers podiums arrivaient tout compte fait un an plus tard en catégorie reine à Assen et à Imatra. À l’issue de la campagne 1982, le Sud-Africain mettait finalement un terme à sa carrière. Kork Ballington rejoindra la liste des MotoGP Legends d’ores et déjà constituée de Giacomo Agostini, Mick Doohan, Geoff Duke, Wayne Gardner, Mike Hailwood, Daijiro Kato, Eddie Lawson, Anton Mang, Ángel Nieto, Wayne Rainey, Phil Read, Jim Redman, Kenny Roberts, Jarno Saarinen, Kevin Schwantz, Barry Sheene, Marco Simoncelli, Freddie Spencer, Casey Stoner, John Surtees, Carlo Ubbiali, Alex Crivillé, Franco Uncini, Marco Lucchinelli, Randy Mamola et le regretté Nicky Hayden. Kork Ballington : « Je suis submergé par les émotions, j’ai d’ailleurs passé ma journée à me remémorer mon parcours depuis ma tendre enfance, où j’étais animé par l’envie d’intégrer ce milieu et je me suis laissé embarquer jusqu’à réaliser les effets positifs que ça avait encore sur ma vie d’aujourd’hui. Je suis très honoré de rejoindre ce cercle de légendes. Au cours de ma carrière, j’ai juste tenté de donner le meilleur de moi-même, tout en honorant les valeurs de notre sport. Je n’aurais jamais pensé obtenir une telle reconnaissance [...] Cette intronisation au rang de MotoGP Legend promet d’être un moment fort, ce sera un plaisir d’y assister lors du prochain Grand Prix d’Australie. J’y emmènerai ma femme, qui a toujours été présente à mes côtés. Nous sommes mariés depuis près de 40 ans. Merci beaucoup, je suis très touché. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#ThaiTest : Rins a frappé un grand coup chez Suzuki
Alors que la saison dernière, il avait donné des signes inquiétants de fébrilité, surtout vis-à-vis d’un pilote comme Johann Zarco, en 2018, depuis le début des tests hivernaux, Alex Rins est occupé à rassurer tout le monde du côté de Hamamatsu. En Thaïlande, le jeune espagnol a non seulement su accrocher une très belle cinquième place à seulement 397 millièmes de Dani Pedrosa mais il a également frappé un grand coup par rapport à son équipier. En effet, au terme des trois journées, Andrea Iannone n’a pu faire mieux qu’une décevante quinzième place à près de six dixièmes de Rins. On comprend donc aisément la satisfaction du pilote Suzuki au moment de reprendre l’avion pour l’Europe.   « Eh bien, si je devais noter ces 3 jours en Thaïlande, je dirais que j’ai obtenu un 8 ou 8,5, parce que nous avons beaucoup travaillé et nous avons essayé beaucoup de choses. C'était positif parce que maintenant, je suis sûr que nous avons une très bonne base pour 2018. En Malaisie, j'étais sûr à 80% que ce package était bon et bon pour moi, mais maintenant je rentre à la maison en état convaincu à 100% que ce package a un gros potentiel. Nous garderons probablement ce nouveau carénage aérodynamique car il m'aide beaucoup en termes d'anti-wheeling, ce qui aide à fournir plus de puissance. Nous allons probablement l'ajuster un peu, mais nous travaillons dans le bon sens. Au cours de ces tests hivernaux, mon objectif était d'essayer d'être compétitif, et de créer une bonne moto, pour espérer me battre pour les positions du top cette saison. » Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
#ThaiTest, Siméon (24e) : « Positif et frustrant »
Dernier des essais de Buriram, Xavier Siméon n'est pas encore dans le coup en termes de chronos. Mais le Belge progresse au guidon de sa GP16. Auteur d'un meilleur tour en 1'32.019, Xavier Siméon a terminé le test de Thaïlande à plus de 2 secondes de Dani Pedrosa. Classé vingt-quatrième et dernier, le Belge manque encore de vitesse pour rivaliser avec ses adversaires. Il profite cependant de son temps de piste – 161 tours bouclés sur le circuit Chang – pour apprendre la catégorie MotoGP. « Ces trois jours de test ont été à la fois positifs et frustrants, a-t-il déclaré avant de donner plus de détails sur ses performances : Avec des pneus usés je pouvais aller assez vite tout en étant régulier. J’avoir donc espoir d’améliorer mes chronos une fois chaussé de pneus neufs. Malheureusement ça n’a jamais été le cas. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne pouvais pas non plus tirer profit des gommes soft contrairement aux autres pilotes. Je me sentais moins à l’aise qu’en médium. » Armé d'une GP16 – soit la machine la plus vieille du plateau –, Siméon avance petit à petit et se réjouit d'avoir pu « recueillir énormément d’informations » à Buriram. « [Des] données qu’il nous faudra analyser pour débuter du bon pied au Qatar. Peu à peu, je progresse également dans ma façon de piloter. Il faut prendre les choses avec calme, mais nous avançons dans la bonne direction et une fois que j’aurai parfaitement compris comment piloter cette Ducati, je pense que nous ferons un nouveau pas en avant. » Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
Mercato'19 : Marquez discute avec Honda
La probabilité de voir Marc Marquez prolonger au HRC est de plus en plus grande. L'Espagnol confirme avoir commencé à parler avec Honda. La grille du championnat du monde MotoGP se met (déjà) en place. Xavier Siméon, Cal Crutchlow et Maverick Viñales ont déjà prolongé avec leurs équipes respectives. Valentino Rossi se prononcera bientôt, Ducati s'est rapproché de Francesco Bagnaia... et Marc Marquez négocie. Début décembre, l'Espagnol avait déclaré ne vouloir « fermer aucune porte ». En février, il clamait son désir d'« écouter les autres marques ». Les choses avancent lentement mais sûrement. Cet hiver, Marquez s'est montré satisfait du travail fait par le HRC. Troisième en Thaïlande après s'être classé huitième en Malaisie, il se dit « heureux de la manière dont les choses évoluent, mais avant-tout par la méthode de travail. Certaines choses arrivées ont amélioré la moto. Je pense que les ingénieurs japonais sont très réactifs, mais nous ne connaîtrons pas notre vrai niveau avant la première course ». Parallèlement, Marquez a « déjà commencé à parler avec Honda ». Et aimerait, pour aborder 2018 dans de bonnes conditions, que les choses soient rapidement réglées : « Si je peux signer mon contrat au plus vite, ce sera bien parce que cela voudra dire que j'aurai une chose en moins à penser, et je pourrai me concentrer sur la moto. » Interrogé par GpOne, il répète que « Honda est le constructeur qui m'a donné la chance d'être ici, c'est ma première option, mais il faut toujours écouter les autres. Je veux attendre jusqu'à [la fin] des essais hivernaux ». La décision finale ne devrait donc plus tarder.  Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
Valentino Rossi : Honda mène la danse, Yamaha aux abois !
C’est un Valentino Rossi mécontent qui a quitté la Thailande avec une moto fourbe qui pendant trois jours durant, a ainsi joué avec ses nerfs, lors des tests de Buriram. Pire encore, les problèmes censés avoir été réglés à Sepang ont refait surface, accentuant un peu plus le sentiment de piloter une moto qui n’en faisait qu’à sa tête, tel un chien fou. Les responsables : L’électronique, les problèmes d’accélérations, l’usure prématuré du pneu arrière ont ainsi terni le weekend de l’Italien et mis quelques entraves, à l’approche du Qatar, sur son chemin vers un dixième titre mondial. Selon Rossi, je cite : « cela va prendre du temps afin qu’une réponse au problème d’accélération soit trouvée car ce n’est pas un test qui suffira ». Le gros problème est que vous ne savez jamais ce à quoi vous attendre, et c’est ça qui est perturbant. » Et de poursuivre en ces termes : « Et tout le monde roule très fort et est très proche en termes de chronos, entre le matin et l’après-midi, la tendance peut très vite s’inverser. C'était désagréable car je n’avais pas un bon feeling avec les pneus Michelin. C'était un test difficile pour Yamaha, j'étais plus satisfait en Malaisie qu'ici, nous espérons quand même que les choses iront mieux au Qatar. À l'heure actuelle, Honda semble être une longueur d'avance sur tout le monde. Concernant Ducati, leurs résultats sont comme les nôtres, en dent de scie, nous nous en remettons ainsi au destin et verrons la suite des événements au Qatar ».   Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
#ThaiTest : Lorenzo veut de la GP17 dans la GP18
Jorge Lorenzo n'a terminé que seizième des essais de Buriram. En difficulté, le pilote Ducati attend encore que la GP18 progresse sur certains aspects. Fin janvier, Jorge Lorenzo quittait la Malaisie en étant l'homme le plus rapide de tous les temps à Sepang. Environ deux semaines plus tard, le bilan est nettement moins satisfaisant en Thaïlande : l'Espagnol n'a réalisé que le seizième temps, battu par quatre autres pilotes Ducati (Jack Miller, Andrea Dovizioso, Danilo Petrucci, Esteve Rabat) et pointé à 948 millièmes de Dani Pedrosa. Sur le circuit Chang, Lorenzo s'est même retrouvé au guidon de son ancienne GP17. Il le justifie ainsi : « Je voulais comparer le nouveau cadre avec l'ancien. En Malaisie j'ai vu que la GP18 avait des aspects positifs, mais il y a d'autres choses négatives. L'idéal serait d'avoir un mix des deux machines, mais ce n'est pas aussi simple. » En clair : si sa nouvelle Desmosedici lui convient, il y a encore du travail à faire pour qu'il soit entièrement satisfait. Il est par ailleurs intéressant de noter que si l'an dernier, Lorenzo répétait qu'il adaptait son style de pilotage à la machine, les choses sont en train de changer. L'ancien champion du monde rassure toutefois : « Je sais que la GP18 a un meilleur potentiel, et si je devais choisir avec quelle moto commencer la saison, je dirais elle. » Mais quant à savoir quel prototype sera utilisé lors des prochains essais au Qatar, Por Fuera est moins sûr de lui. « Difficile de répondre maintenant. Je préfère attendre et comprendre le travail que les mécaniciens vont faire dans les prochaines semaines. Peut-être qu'ils parviendront à transférer les solutions d'une moto à l'autre et faire un mix. Nous avons besoin d'attendre et être patients. Malheureusement, avec la GP18 j'ai souffert avec les réglages et je manquais de confiance avec l'arrière. » Si le clan Movistar Yamaha est visiblement à la peine (lire ici pour Valentino Rossi, là pour Maverick Viñales), le Ducati Team n'est pas non plus au mieux. Sur l'ensemble des sessions hivernales de Sepang et Buriram, l'écurie Repsol Honda est pour l'instant celle qui s'en sort le mieux. Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook ...
Maverick Viñales est inquiet avant le Qatar
Le Grand Prix du Qatar 2018 approche à grands pas et Maverick Viñales n'arrive pas à rouler devant. Huitième du test de Buriram, l'Espagnol est inquiet. Movistar Yamaha n'y arrive pas. Sur le circuit Chang, Valentino Rossi n'est pas parvenu à intégrer le top-10. Son coéquipier Maverick Viñales a lui été crédité du huitième temps, deux semaines après avoir terminé septième à Sepang. « Ça a été difficile comme en Malaisie, admet-il. En fait ça fait six mois que je ne me sens pas bien sur la moto, nous avons toujours le même problème et nous n’arrivons pas à le résoudre. En tant que pilote, je ne peux pas donner le meilleur de moi-même et on ne peut pas être satisfait » Pointé à une demi-seconde de Dani Pedrosa, Viñales a surtout été battu par Johann Zarco, qui figure comme le meilleur représentant Yamaha. Pour le pilote Movistar, il faut absolument arrêter de stagner. « Nous devons progresser dans de nombreux domaines car nos rivaux ont sacrément avancé. Johann est devant, alors que nous en tant que pilotes officiels, nous sommes derrières. Quand les choses vont mal, c’est même difficile de figurer dans le top-10. Nous n’avons d’ailleurs rien amélioré comparé à samedi ! » Difficile, pour l'instant, de savoir comment les Bleus vont se sortir de l'impasse. Une chose est néanmoins certaine : le temps presse. « Bien sûr nous sommes inquiets. L’échéance approche à grand pas et il nous reste plus que trois jours [d'essais] au Qatar ! Je ne connais pas la solution, mais nous allons continuer de chercher et de mon côté, je me tiens prêt. » La saison 2018 débutera officiellement le 18 mars à Losail. Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
Tech3 : Syahrin confirmé ? Pas encore mais ça sent bon
Hafizh Syahrin sera-t-il le second pilote de l'équipe Monster Yamaha Tech3 en 2018 ? Rien n'est encore officiel, mais Hervé Poncharal semble optimiste après le test de Buriram. Appelé en dernière minute pour remplacer Jonas Folger, Hafizh Syahrin faisait ce week-end ses débuts en MotoGP sur le circuit Chang. Pour le Malaisien, les essais hivernaux en Thaïlande constituaient à la fois une première en catégorie reine, et un véritable test pour savoir s'il allait ou non être aux côtés de Johann Zarco en 2018.  Et force est de constater qu'au regard des circonstances et de son manque d'expérience, Syahrin a plutôt réussi son entrée en matière. Passé d'un chrono de 1'33.1 le vendredi à un 1'31.5 à la fin des trois jours, Hafizh a terminé vingt-deuxième à moins de 2 secondes du meilleur temps de Dani Pedrosa. Il devance même Karel Abraham et Xavier Siméon. Avec un pareil bilan, Syahrin semble bien parti pour devenir le premier Malaisien à participer au championnat du monde MotoGP. En Moto2, tout a déjà été fait pour que sa place soit libérée (lire ici). Il manque maintenant la confirmation officielle, alors que Hervé Poncharal attendait de lui qu'il fasse ses preuves. Alors, a-t-il été assezconvaincant ? « Je sais que tout le monde attend une décision concernant Hafizh Syahrin, a commenté Poncharal. Tout ce que je peux dire maintenant, c'est qu'il a fait un travail fantastique pendant ce test, montrant une grande motivation, prêt à apprendre et à accélérer sur la piste dans une très bonne ambiance avec l'équipe. Très prochainement, nous prendrons notre décision, car nous devons partager tous les détails de l'organisation avec tous nos partenaires. » Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
#ThaiTest : Nakagami encore meilleur rookie
Takaaki Nakagami a terminé les essais hivernaux de Buriram au dixième rang. Le Japonais, toujours en apprentissage, fait une nouvelle fois figure de meilleur rookie. Fin janvier, Takaaki Nakagami avait montré un potentiel intéressant à Sepang, où se déroulaient les premiers tests hivernaux de l'année 2018. Classé quinzième, le nouveau pilote de la structure LCR Honda avait surtout terminé premier rookie devant Franco Morbidelli (près d'une demi-seconde d'avance), Xavier Siméon et Thomas Lüthi. Environ deux semaines plus tard, Nakagami a confirmé sa prestation en Malaisie par une nouvelle performance en Thaïlande. Sur le circuit Chang, le Japonais a claqué le dixième meilleur temps en 1'30.456, à moins de 7 dixièmes de la référence de Dani Pedrosa. « Je suis très content du bilan de ces trois journées, à la fois pour le chrono et pour la position au classement, a-t-il déclaré. Nous avons fait beaucoup de progrès sur la moto, dans l'équipe où nous apprenons à mieux nous connaître. » Un tel résultat lui permet de devancer des hommes comme Valentino Rossi et Jorge Lorenzo, mais surtout les autres rookies de la catégorie MotoGP : Franco Morbidelli (treizième à 192 millièmes), Thomas Lüthi (vingt-et-unième à 898 millièmes), Hafizh Syahrin (vingt-deuxième à 1,081 seconde) et Xavier Siméon (vingt-quatrième à 1,563 seconde. Mais un top-10 aux essais hivernaux n'est pas synonyme de top-10 dans un Grand Prix. « Terminer dans le top-10 pour la première fois est une bonne chose, mais nous devrons encore travailler dur au Qatar quand nous y serons, poursuit ainsi le Japonais. Voyons ce qui arrivera, mais j'espère que nous pourrons continuer sur cette voie. Je suis sûr que ce sera un bon test avant le "véritable" début de la saison. » Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
Jack Miller n°1 Ducati du test de Thaïlande !
Déjà très rapide tout au long de l'hiver, Jack Miller poursuit sa progression au guidon de sa nouvelle Ducati. Sur le circuit Chang, aucun pilote du constructeur italien n'a roulé plus vite que lui. En novembre dernier, Jack Miller avait impressionné à Valencia. Pour ses débuts au guidon de la GP17, l'Australien avait terminé septième mais surtout premier pilote satellite. À Sepang, fin février, il a roulé en 1'59.346 (il n'avait jamais été aussi rapide) et pointait à une demi-seconde de Jorge Lorenzo, homme le plus rapide de tous les temps en Malaisie. Nouvelle piste mais même résultat : à Buriram, Jack Miller a confirmé sa vélocité au guidon de la moto de l'équipe Aima Pramac Racing. Cette fois, l'Australien a bouclé 198 tours et s'est classé sixième à seulement 4 dixièmes du meilleur temps de Dani Pedrosa. Mais surtout : il a battu tous les autres pilotes Ducati, y compris les officiels Andrea Dovizioso (septième) et Jorge Lorenzo (seizième). Son coéquipier Scott Redding, qui dispose lui d'une Desmosedici GP18, est arrivé vingtième et a roulé plus d'une seconde moins vite que lui. « Je suis vraiment satisfait de ce que nous avons fait pendant ces tests, s'est logiquement réjoui Jack Miller, qui continue à s'adapter à la Ducati. Les sensations sont très bonnes. Chaque fois que je vais en piste, je me sens de plus en plus à l'aise, et tour après tour j'ai l'impression d'être plus rapide », et ça se voit au chrono. L'Australien présente même son mea culpa auprès de son nouveau crew : « J'ai fait une erreur ce matin au premier tour de mon run long. Je suis désolé pour l'équipe parce que nous aurions pu terminer notre travail ce matin. Nous rentrons à la maison avec de la confiance, et j'attends maintenant d'être au Qatar », où Ducati a l'habitude de briller. Stay tuned !  Rejoignez-nous sur Facebook ...
Sommaire règlement et historique

 

Livescore.in
Find a Result
Résultats des compétitions
200 miles de Daytona
24 Heures du Mans
8 Heures de Suzuka
AMA Motocross Champions (USA)
AMA Superbike Champions (USA)
AMA Supercross Champions (USA)
Bol d'Or
Championnat du Monde d'Endurance
Championnat du Monde de Courses sur glace
Championnat du Monde de Motocross
Championnat du Monde de Rallyes tout terrain
Championnat du Monde de Trial
Championnat du Monde de Vitesse
Championnat du Monde Speedway
Championnat du Monde Superbike (SBK)
Championnat du Monde Supercross
Championnat du Monde Supersport
Enduropale du Touquet
Grand Prix d'Afrique du Sud
Grand Prix d'Allemagne
Grand Prix d'Aragon
Grand Prix d'Argentine
Grand Prix d'Australie
Grand Prix d'Autriche
Grand Prix d'Espagne
Grand Prix d'Europe
Grand Prix d'Imola
Grand Prix d'Indianapolis
Grand Prix d'Indonésie
Grand Prix d'Italie
Grand Prix d'Ulster Irlande du Nord
Grand Prix de Bad Wurtemberg
Grand Prix de Belgique
Grand Prix de Catalogne (Catalunya)
Grand Prix de Chine
Grand Prix de Finlande
Grand Prix de France
Grand Prix de Grande Bretagne
Grand Prix de Hongrie
Grand Prix de l'Isle of Man
Grand Prix de la RDA
Grand Prix de la République Tchèque
Grand Prix de Madrid
Grand Prix de Malaisie
Grand Prix de San Marin
Grand Prix de Suède
Grand Prix de Suisse
Grand Prix de Turquie
Grand Prix de Valence
Grand Prix de Yougoslavie
Grand Prix des Amériques
Grand Prix des Etats-Unis
Grand Prix des Pays-Bas
Grand Prix du Brésil
Grand Prix du Canada
Grand Prix du Japon
Grand Prix du Pacifique
Grand Prix du Portugal
Grand Prix du Qatar
Grand Prix du Venezuela
Grand Prix FIM
Le Dakar
Motocross B2
Motocross d'Afrique du Sud
Motocross d'Allemagne
Motocross d'Argentine
Motocross d'Autriche
Motocross d'Espagne
Motocross d'Europe
Motocross d'Indonésie
Motocross d'Irlande
Motocross d'Italie
Motocross de Belgique
Motocross de Bulgarie
Motocross de Finlande
Motocross de France
Motocross de Grande Bretagne
Motocross de Grèce
Motocross de Hongrie
Motocross de la RDA
Motocross de la République Tchèque
Motocross de Pologne
Motocross de Russie
Motocross de San Marin
Motocross de Suède
Motocross de Suisse
Motocross de Yougoslavie
Motocross des Nations
Motocross des Pays Bas
Motocross des USA
Motocross du Brésil
Motocross du Canada
Motocross du Japon
Motocross du Luxembourg
Motocross du Portugal
Motocross du Venezuela
Trial des Nations
US Open Supercross
Dicostars
Abe-Norick
Agostini-Giacomo
Ahvala-Tommi
Albertijn-Greg
Aloha-Mika
Alzamora-Emilio
Ambrosini-Dario
Anderson-Hugh
Andersson-Kent
Anscheidt-Hans-Georg
Aoki-Haruchika
Aoyama-Hiroshi
Arcarons-Jordi
Armstrong-Reg
Aro-Samuli
Aubert-Johnny
Auriol-Hubert
Baker-Steve
Baldé-Jean-François
Ballington-Kork
Barbera-Hector
Barros-Alex
Battistini-Jean-Louis
Bautista-Alvaro
Bayle-Jean-Michel
Bayliss-Troy
Beattie-Daryl
Biaggi-Max
Bianchi-Pier Paolo
Biland-Rolf
Bill-Julien
Binder-Brad
Bizouard-Rémi
Bolley-Frédéric
Bonhuil-Bruno
Bou-Toni
Bradl-Stefan
Burgat-Gilles
Burnett-Roger
Béthys-Thierry
Cadalora-Luca
Cairoli-Antonio
Camozzi-Bruno
Capirossi-Loris
Cardus-Carlos
Carmichael-Ricky
Castera-David
Casteu-David
Cecotto-Johnny
Chambon-Stéphane
Chareye-Adrien
Charpentier-Sébastien
Checa-Carlos
Checa-David
Chemarin-Jean-Claude
Chili-Pier-Francesco
Chiodi-Alessio
Cluzel-Jules
Colomer-Marc
Coma-Marc
Coppins-Joshua
Cornu-Jacques
Corser-Troy
Corsi-Simone
Cortese-Sandro
Costes-William
Coudray-Gérard
Cox-Alfie
Criné-Thierry
Criville-Alex
Crump-Jason
Crutchlow-Cal
D'Orgeix-Jehan
Da Costa-Julien
Davies-Chaz
De Angelis-Alex
De Coster-Roger
De Puniet-Randy
De Radigues-Didier
De Vries-Jan
Deletang-Jean-Marc
Delhalle-Anthony
Demaria-Yves
Demeester-Arnaud
Desalle-Clément
Despres-Cyril
Deubel-Max
Di Meglio-Mike
Dietrich-Guillaume
Doohan-Mick
Dovizioso-Andrea
Drobecq-Patrick
Duhamel-Miguel
Duke-Geoff
Dungey-Ryan
Dunlop-Joey
Dussauge-Nicolas
Edmondson-Paul
Edwards-Colin
Ekerold-Jon
Elias-Toni
Emig-Jeff
Enders-Klaus
Eriksson-Anders
Espargaro-Pol
Esquirol-Cyril
Everts-Stefan
Faubel-Hector
Febvre-Romain
Findlay-Jack
Fogarty-Carl
Fontan-Marc
Fontanesi-Chiara
Foret-Fabien
Four-Olivier
Friedrichs-Paul
Frossard-Steven
Fuhrer-Andreas
Fundin-Ove
Gajser-Tim
Gardner-Wayne
Geboers-Eric
Giabbani-Gwen
Gibernau-Sete
Gimbert-Sébastien
Glover-Broc
Goddard-Peter
Godier-Georges
Graham-Leslie
Grasso-Giorgio
Gresini-Fausto
Guintoli-Sylvain
Guthrie-Jimmy
Haas-Werner
Haga-Noriyuki
Hailwood-Mike
Hallman-Torsten
Harada-Tetsuya
Haslam-Ron 'Rocket'
Hauquier-David
Hayden-Nicky
Herlings-Jeffrey
Herrero-Santiago
Hislop-Steve
Hocking-Gary
Iannone-Andrea
Igoa-Patrick
Ivy-Bill
Jacque-Olivier
Jerman-Igor
Jobé-Georges
Johnson-Ricky
Jonsson-Sven-Erik
Kadyrov-Gabdrakhman
Kallio-Mika
Kato-Daijiro
Kent-Danny
Kinigadner-Heinz
Kitagawa-Keiichi
Kocinski-John
Krasnikov-Nikolaï
Laconi-Régis
Lagrive-Matthieu
Laier-Steffi
Lalay-Gilles
Lampkin-Doug
Lancelot-Livia
Lavado-Carlos
Lavieille-Christian
Lawson-Eddie
Lazzarini-Eugenio
Leblanc-Grégory
Lejeune-Eddy
Locatelli-Roberto
Lomas-Bill
Lorenzetti-Enrico
Lorenzo-Jorge
Léon-Christian
Lüthi-Thomas
Magee-Kevin
Magnaldi-Thierry
Mahias-Lucas
Malherbe-André
Mamola-Randy
Mang-Anton
Marquez-Alex
Marquez-Marc
Martinez-Jorge
Mas -Carlos
Masbou-Alexis
Maschio-Mickaël
Masetti-Umberto
Mattioli-Jean-Michel
Mauger-Ivan
McGrath-Jeremy
McGuinness-John
Melandri-Marco
Meoni-Fabrizio
Merkel-Fred
Mertens-Stephane
Michaud-Thierry
Michel-Alain
Mikkola-Heikki
Miller-Jack
Mir-Joan
Mladin-Mat
Moineau-Hervé
Moisseev-Guennady
Monneret-Georges
Monneret-Pierre
Morales-Marc
Morbidelli-Franco
Morillas-Adrien
Morrison-Brian
Moussé-Jean-Claude
Musquin-Marvin
Mécène-Gilles
Méo-Antoine
Nakano-Shinya
Nakasuga-Katsuyuki
Neveu-Cyril
Nicoll-Kurt
Nielsen-Hans
Nieto-Angel
Nilsson-Bill
Nowland-Warwick
O'Mara-Johnny
Okada-Tadayuki 'Taddy'
Oliver-Eric
Olsen-Ole
Orioli-Edi
Paulin-Gautier
Pedersen-Nicki
Pedrosa-Dani
Petit-Frédéric
Philippaerts-David
Philippe-Vincent
Picco-Franco
Pichon-Mickael
Pileri-Paolo
Plisson-Patrick
Poggiali-Manuel
Polen-Doug
Pons-Patrick
Pons-Sito
Potisek-Timoteï
Pourcel-Christophe
Price-Toby
Puig-Alberto
Puzar-Alex
Quartararo-Fabio
Rabat-Esteve
Raga-Adam
Rahier-Gaston
Rainey-Wayne
Ramon-Steve
Rasmanis-Artis
Raudies-Dirk
Rea-Jonathan
Read-Phil
Redman-James Arthur 'Jim'
Reeves-Tim
Reggiani-Loris
Renet-Pierre-Alexandre
Rickardsson-Tony
Rinaldi-Marco
Riss-Gerd
Robert-Joel
Roberts-Kenny
Roberts-Kenny Jr.
Roche-Raymond
Roczen-Ken
Rodrigues-Helder
Roma-Nani
Roncada-Stéphane
Rossi-Louis
Rossi-Valentino
Roth-Reinhold
Rougerie-Michel
Ruffo-Bruno
Ruggia-Jean-Philippe
Russell-Scott
Rymer-Terry
Saarinen-Jarno
Sainct-Richard
Sakata-Kazuto
Sala-Giovanni
Salminen-Juha
Salom-Luis
Sarron-Christian
Sarron-Dominique
Schwantz-Kevin
Sergis-Kristers
Sheene-Barry
Silvan-Petteri
Simon-Julian
Simoncelli-Marco
Slight-Aaron
Smets-Joël
Smith-Bradley
Smith-Jeffrey
Sofuoglu-Kenan
Spencer-Freddie
Spies-Ben
Stearns-Chuck
Stewart Jr.-James
Stoner-Casey
Strijbos-Dave
Strijbos-Kevin
Sunderland-Sam
Surtees-John
Sykes-Tom
Sébileau-Bertrand
Talmacsi-Gabor
Tarres-Jordi
Taveri-Luigi
Terol-Nicolas
Thorpe-David
Tiainen-Kari
Tixier-Jordi
Tomizawa-Shoya
Tormo-Ricardo
Tortelli-Sébastien
Toseland-James
Tournadre-Jean-Louis
Tragter-Pedro
Ubbiali-Carlo
Ueda-Noboru
Van den Berk-John
Van den Bosch-Thierry
Van der Mark-Michael
Vehkonen-Pekka
Verbrugge-Sven
Vermeulen-Chris
Vesterinen-Yrjo
Vialle-Frédéric
Vieira-Alex
Villa-Walter
Villopoto-Ryan
Vimond-Jackie
Vincent-Arnaud
Viñales-Maverick
Vuillemin-David
Waldmann-Ralf
Walkner-Matthias
Webster-Steve
Wigg-Simon
Willemsen-Daniel
Zarco-Johann
Zorn-Franz
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 - jean-claude chemarin - carlos checa - valentino rossi - ***david quaegebeur - james clark

 

';