Happy Birthday :
jeudi 17 janvier 2019
Jeux Olympiques hiver
 

Ski de Fond - Dossier Jeux Olympiques hiver
< Retour

Présentation :

Le Ski de Fond est sport olympique dès 1924.
Deux épreuves figuraient au programme des premiers Jeux d’hiver à Chamonix en 1924 (18 km et 50 km) contre douze depuis 2006 (record partagé avec le Patinage de vitesse). Les épreuves pour femmes furent introduites en 1952 à Oslo.

Il existe deux styles de Ski de Fond : le style classique et le style libre. Dans les courses classiques, les skieurs utilisent le style traditionnel du glissement droit et ne sortent pas de pistes parallèles distinctes. De 1924 à 1984, seule la technique classique était valable lors des compétitions olympiques.

La technique du style libre, que l'on appelle souvent « pas de patineur », ne connaît aucune restriction. Les athlètes ne gardent pas leurs skis à l'intérieur de pistes étroites : au lieu de cela, ils poussent avec les deux jambes, en un mouvement qui ressemble à celui du patinage. Normalement plus rapides que les courses classiques, les courses en style libre font partie du programme olympique depuis 1988.

La piste prévue pour les courses classiques se décompose en deux pistes, espacées de 17 à 30 cm et profondes de deux à cinq centimètres (entre 0,8 et 2 pouces).

Épreuves

Le programme des Jeux olympiques de 2018 compte 12 épreuves de Ski de Fond (6 épreuves messieurs, 6 épreuves dames).

Les femmes prennent part au sprint, sprint par équipes, 10 km poursuite, 15 km poursuite skiathlon, 30 km départ groupé et relais 4x5 km. Les hommes s'affrontent en sprint, sprint par équipes, 15 km poursuite, 30 km poursuite, 50 km départ groupé et relais 4x10 km.

* Sprint individuel messieurs et dames (style classique)
* Sprint par équipes messieurs et dames (style libre)
* Course 15 km messieurs (style libre)
* Course 10 km dames (style libre)
* Poursuite messieurs et dames (style classique et style libre)
* Course 50 km messieurs (style classique)
* Course 30 km dames (style classique)
* Relais messieurs 4 x 10 km (style classique et style libre)
* Relais dames 4 x 5 km (style classique et style libre)

Deux des épreuves - le sprint messieurs et le sprint dames - se sont ajoutées au programme olympique après les Jeux olympiques de 1998 à Nagano. Le nombre d'épreuves récompensées d'une médaille est ainsi passé de 10 à 12. Depuis les Jeux olympiques de Turin en 2006, l'épreuve de 50 km messieurs en style libre et l'épreuve de la course 30 km dames en style libre ont été reconverties en technique classique. D'autres changements sont intervenus depuis les Jeux olympiques de 2006 :

* Le sprint individuel se fait en style classique plutôt qu'en style libre.
* Le sprint par équipes propose une technique en style libre plutôt qu'en style classique.
* Comme dit plus haut, l'épreuve de la course 50 km messieurs sera classique ; elle s'est disputée en style libre en 2006 et en style classique en 2002. L'épreuve de la course 30 km dames se fera elle aussi en style classique ; elle s'est disputée en style libre en 2002 et en style classique en 1998.
* Comme à Turin, l'épreuve de la course 50 km messieurs et l'épreuve de la course 30 km dames se feront à départ groupé.

Notez que le programme du Ski de Fond change souvent. Par exemple, les épreuves qui se disputent à la Coupe du monde ne sont pas exactement les mêmes que celles qui se disputeront à Vancouver (les distances sont plus ou moins les mêmes que celles du circuit de la Coupe du monde, mais la technique employée est différente dans plusieurs épreuves).

Le départ

Il existe deux modes de départ des courses de Ski de Fond : le départ individuel et le départ groupé.

- Le départ individuel

Pour une course à départ individuel (aussi dite à départ échelonné), les skieurs s'élancent l'un après l'autre depuis le point de départ, selon un ordre établi à l'avance. Chaque nouveau skieur commence après un intervalle donné - normalement, toutes les 30 secondes. L'athlète qui réalise le meilleur temps net - du moment où il commence à skier sur la piste jusqu'au moment où il franchit la ligne d'arrivée - remporte la course. Une course à départ individuel, ressemble à une évaluation de la vitesse : en substance, plutôt que s'affronter, les athlètes courent contre la montre, même si les doublements sont nombreux, surtout dans les courses sur de grandes distances.

Une fois qu'un skieur commence la course, le concurrent suivant se place sur la plate-forme de départ, qui se compose normalement d'un levier électronique situé à une trentaine de centimètres au-dessus de la ligne de départ. Le skieur doit rester immobile sur la plate-forme, les pieds derrière la ligne de départ. Ses bâtons se trouvent devant la plate-forme de départ. Dix secondes avant le départ du skieur, un officiel l'avertit : « À vos marques ! ». Cinq secondes avant le départ, l'agent officiel entame le compte à rebours : « 5, 4, 3, 2, 1 ». Le commandement oral « Partez ! » est donné au moment où retentit le signal électronique de départ.

Le skieur peut s'élancer à n'importe quel moment dans les trois secondes qui précèdent ou suivent le commandement « Partez ! ». Il brise le levier de chronométrage avec sa jambe, et déclenche ainsi le chronomètre. Lorsqu'un skieur s'élance plus de trois secondes avant le signal de départ, on déclare un faux départ. On rappelle le skieur, qui doit passer par un prolongement de la plate-forme de départ électronique en dehors de celle-ci. Si le skieur s'élance plus de trois secondes après le signal de départ, son temps sur la liste de départ est comptabilisé (c'est-à-dire qu'il perd plus de trois secondes).

- Départ groupé

Comme l'indique l'expression « départ groupé », tous les skieurs s'alignent sur la ligne de départ et commencent en même temps. L'athlète le mieux placé au classement des courses sur distance à la Coupe du monde se voit attribuer la position de départ la plus favorable (au milieu de la ligne de départ). L'athlète qui le suit au classement reçoit la position de départ la plus favorable qui suit, et ainsi de suite. Le premier à franchir la ligne d'arrivée remporte l'épreuve.

Poursuite

À Vancouver, l'épreuve de poursuite se tiendra sous forme d'une compétition combinée, où la première moitié de la course se produira en technique classique et la seconde en technique libre. La première partie de la course, 15 km en technique classique pour messieurs et 7,5 km en technique classique pour dames, commence par un départ groupé. Après la partie classique, les concurrents changent aussi rapidement que possible de skis et de bâtons dans un box prévu, tandis que le chronomètre poursuit son décompte. Après s'être changés, ils continuent la compétition avec un parcours de 15 km messieurs et de 7,5 km dames, en style libre. Le premier concurrent à franchir la ligne d'arrivée après la seconde partie de la compétition est déclaré vainqueur. Les concurrents qui arrivent avec un ou plusieurs tours de retard doivent abandonner la compétition.

L'arrivée

Les Jeux olympiques utilisent le chronomètre électronique. Celui-ci s'arrête à chaque fois qu'un concurrent coupe le faisceau lumineux ou passe devant la caméra photo (suspendue à 25 centimètres [10 pouces] au-dessus de la neige) sur la ligne d'arrivée.

En cas de photo à l'arrivée, les athlètes sont classés en fonction de l'ordre où leur pied avant franchit la ligne d'arrivée. Si un concurrent chute pendant qu'il franchit ligne d'arrivée, il est classé en fonction du système indiqué ci-dessus, tant que l'ensemble de son corps franchit la ligne d'arrivée sans aucune aide.

Les compétitions

Sprint individuel messieurs

C'est à Salt Lake City que s'est disputé pour la première fois le sprint individuel messieurs. La longueur de la course sera de 1,5 km (à Turin, la distance était de 1,4 km). À Vancouver, le sprint individuel se fera en technique classique. L'épreuve consiste en une course de qualification (départ individuel), suivie d'une manche d'élimination (départ groupé). Les skieurs les plus rapides terminent la course de 1,5 km en trois minutes environ.

La manche de qualification se tient le matin. Les concurrents commencent à 15 secondes d'intervalle, et se lancent sur le parcours de 1,5 km contre la montre. Parmi les athlètes au départ se trouvera un groupe en tête de série, dont l'ordre de départ se décide par tirage au sort. L'ordre de départ des autres skieurs se fera en fonction de leur liste de points FIS (Fédération Internationale de Ski). Les 30 skieurs les plus rapides à la manche de qualification avancent vers la manche d'élimination, qui se produit plus tard la même journée.

Au cours de la manche d'élimination, les 30 skieurs - qui se classent de premier à trentième selon la manche de qualification - sont divisés en cinq quarts de finale de six skieurs chacun (cf. le tableau ci-dessous) :

Pendant chaque quart de finale, les six skieurs commencent en même temps (départ groupé) pour parcourir le même tour de 1,5 km que celui de la manche de qualification. Les skieurs peuvent choisir leur position de départ dans la course en départ groupé selon leur classement lors de la manche de qualification (c'est-à-dire que l'athlète qui arrive en tête des qualifications dans un quart de finale donné peut choisir le premier son couloir, suivi de l'athlète qui le suit, et ainsi de suite).

Les deux premiers arrivants de chaque quart de finale avancent en demi-finale. Elle se tient sur le même tour de 1,5 km. Ici aussi, les skieurs peuvent sélectionner leur position de départ en fonction de leur classement lors de la manche de qualification.

Les deux premiers arrivants de chaque demi-finale s'affrontent au cours de la finale « A » (encore une fois, sur le même tour). À l'issue de cette épreuve sont décernées la médaille d'or, la médaille d'argent, la médaille de bronze et la quatrième place. Une finale « B », permettant de classer les athlètes arrivant en 5e, 6e, 7e et 8e place, se tiendra avant la finale où sont attribuées les médailles (soit la finale A). Les arrivants qui se classent cinquièmes à chaque demi-finale seront classés, en fonction de leur temps de qualification, à la 9e et à la 10e place.

Les trois premiers arrivants de la finale A sont respectivement récompensés par une médaille d'or, d'argent et de bronze.

Course 15 km messieurs en style libre

Durant cette course à départ individuel, les hommes skient sur 15 kilomètres en style libre.

Poursuite hommes

Cette épreuve est une compétition combinée, où la première moitié se dispute en style classique et la seconde en style libre. La première partie de la course - 15 km en style classique - commence par un départ groupé. Après la partie classique, les concurrents changent aussi rapidement que possible de skis et de bâtons dans un box prévu, tandis que le chronomètre poursuit son décompte. Après s'être changés, ils continuent la compétition avec un parcours de 15 km en style libre. Le premier athlète à franchir la ligne d'arrivée après la seconde partie de la compétition est déclaré vainqueur. Les concurrents qui arrivent avec un ou plusieurs tours de retard doivent abandonner la compétition.

Sprint par équipes messieurs

Le sprint par équipes est apparu pour la première fois aux Jeux olympiques de Turin. L'épreuve se joue sous forme de relais avec deux concurrents dans chaque équipe, chacun à son tour devant parcourir trois tours. Chaque tour est de 1,5 km. La course se fera en technique libre.

La compétition se fait en deux parties : demi-finale et finale. Le nombre d'équipes dans une série de demi-finale ne doit pas dépasser 20. Après la demi-finale, les cinq (5) premières équipes de chaque demi-finale se qualifient à la finale.

Pour diviser uniformément les meilleures équipes entre les deux demi-finales, l'équipe ayant le moins de points au classement au sprint FIS rejoindra la première demi-finale. Les équipes arrivant seconde et troisième en nombre de points au classement au sprint FIS se retrouveront à la seconde demi-finale. Les équipes arrivant quatrième et cinquièmes en nombre de points au classement au sprint FIS seront dans la première demi-finale, et ainsi de suite. Par exemple, si les sept premières équipes ont, dans l'ordre, 28, 30, 34, 40, 47, 48 et 54 points au classement au sprint FIS, elles seront divisées en demi-finale comme suit :

Équipe 1 (28 points) : demi-finale 1
Équipe 2 (30 points) : demi-finale 2
Équipe 3 (34 points) : demi-finale 2
Équipe 4 (40 points) : demi-finale 1
Équipe 5 (47 points) : demi-finale 1
Équipe 6 (48 points) : demi-finale 2
Équipe 7 (54 points) : demi-finale 2

L'ordre du départ se décide en fonction des points au classement au sprint FIS (plus le nombre de points est faible, mieux c'est - le gagnant d'une compétition en sprint obtient 0 points au classement FIS). Les points FIS pour le sprint par équipes se fondent sur la moyenne des cinq meilleurs résultats d'un athlète au cours de 365 jours précédents. Les scores des deux athlètes de chaque équipe sont additionnés pour donner le total de leur équipe.

En demi-finale, l'équipe ayant le moins de points en sprint commence numéro un. L'équipe ayant le second nombre de points commence numéro deux et ainsi de suite. Si une équipe ou plusieurs équipes ont un score total égal, l'équipe du skieur qui a le moins de points commence avant l'autre. Si cela n'est pas suffisant pour départager l'ordre du départ, celui-ci se décide par tirage.

L'ordre du départ de la finale se décide comme suit : les vainqueurs de chaque demi-finale commencent premier et second à la finale, en fonction de l'équipe qui comptabilise le moins de points au classement au sprint FIS (l'équipe ayant le moins de points au classement au sprint FIS commence la première). Les arrivants en seconde place à chaque demi-finale commencent troisième et quatrième à la finale, en fonction de l'équipe qui compte le moins de points au classement au sprint FIS, et ainsi de suite.

Une équipe peut modifier sa composition jusqu'à deux heures avant le départ. Toutefois, elle perd sa position de départ et doit faire son départ à l'extrémité du terrain. Si plusieurs équipes doivent être placées à l'extrémité du terrain, l'ordre de leur départ à cet endroit est le même que leur ordre de départ d'origine. Les positions de départ originales sont laissées vides.

Les concurrents commencent la course à partir de couloirs parallèles, qui devraient être droits pendant une centaine de mètres. Le premier partant de l'équipe numéro un (l'équipe ayant le moins de points au classement au sprint FIS) commence au couloir numéro un de la ligne de départ. Le premier partant de l'équipe numéro deux commence au couloir numéro deux, trois (3) mètres derrière la ligne de départ, et ainsi de suite. Les premiers partants ne peuvent changer de couloir tant qu'ils n'ont pas franchi la ligne de départ.

Les équipes qui prennent un ou plusieurs tours de retard pendant la course doivent abandonner, mais sont classées aux résultats. Toutes les équipes présentes à la finale sont classées en fonction de leur résultat à la finale. Les équipes qui n'atteignent pas la finale sont classées comme suit : les deux équipes finissant sixièmes à chaque série de demi-finale seront classées 11ème et 12ème générales, en fonction de l'équipe qui a enregistré le meilleur temps en demi-finale. Les deux équipes finissant septièmes à chaque demi-finale seront classées aux 13ème et 14ème rangs, en fonction de l'équipe qui a enregistré le meilleur temps en demi-finale, et ainsi de suite.

50 km messieurs

Dans cette course à départ groupé, les hommes skient sur 50 kilomètres en style classique. C'est la première fois depuis 2002 que cette épreuve se dispute dans ce style aux Jeux olympiques. En 2006, la course de 50 km s'est disputée en style libre.

Relais 4 x 10 km messieurs

Chaque pays peut présenter une équipe de quatre hommes à la course de relais. Chaque homme skie sur 10 kilomètres : les deux premiers skient en style classique, les deux suivants en style libre.

Les deux premiers skieurs de chaque équipe commencent ensemble (départ groupé). On les convoque sur la ligne de départ une minute avant le départ, et le moment venu, on leur indique qu'il reste 30 secondes. Tout de suite avant le départ, le starter formule l'avertissement « Prêts ? » puis tire le pistolet de départ. Pendant la première étape de la course, le skieur se bat pour se placer en bonne position en faveur de son équipe.

Le relais entre skieurs intervient dans une aire particulière, longue d'environ 30 mètres, près de la zone de départ et d'arrivée. Le relais se fait lorsque les deux skieurs se trouvent dans l'aire de passage prévue, et que la main du premier skieur touche n'importe quelle partie du corps du skieur suivant. Le premier skieur n'a pas le droit de pousser le skieur suivant de quelque façon que ce soit. En cas de mauvais relais (par exemple, si le relais survient hors de la zone), les deux skieurs doivent revenir à la zone de relais, et effectuer un relais régulier avant que leur équipe ne puisse poursuivre la course.

Puisque le ski en style libre détruit les pistes nécessaires au ski classique, les étapes se disputent dans l'ordre suivant : style classique - style classique - style libre - style libre. La première équipe à franchir la ligne d'arrivée remporte la victoire.

Sprint individuel dames

Le sprint individuel dames s'est disputé pour la première fois aux Jeux olympiques de Salt Lake City. La longueur de la course est de 1,5 km (à noter : aux Jeux olympiques de 2006, le sprint dames s'est disputé sur une distance de 1,2 km). Le sprint individuel se courra en technique classique. L'épreuve consiste en une manche de qualification (départ individuel), suivie d'une manche d'élimination (départ groupé). Les skieuses les plus rapides skieront sur 1,5 km en style libre en un peu moins de trois minutes trente.

La forme de la compétition du sprint individuel dames est identique à celle du sprint individuel messieurs.

Course 10 km dames classique

Pour cette course à départ individuel, les skieuses skient sur 10 kilomètres en style libre.

Poursuite dames

Cette épreuve est une compétition combinée, où la première partie se produit en technique classique et la seconde en technique libre. La première partie de la course, 7,5 km en technique classique, commence par un départ groupé. Après la partie classique, les concurrentes changent de skis et de bâtons dans un box prévu, aussi rapidement que possible, tandis que le chronomètre poursuit son décompte. Après s'être changées, les concurrentes continuent la compétition avec un parcours de 7,5 km en style libre. La première athlète à franchir la ligne d'arrivée après la seconde partie remporte la compétition.

Sprint par équipes dames

Le sprint par équipes est apparu pour la première fois à Turin. L'épreuve se dispute sous forme de course de relais, avec deux concurrentes dans chaque équipe. La course se fera en style libre. La forme du sprint par équipes dames est identique à celle du sprint par équipes hommes.

Course 30 km dames

Pour cette course à départ groupé, les femmes skient sur 30 kilomètres en technique classique. C'est la première fois depuis 2002 que cette épreuve se dispute dans ce style aux Jeux olympiques. En 2006, la course de 30 km s'est disputée en style libre.

Relais 4 x5 km dames

Chaque pays peut présenter une équipe de quatre femmes à la course de relais. Chaque femme skie sur 5 kilomètres : les deux premières skient en style classique, les deux suivantes en style libre.

Les deux premières skieuses de chaque équipe commencent ensemble (départ groupé). On les convoque sur la ligne de départ une minute avant le départ, et le moment venu, on leur indique qu'il reste 30 secondes. Tout de suite avant le départ, le starter formule l'avertissement « Prêts ? » puis tire le pistolet de départ. Pendant la première étape de la course, la skieuse se bat pour se placer en bonne position en faveur de son équipe.

Le relais entre skieuses intervient dans une aire particulière, longue d'environ 30 mètres (98 pieds), près de la zone de départ et d'arrivée. Le relais se fait lorsque les deux skieuses se trouvent dans l'aire de passage prévue, et que la main de la première skieuse touche n'importe quelle partie du corps de la skieuse suivante. La première skieuse n'a pas le droit de pousser la skieuse suivante de quelque façon que ce soit. En cas de mauvais relais (par exemple, si le relais survient hors de la zone), les deux skieuses doivent revenir à la zone de relais, et effectuer un relais régulier avant que leur équipe ne puisse poursuivre la course.

Puisque le ski en style libre détruit les pistes nécessaires au ski classique, les étapes se disputent dans l'ordre suivant : style classique - style classique - style libre - style libre. La première équipe à franchir la ligne d'arrivée remporte la victoire.


Les épreuves de Ski de Fond aux Jeux olympiques n'imposent pas d'âge minimum aux athlètes.

Copyright Sportquick/Promedi

En savoir plus :
Ski de Fond

Trois pays ont dépassé la barre des 100 médailles obtenues dans un même sport :  la Norvège en Ski de Fond, l'Autriche en Ski Alpin et les Pays-Bas en Patinage de vitesse.

Cumul des médailles aux J.O. en Ski de Fond

 

 

 

 

 

 

 

 

Hommes

 

 

 

 

 

Or

Argent

Bronze

Total

Bjorn Daehlie NOR

8

4

 

12

Sixten Jernberg NOR

4

3

2

9

Veikko Hakulinen FIN

3

3

1

7

Eero Mäntyranta FIN

3

2

2

7

Vladimir Smirnov URSS, CEI et KAZ

1

4

2

7

Thomas Alsgaard NOR

5

1

 

6

Gunde Svan SUE

4

1

1

6

Vegard Ulvang NOR

3

2

1

6

Mika Myllylä FIN

1

1

4

6

 

 

 

 

 

Femmes

 

 

 

 

 

Or

Argent

Bronze

Total

Marit Bjoergen NOR  8   4   3   15

Raissa Smetanina URSS

4

5

1

10

Ljubov Egorova URSS/CEI/RUS

6

3

 

9

Stefania Belmondo ITA

2

3

5

10

Galina Kulakova URSS

4

2

2

8

Charlotte Kalla NOR

3

6

 

9

Elena Välbe CEI/RUS

3

 

4

7

Marja-Liisa Hämäläinen-Kirvesniemi FIN

3

 

4

7

 Les top-5 des nations les plus médaillées :

1. Norvège avec 121 médailles (47 or, 42 argent, 32 bronze)

2. Suède avec 80 médailles (31 or, 25 argent, 24 bronze)

3. URSS avec 68 médailles (25 or, 22 argent, 21 bronze)

4. Finlande avec 80 médailles (21 or, 25 argent, 34 bronze)

5. Russie avec 33 médailles (14 or, 10 argent, 9 bronze)

Plus de participations
6 JO : Marja-Liisa Kirvesniemi-Hämäläinen, Harri Kirvesniemi , Jochen Behle, Andrus Veerpalu , Michael Dixon, Kateřina Neumannová, Sergei Tchepikov, Ole Einar Bjørndalen, Sergei Dolidovich,
5 JO : Ivan Bátory, Stefania Belmondo , Oddvar Braa , Maurilio De Zolt, Manuela Di Centa , Aleksander Grajf, Juan Jesús Gutiérrez, Markus Hasler, Arturo Kinch, Jaak Mae, Oļegs Maļuhins, Hannu Manninen, Torgny Mogren , Gabriella Paruzzi , Gianfranco Polvara, Alexey Prokurorov, Raisa Smetanina , Kristina Šmigun-Vähi, Alois Stadlober, Athanassios Tsakiris, Sabina Valbusa, Fulvio Valbusa , Giorgio Vanzetta , Yelena Volodina-Antonova
 
 
 

 

.,.

Copyright Sportquick/Promedi

Le Ski de Fond est sport olympique dès 1924. Deux épreuves figuraient au programme des premiers Jeux d’hiver à Chamonix en 1924 (18 km et 50 km) contre douze depuis 2006 (record partagé avec le patinage de vitesse). Les épreuves pour femmes furent introduites en 1952 à Oslo.   Il existe deux styles de ski de fond : le style classique et le style libre. Dans les courses classiques, les skieurs utilisent le style traditionnel du glissement droit et ne sortent pas de pistes parallè...
 ...
...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée en 1924. Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Ol...
Le short track et l’Olympisme Sport de démonstration en 1988, le short track est devenu sport olympique en 1992 aux XVIes Jeux olympiques d'hiver d'Albertville. Le programme comprend huit épreuves : 500 m (4 tours et demi), 1000 m (9 tours) et 1500 m (hommes et dames; 13 tours et demi), 5000 m relais hommes et 3000 m relais dames. - le 500 m, le 1000 m et les deux relais se disputent entre 4 patineurs tandis que le 1 500 m se dispute entre 6 patineurs. Le patinage de vit...
  Jeux Olympiques - hiver  "La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play."   Les Jeux Olympiques sont un évènement sportif  qui se déroule tous les quatre ans, rassemblant les athlètes du monde entier dans la paix et en respectant les principes d&rs...
Jeux Olympiques d'Hiver   Cumul des médailles d'or par athlète aux Jeux Olympiques d'hiver. Hommes - Björn Daehlie NOR - Ski de fond avec 8 médailles (1992, 1994 et 1998). - Ole Einar Bjoerndaelen NOR – Biathlon avec 8 médailles (1998, 2002, 2010 et 2014). - Viktor An RUS (Ahn Hyun-Soo KOR) - Short Track avec 8 médailles (2006, 2014) - Eric Heiden USA - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1980). - Clas Thunberg FIN - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1924, 1928). - Mart...
Biathlon
Bobsleigh
Combiné Nordique
Curling
Hockey sur glace
Luge
Patinage artistique
Patinage de vitesse
Saut à Skis
Short track
Skeleton
Ski Alpin
Ski de Fond
Ski Freestyle
Snowboard
'Rasta Rockett' de retour pour les Jeux de 2014
Comités nationaux olympiques
Le tableau des médailles aux Jeux de PyeongChang en 2018
Les 15 médailles françaises aux JO de PyeongChang en 2018
Les 92 porte-drapeaux des JO 2018
Les athlètes les plus titrés et médaillés des Jeux Olympiques d'hiver
Les médailles françaises aux Jeux Olympiques d'hiver
Tableau des médailles Jeux d'hiver 1924-2014
Tableau des médailles Sotchi 2014
Tableau des médailles Vancouver 2010
Teddy Riner, la peur au ventre (vidéo sponsorisée)
Teddy Riner,de la réalité au rêve à Sochi avec un deuxième titre olympique ( vidéo sponsorisée)
Tout savoir sur les Jeux Olympiques d'hiver

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - philippe candeloro -  -  -  - herminio menendez