Happy Birthday :
mardi 19 mars 2019
Jeux Olympiques hiver
 

Biathlon - Dossier Jeux Olympiques hiver
< Retour

Présentation :

Sport de démonstration en 1948 aux Jeux de Saint-Moritz, les hommes participent aux Jeux Olympiques depuis 1960 et les femmes depuis les Jeux d’Albertville en 1992. Le programme comprend onze épreuves (5 chez les hommes et femmes; 1 en mixte) : des courses de sprint, de poursuite, individuelles, par équipes et en relais.

Jusqu'aux Jeux de 1976, les épreuves se composent d'une course individuelle et d'un relais. Une deuxième épreuve individuelle est introduite en 1980 puis en 2002, s’ajoute une épreuve de poursuite de 12,5 km pour les hommes et de 10 km pour les femmes. Depuis 2006, une nouvelle épreuve de "mass-start" (départ en ligne) est introduite chez les hommes comme chez les femmes. Elle réunit les 30 meilleurs athlètes de la Coupe du Monde.

 
L'épreuve de Biathlon combine le Ski de Fond en technique freestyle ou libre (pas de patineur) et le tir avec arme de petit calibre. Dans la mesure du possible, il convient de présenter le Biathlon comme une « compétition » plutôt qu'une « course ».

Jusqu'en 2010, le Biathlon fut le seul sport des Jeux dont les résultats comptaient pour le classement de la Coupe du monde !

 

Participation

5 JO : Uschi Disl , Aleksander Grajf, Ludwig Gredler, Ricco Gross , Halvard Hanevold , Martina Jasicova-Halinarova, Oļegs Maļuhins, Janez Ozbolt, Wilfried Pallhuber, Nathalie Santer-Bjoerndalen, Tomasz Sikora , Athanassios Tsakiris.

Les biathlètes les plus titrés et médaillés

HOMMES

Or

Argent

Bronze

TOTAL

Bjoerndalen Ole Einar  NOR

8

4

1

13

Gross Ricco  ALL

4

3

1

8

Fischer Sven  ALL

4

2

2

8

Svendsen Emil Hegle NOR 4 3 1 8
Fourcade Martin FRA 5 2   7

Tchepikov Serguei  URSS, CEI et RUS

2

3

1

6

Tikhonov Alexander  URSS

4

1

5

Luck Frank  ALL

2

3

5

Hanevold Halvard  NOR

2

2

1

5

Angerer Peter  RFA

1

2

2

5

Kirchner Mark  ALL

3

1

4

Medvetsev Valeri  URSS et CEI

1

3

4

Ullrich Frank  RDA

1

2

1

4

Tarassov Sergei  RUS

1

1

2

4

FEMMES

Or

Argent

Bronze

TOTAL

Disl Uschi  ALL

2

4

3

9

Wiilhelm Kati GER

3

3

1

7

Domracheva Darya BLR                                          

 4

 1

 1

6

Kuzmina Anastasiya SVK 3 3   6

Apel Katrin ALL

2

1

  1

4

Misersky-Harvey Antje  ALL

1

3

4

Akhatova Albina  RUS

1

3

4

Henkel Andrea ALL

2

1

1

4

Bédard Myriam  CAN

2

1

3

Restzova Anfisa  CEI et RUS

2

1

3

Schaaf-Behle Petra  ALL

1

2

3

Briand Anne  FRA

1

1

1

3

Koukleva Galina  RUS

1

1

1

3

Glagow Martina ALL

3

3

Skjelbreid-Poirée Liv Grete  NOR

2

1

3

Magdalena Neuner ALL

   2

     1

         3

Olga Zaitseva RUS

   2

     1

         3

Les 25 médailles olympiques du Biathlon français

- Or

2018 : Martin Fourcade (poursuite et mass start) ; Martin Fourcade , Marie Dorin-Habert , Anaïs Bescond, Simon Desthieux (relais mixte)
2014 : Martin Fourcade (poursuite et individuel)
2010 : Vincent Jay (sprint)
2006 : Florence Baverel (sprint) et Vincent Defrasne (poursuite)
1992 : Corinne Niogret , Véronique Claudel et Anne Briand (relais 3x7,5 km)


- Argent

2014 : Martin Fourcade (15 km mass start)
2010 : Martin Fourcade (15 km mass start) ; Sylvie Bécaert, Marie-Laure Brunet , Marie Dorin, Sandrine Bailly (relais 4x6 km)
2002 : Raphaël Poirée (poursuite)
1994 : Anne Briand (individuel)

- Bronze

2018 : Anaïs Bescond (poursuite) ; Anaïs Chevalier, Marie Dorin-Habert , Justine Braisaz, Anaïs Bescond (relais 4x6 km)
2014 : Jean Guillaume Béatrix (poursuite)
2010 : Marie Dorin (sprint), Marie-Laure Brunet (poursuite) et Vincent Jay (poursuite)
2006 : Julien Robert , Vincent Defrasne , Ferreol Cannard et Raphaël Poirée (relais 4x7,5 km) ; Delphine Peretto , Florence Baverel -Robert, Sylvie Bécaert et Sandrine Bailly (relais 4x6 km)
2002 : Gilles Marquet, Vincent Defrasne , Julien Robert et Raphaël Poirée (relais 4x7,5 km)
1994 : Corinne Niogret , Véronique Claudel, Delphine Heymann-Burlet et Anne Briand (relais 4x6 km) ; Thierry Dusserre , Patrice Bailly-Salins , Lionel Laurent et Hervé Flandin (relais 4x7,5 km)

Les épreuves
Onze épreuves figurent aux programme des Jeux Olympiques en 2018 (contre douze en 2014 et dix en 2010).

Le relais mixte a fait son début en 2014 : Équipes de deux hommes et deux femmes. Celles-ci partiront les premières, pour deux segments de 6 km. Les hommes suivront avec deux segments de 7,5 km.

Chacune est notée en fonction du temps. Hommes et femmes effectuent des courses de sprint et de poursuite, en individuel, en départ groupé et en relais. En sprint, les femmes parcourent 7,5 km et les hommes 10 km. Les concurrents s’arrêtent à deux reprises et doivent atteindre cinq cibles avec cinq balles. Pour chaque cible manquée, les athlètes doivent faire un tour de piste supplémentaire, correspondant à une boucle de pénalité de 150 m. Les 60 premiers de cette épreuve sont qualifiés pour la poursuite.



Épreuves hommes Épreuves dames
20 km individuel 15 km individuel
10 km sprint 7,5 km sprint
12,5 km poursuite 10 km poursuite
15 km départ groupé 12,5 km départ groupé
Relais 4 x 7,5 km Relais 4 x 6 km
Relais mixte


Le départ
Les épreuves de Biathlon comportent un départ par intervalles, un départ de poursuite ou un départ groupé.

Lors des épreuves avec intervalle de départ (épreuve individuelle et sprint), les concurrents quittent la plate-forme de départ à des intervalles fixes. Pour être précis, les concurrents partent toutes les 30 secondes. Le vainqueur de l'épreuve est le biathlète qui termine avec le temps net le plus bas (temps écoulé entre le départ et l'arrivée, auquel s'ajoutent les pénalités de temps, le cas échéant).

Lors des épreuves de poursuite, le moment auquel les biathlètes prennent le départ dépend de leur performance lors des épreuves de sprint. Le vainqueur du sprint part en premier. Les autres concurrents partent ensuite à des intervalles correspondant au temps de retard qu'ils avaient par rapport au vainqueur du sprint. En d'autres termes, le concurrent ayant terminé deuxième du sprint, à huit secondes derrière le vainqueur, s'élancera lors de la poursuite huit secondes après le vainqueur du sprint. Le biathlète qui passe la ligne d'arrivée en premier remporte le sprint.
Il convient de noter que les officiels ne tiennent pas compte des dixièmes de secondes lorsqu'ils utilisent les résultats du sprint pour déterminer l'ordre de départ de la poursuite. Si plusieurs skieurs ont terminé la première course à moins d'une seconde l'un de l'autre, ils prendront le départ de la poursuite au même moment. L'aire de départ est par conséquent conçue de manière à ce que plusieurs skieurs puissent partir en même temps.

Lors des épreuves avec départ groupé (le 15 km hommes, le 12,5 km dames et les deux relais), tous les concurrents s'alignent sur la ligne de départ et partent en même temps. Lors des épreuves individuelles, les athlètes qui passent la ligne d'arrivée en premier remportent l'épreuve. Lors des relais, les premiers concurrents de chaque équipe prennent le départ en même temps. Les concurrents suivants commencent leur course une fois que leur partenaire leur a transmis le relais, dans la zone de passage des relais. L'équipe dont le quatrième membre passe la ligne d'arrivée en premier remporte l'épreuve.

L'arrivée
Lors des épreuves avec intervalles de départ (l'épreuve individuelle et le sprint), les concurrents sont classés en fonction de leur temps net, une fois les pénalités évaluées (dans le cas de l'épreuve individuelle). Il est donc possible que deux concurrents enregistrent le même temps et qu'ils terminent par conséquent à égalité.

Il ne peut pas y avoir d'égalité lors des épreuves avec départ groupé, c'est-à-dire lors des épreuves de poursuite et de relais. Lors de ces épreuves, le concurrent qui passe la ligne d'arrivée en premier remporte l'épreuve. Lors de ces épreuves, une phototémoin est prise pour enregistrer l'arrivée. Lorsque l'arrivée est serrée, la victoire est attribuée au skieur dont la première partie du pied avant passe la ligne d'arrivée en premier.

Tout concurrent ou toute équipe de relais qui prend un tour de retard lors d'une épreuve doit immédiatement abandonner. Le concurrent ou l'équipe sera alors considéré(e) comme « pas arrivé(e) » lors de l'affichage des résultats.

Ski
Les concurrents sont libres d'utiliser le style de leur choix (classique ou freestyle). Ceci étant, tous les biathlètes utilisent la technique freestyle, car elle permet d'aller nettement plus vite. Lors des épreuves de relais, les leaders de chaque équipe doivent utiliser la technique classique sur les 100 premiers mètres, de manière à ne pas perturber le parcours de leurs concurrents. Après les 100 premiers mètres, les skieurs sont libres d'utiliser la technique freestyle.

Un concurrent qui souhaite dépasser l'un de ses adversaires doit le lui faire savoir. Le skieur qui est en tête doit alors se déplacer sur le côté de la piste pour laisser passer son concurrent plus facilement. Le skieur qui est dépassé doit se déplacer sur le côté sur demande, et ce, même si la piste est suffisamment large pour permettre un dépassement. Cette obligation ne s'applique plus sur les 100 derniers mètres qui précédent la ligne d'arrivée ou, lors de l'épreuve de relais, sur les 100 mètres qui précédent une zone de passage des relais.

La carabine doit être portée dans le dos, canon dirigé vers le haut. Si la carabine est endommagée pendant la compétition à un point tel qu'il n'est plus possible de la porter dans le dos, elle doit être portée à la main jusqu'au stand de tir, puis immédiatement échangée avec la carabine de rechange de l'équipe.

Tir
À chaque fois qu'un concurrent s'arrête au niveau du stand de tir, il tire cinq balles en direction de cinq cibles (la seule exception à cette règle concerne le relais, lors duquel les concurrents ont trois balles de réserve pour chaque séance de tir). Les cibles sont situées à 50 mètres de la ligne de tir.
Certaines séances de tir se tiennent en position debout, d'autres en position couchée; la séquence varie en fonction de l'épreuve. Les concurrents ne sont pas autorisés à retirer leurs skis lorsqu'ils tirent, et ce, quelle que soit leur position de tir.

Le stand de tir est plat et à niveau. Il comprend 30 couloirs de tir, lesquels sont réservés pour moitié au tir en position debout et pour moitié au tir en position couchée, sauf lors de l'épreuve de poursuite (lors de laquelle l'intégralité des 30 couloirs sont préparés au départ pour le tir en position debout. Ils sont ensuite modifiés pour le tir en position couchée pendant la course). Les couloirs font entre 2,7 et 3 mètres de large et sont dotés d'une cible en métal située au bout de chaque couloir. Les couloirs et les cibles sont numérotés de droite à gauche. Le numéro un est donc situé à l'extrême droite. Les cibles de tir pour le tir en position couchée sont plus petites, car un biathlète possède une stabilité accrue - et est par conséquent capable de tirer avec plus de précision - lorsqu'il s'allonge que lorsqu'il se tient debout.

Les concurrents utilisent des armes de petit calibre équipées d'une bretelle de tir. Au total, la carabine pèse au moins 3,5 kg (7,7 lbs). La carabine d'un concurrent ne doit pas être chargée pendant qu'il skie - il doit charger son arme une fois arrivé sur le stand de tir. Elle doit par ailleurs être portée dans le harnais prévu à cet effet, canon pointé vers le haut.

Pour la position debout :
• Les concurrents doivent se tenir debout sans aucun support.
• Seules les mains, l'épaule, la joue et la poitrine du concurrent peuvent être en contact avec la carabine.
• Le bras du concurrent qui supporte l'arme peut être en appui contre la poitrine ou la hanche.
• Les concurrents ne peuvent pas enlever leurs skis lorsqu'ils tirent ou placer le moindre objet sous leurs skis.

Pour la position couchée :
• La carabine ne peut être en contact qu'avec les mains, l'épaule et la joue du concurrent.
• La partie inférieure du poignet du bras supportant l'arme doit être très nettement détachée du sol (neige).
• L'autre bras peut toucher le sol sur une longueur maximale de 10 cm (environ 4 pouces) à partir du coude.
• Les concurrents ne peuvent pas enlever leurs skis lorsqu'ils tirent, ni placer le moindre objet sous leurs skis.

Format de compétition
En Biathlon, les athlètes skient sur des distances qui varient entre 6 et 20 kilomètres et s'arrêtent pour tirer dans les stands de tir entre deux et quatre fois, en fonction de l'épreuve.

Le chronomètre tourne tout au long de la compétition de Biathlon; il n'y a pas de « temps mort » pendant le tir. La pénalité en cas de tir manqué est soit une pénalité de temps (pour chaque tir manqué, une minute est ajoutée au temps final du concurrent), soit un tour de pénalité (pour chaque tir manqué, le concurrent doit skier un tour de pénalité de 150 mètres).

Les spécifications relatives à chacune des épreuves sont les suivantes :

20 km individuel hommes
Le départ se fait par intervalles. Chaque concurrent skie cinq tours de quatre kilomètres chacun. Il s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la troisième séance de tir se font en position couchée; la deuxième et la quatrième se font en position debout. Le vainqueur est le concurrent dont le temps net est le plus bas (temps passé sur le parcours auquel s'ajoutent les minutes de pénalité pour les tirs manqués). Un concurrent met généralement entre 50 et 65 minutes pour terminer le parcours.

10 km sprint hommes
Le départ se fait par intervalles. Chaque concurrent skie trois tours de 3,3 kilomètres chacun. Il s'arrête deux fois pour tirer (après chacun des deux premiers tours). La première séance de tir se fait en position couchée, la deuxième en position debout. Le vainqueur est le concurrent qui a réalisé le meilleur temps. Un concurrent met généralement entre 22 et 30 minutes pour terminer le parcours.

12,5 km poursuite hommes
Les concurrents partent en fonction de leur ordre d'arrivée au sprint : le vainqueur du sprint s'élance en premier. Les autres concurrents suivent dans l'ordre et avec un délai correspondant à leur temps de retard par rapport au vainqueur lors du sprint. Seuls les 60 premiers concurrents à l'issue du sprint peuvent participer à la poursuite. Chaque concurrent skie cinq tours de 2,5 km. Il s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la deuxième séance de tir se font en position couchée; la troisième et la quatrième se font en position debout. Le vainqueur est le premier concurrent à passer la ligne d'arrivée. Un concurrent met généralement entre 32 et 40 minutes pour terminer le parcours.

15 km départ groupé hommes (mass start)
Chaque concurrent skie cinq tours de 3 kilomètres chacun. Il s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la deuxième séance de tir se font en position couchée; la troisième et la quatrième, en position debout. Le vainqueur est le premier concurrent à passer la ligne d'arrivée; les spectateurs peuvent voir qui est en tête à tout moment de la course. Un concurrent met généralement entre 40 et 45 minutes pour terminer le parcours.

Relais 4 x 7,5 km hommes
Chaque équipe de relais se compose de quatre personnes. Les premiers membres de chaque équipe prennent le départ en même temps (départ groupé) et skient trois tours de 2,5 kilomètres. Ils s'arrêtent deux fois pour tirer (après chacun de leurs deux premiers tours). La première séance de tir se fait en position couchée, la deuxième en position debout.

Une fois que le premier membre du relais a terminé le parcours de 7,5 km, il passe le relais à son coéquipier dans la zone d'échange. Chacun des quatre membres de l'équipe tire deux fois et skie trois tours (auxquels s'ajoutent les tours de pénalité, le cas échéant). Plutôt que de transmettre le relais à un coéquipier, le quatrième membre de l'équipe passe la ligne d'arrivée. L'équipe dont le quatrième membre passe la ligne d'arrivée en premier remporte l'épreuve.

Une fois que la cinquième équipe de relais a passé la ligne d'arrivée, toutes les équipes qui ne sont pas encore arrivées au stand de tir sont arrêtées à leur entrée dans le stand et sont classées dans leur ordre d'arrivée lors de l'affichage des résultats définitifs. Une équipe met généralement entre 70 et 80 minutes pour terminer le parcours. Tout concurrent qui prend un tour de retard durant la compétition doit abandonner immédiatement.

15 km individuel dames
Le départ se fait par intervalles. Chaque concurrente skie cinq tours de trois kilomètres chacun. Elle s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la troisième séance de tir se font en position couchée; la deuxième et la quatrième en position debout. La concurrente dont le temps net est le plus bas (temps passé sur le parcours auquel s'ajoutent les minutes de pénalité pour les tirs manqués) remporte l'épreuve. Une concurrente met généralement entre 45 et 60 minutes pour terminer le parcours.

7,5 km sprint dames
Le départ se fait par intervalles. Chaque concurrente skie trois tours de 2,5 kilomètres chacun. Elle s'arrête deux fois pour tirer (après chacun des deux premiers tours). La première séance de tir se fait en position couchée, la deuxième en position debout. La concurrente qui a réalisé le meilleur temps remporte l'épreuve. Une concurrente met généralement entre 20 et 30 minutes pour terminer le parcours.

10 km poursuite dames
Seules les 60 premières concurrentes à l'issue du sprint peuvent participer à la poursuite. Les concurrentes partent en fonction de leur ordre d'arrivée au sprint : celle qui a remporté le sprint part en premier. Les autres concurrentes suivent dans l'ordre et avec un délai correspondant à leur temps de retard par rapport à la concurrente ayant remporté le sprint. Chaque concurrente skie cinq tours de 2 km. Elle s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la deuxième séance de tir se font en position couchée; la troisième et la quatrième en position debout. La première concurrente à passer la ligne d'arrivée remporte l'épreuve. Une concurrente met généralement entre 30 et 38 minutes pour terminer le parcours.

12,5 km départ groupé dames (mass start)
Chaque concurrente skie cinq tours de 2,5 kilomètres chacun. Elle s'arrête quatre fois pour tirer (après chacun des quatre premiers tours). La première et la deuxième séance de tir se font en position couchée; la troisième et la quatrième en position debout. La première concurrente à passer la ligne d'arrivée remporte l'épreuve. Une concurrente met généralement entre 37 et 45 minutes pour terminer le parcours.

4 x 6 km relais dames
Chaque équipe de relais se compose de quatre personnes. Les premières membres de chaque équipe prennent le départ en même temps (départ groupé) et skient trois tours de 2 kilomètres. Elles s'arrêtent deux fois pour tirer (après chacun de leurs deux premiers tours). La première séance de tir se fait en position couchée, la deuxième en position debout.

Une fois que la première membre du relais a terminé le parcours de 6 km, elle passe le relais à sa coéquipière dans la zone d'échange. Chacune des quatre membres de l'équipe tire deux fois et skie trois tours (auxquels s'ajoutent les tours de pénalité, le cas échéant). Plutôt que de transmettre le relais à une coéquipière, la quatrième membre de l'équipe passe la ligne d'arrivée. L'équipe dont la quatrième membre passe la ligne d'arrivée en premier remporte l'épreuve.

Une fois que la cinquième équipe de relais a passé la ligne d'arrivée, toutes les équipes qui ne sont pas encore arrivées au stand de tir sont arrêtées à leur entrée dans le stand et sont classées dans leur ordre d'arrivée lors de l'affichage des résultats définitifs. Une équipe met généralement entre 70 et 80 minutes pour terminer le parcours. Toute concurrente qui prend un tour de retard durant la compétition doit abandonner immédiatement.

Le relais mixte: chaque équipe nationale compte 4 biathlètes (2 femmes et 2 hommes). Les femmes courent sur une distance de 6 km et les hommes sur 7,5 km, selon l’ordre suivant : Femme — Femme — Homme — Homme. Chaque biathlète tire deux fois (couché puis debout) ayant droit à 8 cartouches pour chaque séance de tir : 5 cartouches pour les 5 cibles à abattre et 3 cartouches de pioche pour abattre les cibles éventuellement manquées auparavant. Si au terme de l’utilisation des cartouches de pioche, il reste des cibles non abattues, le biathlète encourt un tour de pénalité de 150 m par cible manquée.


 

Copyright Sportquick/Promedi

Le Ski de Fond est sport olympique dès 1924. Deux épreuves figuraient au programme des premiers Jeux d’hiver à Chamonix en 1924 (18 km et 50 km) contre douze depuis 2006 (record partagé avec le patinage de vitesse). Les épreuves pour femmes furent introduites en 1952 à Oslo.   Il existe deux styles de ski de fond : le style classique et le style libre. Dans les courses classiques, les skieurs utilisent le style traditionnel du glissement droit et ne sortent pas de pistes parallè...
 ...
...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée en 1924. Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Ol...
Le short track et l’Olympisme Sport de démonstration en 1988, le short track est devenu sport olympique en 1992 aux XVIes Jeux olympiques d'hiver d'Albertville. Le programme comprend huit épreuves : 500 m (4 tours et demi), 1000 m (9 tours) et 1500 m (hommes et dames; 13 tours et demi), 5000 m relais hommes et 3000 m relais dames. - le 500 m, le 1000 m et les deux relais se disputent entre 4 patineurs tandis que le 1 500 m se dispute entre 6 patineurs. Le patinage de vit...
  Jeux Olympiques - hiver  "La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play."   Les Jeux Olympiques sont un évènement sportif  qui se déroule tous les quatre ans, rassemblant les athlètes du monde entier dans la paix et en respectant les principes d&rs...
Jeux Olympiques d'Hiver   Cumul des médailles d'or par athlète aux Jeux Olympiques d'hiver. Hommes - Björn Daehlie NOR - Ski de fond avec 8 médailles (1992, 1994 et 1998). - Ole Einar Bjoerndaelen NOR – Biathlon avec 8 médailles (1998, 2002, 2010 et 2014). - Viktor An RUS (Ahn Hyun-Soo KOR) - Short Track avec 8 médailles (2006, 2014) - Eric Heiden USA - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1980). - Clas Thunberg FIN - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1924, 1928). - Mart...
Biathlon
Bobsleigh
Combiné Nordique
Curling
Hockey sur glace
Luge
Patinage artistique
Patinage de vitesse
Saut à Skis
Short track
Skeleton
Ski Alpin
Ski de Fond
Ski Freestyle
Snowboard
'Rasta Rockett' de retour pour les Jeux de 2014
Comités nationaux olympiques
Le tableau des médailles aux Jeux de PyeongChang en 2018
Les 15 médailles françaises aux JO de PyeongChang en 2018
Les 92 porte-drapeaux des JO 2018
Les athlètes les plus titrés et médaillés des Jeux Olympiques d'hiver
Les médailles françaises aux Jeux Olympiques d'hiver
Tableau des médailles Jeux d'hiver 1924-2014
Tableau des médailles Sotchi 2014
Tableau des médailles Vancouver 2010
Teddy Riner, la peur au ventre (vidéo sponsorisée)
Teddy Riner,de la réalité au rêve à Sochi avec un deuxième titre olympique ( vidéo sponsorisée)
Tout savoir sur les Jeux Olympiques d'hiver

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 -  -  sans personnalité -  - christophe capelle -