Happy Birthday :
dimanche 21 juillet 2019
Jeux Olympiques hiver
 

Patinage de vitesse - Dossier Jeux Olympiques hiver
< Retour

Présentation :

Le Patinage de vitesse et l’Olympisme
C’est un sport olympique depuis les premiers Jeux Olympiques d’hiver en 1924 pour les hommes et depuis les Jeux de Squaw Valley en 1960 pour les dames.
En remportant le 500 m en 1924, l’Américain Charles Jewtraw (1900-1996) est devenu le tout premier champion olympique d’hiver. Ce fut également l’unique médaille américaine des ces Jeux.

Le programme comporte quatorze épreuves (contre 12 en 2014), c'est le record des Jeux partagé avec le Ski de Fond :
- Messieurs : 500 m, 1 000 m, 1 500 m, 5 000 m, 10 000 m et la poursuite par équipe;
- Dames : 500 m, 1 000 m, 1 500 m, 3 000 m, 5 000 m et la poursuite par équipe.

Depuis 2018, le Mass start ou départ en ligne (hommes et femmes) est inclus dans le programme olympique.

Pour chaque épreuve, les concurrents concourent une seule fois à l'exception du 500 m hommes et dames où chaque concurrent concourt deux fois. Le résultat final est basé sur le temps total des deux manches.

Quelle que soit l'épreuve, deux concurrents essayent de réaliser le meilleur temps sur une piste ovale standard de 400 mètres. Ils patinent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et leur temps est chronométré au centième de seconde.

Un faux départ par couple est autorisé : le patineur qui commet le second faux départ est disqualifié. Les athlètes changent de couloir à chaque tour dans la zone de croisement : chacun d'entre eux parcourt donc la même distance. Priorité est donnée au patineur se trouvant sur le couloir extérieur

Dans la poursuite par équipes, deux équipes formées chacune de 3 athlètes partent simultanément de chaque côté de la piste. Les membres de l'équipe se relaient pour affronter les virages en «tirant», c'est-à-dire en conduisant l'équipe. Les patineurs qui ne «tirent» pas suivent de près le leader pour profiter de son sillage. Le chronomètre est arrêté lorsque le troisième athlète franchit la ligne d'arrivée.


Déroulement des compétitions
La répartition des épreuves :

500 m
Tours : 1¼
Position de départ : paire
Emplacement ligne d'arrivée : à la fin de ligne droite

1 000 m
Tours : 2½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : au milieu de la ligne droite

1 500 m
Tours : 3¾
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

3 000 m (dames seulement)
Tours : 7½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

5 000 m
Tours : 12½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

10 000 m (messieurs uniquement)
Tours : 25
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de ligne droite

La poursuite par équipe messieurs
Tours : 8
Position de départ : à la moitié de la ligne droite opposée
Ligne d'arrivée : à la moitié de la ligne droite

La poursuite par équipe dames
Tours : 6
Position de départ : à la moitié de la ligne droite opposée
Ligne d'arrivée : à la moitié de la ligne droite

Les épreuves individuelles

Pour toutes les épreuves, seule une course sera disputée, à l'exception des 500 m messieurs et dames où le patineur court à deux reprises et où le temps global déterminera le temps final.

A chaque épreuve, les patineurs patinent à deux contre la montre sur une piste ovale standard de 400 mètres conforme aux règles établies par l'Union Internationale de Patinage (UIP). Les athlètes sont chronométrés au 1/100ème de seconde lorsqu'ils courent en sens inverse des aiguilles d'une montre autour de la piste, ce qui signifie que le côté intérieur de la piste correspond au côté gauche du patineur.

Un tirage au sort de l'ordre de départ est fait avant chaque course pour chaque distance à l'exception des deuxièmes courses de 500 m pour messieurs et dames. Les résultats définitifs du 500 mètres sont calculés sur la base du temps cumulé des deux courses de 500 mètres, patinées dans la même journée.

Dans toutes les courses, exceptées pour la deuxième course dans les compétitions de 500 m, les concurrents sont placés en groupes en fonction du classement individuel des patineurs par points et leurs temps s dans les courses de la Coupe du Monde pendant la saison 2009-2010. Les patineurs sans résultats dans la Coupe du Monde ou les Championnats mondiaux sont classés à la fin selon leur temps de qualification approuvé.

Les patineurs sont répartis en quatre groupes. Le premier groupe consiste des 8 meilleurs patineurs; le deuxième groupe compte les patineurs de 9 à 16 et le troisième groupe consiste des patineurs de 17 à 24 et le quatrième groupe comprend le reste (dans les 10 000 m messieurs et les 5 000 m dames disputés par moins de concurrents, chaque groupe consiste de quatre patineurs au lieu de huit). Le groupe 4 est le premier groupe à courir, suivi du groupe 3, le groupe 2 et le groupe 1 (ainsi, les meilleurs patineurs courent dans les dernières paires).

Dans la deuxième course des 500 m, les patineurs courent à deux selon le classement chronométrique de la première course, mais les concurrents changent de couloirs de départ dans la seconde course. Si quelques patineurs avec le même couloir de départ dans la première course finissent avec le même temps, un tirage au sort décide du classement de ces patineurs. L'ordre de départ des paires est opposé à l'ordre de classement. Ainsi, le patineur ayant le meilleur temps de ceux qui démarrent en premier dans le couloir intérieur court dans la dernière paire contre le patineur ayant le meilleur temps de ceux qui démarrent en premier dans le couloir extérieur.

La poursuite par équipe

Dans les courses de poursuite par équipe, deux équipes de trois patineurs démarrent du côté opposé de la piste (ils démarrent au milieu de la ligne droite). Les messieurs courent sur 3 200 m (huit tours) et les dames sur 2 400 m (six tours). Les équipes sont chronométrées dans la manche préliminaire. À partir des quarts de finale jusqu'à la course pour la médaille d'or, les courses se font par élimination individuelle avec l'équipe gagnante se qualifiant pour la manche suivante (ou gagnant la médaille d'or). Une équipe gagne lorsque les trois patineurs de l'équipe traversent la ligne d'arrivée avant les trois patineurs de l'autre équipe ; ou lorsqu'une équipe dépasse l'autre.

Les épreuves de poursuite par équipe se tiennent en quatre phases. Une manche préliminaire consiste en épreuves chronométrées pour chaque équipe afin de déterminer les les paires qui disputeront les quarts de finale (l'ordre de départ dans la manche préliminaire est déterminé par le classement initial des équipes issues des qualifications.) Après les préliminaires, les équipes sont classées par leurs temps respectifs et réparties dans les quarts de finale comme suit :

- QF 1 : équipe 3 contre équipe 6
- QF 2 : équipe 2 contre équipe 7
- QF 3 : équipe 4 contre équipe 5
- QF 4 : équipe 1 contre équipe 8


Les gagnants de chacun des quatre quarts de finale se qualifient pour les demi-finales et se répartissent comme suit :

- SF 1 : gagnant de la QF 1 contre gagnant de la QF 2

- SF 2 : gagnant de la QF 3 contre gagnant de la QF 4





Les perdants des quatre quarts de finale disputent des courses de classement pour le classement final de 5 à 8 (Finale C et D). Les gagnants de chacune des demi-finales se qualifient pour la finale A et se disputent la médaille d'or et d'argent. Les perdants s'affrontent dans la finale B pour déterminer le gagnant de la médaille de bronze.

Les équipes peuvent utiliser un maximum de quatre patineurs durant la compétition et peuvent modifier la composition de l'équipe à chaque manche.

En cas d'égalité, la procédure suivante est appliquée :



* Égalité dans les préliminaires : départagée par le classement initial (le classement qualifiant)
* Égalité dans les quarts de finale: départagée par les temps réalisés aux épreuves préliminaires
* Égalité dans les demi-finales : départagée par les temps réalisés aux épreuves préliminaires
* Égalité dans les finales : ne se départage pas - l'égalité est maintenue
* "Double égalité" (égalité dans la phase éliminatoire par les équipes ayant réalisé le même temps dans les épreuves préliminaires) : départagée par le classement initial (le classement qualifiant)


Le tirage au sort

L'ordre de départ est tiré au sort avant chaque course, à l'exception des deuxièmes courses de 500 m messieurs et dames. Dans la deuxième course de 500 m, les patineurs courent à deux selon le classement chronométrique de la première course, de telle façon que les participants changent de couloirs de départ dans la seconde course. Si quelques patineurs avec le même couloir de départ dans la première course finissent avec le même temps, un tirage au sort décide du classement de ces patineurs.

Dans les courses de 500 m, l'ordre de départ des paires est l'inverse de l'ordre de classement. Ainsi, le patineur ayant enregistré le meilleur temps parmi ceux qui ont démarré dans le couloir intérieur, court dans la dernière paire contre le patineur ayant enregistré le meilleur temps parmi ceux qui ont démarré d'abord dans le couloir extérieur.

Pour chaque tirage au sort dans toutes les autres courses individuelles, les concurrents se placent en groupe selon le classement individuel des patineurs en fonction de leurs points et de leurs temps réalisés durant les épreuves de Coupe du monde durant la saison. Les patineurs sans résultats en Coupe du monde sont classés à la fin selon leur temps réalisé aux épreuves de qualification. Dès que les patineurs ont été affectés à un groupe, un tirage au sort a lieu afin de déterminer l'ordre de départ dans chaque groupe.

L'ordre de départ pour la manche préliminaire de la poursuite par équipe est basé sur les classements des équipes à l'issue des des épreuves de qualification qui désignent les huit équipes.

Le départ

Avant chaque départ, les noms des patineurs qui s'apprêtent à disputer la course sont clairement annoncés au point de départ même et dans les vestiaires. Se présenter en retard au départ équivaut à l'abandon de l'épreuve. Une fois dans la zone de départ, les patineurs se placent à la ligne de prédépart qui se trouve à deux mètres derrière la ligne de départ.

Ensuite, le starter demande aux patineurs d'avancer à la ligne de départ. Les patineurs se mettent en place. Le starter crie "prêt". Les patineurs prennent la position de départ. Ils la conservent jusqu'à ce que le coup de départ soit donné. Les concurrents doivent positionner leurs patins complètement derrière la ligne de départ ; leurs patins ne peuvent ni toucher la ligne de départ, ni la dépasser. De plus, les patineurs ne peuvent toucher la ligne de départ ou être en contact avec la glace au-delà de la ligne de départ avec une partie quelconque de leur corps ou équipement.

Une pause marquée (environ 1 à 1½ secondes) intervient entre la prise des positions de départ et le coup d'envoi.

Faux départ

Lorsqu'un patineur prend sa position de départ avant le mot ‘prêt' ou lorsqu'il s'élance avant le coup d'envoi, il y a faux départ. Si un ou les deux patineurs prennent intentionnellement trop de temps pour prendre leur position de départ, le patineur mis en cause provoque un faux départ. Aussi, lorsqu'un des patineurs s'élance de son point de départ entraînant avec lui un autre patineur, seul le premier patineur est tenu responsable du faux départ.

Le starter avertit le patineur commettant le premier faux départ. Lorsque les deux patineurs sont responsables du faux départ, ils sont avertis tous les deux. Lorsque le starter appelle les patineurs de la série pour un nouveau départ après qu'un faux départ eut été annoncé, le patineur commettant un nouveau faux départ pour cette série est disqualifié.

Les croisements

Puisque le couloir intérieur de la piste de Patinage de vitesse couvre une plus petite distance que le couloir extérieur, on exige des patineurs qu'ils changent de couloir au moins une fois par tour à l'exception du premier tour dans les épreuves de 1 000 m et 1 500 m. Le changement de couloir a lieu lorsqu'un patineur arrive à la droite au croisement (l'arrière-droite, opposée à la zone d'arrivée) et le choix de parcours est donné au patineur changeant du couloir extérieur vers le couloir intérieur. Le patineur quittant le couloir intérieur est considéré responsable de toute collision éventuelle sauf si l'autre patineur fait obstruction.

Croiser les lignes - Lorsqu'un patineur entre dans un virage, qu'il prend le virage ou lorsqu'il sort d'un virage, il lui est interdit de croiser la ligne intérieure du virage que limite les blocks amovibles pour raccourcir la distance. Couper le virage peut entraîner la disqualification du patineur.

Quitter le virage intérieur - Lorsqu'un patineur, entraîné par sa vitesse ou en raison d'une chute ou autre ne peut tenir le virage intérieur ou la première partie de la ligne droite d'arrivée et qu'il gêne un patineur dans le couloir extérieur, il est disqualifié.

Nouveau départ - Un concurrent gêné par un autre concurrent peut sans qu'il n'ai commis de faute peut prendre un nouveau départ. On retiendra le meilleur temps qu'il réalise sur les deux courses. Lorsqu'un concurrent ne peut finir une course en raison d'un obstacle sur la glace, il peut prendre un nouveau départ. Un patin cassé ou de la glace non entretenue n'est pas considéré comme un obstacle. En cas de chute ou d'un obstacle posé par la violation des règles par un concurrent, on autorise le coureur à prendre un nouveau départ. Le patineur peut se reposer jusqu'à 30 minutes entre la course initiale et le nouveau départ.

Le Chronométrage

Il existe deux façons de chronométrer : le chronométrage automatique et le chronométrage manuel. L'utilisation d'un chronométrage automatique est obligatoire aux Jeux olympiques d'hiver. Le terme ‘chronométrage automatique' se réfère à un système de chronométrage qui démarre automatiquement au coup de pistolet donné au départ et s'arrête automatiquement lorsque la ligne d'arrivée a été franchie par chaque concurrent.

Une procédure de chronométrage manuel est prévue. Lorsque le système automatique connaît une défaillance partielle ou complète, les temps manquants sont établis manuellement au moyen de montres électroniques.

La ligne d'arrivée

Un patineur a terminé sa course lorsque la pointe de son patin touche ou atteint la ligne d'arrivée après le nombre de tours prescrits. Lorsqu'un patineur fait une chute juste avant la ligne d'arrivée et qu'il franchit la ligne d'arrivée en glissant, le décompte chronométré se poursuit jusqu'au moment où la pointe du patin de tête atteint la ligne d'arrivée ou la prolongation de la ligne d'arrivée si le patineur est en dehors du couloir.

Une équipe termine la poursuite par équipe lorsque les trois patineurs ont terminé le nombre de tours requis (huit pour les messieurs, six pour les dames). L'équipe est disqualifiée si moins de trois patineurs finissent la course.


Les participants

Un pays peut inscrire uniquement les patineurs ayant obtenu les points qualificatifs et les temps définis par l'UIP pour les distances respectives. Le nombre des concurrents pour un pays ne peut excéder 10 pour les dames et 10 pour les messieurs. Un pays peut inscrire un maximum de quatre concurrents pour chaque épreuve de 500 m, 1 000 m et 1 500 m messieurs et dames.

Pour les épreuves 3 000 m dames et 5 000 m messieurs, un pays peut inscrire un maximum de trois concurrents par épreuve. Le nombre total de concurrents dans une épreuve est fixé à 28.

Pour les épreuves 5 000 m dames et 10 000 m messieurs, un pays peut inscrire un maximum de trois compétiteurs par épreuve. Le nombre total de concurrents dans une épreuve est fixé à 16.

S'agissant des poursuites par équipe, le nombre maximal d'équipes par épreuve est fixé à huit. Le pays organisateur est d'office représenté par une équipe dans le groupe des huit.

Donc

Pour les épreuves individuelles, chaque passage est effectué par 2 patineurs qui évoluent sur des pistes différentes (pistes intérieure et extérieure). Après chaque tour de piste, les patineurs changent de piste pour que la distance parcourue au finale soit la même pour les deux. L’épreuve sur 500 m comprend deux passages (les deux ont lieu le même jour). Les places du classement sont attribuées en fonction du temps total obtenu, c’est à dire la somme des temps réalisés à chaque étape.

Pour les épreuves en équipe, le nombre de tours de piste à effectuer est de 8 pour les hommes et 6 pour les femmes. La composition des équipes est de trois personnes par course. Les équipes au complet prennent le départ en même temps à des endroits différents de la piste. A un moment donné chaque équipe voit un de ses membres prendre la tête du peloton pour encaisser la résistance de l’air. A ce moment-là, ses coéquipiers se tiennent derrière lui. La course se termine au moment où le dernier membre de l’équipe passe la ligne d’arrivée.

Equipement

  • pour la course sur glace, les patineurs utilisent un modèle spécial de patin que l’on appelle le clap skate. Les chaussures sont le plus souvent faites en peau de kangourou.
  • une combinaison particulièrement serrée avec une capuche aussi serrée pour une meilleure pénétration dans l’air.

Copyright Sportquick/Promedi

Nombre de victoires en Coupe du Monde (1986-2014)

Chronologie records du monde en vitesse

Records du monde de vitesse et de Short-Track

Calendrier 2014

Les patineurs les plus médaillés des championnats du monde all-round

Lexique Français/Anglais

Adelskalendar (Adels calendrier)

Les patineurs les plus médaillés en Short-Track (J.O. et Mondial)

Règles particulières en vitesse

Règles particulières de Short-Track

Records olympiques en vitesse et en Short-Track

Les patineurs les plus médaillés des Jeux Olympiques

Lexique Français/Français Vitesse

Lexique Français/Français Short-Track

Lexique Anglais/Anglais Vitesse

Lexique Anglais/Anglais Short-Track

En savoir plus :
Patinage de vitesse


Les records olympiques

- Hommes


500 m

34.41


Havard Lorentzen NOR

2018 PyeongChang

500 m × 2

1:09.23 


Casey FitzRandolph USA

2002 Salt Lake City

1000 m

1:07.18 


Gerard Van Velde NED

2002 Salt Lake City

1500 m

1:43.95 


Derek Parra USA

2002 Salt Lake City

5000 m

6:09.76 


Sven Kramer NED

2018 PyeongChang

10 000 m

12:39.77


Ted-Jan Bloemen CAN

2018 PyeongChang

Poursuite par équipes (8 tours)

3:37.71 


Jan Blokhuijsen ,
Sven Kramer ,
Koen Verweij NED

2014 Sochi

- Femmes


500 m

36.94


Nao Kodaira JPN

2018 PyeongChang

500 m × 2

1:14.70 


Lee Sang-hwa KOR

2014 Sochi

1000 m

1:13.83 


Chris Witty USA

2002 Salt Lake City

1500 m

1:53.51 


Jorien Ter Mors NED

2014 Sochi

3000 m

3:57.70 


Claudia Pechstein GER

2002 Salt Lake City

5000 m

6:46.91 


Claudia Pechstein GER

2002 Salt Lake City

Poursuite par équipes
(6 tours)

2:53.89


Miho Takagi,
Ayano Sato,
Nana Takagi JPN

2018 PyeongChang

Plusieurs championnes en Patinage de vitesse sont devenus des grands champions en cyclisme, médaillées olympiques dans les deux sport dont : 

L'Allemande Christa Rothenburger en cyclisme (vitesse en 1988) et Patinage de vitesse (500 m en 1984 et 1992 ; 1000 m en 1988)

La Canadienne Clara Hughes en cyclisme (course sur route et c.l.m. en 1996) et Patinage de vitesse (5000 m en 2002 et 2006).

Les plus de participations

7 JO : Claudia Pechstein .
6 JO : Colin Coates , Emese Hunyady , Evgeniya Radanova.
5 JO : Monika Pflug, Edel Therese Hoiseth, Clara Hughes , Lee Kyou-hyuk, Christa Luding-Rothenburger, Tomomi Okazaki, Rintje Ritsma , Örjan Sandler, Roberto Sighel, Bart Veldkamp , Chris Witty .
 

 

Les Néerlandais sont les véritables maîtres de ce sport. Ils ont remporté au total 121 médailles olympiques en Patinage de vitesse dont 24 remportées à Sotchi en 2014 sur 32 possibles, un record ! Avec au total 121 médailles olympiques d'hiver, les Pays-Bas font désormais partie du club des trois pays ayant dépassé la barre des 100 médailles dans un même sport (avec Autriche en Ski Alpin et la Norvège en Ski de Fond). Ils ont fait un tabac en 2014 après avoir remporté 24 médailles (4 triplés, un record : 500 m, 5 000 m, 10 000 m et 1 500 m féminin) : 8 or, 7 argent et 9 bronze, du jamais vu dans l'histoire de l'Olympisme dans une même discipline.

Le top 20 des nations les plus médaillées

 

 

Or

Argent

Bronze

Total

1


 Netherlands 

42

40

39

121

2


 United States 

29

22

17

68

3


 Norway 

27

29

28

84

4


 Soviet Union 

24

17

19

60

5


 Germany 

13

15

10

38

6


 Canada 

9

13

15

37

7


 East Germany 

8

12

9

29

8


 Finland 

7

8

9

24

9


 Sweden 

7

4

5

16

10


 South Korea 

5

8

3

16

11


 Japan 

4

7

10

21

12


 Russia 

3

5

5

13

13


 Czech Republic 

3

2

2

7

14


 West Germany 

3

0

0

3

15


 Italy 

2

0

2

4

16


 China 

1

3

4

8

17


 Austria 

1

2

3

6

17


 Poland 

1

2

3

6

19


 United Team of Germany

1

1

0

2

20


 Belgium 

0

1

1

2




 
Les patineurs les plus médaillés des Jeux Olympiques

HOMMES

 

OR

ARGENT

BRONZE

TOTAL

Sven Kramer Sven

HOL

4

2

3

9

Ballangrud Ivar   NOR  4      2   1   7

Thunberg Clas

FIN

4

1

1

6

Larsen Roald

NOR

 

2

4

6

Ritsma Rintje

HOL

 

2

4

6

Heiden Eric

USA

5

 

 

5

Grichine Yevgueni

URSS

4

1

 

5

Koss Johann Olav

NOR

4

1

 

5

Johannesen Knut

NOR

2

2

1

5

FEMMES

 

OR

ARGENT

BRONZE

TOTAL

Wüst Ireen HOL   5   5   1   11

Pechstein Claudia

ALL

5

2

2

9

Niemann-Stirnemann Gunda

ALL

3

4

1

8

Kania-Enke Karin

RDA

3

4

1

8

Schone-Ehrig Andrea

RDA

1

5

1

7

Skoblikova Lydia

URSS

6

 

 

6

Blair Bonnie

USA

5

 

1

6

Sablikova Martina  CZE   3   2   1   6

Klassen Cindy

CAN

1

2

3

6


 

 

.,.

Copyright Sportquick/Promedi

Le Ski de Fond est sport olympique dès 1924. Deux épreuves figuraient au programme des premiers Jeux d’hiver à Chamonix en 1924 (18 km et 50 km) contre douze depuis 2006 (record partagé avec le patinage de vitesse). Les épreuves pour femmes furent introduites en 1952 à Oslo.   Il existe deux styles de ski de fond : le style classique et le style libre. Dans les courses classiques, les skieurs utilisent le style traditionnel du glissement droit et ne sortent pas de pistes parallè...
 ...
...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée en 1924. Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Ol...
Le short track et l’Olympisme Sport de démonstration en 1988, le short track est devenu sport olympique en 1992 aux XVIes Jeux olympiques d'hiver d'Albertville. Le programme comprend huit épreuves : 500 m (4 tours et demi), 1000 m (9 tours) et 1500 m (hommes et dames; 13 tours et demi), 5000 m relais hommes et 3000 m relais dames. - le 500 m, le 1000 m et les deux relais se disputent entre 4 patineurs tandis que le 1 500 m se dispute entre 6 patineurs. Le patinage de vit...
  Jeux Olympiques - hiver  "La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play."   Les Jeux Olympiques sont un évènement sportif  qui se déroule tous les quatre ans, rassemblant les athlètes du monde entier dans la paix et en respectant les principes d&rs...
Jeux Olympiques d'Hiver   Cumul des médailles d'or par athlète aux Jeux Olympiques d'hiver. Hommes - Björn Daehlie NOR - Ski de fond avec 8 médailles (1992, 1994 et 1998). - Ole Einar Bjoerndaelen NOR – Biathlon avec 8 médailles (1998, 2002, 2010 et 2014). - Viktor An RUS (Ahn Hyun-Soo KOR) - Short Track avec 8 médailles (2006, 2014) - Eric Heiden USA - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1980). - Clas Thunberg FIN - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1924, 1928). - Mart...
Biathlon
Bobsleigh
Combiné Nordique
Curling
Hockey sur glace
Luge
Patinage artistique
Patinage de vitesse
Saut à Skis
Short track
Skeleton
Ski Alpin
Ski de Fond
Ski Freestyle
Snowboard
'Rasta Rockett' de retour pour les Jeux de 2014
Comités nationaux olympiques
Le tableau des médailles aux Jeux de PyeongChang en 2018
Les 15 médailles françaises aux JO de PyeongChang en 2018
Les 92 porte-drapeaux des JO 2018
Les athlètes les plus titrés et médaillés des Jeux Olympiques d'hiver
Les médailles françaises aux Jeux Olympiques d'hiver
Tableau des médailles Jeux d'hiver 1924-2014
Tableau des médailles Sotchi 2014
Tableau des médailles Vancouver 2010
Teddy Riner, la peur au ventre (vidéo sponsorisée)
Teddy Riner,de la réalité au rêve à Sochi avec un deuxième titre olympique ( vidéo sponsorisée)
Tout savoir sur les Jeux Olympiques d'hiver

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 -  -  -  -  -