Happy Birthday :
lundi 25 mars 2019
Jeux Olympiques hiver
 

Combiné Nordique - Dossier Jeux Olympiques hiver
< Retour

Présentation :

Les épreuves du combiné nordique figurent au programme olympique depuis les Jeux d'hiver de Chamonix de 1924. Ce sont les Norvégiens et les Finlandais qui dominent cette discipline. Ce n'est qu'en 1960 aux Jeux de Squaw Valley qu'est brisée cette domination avec la médaille d'or remportée par l'Allemand de l'ouest Georg Thoma .


Le combiné nordique est composé d’un saut à ski (un seul essai) et une course de ski de fond de 10 km. Le programme de combiné nordique masculin aux Jeux Olympiques comporte trois types d’épreuves : une épreuve de saut à ski d’un tremplin de taille HS 105 (HS signifie " Hill Size «, c’est à dire » taille du tremplin "), une épreuve de saut à ski d’un tremplin HS 140 et une épreuve en équipe composée de deux sauts d’un tremplin de taille HS 140 et d’une course de relais de 4×5 km.

L’épreuve individuelle, que l’on appelle également épreuve de Gundersen, se déroule en deux étapes. La première étape comprend des sauts de tremplins de 105 et 140 mètres, chaque athlète effectue un seul essai. La seconde épreuve comprend une course de ski de fond sur 10 km. En saut à ski, les points sont calculés en fonction de la distance parcourue et de la finesse d’exécution. Les athlètes qui ont obtenu le plus de points partent les premiers, les suivants partent dans l’ordre que détermine le nombre de points qu’ils ont obtenus. Est déclaré vainqueur celui qui franchit la ligne d’arrivée en premier.

L’épreuve en équipe ressemble à l’épreuve individuelle à ceci près que les participants sont en équipes de quatre. Dans un premier temps, chaque athlète effectue un saut d’un tremplin de 140 mètres. Le score total de l’équipe est calculé en ajoutant les points de chaque athlète. Une avance de 45 points donne le droit de partir une minute avant les autres. La course de ski de fond est une course de relais sur 4×5 km. L’équipe dont l’athlète franchit la ligne d’arrivée en premier remporte l’épreuve.


Plus de détails
- Classique - Gundersen (ou ‘individuel’) : les skieurs font deux sauts au tremplin de 90 m (une note est attribuée en points puis convertie en minutes selon un barème) suivis d’une course de Ski de Fond de 15 km. L'ordre de départ en Ski de Fond est déterminé d’après le classement du saut à skis. L'athlète occupant la première place de ce classement s’élance en premier, et les autres s'élancent ensuite dans l’ordre fixé selon le tableau de Gundersen.

- Sprint : les skieurs effectuent un saut au tremplin de 120 m suivi d’une course de Ski de Fond de 7,5 km. L'ordre de départ en Ski de Fond est déterminé d’après le classement du saut à skis. L'athlète occupant la première place de ce classement s’élance en premier, et les autres s'élancent ensuite dans l’ordre fixé selon le tableau de Gundersen.

- Mass Start : les skieurs commencent par une course de Ski de Fond de 10 km (départ en ligne), suivis par deux sauts au tremplin de 90 m. La première manche de l'épreuve de saut à skis démarre dans l'ordre inverse du classement de l'épreuve de Ski de Fond (l'athlète premier au classement de ladite épreuve concourt en dernier dans le saut à skis).

- Par équipes : quatre skieurs d’une même nation font deux ou quatre sauts chacun au tremplin de 90 m suivis d’une course de fond de relais de 4 x 5 km. Les points cumulés des quatre athlètes, servent à déterminer l’ordre du départ du relais. La meilleure équipe part en premier tandis que les autres selon des intervalles déterminés par la conversion de leurs points en écart de temps. L'équipe victorieuse est celle dont le dernier membre franchit la ligne d'arrivée en premier, et le chronométrage est réalisé au dixième de seconde près.

Dans toutes les épreuves, la compétition de Saut à Ski a lieu avant la course de Ski de Fond. Les écarts de points des résultats de la compétition de saut sont convertis, selon la méthode Gundersen, en écarts de temps qui déterminent l'ordre de départ de la course de Ski de Fond. La course se déroule sur un circuit de 2,5km à parcourir quatre fois dans le cas des épreuves individuelles.

Pour les épreuves individuelles, l'ordre de départ du premier saut noté est l'inverse du classement mondial. Le premier du classement mondial part donc en dernier. Les concurrents n'étant pas inclus dans le classement mondial (score égal à zéro) seront divisés en groupes et partent avant les autres concurrents dans l'ordre du tirage au sort.
L'ordre de départ officiel du second tour est l'inverse du classement des notes du premier tour.

FORMAT DE LA COMPÉTITION

Le format de compétition de ce sport a été modifié pour la saison 2008-2009 et pour les Jeux Olympiques afin d'accroître sa popularité et sa couverture télévisée. L'idée consiste à présenter ce sport sous une forme plus simple, afin d'accroître l'intérêt du public pour ce sport et de simplifier la discipline et les formats de compétition.

Epreuves supprimées:
• Épreuve individuelle (deux sauts et 15 km)
• Sprint (un saut et 7,5 km)

Epreuves ajoutées :
• Épreuve individuelle de tremplin normal et de 10 km poursuite (4 tours de 2,5 km)
• Épreuve individuelle de grand tremplin et de 10 km poursuite (4 tours de 2,5 km)
• Épreuve par équipe - grand tremplin et relais (inchangée)
Modifications fondamentales
• moins de sauts
• des courses de ski plus courtes
• le fait de réaliser des tours de 2,5 km lors des épreuves de Ski de Fond rend ces dernières plus attrayantes, aussi bien pour les spectateurs que pour les téléspectateurs
• les formats des différentes épreuves sont maintenant plus cohérents les uns avec les autres. Les épreuves sont donc plus faciles à comprendre et à suivre

Le résultat de l'épreuve de saut détermine l'ordre de départ (départ par intervalles) de l'épreuve de Ski de Fond. L'athlète qui passe la ligne d'arrivée en premier remporte l'épreuve. Les différences en points à l'issue de l'épreuve de saut sont converties en temps afin de déterminer l'ordre de départ de la course de Ski de Fond. Le taux de conversion est le suivant : 15 points = 1 minute ou 1 point = 4 secondes. Ce type de notation est appelé un Gundersen (voir ci-dessous). La note obtenue au tremplin est de deux points par mètre pour le tremplin normal et de 1,5 point par mètre pour le grand tremplin. Ce chiffre a été augmenté (le barème était auparavant de 1,2 point par mètre). Ces points s'appliqueront aussi bien à la compétition individuelle qu'à la compétition par équipe.

NOTATION DES SAUTS

Les règles de l'épreuve de saut du combiné nordique sont les mêmes que celles de l'épreuve de saut normale, c'est-à-dire que les résultats sont calculés à partir de la distance parcourue et de la note de style obtenue.

Note de longueur

La distance parcourue par un sauteur est mesurée le long de la courbe de la zone de réception à partir du point d'envol jusqu'à l'endroit exact où les pieds du sauteur ont touché la zone de réception ou, si la réception est effectuée dans la position du télémark, jusqu'au point situé au milieu de la distance séparant les deux pieds au moment de l'entrée en contact avec la zone de réception. Des caméras vidéo enregistrent la distance parcourue à chaque saut. Une fois que la distance a été mesurée (en mètres), ce chiffre est converti en une note de longueur. La note de longueur est liée au point K de l'épreuve (le « K » de point K correspond à un point bien précis sur le tremplin olympique).

Pour le tremplin normal, un saut jusqu'au point K vaut 60 points. Chaque mètre au-delà ou en deçà de cette distance se traduit par l'ajout ou le retrait de 2,0 points.

Pour le grand tremplin (K125), un saut jusqu'au point K (125 mètres) vaut là encore 60 points. Chaque mètre au-delà ou en deçà de cette distance se traduit par l'ajout ou le retrait de 1,2 point.

Note de style

La note de style de chaque saut est évaluée sur une échelle de 0 à 20 par cinq juges désignés par la Fédération internationale de ski (FIS). La note la plus élevée et la note la plus basse sont éliminées; un concurrent ne peut par conséquent gagner que 60 points de style par saut au maximum. Le style est déterminé par la puissance, la hardiesse, la précision et la fluidité du saut ainsi que par la maîtrise de soi du sauteur, lesquels découlent de l'envol, du vol, de la réception et du dégagement.

Normes d'évaluation et pénalités

Un juge part de la note de style maximale, 20 points, puis retire des points en fonction des erreurs commises, le cas échéant.

1. L'envol et le vol

Les sauteurs doivent :
- réaliser un mouvement hardi et agressif lors de l'envol
- se mettre rapidement et en douceur dans la position de vol optimale
- se préparer à réaliser une réception précise

Retrait de points :
- Pour cette catégorie de fautes, au plus cinq points peuvent être retirés

2. La réception

Les sauteurs doivent :
- parvenir à une position de vol stable
- plier les genoux et séparer les jambes juste avant de toucher le sol
- tenter de réduire l'impact afin de se réceptionner en douceur
- réaliser une réception en position de télémark

Retrait de points :
- Pas de réception en position de télémark (2 points retirés)
- Au plus, 5 points peuvent être retirés pour la réception

3. Le dégagement

Les sauteurs doivent :
- après avoir réalisé une réception en position de télémark, rester dans cette position sur une courte distance (environ 10 à 15 mètres)
- puis relever le haut du corps, passer la courbe de transition et passer la ligne de chute dans une position de corps plus haute mais stable et relâchée avec les skis parallèles et ou en chasse-neige
- si les skis sont parallèles, ils ne devraient pas être écartés l'un de l'autre de plus de deux largeurs de ski.

Retrait de points :
- le retrait maximum de points pour l'ensemble des fautes commises est de 7 points

Bien que les deux notes (longueur et style) soient calculées en fonction d'un barème comprenant 60 points - la note de style la plus élevée est 60 et la note de longueur correspondant au point K est de 60 points - la portion de la note correspondant à la distance parcourue est légèrement plus importante, car il possible d'obtenir plus de 60 points pour avoir sauté au-delà du point K, ce que la plupart des plus grands sauteurs sont en mesure de faire.

TIRAGE AU SORT

Pour la phase de saut des épreuves individuelles et de sprint, l'ordre de départ se fera dans l'ordre inverse du classement mondial pour l'année en cours au moment des Jeux olympiques. Le leader du classement s'élancera donc en dernier. Les concurrents n'ayant pas de points au classement mondial seront répartis en différents groupes, avant les concurrents ayant des points. Pour la phase de saut de l'épreuve par équipe, l'ordre de départ correspondra à l'inverse du classement des pays lors des Championnats du monde (2013). Un tirage au sort aura lieu pour les pays qui n'ont pas participé aux Championnats du monde ou qui n'y ont participé qu'en partie. Étant donné qu'il y a quatre skieurs par équipe, les sauts se font par cycle. Ainsi, le numéro de l'équipe d'un concurrent va déterminer le moment auquel il va s'élancer. S'il y a 12 nations par exemple, les skieurs de l'équipe ayant reçu le numéro 4 vont s'élancer en 4e, en 16e, en 28e et en 40e position.

Equipement

Pour le saut à ski

  • des chaussures de ski spécialement munies d’une haute attache permettant au skieur de plier les chevilles au moment du saut.
  • les attaches sont placées de telle sorte sur les skis que la partie avant doit faire 57% de la longueur totale des skis (les skis sont divisés en une partie avant et une partie arrière au niveau du bout du pied).
  • un cordon relie les chaussures aux skis pour que ces derniers n’entrent pas en oscillation lors de l’envol.
  • tous les éléments constitutifs des combinaisons doivent être dans le même matériau et leur perméabilité à l’air est contrôlée. La longueur maximale des skis pour le saut à ski ne doit pas excéder 146% de la taille du sauteur.

Pour la course de ski de fond

  • la partie arrière des chaussures doit tenir fermement les chevilles du skieur pour atténuer leur sollicitation en style libre.
  • les skis de fond sont plus étroits et plus légers que les skis de descente. Le bout de ces skis est relevé et on observe une légère élévation au milieu des skis. En longueur, ils peuvent faire jusqu’à 2 mètres.
  • les attaches fixent les pieds du skieur aux skis.
  • les bâtons de ski sont longs et droits, leur hauteur peut atteindre le menton du skieur.
  • les combinaisons sont faites dans un matériau élastique qui épouse les formes du skieur.
  • le choix du graissage dépend de la qualité de la neige.

Copyright Sportquick/Promedi

En savoir plus :
Combiné Nordique

   

 

 

Plus de participations
6 JO
: Todd Lodwick, Mario Stecher
5 JO : Felix Gottwald , Hannu Manninen

 

Les plus médaillés en Combiné Nordique (individuel et par équipes)

 

 

 

 

 

Or

 

Argent

 

Bronze

 

Total

Felix Gottwald AUT

3

1

3

7

Samppa Lajunen FIN

3

1

1

5

Ulrich Wehling RDA

3

 

 

3

Eric Frenzel ALL   2   1   2   5
Takanori Kono JAP

2

1

 

3

Ronny Ackermann ALL

 

3

 

3

Klaus Sulzenbacher AUT

 

1

3

4

Bjarte Engen Vik NOR

2

1

1

4

Johannes Rydzek ALL   2   1   1   4
Fabian Riessle ALL   1   2   1   4
Johan Gröttumsbraten NOR

2

 

1

3

Fred Börre Lundberg NOR   2   1     3
Hippolyt Kempf SUI

1

1

1

3

Hannu Manninen FIN

1

1

1

3

Johnny Spillane USA     3     3

 

 

.,.

Copyright Sportquick/Promedi

Le Ski de Fond est sport olympique dès 1924. Deux épreuves figuraient au programme des premiers Jeux d’hiver à Chamonix en 1924 (18 km et 50 km) contre douze depuis 2006 (record partagé avec le patinage de vitesse). Les épreuves pour femmes furent introduites en 1952 à Oslo.   Il existe deux styles de ski de fond : le style classique et le style libre. Dans les courses classiques, les skieurs utilisent le style traditionnel du glissement droit et ne sortent pas de pistes parallè...
 ...
...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le spectaculaire ski acrobatique ou ‘Freestyle’, avec exécution de figures aériennes durant la progression vers le bas de la pente, était en démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary (1988). L'épreuve de bosses a été ajoutée au programme des Jeux d'Albertville (1992) et le saut au programme des Jeux de Lillehammer (1994). Le ski acrobatique n'a jamais cessé d'évoluer et la FIS vient d'ajouter deux nouvelles épreuves : le halfpipe et le ski-cross, ce...
Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée en 1924. Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Ol...
Le short track et l’Olympisme Sport de démonstration en 1988, le short track est devenu sport olympique en 1992 aux XVIes Jeux olympiques d'hiver d'Albertville. Le programme comprend huit épreuves : 500 m (4 tours et demi), 1000 m (9 tours) et 1500 m (hommes et dames; 13 tours et demi), 5000 m relais hommes et 3000 m relais dames. - le 500 m, le 1000 m et les deux relais se disputent entre 4 patineurs tandis que le 1 500 m se dispute entre 6 patineurs. Le patinage de vit...
  Jeux Olympiques - hiver  "La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play."   Les Jeux Olympiques sont un évènement sportif  qui se déroule tous les quatre ans, rassemblant les athlètes du monde entier dans la paix et en respectant les principes d&rs...
Jeux Olympiques d'Hiver   Cumul des médailles d'or par athlète aux Jeux Olympiques d'hiver. Hommes - Björn Daehlie NOR - Ski de fond avec 8 médailles (1992, 1994 et 1998). - Ole Einar Bjoerndaelen NOR – Biathlon avec 8 médailles (1998, 2002, 2010 et 2014). - Viktor An RUS (Ahn Hyun-Soo KOR) - Short Track avec 8 médailles (2006, 2014) - Eric Heiden USA - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1980). - Clas Thunberg FIN - Patinage de vitesse avec 5 médailles (1924, 1928). - Mart...
Biathlon
Bobsleigh
Combiné Nordique
Curling
Hockey sur glace
Luge
Patinage artistique
Patinage de vitesse
Saut à Skis
Short track
Skeleton
Ski Alpin
Ski de Fond
Ski Freestyle
Snowboard
'Rasta Rockett' de retour pour les Jeux de 2014
Comités nationaux olympiques
Le tableau des médailles aux Jeux de PyeongChang en 2018
Les 15 médailles françaises aux JO de PyeongChang en 2018
Les 92 porte-drapeaux des JO 2018
Les athlètes les plus titrés et médaillés des Jeux Olympiques d'hiver
Les médailles françaises aux Jeux Olympiques d'hiver
Tableau des médailles Jeux d'hiver 1924-2014
Tableau des médailles Sotchi 2014
Tableau des médailles Vancouver 2010
Teddy Riner, la peur au ventre (vidéo sponsorisée)
Teddy Riner,de la réalité au rêve à Sochi avec un deuxième titre olympique ( vidéo sponsorisée)
Tout savoir sur les Jeux Olympiques d'hiver

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 -  -  -  -  diverses -