Happy Birthday : Kleppich Lars - AUS. (Voile) |
mardi 9 août 2022
Voile
 

Vendée Globe - Dossier Voile
< Retour

Présentation :

dessin

La course de référence à la voile en solitaire autour du monde......

Vendée Globe ...... le tour du monde, à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance surnommé à cause de sa difficulté "l'Everest de la mer". Il s'inscrit dans la lignée du mythique Golden Globe Challenge créé en 1968 qui ne connut qu'une seule édition, puis du BOC Challenge créé en 1982.

"Le Vendée Globe est à ce jour la seule course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance. L'événement s’est inscrit dans l'esprit du Golden Globe qui en 1968 initia la première circumnavigation en solitaire, sans escale et par les trois caps (Bonne Espérance, Leeuwin et Horn). Sur les neuf pionniers à s'élancer en 1968 un seul réussit à revenir à Falmouth, le 6 avril 1969 après 313 jours de mer, le britannique Robin Knox-Johnston. Sir Robin Knox-Johnston fut ainsi le premier navigateur à remporter une course à la voile, autour du monde, en solitaire et sans escale"

La course a été créée par le marin français Philippe Jeantot après une idée du marin Titouan Lamazou et Philippe de Villiers, à l'époque président du Conseil général de la Vendée. La première édition a eu lieu en 1989.

En huit éditions, 167 marins ont pris le départ dont 89 ayant franchi la ligne d'arrivée....le dernier, le Français Sébastien Destremau le 11 mars 2017 après 124 jours et 12 heures de mer.


Ce Tour du monde en solitaire et sans escales d’environ 24 000 milles (44 500 km) sans assistance technique, ni médicale se déroule tous les quatre ans au mois de novembre avec un départ de la ville des Sables d'Olonne en Vendée en passant par les Canaries, le Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud, le Cap Leeuwin en Australie, le Cap Horn en Argentine et en contournant l’Antarctique.
La course est ouverte aux bateaux monocoques de 60 pieds (18,28 m ; les monocoques de 50 pieds ou 15,24 m furent admis au départ avant 2004).

La ligne de départ et celle d'arrivée sont situées aux larges des Sables-d'Olonne en France. Le parcours consiste donc à faire le tour de l'Antarctique en laissant sur bâbord (à gauche) les trois caps que sont le cap de Bonne-Espérance, le cap Leeuwin et le cap Horn. Au cours des différentes éditions, des bouées de passage ou des portes virtuelles, ont été placées soit pour créer un parcours côtier devant les Sables-d'Olonne, soit pour obliger les concurrents à ne pas descendre trop au sud dans leur tour de l'Antarctique avec le risque de percuter des icebergs ou growlers (petits morceaux d'iceberg à peine visibles).

La distance est évaluée à 40 075 kilomètres soit 21 638 milles équivalent la circonférence de la Terre et la distance autour du monde de référence.

En solitaire

- Un homme ou une femme, le tour du monde, un bateau. Il s’agit d’une course en solitaire dans laquelle personne d’autre que le skipper ne peut se trouver à bord du bateau durant le tour du monde (pour l’anecdote, cela n’existe qu’au cinéma, dans le film « En Solitaire » avec François Cluzet). L’exception notable est évidemment le sauvetage d’un autre concurrent ! C’est déjà arrivé : par exemple lors de la troisième édition quand Pete Goss avait recueilli in extremis Raphaël Dinelli avant de le déposer en Nouvelle-Zélande et en 2009, quand Vincent Riou avait secouru Jean Le Cam après le chavirage de son bateau au cap Horn.

Sans escale

- La seule escale technique réellement envisageable pour un concurrent au Vendée Globe est… de revenir aux Sables d’Olonne, dans un délai maximal de 10 jours après le départ. C’est notamment ce qu’avait fait Michel Desjoyeaux en 2008 : il était alors reparti avec 40 heures de retard et il avait gagné la course au final ! Les solitaires ont le droit de s’arrêter – par exemple pour mouiller dans une crique – mais pas de mettre pied à terre au-delà de la limite de l’estran, c’est à dire ce qui les sépare du niveau de la plus grande marée haute. Yves Parlier avait utilisé cette possibilité lors d’une réparation devenue célèbre pendant l’édition 2000. Beaucoup se sont contentés d’un mouillage sans descendre à terre, par exemple le temps de monter au mât, comme Marc Guillemot en 2008/2009.

Sans assistance

- Lors du Vendée Globe, le marin est seul à bord. L’unique assistance tolérée est celle consécutive à un retour forcément très pénalisant aux Sables d’Olonne, après le départ. Cette exception mise à part, pendant tout le tour du monde, on ne doit compter que sur soi-même. Le routage météo est strictement prohibé. Les marins doivent donc imaginer eux-seuls leur navigation, réparer eux-mêmes les avaries qui ne manquent pas d’arriver… et se soigner seuls en cas de maladie ou de blessure. Dans ce dernier cas, ils ont juste droit à l’assistance à distance du médecin de la course, Jean-Yves Chauve. Côté assistance technique, c’est très simple : interdiction formelle d’accoster un autre bateau ou qu’une tierce personne monte à bord. Les marins ont l’autorisation de consulter l’architecte du bateau ou leur équipe technique pour s’informer du meilleur mode opératoire pour mener à bien une réparation, mais c’est bien à eux et eux seuls de mettre en œuvre celle-ci, avec les moyens du bord…tout en continuant si possible la course dans les meilleures conditions. Oui, le Vendée Globe est une course extrême !

Le bateau

-  Les bateaux du Vendée Globe mesurent tous 18,28 m de long (60 pieds) pour 4,50 m de tirant d’eau. Très toilés, ce sont les monocoques les plus puissants de la planète menés par un marin solitaire. Ils peuvent dépasser les 30 nœuds au portant ! La jauge de ces bêtes de course est définie par la classe IMOCA (International Monohull Open Class Association), fondée en 1991 et reconnue par l’ISAF, la Fédération Internationale de voile. Une importante refonte de la jauge a été menée récemment. Celle-ci impose désormais pour les nouveaux bateaux, une quille standardisée, le choix entre deux mâts, classique ou mât-aile, un nombre d’appendices et des ballasts limités. Le reste est laissé à la liberté des architectes. Grande nouveauté depuis 2016 : les machines de dernière génération seront dotées de foils. A savoir des appendices porteurs qui permettent de « sustenter » la coque aux allures portantes. Donc d’économiser beaucoup de trainée (frottement avec l'eau) et donc de gagner en performance. Le Vendée Globe 2016/2017 a été la première course autour du monde pour ces nouvelles machines. Mais les bateaux d’avant-dernière génération, plus optimisés, conservent toutes leurs chances. Ce sont d’ailleurs des machines « classiques » qui ont gagné toutes les épreuves depuis la dernière édition. En 2020, un grand nombre de bateaux sont équipés de foils.

Le trophée

- Soixante centimètres de haut et trente de circonférence pour un poids de dix kilos : l’imposant Trophée du Vendée Globe est une œuvre d’art en bronze argenté signée Philippe Macheret. Tout en lui évoque la circumnavigation. Il est composé d’un élégant gréement entouré d’un globe terrestre et repose sur un socle en forme de winch. Edité par Les Ateliers du Prisme et fabriqué par la Fonderie d’art Macheret, dans la Sarthe, il est le trophée le plus convoité des marins solitaires. Le Trophée est pour quelques mois encore entre les mains du tenant du titre, Armel Le Cléac'h, en attendant qu'un prochain marin le brandisse au-dessus de sa tête !


Le parcours
En descendant dans l'Océan Atlantique Nord, puis l'Océan Atlantique Sud, en tournant à gauche pour passer le Cap de Bonne Espérance puis en faisant le tour de l'Antarctique, via l'Océan Indien et l'Océan Pacifique, avant de remonter dans l'Océan Atlantique via le Cap Horn, dans le sens des vents dominants.

Il possède huit portes.
- Les portes Atlantique, Kerguelen, Ile Heard, Nouvelle Zélande, Ouest Pacifique, Est Pacifique sont définies pour que les concurrents ne puissent pas descendre trop sud, où les risques de collision avec des glaces dérivantes seraient plus importants.

- Les portes Ouest Australie et Est Australie sont définies pour que les concurrents ne naviguent pas à plus de 1 000 milles des côtes sud de l'Australie. Ce qui permettrait aux secours australiens de faire un repérage par avion de plus d'une heure sur un éventuel skipper en détresse. Ce repérage serait d'une durée plus courte si l'éloignement du skipper était supérieur à 1 000 milles.

En 2012, le règlement prévoyait une limitation des mâts à 29 m, alors que certains bateaux de l'édition précédente possédaient des mâts de 35 m de hauteur.



Le 9eme Vendée Globe partira le dimanche 8 novembre 2020 avec 33 marins (23 Français) au départ dont huit femmes. A l'inverse des précédentes éditions, le public ne sera pas au rendez-vous en raison du confinement causé par la pandémie du Covid-19. A rappeler qu'en 2016, 35 000 passionnés de 'l'Everest de Mer' étaient venus encourager les marins.

Ils étaient 1,5 million de visiteurs au départ en novembre 2016 et 750.000 lors des arrivées, soit 2,25 millions, contre 1,8 million en 2012/2013.

Distance à parcourir : 24 296 milles nautiques soit 44 996,2 km (circonférénce de la Terre).

Dotations globales : 800 000 euros contre 600 000 euros en 2016. Le vainqueur reçoit 200 000 euros, le deuxième 140 000 euros et le troisième 100 000 euros (80 000 euros pour le 4eme, 50 000 euros pour le 5eme....15 000 euros pour le dixième.

Comme en 2016, on compte dix nationalités différentes parmi les 33 participants, un record dans l’histoire du Vendée Globe.  Au total, quatre continents et dix nationalités sont représentés dans cette neuvième édition. Jamais le tour du monde en solitaire et sans escale n’avait réuni un plateau si éclectique.

Les 33 marins de l'édition 2020/21

- Jérémie Beyou (Charal)
- Alex Thomson (Hugo-Boss)
- Charlie Dalin (Apivia)
- Thomas Ruyant (Linkedout)
- Kevin Escoffier (PRB)
- Samantha Davies (Initiatives-coeur)
- Boris Herrmann (Seaexplorer)
- Sébastien Simon (Arkea Paprec)
- Armel Tripon (L'Occitane)
- Sébastien Troussel (Corum l'Epargne)
- Fabrice Amedeo (Newrest-Art & Fenêtres)
- Romain Attanasio (Pure-Best Western)
- Alexia Barrier (4 Myplanet)
- Yannick Bestaven (Maître Coq IV)
- Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle)
- Louis Burton (Bureau Vallée 2)
- Didac Costa (One Planet One Ocean)
- Manuel Cousin (Groupe Setin)
- Clarisse Cremer (Banque Populaire X)
- Sébastien Destremau (Merci)
- Benjamin Dutreux (Omia-Water Family)
- Clément Giraud (Compagnie Du Lit-Jiliti)
- Pip Hare (Medallia)
- Ari Huusela (Stark)
- Isabelle Joschke (MACSF)
- Jean Le Cam (Yes We Cam)
- Stéphane Le Diraison (Time For Océans)
- Miranda Merron (Campagne de France)
- Giancarlo Pedote (Prysmian Group)
- Alan Roura (La Fabrique)
- Damien Seguin (Groupe Apicil)
- Kojiro Shiraishi (DMG Mori)
- Maxime Sorel (V&B-Mayenne)

Copyright Sportquick/Promedi

En savoir plus :
Vendée Globe


Les marins les plus rapides du Vendée Globe
1. Armel Le Cléac'h FRA en 74 j 3h35'46" (2016/17)
2. Alex Thomson GBR en 74 j 19h35mn05" (2016/17)
3. François Gabart FRA 78 j 2h16'40" (2012/13)
4. Armel Le Cléac'h FRA en 78 j 5h33'52" (2012/13)
5. Alex Thomson GBR en 80 j 19h23'43" (2012/13)

Palmarès :
1989-1990 :  Titouan Lamazou en 109 j 8h 48'50" (Ecureuil d'Aquitaine II)
1992-1993 : Alain Gautier en 110 j 2h 22'35" (Bagages Supérieur)
1996-1997 : Christophe Auguin en 105 j 20h31'23" (Geodis)
2000-2001 : Michel Desjoyeaux en 93 j 3h57'32" (PRB)
2004-2005 : Vincent Riou en 87 j 10h45'55" (PRB)
2008-2009 : Michel Desjoyeaux en 84 j 3h9'8" soit 12,30 nds de moyenne (Foncia)
2012-2013 : François Gabart en 78 j 2h16'40" soit 15,3 nds de moyenne (Macif)
2016-2017 : Armel Le Cleac'h en 74 j 3h35'46" (Banque Populaire VIII)
Record de participations :
- 4 : Raphaël Dinelli FRA, Marc Thiercelin FRA, Jean-Pierre Dick FRA, Vincent Riou FRA, Bertrand de Broc FRA, Jean Le Cam FRA et Alex Thomson GBR.
Record de victoires : 2 par Michel Desjoyeaux (2001 et 2009) .
 Les records d'âge
- La plus jeune participante : Ellen MacArthur GBR en 2000- 2001 à 24 ans
- Le plus jeune participant : Alain Roura SUI en 2016-2017 à 23 ans
- Le plus âgé : Rich Wilson USA en 2016-2017 à 66 ans
- Le plus jeune vainqueur : François Gabart FRA en 2013 à 29 ans
- Le vainqueur le plus âgé : Armel Le Cléac'h en 2017 à 39 ans en 2017.
Record de participations : 2008-2009 (30 bateaux)
Record d'abandon : 2008-2009 (19 abandons)
Record du plus grand nombre de participants étrangers : 2008-2009 (13 concurrents)
Record du plus grands nombre de participants français : 2016-2017 (20 concurrents)
 
Distance effectivement parcourue et la vitesse surface par les vainqueurs Titouan Lamazou : 25 485 milles à 9,7 nœuds Alain Gautier : 25 315 milles à 9,58 nœuds Christophe Auguin : 26 520 milles à 10,44 nœuds Michel Desjoyeaux : 26 700 milles à 11,94 nœuds Vincent Riou : 26 714 milles à 12,73 nœuds Michel Desjoyeaux : 28 303 milles à 14,0 nœuds François Gabart : 28 646 milles à 15,3 nœuds Les écarts entre le vainqueur et le second :
- 1990 : Titouan Lamazou avec 16h30' d'avance sur Loïck Peyron
- 1993 : Alain Gautier avec 6 jours 12h40' d'avance sur Jean-Luc Van den Heede
- 1997 : Christophe Auguin avec 7 jours 11h50' d'avance sur Marc Thiercelin
- 2001 : Michel Desjoyeaux avec 1 jour 00h50' d'avance sur Ellen Mac Arthur
- 2005 : Vincent Riou avec 6h30' d'avance sur Jean Le Cam
- 2009 : Michel Desjoyeaux avec 5 jours 6h30' d’avance sur Armel Le Cléac’h
- 2013 : François Gabart avec 3h17' d'avance sur Armel Le Cléac'h
- 2017 : Armel Le Cléac'h avec 15h59'29" d'avance sur Alex Thomson Le record du nombre de milles parcourus en 24 heures :
- En 1989, Titouan Lamazou avec 304 milles
- En 1992, Alain Gautier avec 339 milles
- En 1996, Yves Parlier avec 374 milles
- En 2000, Dominique Wavre avec 430 milles
- En 2004, Roland Jourdain avec 439 milles
- En 2012, François Gabart avec 543,48 milles
- En 2016, Alex Thomson avec 536,81 milles.
Les pourcentages de réussite : le nombre de concurrents à avoir bouclé la boucle
- En 1989-1990 : 7 concurrents à l'arrivée sur 13 au départ, soit 54% de la flotte.
- En 1992-1993 : 7 concurrents à l'arrivée sur 15 au départ, soit 46,7% de la flotte.
- En 1996-1997 : 6 concurrents à l'arrivée sur 16 au départ, soit 37,5% de la flotte.
- En 2000-2001 : 17 concurrents à l'arrivée sur 26 au départ, soit 65,4% de la flotte.
- En 2004-2005 : 13 concurrents à l'arrivée sur 20 au départ, soit 65% de la flotte.
- En 2008-2009 : 11 concurrents à l'arrivée sur 30 au départ, soit 36,6% de la flotte.
- En 2012-2013 : 11 concurrents à l'arrivée sur 20 au départ.
- En 2016-2017 : 18 concurrents à l'arrivée sur 29 au départ. Du plus court au plus long temps en mer :
- Il a passé le moins de temps en mer : Patrick de Radiguès en 2000, échoué sur les côtes portugaises après quatre jours de mer.
- Il a passé le plus de temps en mer : Jean-François Coste en 1989-1990 qui boucle son Vendée Globe en 163 jours, 01 heure et 19 minutes sur le ketch « Cacharel » plus connu sous le nom de Pen Duick III. Records de vitesse sur la traversée des trois océans : Descente de l'Atlantique : PRB en 24j, 07h, 20' (11.7 nœuds de moyenne) en 2004-2005. A noter que la moyenne de Bonduelle ( Jean Le Cam ) est très proche (11.6 nœuds) Traversée de l'Océan Indien : Foncia ( Michel Desjoyeaux ) en 11j, 06h, 49' (2008-2009) Traversée de l'Océan Pacifique : Ecover ( Mike Golding ) en 16j, 06h en 2004-2005 (12.8 nœuds de moyenne) Remontée de l'Atlantique : Foncia ( Michel Desjoyeaux ) en 27 j, 12h (2008-2009) Records de vitesse à battre sur les partiels autour du monde : Des Sables d'Olonne à l'Equateur : Alex Thomson en 9j, 7h, 2mn en 2016 en 2016/17 Des Sables d'Olonne au Cap de Bonne Espérance : Alex Thomson en 17j, 22h, 58mn en 2016/17 Des Sables d'Olonne au Cap Leeuwin : Armel Le Cléac'h en 28j, 20h, 12mn en 2016/17 Des Sables d'Olonne au Cap Horn : Armel Le Cléac'h en 47j, 32h en 2016/17 Des Sables d'Olonne à l'Equateur (retour) : Armel Le Cléac'h en 61j, 12h, 21mn en 2016/17 Des Sables d'Olonne aux Sables d'Olonne : Armel Le Cléac'h en 74j, 3h 35' et 46 secondes en 2016/17 Les records battus en 2016/17  :
- Distance totale 74 j 03 h 35mn46s par Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII); ancien record 78j 2h40mn par François Gabart en 2012/13
- Sables D'Olonne - Equateur : 9 j 07h2mn par Alex Thomson GBR ; ancien 10 j 11h28mn par Vincent Riou
- Equateur - Cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud) : 17 j 22h58mn par Alex Thomson GBR ; ancien record 22j 23h46mn par Armel Le Cléac'h
- Cap de Bonne-Espérance - Cap Leeuwin (Antarctique) : 28 j 20h12mn par Armel Le Cléac'h ; ancien record 34j 10h23mn par François Gabart
- Cap Leeuwin - Cap Horn (Chili)  : 47 j 32 h par Armel Le Cléac'h ; ancien record 52j 6h18mn par François Gabart
- Cap Horn - Equateur : 61 j 12h21mn par Armel Le Cléac'h ; ancien record 66j 1h39mn par François Gabart. Les marins féminins
- En 1989-1990 : 0 femme
- En 1992-1993 : 0 femme
- En 1996-1997 : 2 femmes, Catherine Chabaud (classée 6e) et Isabelle Autissier , arrivée hors course,
après escale.
- En 2000-2001 : 2 femmes, Ellen MacArthur classée 2e (Meilleur classement d'une femme sur le Vendée Globe à ce jour), Catherine Chabaud , abandon
- En 2004-2005 : 2, Anne Liardet classée 11e, et Karen Leibovici, 13e
- En 2008-2009 : 2 femmes au départ, Dee Caffari ,6e, et Samantha Davies , 4e
- En 2012-2013 : 2 femmes au départ, Samantha Davies (abandon) et Liz Wardley
- En 2016-2017 : 0 femme
 
Lexique Vendée Globe
 
 

Abattre :
Manoeuvrer pour quitter sa route en s'éloignant de la direction du vent.
Adonner :
Rotation du vent de l'avant vers l'arrière. Le vent adonne lorsqu'il devient plus favorable pour la route idéale du voilier.
Allures :
Configuration et angle de route d'un voilier par rapport à la direction du vent
Amure :
Les amures désignent le côté du bateau qui reçoit le vent en premier.
Ariser :
Prendre un ou plusieurs ris (Reef) dans une voile c'est-à-dire diminuer la surface de voile.

Bâbord :
Partie située à gauche d'un voilier pour un observateur regardant vers l'avant.
Bâbord amures :
Un voilier bâbord amures reçoit le vent par la gauche du navire
Ballast :
Compartiment ou réservoir servant de lest d'équilibrage en étant rempli ou vidé d'eau.
Barre :
Pièce servant à commander le gouvernail.
Barre d'écoute de grand voile :
Rail transversal sur lequel se déplace le palan de l'écoute de grand-voile.
Barre de flèche :
Pièce du gréement reliée au mât et écartant les haubans qui tiennent le mât.
Bastaque :
Hauban mobile situé en arrière du mât.
Bôme :
La bôme est un espar perpendiculaire au mât qui tend le bord inférieur de la grand-voile.
Border :
Reprendre de l'écoute d'une voile.
Bordure :
Côté inférieur d'une voile.
Bout :
Morceau de cordage.
Bout-dehors :
Espar à l'avant du voilier permettant d'établir une voile devant l'étrave.

Cadène :
La cadène est le point de fixation des haubans ou des étais sur la coque.
Cap :
Direction que fait le voilier par rapport au nord
Cape :
Prendre la cape c'est manoeuvrer pour sauvegarder le voilier dans le mauvais temps. Cela consiste à mettre la barre en dessous en mettant la trinquette (voile d'avant) à contre et en ayant la grand voile arisée.
Chariot de grand voile :
Chariot qui coulisse sur la barre d'écoute et sur lequel est fixé le palan d'écoute de grand-voile.
Chavirer :
Un bateau chavire quand il se renverse sur le côté sous l'effet d'une vague violente ou d'un coup de vent, avec une inclinaison telle qu'il reste couché sur le côté.
Choquer :
Relâcher la tension d'un cordage.
Chute d'une voile :
Côté arrière d'une voile.
Cockpit :
Espace creux sur l'arrière du voilier où se tient le barreur et où on peut régler les voiles.
Code Zéro :
Voile d'avant qui est un grand Genois.
Compas :
Boussole en langage maritime.

Déferlante :
Grosse vague qui déferle en roulant.
Délaminage :
Décollement des différentes peaux et matériaux composant les matériaux composites.
Démâter :
Perdre le mât suite à une avarie.
Déplacement :
Valeur du poids du volume d'eau déplacé par un bateau.
Dérive :
Déviation latérale d'un voilier par rapport à sa route définie
Dérive :
Aileron vertical qui descend sous la coque d'un voilier afin de réduire la dérive d'un voilier.
Drisse :
Manoeuvre courante destinée à l'installation d'une voile ou d'une vergue. Sert à hisser la voile. Chaque voile possède sa propre drisse.

Ecoute :
Cordage servant à régler une voile.
Empanner :
Action de changer d'amures en passant par le vent arrière.
Encalminé (être) :
To be Un voilier encalminé est pris dans une zone sans vent.
Enrouleur :
Système mécanique tournant fixé autour l'étai permettant d'enrouler tout ou partie d'une voile d'avant.
Envoyer :
Terme utilisé pour parler des voiles qu'on hisse.
Epissure :
Tressage d'un cordage sur lui même ou avec un autre afin de former une boucle ou une liaison.
ETA :
Abréviation de Estimated Time of Arrival. Heure estimée d'arrivée.
Etai :
Hauban situé le plus à l'avant.
Etarquer :
Raidir.
Etrave :
Avant du bateau.

Faseyer :
Voile qui flotte en recevant le vent sur les deux côtés.
Foc :
Chacune des voiles d'étai triangulaires, établies en avant du mât.

Galhauban :
Hauban latéral pris en tête de mât.
Gennaker :
Voile d'avant réservé aux allures portantes.
Génois :
Foc de grande taille.
Gîte :
Inclinaison du navire sur un bord.
GMT :
Greenwich Meridian Time, heure au méridien de Greenwich qui sert d'heure de référence ou d'origine. On dit aussi heure TU, soit Temps Universel (UT Universal Time).
Gouvernail :
Ensemble du dispositif permettant de diriger le voilier.
GPs :
Système de positionnement par satellite.
Grand-voile :
Voile principale située en arrière du mât.
Gréement :
Tout ce qui contribue à la propulsion vélique d'un voilier.
Gréément courant :
Partie mobile du gréément permettant d'envoyer et de régler la voilure. notamment de maintenir le mât.
Guindant :
Côté avant d'une voile triangulaire.

Hale-bas :
Système permettant de tirer vers le bas la bôme de grand-voile afin de la raidir.
Hauban :
Câble assurant la tenue du mât.
Hook :
Système de crochet auquel sont suspendues les têtières de voile en tête de mât.

ISAF :
International Sailing Federation, Fédération Internationale de Voile.

Jauge :
Ensemble de règles qui précisent le cadre technique dans lequel doit s'inscrire un voilier de course.

Ligne de flottaison :
La ligne de flottaison est la trace sur la coque de la surface de flottaison. Elle marque la séparation entre la carène, ou oeuvres vives, et les oeuvres mortes.
Lof :
Brusque remontée dans le vent.
Lofer :
Manoeuvrer pour le rapprocher de la direction du vent.
Longueur hors tout :
c'est la plus grande longueur du bateau, elle inclue le boutdehors.
Louvoyage :
Navigation effectuée en tirant des bords afin de remonter dans la direction du vent (Au près).

Matosser :
Action de déplacer le matériel du bord ou les voiles vers le bord au vent du voilier afin de diminuer l'angle de gîte.
Mèche de gouvernail :
Axe de la partie mobile du gouvernail.
Mille marin ou nautique :
Unité de distance maritime égale à 1852 mètres.
Molle :
Désigne une zone sans vent.
Moulin à café :
Pièce d'accastillage constituée d'une colonne reliée à un winch. Ce système démutiplié développe une forte puissance et permet ainsi de régler les voiles.

Noeud :
Unité de mesure de la vitesse en navigation. Un noeud correspond à un mille nautique parcourut en une heure.

Orthodromie :
Route la plus courte pour se rendre d'un point à un autre.
Outrigger :
Sur les IMOCA 60 ce sont des barres de flèche posées sur le pont soutenant le mât et le gréément.

Passe-coque :
Tube traversant la coque et permettant de positionner les capteurs des instruments de navigations.
Pataras :
Hauban arrière soutenant le mât et symétrique à l'étai.
Piano :
Ensemble des bloqueurs situés dans le cockpit et permettant de régler les différents cordages du voilier.
Pot au noir :
Zone des calmes équatoriaux de l'Atlantique située de part et d'autre de l'équateur. c'est une zone de forte chaleur où alternent des calmes et des grains violents.
Poupe :
Arrière d'un voilier.
Près :
Allure la plus rapprochée du vent.
Proue :
Avant d'un bateau.

Refuser :
Changement de direction du vent défavorable à la marche du voilier.
Ris :
Système pour diminuer la surface d'une voile.

Safran :
Partie articulée et immergée du gouvernail.
Solent :
Sorte de foc.
Spinnaker :
Voile d'avant envoyée aux allures portantes.

Tangon :
Long espar placé plus ou moins transversalement en dehors du navire et servant à écarter les écoutes des voiles d'avant (génois ou spinnaker).
Tirer des bords :
Naviguer en virant souvent de bord afin soit de remonter au vent (près) soit afin d'optimiser la vitesse du voilier en tirant des bords de largue au lieu de naviguer au vent arrière.
Tourmentin :
Petite voile d'avant utilisée en cas de tempête
Travers :
Côté, tribord ou bâbord, d'un navire.
Tribord :
Partie située à droite d'un voilier pour un observateur regardant vers l'avant.
Tribord amures :
Un voilier tribord amures reçoit le vent par la droite du navire.
Trinquette :
Voile d'avant établie sur le bas étai en arrière du foc.
TU :
Abréviation de Temps Universel.

Vent (au) :
To Tout ce qui reçoit le vent en premier est au vent.
Vent (sous le vent) :
Tout ce qui ne reçoit pas le vent en premier.
Vent apparent :
Vent relatif résultant de la vitesse du navire et du vent vrai.
Vent arrière :
Allure à laquelle un voilier reçoit le vent sur son arrière.
Vent debout :
On est vent debout lorsque le vent souffle dans la direction opposée à celle de l'étrave.
Vent vrai (ou réel) :
Direction réelle du vent.
Virement :
Changement d'amure et de bord des voiles.
Virer :
Effectuer un virement de bord.
Vit-de-mulet :
Rotule qui permet la liaison et la rotation de la bôme avec le mât.
VMG :
Abréviation de Velocity Made Good, désigne littéralement la " vitesse dans le bon sens ". Il s'agit de la projection du vecteur vitesse sur la route idéale, et donc la vitesse réelle sur cette route.

Winch :
Treuil permettrant d'étarquer (de tendre) les cordages à bord d'un voilier.

 
 
 
 
 
 
 

   


 
 
 

 

.,.

Copyright Sportquick/Promedi

Vainqueur de la Solitaire du Figaro en 2000 (7 participations) et de la Transat Jacques Vabre en 2005 avec Lionel Lemonchois et 2015 avec François Gabart (3eme en 2007). Il termina 2eme du Tour de France à la voile en 2002, de la Transat AG2R Lorient-St Barth en 2004 et de la Route du Rhum en 2006. Champion du monde Orma (multicoques 60 pieds) en 2001 et 2005. Champion de France de la course au large en équipage en 2003. Depuis le 2 août 2009, il détient le record de l'Atlantique Nord...
Ingénieur de formation et surnommé 'le Mozart du large', il est la nouvelle star de la voile tricolore et le premier marin à inscrire son nom au palmarès du Vendée Globe (2013), la Route du Rhum (2014), la Transat Jacques Vabre (2015), la Transat Anglaise (2016), puis le record du tour du monde à la voile en solitaire cela à seulement 34 ans. Vainqueur du Vendée Globe en 2013 sur son monocoque de 60 pieds Macif (18,28 m) en battant plusieurs records de référence dont celui du plus...
Le World Sailing Speed Record Council (WSSRC) est un organisme mis en place par la Fédération internationale de voile en 1972 afin de valider de façon impartiale les grands records à la voile.   Outright: Pre-WSSR 1854 "Champion of the Sea" 225ft Clipper, USA, 467nm. 19.46kts 1984 "Formule Tag" 80ft Cat, Mike Birch, CAN, 512.5nm. 21.35kts 1987 "Fleury Michon VIII" 75ft Tri, Philippe Poupon, FRA, 517nm. 21.54kts 1990 "Jet Services V" 75ft Cat, Serge Madec,...
Sydney-Hobart   Créée en 1945, cette course au large mythique longue de 630 milles (1 170 km) a lieu chaque année depuis 76 ans avec un départ le 26 décembre (Boxing Day : 2eme jour de Noël dans les pays anglophones) reliant par vents contraires Sydney à la ville de Hobart sur l’Isle de Tasmanie en traversant la mer de Tasmanie puis le Détroit de Bass réputé pour des conditions de vents et de mer difficiles à cette époque de l'année. Les règles de courses sont celles de l'Interna...
Plus jeune lauréat : l'Italien Marco Gradoni en 2019 à seulement 15 ans. Les trois lauréats français : Isabelle Autissier en 1995, Claire Leroy en 2007 et Marie Riou en 2018.     Copyright Sportquick/Promedi ...
Décernée chaque année au mois de novembre depuis 1994 par la Fédération Internationale de Voile (ISAF), c'est la plus haute distinction en voile qui récompense un homme et une femme pour l'ensemble de sa carrière. Ce classement est établi sur la période du 1er septembre 2020 jusqu'au 21 septembre 2021 pour les lauréats de 2021. Le trophée de l'ISAF Rolex World Sailor of the Year  ...
Décernée chaque année au mois de novembre depuis 1994 par la Fédération Internationale de Voile (ISAF), c'est la plus haute distinction en voile qui récompense un homme et une femme pour l'ensemble de sa carrière. Ce classement est établi sur la période du 1er septembre 2020 jusqu'au 21 septembre 2021 pour les lauréats de 2021. Le trophée de l'ISAF Rolex World Sailor of the Year  ...
  Championne olympique en classe 470 en 2021 avec Hannah Mills. Championne du monde en 470 en 2019 (2eme en 2017). Vice championne d'Europe en 2019 et 2021 (3eme en 2013 et 2015). Avec Mills, elle a été élue 'Marin féminin de l'année' par la Fédération Internationale de Voile en 2021. Son père Michael a été champion olympique en Star en 1988. ...
Barreuse, elle est l'athlète féminine la plus titrée en voile aux Jeux Olympiques. Championne olympique en 470 en 2016 avec Saskia Clark (2eme en 2012) et en 2021 avec Eilidh McIntyre. Championne du monde en 470 en 2012 et 2019 (2eme en 2011, 2015 et 2017, 3eme en 2014 et 2018), en 420 en 2006. Vice-championne d'Europe en 470 en 2014 et 2021. Championne du monde juniors en 470 en 2008. Avec Saskia Clark, elle a été élue 'Marin féminin de l'année' en 2016 par l'ISAF. E...
Joueur de tennis très prometteur, il s'est tourné vers la voile. Champion du monde de Laser en 2007, 2008, 2010, 2011 et 2012 (2eme en 2006). Vainqueur de cette classe aux World sailing Games en 2007 et 2011. Après avoir terminé seulement 22eme aux Jeux Olympiques en 2008, il remporte la médaille d'or en 2012, le seul titre qui manquait à son palmarès. En 2010, il a également remporté le titre de champion du monde d'Etchell et est devenu vice-champion du monde de Farr 40. Champio...
Admiral's Cup
America's Cup (Coupe de l'Amérique)
Bacardi Cupteam
Barcelona World Race
Champion du monde IMOCA
Champion du monde ORMA
Championnat de France Match Racing
Championnats d'Europe
Championnats du Monde
Champions du Monde de la Course au large FICO
Coupe du Monde Funboard (Pro)
European Tour MOD 70
Extreme Sailing Series (ESS)
Istanbul Europa Race
La Baule-Dakar
La Route de la Découverte (Columbus Route)
La Route du Rhum
La Solitaire du Chocolat
La Solitaire du Figaro
Londres-Alpes Maritimes
Lorient-Les Bermudes-Lorient
Marin français de l' année
Meilleur marin de l'année par ISAF/ISAF Rolex World Sailor of the Year
Mini Transat 6,50
Quebec-Saint Malo
Record de la traversée de l'Atlantique
Rolex Fastnet Race
Tour de France à la Voile
Transat Anglaise
Transat Bretagne Martinique
Transat en double (ancien Transat AG2R)
Transat Jacques Vabre (La Route du Café)
Trophee BPE
Twostar Transat anglaise en double
Velux 5 Oceans (ex Around Alone, ex Boc Challenge)
Vendée Globe
Volvo Ocean Race (ancien Whitbread)
World Match Racing Tour (WMRT)
World Sailing Games
WOW Cap Istanbul
D'autres records de vitesse courses à voile
Indispensable : savoir faire les noeuds sur un bateau
Interview Loick Peyron après sa victoire dans la Route du Rhum
Les grands records transatlantiques à la voile
Les records du Tour du monde à la voile
Les records par Océan
Les régatiers les plus médaillés des Jeux Olympiques
Lexique Français/Anglais
Lexique Français/Français
Ocean Race Records World Sailing Speed Record Council
Rankings
Record SNSM
Records 24 heures World Sailing Speed Record Council (WSSRC)
Records 500 m World Sailing Speed Record Council (WSSRC)
Records de vitesse en kite-surf
Records historiques off-shore (au large)
Records Mille Nautique WSSRC (World Sailing Speed Record Council)
Records Tour du monde sans escales
Sydney-Hobart
Tout savoir sur la voile
Trophée Jules Verne...Francis Joyon, nouveau détenteur !

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - gilles lamire - luc pillot - bruno peyron -  -  diverses