Happy Birthday :
vendredi 23 avril 2021
Rugby
 
Rugby - Tout savoir sur le rugby - Article du : 23/11/2019
Sommaire article
HistoriqueL’International Rugby Football Board
Quelques datesLe premier club français
Le rugby en FrancePalmarès de l’équipe de France
Tout savoir sur le rugby mondialCompétition
Le terrainLe ballon
L’équipement des joueursLe nombre de joueurs
La duréeLes règles principales
Nouvelles règlesManière de jouer et coup d’envoi
Hall of Fame Les entraîneurs du XV de France
Les points acquis1. Essai
2. But3. Le score
Essai de pénalitéTouché au but
Nouvelle règle depuis le 1er Janvier 2007Mêlée après avoir aplati dans l’en-but
En-butMêlée ordonnée
Mêlée spontanée et maulMaul
Le tenu 
La toucheArrêt de volée (marque)
Un chiffreLes principales fautes et sanctions
Hors-jeuEn avant et passe en avant
Coup de pied de pénalitéCoup de pied franc
PénalisationsLe rugby à 7
L’attribution des points :Le Rugby Féminin 

Rugby- Sport olympique à 7  

dessin

 

 

Historique

“Rugby” est une petite ville à 300 km de Londres.

En 1823, l’École de Rugby était une de ces Public Schools, très bien fréquentée, bien que n’ayant pas le prestige d’Eton ou de Harrow. Il fallut l’arrivée à Rugby, quelque vingt années plus tard, du célèbre éducateur Thomas Arnold, pour que le sport, et le football-rugby en particulier, deviennent partie intégrante de l’éducation des élèves. Sur le terrain de l’École de Rugby d’environ 1600 m2, le célèbre 'Bigside', les élèves jouaient suivant certaines conventions transmises par tradition verbale avec un ballon plus ou moins rond, en raison de la forme de la vessie de porc intérieure. On pouvait recevoir le ballon dans les mains s’il provenait directement d’un coup de pied (arrêt de volée actuel) ou le ramasser s’il était complètement immobile à terre, mais pour le botter immédiatement car il était interdit de courir en le portant vers les buts adverses. C’est ce qu’aurait fait William Webb Ellis en 1823, véritable précurseur de ce jeu ! Le trophée de la Coupe du Monde porte son nom.

Ce jeu, en quelques années va se répandre non seulement dans toute l’Angleterre, mais même en Écosse, gagner l’Irlande puis le Pays de Galles. Et cela non en restant délassement d’écolier, mais devenant dans la plénitude du terme un sport mis en honneur, et pratiqué par des hommes de la “société”.

 

 

L’International Rugby Football Board (World Rugby depuis novembre 2014)  fut fondé le 1er janvier 1886 par l’Ecosse, l’Irlande et le Pays de Galles (118 pays affiliés). Basé à Dublin en Irlande, l'IRB gère le rugby à XV et le rugby à VII et définit notamment les règles du jeu et organise les principaux tournois. Elle compte 118 pays membres (5 millions de licenciés). Son président est le Français Bernard Lapasset.

 

L’International Rugby Board (IRB) « Fédération Internationale de Rugby » a notamment pour objet, la promotion, l’encouragement, le développement, l’extension et la gestion du jeu de rugby. Il est chargé de rédiger et interpréter les statuts, les règlements et les règles du jeu.

 

Les Fédérations fondatrices de l’IRB : Rugby Football Union (Angleterre), Scottish Rugby Union (Ecosse), Irish Rugby Football Union (Irlande), Welsh Rugby Union (Pays de Galles), Australian Rugby Football Union (Australie), New Zealand Rugby Football Union (Nouvelle Zélande), South African Rugby Football Union (Afrique du Sud), Fédération Française de Rugby  (FFR).
Le Conseil du Board est composé de 26 personnes (deux représentants de chacune des fédérations fondatrices + un représentant des fédérations suivantes : Argentine, Canada, Italie, Japon, + 1 représentant de chaque association régionale : Afrique (CAR), Amérique du Nord (NAWIRA), Amérique du Sud (CONSUR), Asie (ARFU), Europe (FIRA) et Océanie (FORU).
Rugby World Cup Limited (RWC Ld) est dirigée par 5 directeurs, élus par le Conseil de l’IRB. Elle supervise toutes les compétitions mondiales (Coupe du Monde, Coupe du Monde féminine, Coupe du Monde de rugby à 7, Championnat du monde moins de 21 ans, Championnat du monde moins de 19 ans, Circuit mondial de rugby à 7) sous tous les aspects : sportif, réglementaire, commercial et financier. 

 

Le Rugby et l'Olympisme

Le rugby à 15 a figuré quatre fois au programme olympique : en 1900, 1908, 1920 et 1924. À Rio en 2016, le rugby à sept fera son apparition aux Jeux Olympiques, avec un tournoi messieurs et un tournoi dames.

Format olympique

Dans le rugby à sept, chaque équipe est constituée de sept joueurs sur le terrain plus cinq remplaçants dont trois, au maximum, peuvent jouer au cours d’un même match. Chaque match, à l’exception de la finale, est divisé en deux mi-temps de sept minutes, pour un total de 14 minutes. Des prolongations peuvent être jouées si nécessaire. La finale comprend deux mi-temps de 10 minutes, plus les éventuelles prolongations.

 

 

Quelques dates

- 1823-1860 : débuts et expansion du jeu (en 1843 : fondation du premier club en Grande-Bretagne “Guy's Hospital”à Londres).

- 1830-1840 : les premières règles de cette course ballon en main sont éditées par Thomas Hugues.

- 1851 : afin de faciliter sa saisie, la balle devient ovale.

- 1860-1871 : fondation des clubs et de la Rugby Football Union. En 1871 : le premier match officiel entre l’Angleterre et l’Ecosse à Edimbourg (score 0-1).

- 1871-1877 : le jeu passe à 20. Les règles furent codifiées en 1871.

- 1877-1893 : le jeu passe de 20 à 15 joueurs. Fondation des 3 autres R.F.U. et de l’International Board. Scission du Nord et création de la Northern Union devenue ensuite Rugby.

- 1893-1914 : jeu moderne, intervention des dominions. Apparition du jeu français. En 1900, le rugby est inscrit au programme des J.O. de Paris. Il restera sport olympique jusqu'en 1924.

- 1918-1939 : conceptions et tactiques nouvelles pour le rugby mondial.

- 1924 : la France rencontre les Etats-Unis en finale des Jeux Olympiques. A la suite du match très violent sur le terrain et en dehors, le rugby ne sera plus sport olympique.

- 1934 : la Fédération Internationale de Rugby Amateur est créée.

- 1978 : la France entre à l’International Board.

- 1991 : la première Coupe du Monde féminine.

- 1995 : début de l’ère open, le rugby n’est plus amateur.

- 1999 : premier Tournoi des Cinq Nations féminin

- 2000 : l’Italie rejoint le Tournée des V nations qui porte désormais le nom : Tournoi des VI Nations

- 2009 : le rugby à sept devient de nouveau sport olympique. Le Rugby a déjà été sport olympique en 1900, 1908, 1920 et 1924, le rugby à sept sera aux Jeux Olympiques de 2016 de Rio de Janeiro. Vingt-quatre équipes dont la moitié féminines (288 athlètes au total) participeront au tournoi sur deux ou trois jours. Les équipes seront divisées en deux groupes de six. Les deux équipes en tête de chaque groupe iront en demi-finales. Chaque match se déroulera en deux phases de sept minutes.   

 

Le premier club français fut Le Havre Athlétic Club fondé en 1872, puis vinrent le Racing Club de France en 1882 et le Stade Français en 1883. Le réel et unique fondateur du sport en France fut Georges de Saint Clair, élevé en Angleterre, qui transforma un groupe de “potaches” soucieux seulement d’imiter les courses de chevaux, écuries et paris compris, en un club de sports athlétiques. En 1883, a lieu le premier match entre les deux seules équipes françaises existantes à l’époque : Racing Club de France et Stade Français. Puis se crée le 31 janvier 1889 l’Union des sociétés françaises des sports athlétiques (USFSA) pour régir l’ensemble du sport français. Le premier match officiel de l’équipe de France a eu lieu en janvier 1906 contre la Nouvelle-Zélande.

La Fédération Française de Rugby fut créée en 1919 suite à l’éclatement de l’U.S.F.S.A (272 800 licenciés en 2017, c'est le 4eme sport collectif français derrière le football, le basket et le handball). 

 

Le rugby en France, c’est :

- 413 293 licenciés en 2011 dont quelque 4 167 femmes - 1 715 clubs

- 3 972 arbitres

- 123 cadres techniques

- 2756 entraîneurs

- 16 514 dirigeants de clubs de rugby

- 13 772 éducateurs

- 10 équipes de France

- 38 niveaux de compétition

- 26 comités régionaux et 7 comités dans les DOM-TOM

- 102 comités départementaux

- une Ligue Nationale de Rugby chargée d’organiser, de gérer et de réglementer le secteur professionnel.

 

Palmarès de l’équipe de France

- Championne olympique en 1900

- Vice championne olympique en 1920 et 1924

- 2e de la Coupe du Monde en 1987 (finaliste contre la Nouvelle Zélande), 1999 (finaliste contre l’Australie) et 2011 (finaliste contre la Nouvelle Zélande)

- 3e de la Coupe du Monde en 1995 (victoire face à l’Angleterre)

- 4e de la Coupe du Monde en 2003 (défaite face à la Nouvelle Zélande) et 2007 (défaite face à l’Argentine)

- 6 Grands Chelems dans le Tournoi des V Nations (1968, 1977, 1981, 1987, 1997 et 1998)

- 3 Grands Chelems dans le Tournoi des VI Nations (2002 , 2004 et 2010)

- Championne du monde junior en 1995 et 2000

- Championne d’Europe junior en 1972

- Championne du monde universitaire en 1992 et 1996

- Championne du monde juniors en 1996

- Championne d’Europe féminine en 1996, 1999 et 2000

- Grand Chelem dans le Tournoi féminin des VI Nations 2002.

 

La France gagna la première fois le Tournoi des 5 Nations en 1954 ex aequo avec le Pays de Galles et l’Angleterre et pour la première fois seule en 1959. Le premier Grand Chelem français eut lieu en 1968 .

 

Tout savoir sur le rugby mondial

On compte actuellement quelque 1,9 millions de pratiquants dans le monde répartis dans environ 80 pays.

Afrique du Sud, 361 000, 1 116 clubs - Angleterre, 634 000 licenciés, 1800 clubs - Argentine, 21 000 licenciés, 198 clubs - Australie, 140 000 licenciés, 456 clubs - Canada, 47 000 licenciés, 175 clubs - Ecosse, 13 800 licenciés, 275 clubs - France, 222 000 licenciés, 1710 clubs - Iles Fidji, 35 000 licenciés, 200 clubs - Iles Tonga, 23 000 licenciés, 70 clubs - Irlande, 53 000 licenciés, 226 clubs - Italie, 36 000 licenciés, 505 clubs - Nlle Zélande, 150 000 licenciés, 550 clubs - Pays de Galles, 17 500 joueurs, 212 clubs - Roumanie, 4 500 licenciés, 60 clubs - Zimbabwe, 1 000 licenciés, 30 clubs

 

Compétition

Deux équipes de quinze joueurs chacune essaient de marquer le plus de points possibles en portant, passant ou bottant le ballon. Celle qui marque le plus de points est déclarée gagnante.

 !

Le terrain

C’est un rectangle d’une largeur de 70 m au maximum et de 66 m au minimum et d’une longueur de 100 m au plus et 95 m au moins.

 dessin

 

  Un record ! Le but le plus long de l'histoire est de 91 mètres (100 yards), réussi par le Sud-Africain Douglas Morkel en 1906 pendant un match contre Middlesex à Richmond, près de Londres.

dessin

Le ballon

Le ballon a la forme ovale, non pas comme on le croit communément parce que cette forme convient mieux au maniement à la main (il n’y avait pas de passes) mais simplement parce que la vessie intérieure était une vessie de porc qui avait naturellement cette forme plus ou moins ovoïde. Au début, il n’existait qu’une maison capable de le fabriquer, la firme W. Gilbert à Rugby.

 dessin

Le ballon, lorsqu’il est neuf, doit être de forme ovale (depuis 1851), comporter quatre panneaux et avoir les dimensions suivantes :

- Longueur du grand axe : 28 à 30 cm

- Grand périmètre : 76 à 79 cm

- Petit périmètre : 58 à 62 cm

- Poids : 400 à 440 g

- Pression : entre 0,67 et 0,70 kg par cm.

Depuis 1995, on peut botter le ballon à partir d'un tee placé à 3 centimètres au-dessus du sol.

 

L’équipement des joueurs

Les crampons des chaussures des joueurs doivent être en cuir, caoutchouc, aluminium ou matière plastique. Ils doivent être circulaires, solidement fixés aux chaussures et respecter les dimensions suivantes :

- Longueur maximum mesurée depuis la semelle : 18 mm

- Diamètre minimum à la base : 13 mm;

- Diamètre minimum au sommet : 10 mm;

- Diamètre minimum de la rondelle (si elle est indépendante du crampon) : 20 mm.

 

Les joueurs devront obligatoirement porter un numéro très apparent sur leur maillot.

 

Le numérotage des maillots doit être le suivant :

- Arrière : 15

- Trois-quarts (de gauche à droite) : 11, 12, 13 et 14

- Demi d’ouverture : 10

- Demi de mêlée : 9

- Avants (formations trois, deux, trois) :

Troisième ligne (de gauche à droite) : 6, 8 et 7

Deuxième ligne : 4 et 5

Première ligne : 1, 2 et 3

ou

- Avants (formation trois quatre, un) :

Troisième ligne : 8

Deuxième ligne (de gauche à droite) : 6, 4, 5 et 7

Première ligne : 1, 2 et 3.

Le nombre de joueurs

Un match se joue avec quinze joueurs par équipe au maximum. Sept remplaçants sont autorisés.

Le remplacement d’un joueur blessé sur saignement peut être temporaire mais s’il ne peut pas reprendre le match dans les quinze minutes, son remplacement devient définitif.

 

La durée

La durée de la partie est de 80 minutes. La partie est partagée en deux temps.

A la mi-temps, les équipes changent de côté et une interruption maximum de dix minutes en France, en élite 1 et 2 et en matches internationaux, et de cinq minutes pour les autres divisions.

Les règles principales

Nouvelles règles

L'IRB a mis en place des nouvelles règles pour une période test de 12 mois. Treize des vingt-six nouvelles règles sont entrées en vigueur le 1er août 2008, notamment dans le Top 14. Une concerne les officiels de match, deux le maul, sept la touche et l’alignement, deux la mêlée ordonnée et une les poteaux de coin.



Les voici :
 

Règle 6 - Officiels de matchs

1. Les arbitres assistants peuvent maintenant aider l’arbitre par tout moyen convenu avec celui-ci.

Règle 17 - Maul

2.  La règle obligeant le maintien de la tête et des épaules au-dessus des hanches est supprimée.

3.  Les joueurs sont autorisés à défendre lors d’un maul en le mettant à terre.

 
Règle 19 - Touche et alignement

4. Si une équipe envoie le ballon dans ses 22 mètres et que le ballon est ensuite botté directement en touche, il n’y a pas de gain de terrain. Une touche sera accordée à l'adversaire à l'endroit où le coup de pied a été botté.

5. Lors d’une remise en jeu rapide, le joueur qui effectue cette remise en jeu peut lancer le ballon soit perpendiculairement à la ligne de touche, soit en arrière vers sa propre ligne de but.

6. Il n’y a pas de limitation du nombre de joueur de chaque équipe pouvant participer à un alignement. Chaque équipe sera libre de son choix concernant le nombre de joueurs à mettre dans l'alignement.

7. Le réceptionnaire doit se tenir à deux mètres de l’alignement.

8. Le joueur opposé au lanceur doit se tenir dans la zone comprise entre la ligne des 5 mètres et la ligne de touche, mais doit aussi se tenir à deux mètres de l’alignement.

9. Les joueurs de l’alignement peuvent effectuer une action de pré-gripping sur un sauteur avant le lancer du ballon.

10. Il est autorisé de soulever un joueur dans l’alignement.

Règle 20 - Mêlée ordonnée

11. Mise en place d’une ligne de hors jeu située à 5 mètres en arrière des pieds du partenaire le plus en arrière de la mêlée.

12. Identification des lignes de hors jeu pour le demi de mêlée. Il sera le seul joueur habilité à poursuivre la progression du ballon.
 
Règle 22 - Poteaux de coin

13. Les poteaux de coin ne sont plus considérés comme faisant partie de la touche de but, sauf si le toucher à terre est effectué contre le poteau.
 

En mai 2009, l'IRB a proposé que 10 des 13 nouvelles règles en vigueur dans l'hémisphère nord depuis août 2008 soient incorporées aux lois du jeu à titre définitif.

Seules les Règles 17 - 2 (obligation de maintenir la tête et les épaules au-dessus des hanches dans un maul), 17 - 3 (possibilité d'écrouler un maul pour le contrer), 19 - 6 (pas de limitation du nombre de joueur de chaque équipe pouvant participer à un alignement en touche) n'ont pas été retenues.





 
 

dessin

 

Manière de jouer et coup d’envoi

 

1. Une partie débute par un coup d’envoi après lequel tout joueur en jeu peut, à tout moment, pourvu qu’il le fasse conformément aux règles :

- Attraper ou ramasser le ballon et courir en le portant ;

- Passer le ballon vers un autre joueur, placé derrière lui ;

- Botter le ballon ;

- Plaquer un adversaire porteur du ballon ;

- Pousser ou épauler un partenaire porteur du ballon ;

- Tomber sur le ballon ;

- Prendre part à une mêlée spontanée ou un “maul”.

 

2. Le coup d’envoi est constitué :

par un coup de pied tombé donné au milieu de la ligne des 50 mètres, ou en arrière de ce point, par l’équipe à qui il revient de commencer le match ou par l’équipe adverse à la reprise du jeu après les mi-temps ou par l’équipe défendante après qu’elle ait encaissé des points.

 

3. Le ballon doit être botté à l’endroit voulu ; s’il n’en est pas ainsi, le coup d’envoi sera recommencé.

 

4. Le ballon doit atteindre la ligne des 10 mètres adverse, à moins qu’il soit auparavant joué par un adversaire; s’il n’en est pas ainsi, ou bien le coup d’envoi sera recommencé, ou bien une mêlée sera ordonnée, au centre du terrain, au choix de l’adversaire. Si le ballon atteint la ligne des 10 mètres et qu’alors le vent le repousse, le jeu continuera.

5. Si le ballon tombe directement en tou­che, en touche de but, sur ou au-delà de la ligne de ballon mort, l’équipe adverse peut accepter le coup de pied, faire recommencer le coup d’envoi, ou bénéficier d’une mêlée ordonnée au centre du terrain.

 

6. L’équipe du botteur doit se tenir derrière le ballon lors du coup d’envoi. S’il n’en est pas ainsi, une mêlée sera ordonnée au centre du terrain.

 

7. L’équipe adverse doit se tenir sur ou derrière la ligne des 10 mètres. Si un joueur se trouve en avant de cette ligne, ou charge avant que le ballon ait été botté, le coup d’envoi sera recommencé.

Hall of Fame

Une cinquantaine de légendes du rugby mondial ont été admis au très select Hall of Fame à Londres. Parmi eux figurent six rugbymen français : Jean Prat , Jo Maso , Jean-Pierre Rives , Serge Blanco , Philippe Sella et le dernier admis en 2006, André Boniface.

 

Les entraîneurs du XV de France

1963-1967 : Jean Prat

1968-1972 : Fernand Cazenave

1973-1980 : Jean Desclaux

1981-1990 : Jacques Fouroux

1990-1991 : Daniel Dubroca

1991-1995 : Pierre Berbizier

1995-1999 : Jean-Claude Skrela

1999 – 2007 : Bernard Laporte

2007 - 2011  : Marc Lièvremont

2012 - 2015 : Philippe Saint-André

2015-2017 : Guy Novès 2017-2019 : Jacques Brunel Depuis 2019 : Fabien Galthié

 

Les points acquis

 

1. Essai

Un essai est marqué en effectuant en premier un touché à terre dans l’en but adverse.

Un essai peut être accordé si l’arbitre estime qu’il aurait été probablement marqué sans l’anti-jeu de l’équipe adverse.

 

Un essai vaut un point en 1871, 3 pts en 1894, 4 points en 1971 et 5 pts en 1992.

 

2. But

Un but est marqué en envoyant le ballon, d’un point quelconque du champ de jeu, au-dessus de la barre transversale et entre les poteaux de but adverses, au moyen d’un coup de pied placé ou tombé

 - à l’exception du coup d’envoi, du coup de renvoi ou d’un coup de pied franc

- et sans que le ballon touche le sol ou un partenaire du botteur.

 

3. Le score

Il s’évalue de la manière suivante :

- essai : 5 points

- but après essai (transformations) : 2 points

- but sur coup de pied de pénalité : 3 points

- but sur coup de pied tombé (drop-goal) : 3 points

Avec un poteau de but.

Essai de pénalité

Un essai de pénalité sera accordé au milieu des poteaux de but quand, sans l’antijeu de l’équipe défendant :

- un essai aurait été probablement marqué,

- ou encore, il aurait été marqué dans une position plus favorable que celle où il a été marqué.

Touché au but

1. Il y a “touché en but” lorsqu’un joueur fait, le premier, un touché à terre dans son propre but.

 

2. Après un touché en but, le jeu doit reprendre soit par un coup de renvoi, soit par une mêlée à 5 mètres.

Nouvelle règle depuis le 1er Janvier 2007

Afin de limiter les blessures pour les mêlées : le terme « Crouch, hold, engage » (penchez- vous, retenez-vous, engagez-vous) n’est plus d’actualité depuis le 1er janvier 2007. Dorénavant, ce sera « Crouch, touch, pause, engage » (penchez-vous, touchez-vous, attendez, engagez-vous). Désormais, les piliers toucheront le bras de leurs adversaires avec le but de réduire la distance entre les deux packs et l’intensité de leur entrée.

Mêlée après avoir aplati dans l’en-but

Quand il y a doute dans la détermination de l’équipe qui a fait, en premier, un touché à terre dans l’en-but, une mêlée sera ordonnée à 5 mètres de la ligne de but, en face de l’endroit où le touché à terre a eu lieu. L’équipe attaquante bénéficiera de l’introduction.

 

1. Après un essai, l’équipe qui l’a marqué a le droit de tenter le but, soit par un coup de pied placé, soit par un coup de pied tombé, à partir d’une ligne passant par le point où l’essai a été marqué.

Si l’équipe qui a marqué l’essai ne tente pas le but, le jeu sera repris par un coup de pied tombé, au centre du terrain, à moins que le temps de jeu ne soit terminé.

 

2. Si le but est tenté :

 

- le coup de pied doit être donné sans retard,

- tout joueur - y compris le botteur lui-même - peut placer le ballon,

- l’équipe du botteur (à l’exception du “placeur” éventuellement) doit se trouver derrière le ballon au moment où il est botté,

- si le ballon est botté dans les mains du placeur, sans que le ballon soit en contact avec le sol, le coup de pied est nul,

- l’équipe adverse doit être derrière la ligne de but jusqu’à ce que le botteur commence sa course ou amorce son coup de pied. Dès cet instant, l’équipe adverse peut charger ou sauter pour essayer d’empêcher le but.

En-but

L’en-but est la surface de terrain limitée par une ligne de but, les lignes de touche de but et la ligne de ballon mort.

La ligne de but et les poteaux de but font partie de l’en-but; mais les lignes de touche de but et la ligne de ballon mort n’en font pas partie.

 

1. Touche de but

Il y a touche de but quand le ballon, ou le joueur qui le porte, touche un poteau de coin ou une ligne de touche de but, ou le sol, une personne ou un objet, au-delà de cette ligne. Le drapeau ne fait pas partie du poteau de coin.

 

2. Mêlée à cinq mètres

- Si un joueur porteur du ballon dans l’en-but est tenu de telle manière qu’il lui est impossible de faire un touché à terre, une mêlée sera formée à 5 m de la ligne de but, et en face de l’endroit où le joueur a été tenu. L’équipe attaquante bénéficiera de l’introduction. Il en va de même pour les cas suivant :

 

- Si un joueur de l’équipe défendant talonne, botte, porte, passe ou projette le ballon dans son propre en-but et que le ballon est considéré comme mort, à moins qu’un essai soit marqué ou qu’un joueur projette, ou lance, volontairement le ballon à la main depuis l’aire de jeu, en touche de but ou au-delà de sa ligne de ballon mort.

 

- Si le coup de pied d’un joueur défendant, se trouvant dans son en-but, est “contré” alors que :

- ce joueur a lui-même porté le ballon du champ de jeu dans l’en-but,

- qu’un joueur défendant l’y a fait pénétrer, et que le ballon fait alors l’objet d’un touché en but ou va en touche de but, ou en ballon mort.

 

- Si un joueur défendant, porteur du ballon dans le champ de jeu, est acculé dans son en-but et y fait un touché en but.

 

- Si, sur mêlée ou mêlée spontanée, une équipe défendant en possession du ballon est refoulée dans son en-but et que, avant que le ballon émerge, un joueur défendant fait, le premier, un touché à terre dans l’en-but.

 

En dehors des cas où un essai ou un but est marqué, si un joueur attaquant botte, porte, ou passe le ballon qui pénètre ainsi dans l’en-but adverse (soit directement, soit après avoir touché un défenseur qui n’essaie pas volontairement de l’arrêter, de l’attraper ou de le botter) et que là :

- il est touché à terre par un joueur de l’une ou de l’autre équipe, ou

- il sort en touche de but, ou va au-delà de la ligne de ballon mort,

Un coup de pied de renvoi sera accordé. Il permet de favoriser les renvois rapides. Ce renvoi est possible sans que la totalité des joueurs de l'équipe soit replacée derrière la ligne de 22 mètres.

 

Dorénavant lorsqu’un ballon est botté dans l'en-but ou en ballon mort, après que l'arbitre ait jugé si le coup de pied est intentionnel, l'équipe adverse peut choisir entre un renvoi aux 22 mètres et une mêlée au point de départ du coup de pied, avec introduction pour elle.

 

Mêlée ordonnée

Une mêlée ordonnée - qui ne peut avoir lieu que dans le champ de jeu - est formée de joueurs des deux équipes liés, de manière à permettre au ballon d’être lancé, sur le sol, entre eux.

Les premières lignes doivent se lier à leurs adversaires directs

Pour éviter les écroulements les épaules doivent être gardées au dessus du bassin

La poussée collective doit être axiale

Dorénavant la mêlée doit être formée par huit joueurs. Ces joueurs n'auront pas le droit de se détacher avant la sortie de balle. Cette règle permet de donner plus de champ aux trois-quarts et également de fixer la troisième ligne.

 

Mêlée spontanée et maul

1. Mêlée spontanée

Une mêlée spontanée, qui ne peut avoir lieu que dans le champ de jeu, se produit quand le ballon est au sol et qu’un ou plusieurs joueurs de chaque équipe se trouvent au contact, debout sur leurs pieds, entourant le ballon qui se trouve parmi eux.

Tout joueur se joignant à une mêlée spontanée doit se lier par au moins un bras, passé autour du corps d’un de ses partenaires en mêlée spontanée.

 

Maul

Un maul, qui ne peut avoir lieu que dans le champ de jeu, est formé par un ou plusieurs joueurs de chaque équipe, debout sur leurs pieds, au contact, entourant un joueur porteur du ballon.

Un maul prend fin quand le ballon est à terre, ou que le ballon - ou le joueur qui le porte - s’est dégagé du maul, ou quand une mêlée a été ordonnée.

Le tenu

 1. Il y a “tenu” quand un joueur, porteur du ballon dans le champ de jeu, est saisi par un ou plusieurs adversaires et que, pendant qu’il est ainsi tenu, il est mis au sol, ou le ballon touche le sol.

 

2. Un joueur “tenu” ainsi que le plaqueur, s’il est à terre, doit lâcher le ballon immédiatement, sans le jouer de quelque autre manière que ce soit, et se relever ou s’en éloigner. Il ne doit jouer le ballon ni s’en occuper de quelque manière que ce soit jusqu’à ce qu’il se soit remis sur ses pieds.

La touche

1. Sortie en touche

Il y a touche quand :

N’étant pas porté par un joueur, le ballon touche la ligne de touche ou le sol, ou une personne ou un objet, sur ou au-delà de cette ligne, ou bien quand, étant porté par un joueur, ce ballon, ou le joueur qui le porte, touche la ligne de touche ou le sol au-delà.

Si le ballon n’est pas en touche, un joueur se trouvant lui-même en touche peut botter le ballon, ou le propulser avec sa main, mais sans le prendre en mains.

 

2. Jeu de la touche

La ligne de remise en jeu est une ligne imaginaire, dans le champ de jeu, formant un angle droit avec la ligne de touche et passant par le point où le ballon doit être remis en jeu.

 

3. Formation de la touche

La touche est constituée par au moins deux joueurs de chaque équipe rangés sur deux simples lignes parallèles à la ligne de remise en jeu, prêts à ce que le ballon soit lancé entre eux. Les joueurs ainsi disposés sont dits “de l’alignement”.

Le soutien en touche est possible mais seulement quand la balle a été remise en jeu et que le joueur a débuté son saut. L'ascenseur en touche n’est plus sanctionné. Le joueur pourra attraper ou dévier la balle avec le bras intérieur. Seulement les deux mains doivent être au-dessus de la tête. En résumé : la protection et le soutien du joueur qui saute sont donc autorisés.

Arrêt de volée (marque)

L'arrêt de volée aérien peut être effectué sans avoir un pied au sol. Le défenseur pourra donc sauter pour attraper le ballon comme fait l'attaquant.

 

1. Un joueur fait un arrêt de volée lorsque - se trouvant du côté de son en-but par rapport à la ligne des 22 mètres - il attrape nettement le ballon provenant directement d’un coup de pied d’un adversaire, et qu’au même moment il crie : “Marque!”

Un arrêt de volée peut être obtenu même si le ballon, dans sa trajectoire, a touché un poteau de but ou une barre

transversale. Il peut être fait dans l’en-but.

 

2. Un coup de pied franc sera accordé sur un arrêt de volée.

Le coup de pied franc sera botté par le joueur qui a fait l’arrêt de volée, à moins qu’il n’ait été blessé à cette occasion. S’il n’est pas en mesure de donner ce coup de pied dans la minute qui suit, une mêlée sera formée au point de marque et son équipe bénéficiera de l’introduction.

Si l’arrêt de volée a lieu dans l’en-but, toute mêlée qui peut éventuellement en résulter sera ordonnée à cinq mètres de la ligne de but, sur une ligne passant par le point de marque.

 

Un chiffre

72 : la différence de poids en kilos entre le pack des Springboks (total : 906 kg ; moyenne 113 kg) et celui des Français (total 834 kg ; moyenne 104 kg).

 

Les principales fautes et sanctions

 

Hors-jeu

Il y a hors-jeu lorsque :

- un joueur se trouve devant ses co-équipiers en possession du ballon ou devant un coéquipier qui vient de jouer.

- pendant une mêlée ouverte ou fermée, s’il reste ou avance en avant de la ligne de hors-jeu. Seul le joueur n°8 est autorisé à se détacher et à ramasser le ballon libéré.

- un joueur non participant à la touche est hors-jeu, si avant que la touche ait pris fin, il avance ou reste, en avant de la ligne de hors-jeu.

 

Exceptions :

- quand un joueur hors-jeu ne peut pas éviter d’être touché par le ballon ou par le joueur qui le porte, il est “hors-jeu accidentellement”. Le jeu pourra continuer à moins que l’équipe responsable en retire un avantage, auquel cas une mêlée sera formée à cet endroit.

- un joueur qui reçoit une passe en avant involontaire n’est pas hors-jeu.

- si, en raison de la rapidité du jeu, un joueur hors-jeu ne peut éviter de se trouver à moins de 10 m d’un adversaire attendant de jouer le ballon, il ne sera pas pénalisé pourvu qu’il se retire sans tarder et sans intervenir sur l’adversaire.

En avant et passe en avant

Il y a en-avant lorsque le ballon se dirige vers la ligne de ballon mort adverse après que: un joueur en ait perdu possession, ou qu’un joueur l'ait propulsé ou frappé avec son bras ou sa main, ou qu’il ait cogné le bras ou la main d'un joueur et qu'il touche le sol ou un autre joueur avant d'être recontrôlé par le premier joueur.

 

Il y a passe en-avant quand un joueur porteur du ballon, le lance ou le passe en direction de la ligne de ballon mort adverse. Une remise en jeu à la touche ne constitue pas une passe en avant. Si le ballon n'est pas lancé ou passé en avant, mais rebondit en avant après avoir touché un joueur ou le sol, ce n'est pas une passe en avant.

 

Une passe, projection ou chute de ballon ne seront jugées en-avant que s'il en est clairement ainsi au regard de la règle. S'il y a le moindre doute, le jeu continuera.

 

L'en-avant, ou la passe en avant, ne doit pas être intentionnel. Au quel cas, la sanction sera la suivante : coup de pied de pénalité à l'endroit de la faute minimum à 15 m de la ligne de touche.

Coup de pied de pénalité

Un coup de pied de pénalité est un coup de pied accordé à l’équipe non fautive lorsque certaines règles ont été enfreintes par l’autre équipe.

Il peut être donné par un joueur quelconque de l’équipe non fautive, sous la forme qu’il désire (coup de pied placé, tombé ou de volée), pourvu que le botteur :

- s’il tient le ballon en mains, l’en projette avant de botter

- si le ballon est au sol, le propulse avec le pied, à une distance perceptible du point de marque. Dans le cas d’un coup de pied placé, il peut laisser sa main sur le ballon pendant qu’il le botte.

L’équipe non fautive peut choisir une mêlée au point de marque, à la place du coup de pied; elle bénéficiera de l’introduction.

Les joueurs qui ne se trouvent pas rapidement à dix mètres sur une pénalité jouée, ne pourront désormais être remis en jeu qu'après avoir fait l'effort de se replier sur cette distance.

Pour un coup de pied de pénalité, le buteur disposera d’une minute au maximum pour tenter une transformation ou une pénalité à partir du moment où il a exprimé à l’arbitre son intention de botter.

Coup de pied franc

Un coup de pied franc est un coup de pied attribué sur arrêt de volée ou accordé à l’équipe non fautive après infraction à certaines règles de la part de l’autre équipe.

Sur un coup de pied franc, le botteur ne peut lui-même tenter un but avant que le ballon ait été joué par un autre joueur.

Dans le cas où il est accordé par suite d’une infraction aux règles, il peut être botté par n’importe quel joueur.

Il peut être botté sous forme quelconque (coup de pied placé, tombé ou de volée), pourvu que le botteur :

- s’il tient le ballon en main, l’en projette avant de botter :

- si le ballon est au sol, le propulse avec le pied à une distance perceptible du point de marque.

Dans le cas d’un coup de pied placé, il peut laisser sa main sur le ballon pendant qu’il le botte.

Pénalisations

- Le carton jaune : le joueur est expulsé pendant 10 minutes. Deux cartons jaunes égalent un carton rouge. Le joueur sera exclu pour la durée d’un match.

-Si un joueur de première ligne est exclu temporairement, n’importe quel joueur de l’équipe peut sortir du terrain pour laisser sa place à un remplaçant dûment entraîné et expérimenté pour jouer en première ligne.

- Le carton rouge : Une expulsion définitive.

 

Le rugby à 7

Le rugby à 7 se présente comme une variante du XV. Un jeu plus rapide, plus ludique, plus emporté, qui nécessite des qualités différentes.

Il est né en 1880 dans la petite ville de Melrose située au sud de l’Ecosse. Ned Haig (1858-1939), épicier du village, pratiqua le rugby au sein du club local “le Melrose football club”. Afin de faire rentrer l’argent dans les caisses du club, il envisagea d’organiser un tournoi regroupant de nombreux clubs des alentours. Pour réduire au minimum les frais d’hébergement et d’organisation, il décida de réduire les effectifs des équipes et la durée des matches, ainsi le rugby à 7 a vu le jour. Le premier tournoi eut lieu en avril 1883. Le tournoi de Melrose existe toujours sous le nom de “Melrose Seven”. La première compétition internationale a eu lieu en 1976 entre douze équipes à Hong-Kong, une ville considérée comme étant la Mecque du Seven. La Coupe du Monde, organisée tous les quatre ans, a été créée en 1993. Les IRB World Series, IRB Sevens, se déroulent chaque année depuis 1999 en une dizaine d'étapes. C'est l'un des évènements phares du rugby à 7. La Nouvelle Zélande est la nation dominante suivie de près par les Fidji.

 

Le rugby à 7 est actuellement répandu dans le monde entier et rentrera dans l’Olympisme pour les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Nombre de pratiquants en 2011 : 3,5 millions.

 

Les règles de bases sont les mêmes que celles du XV, y compris la taille du terrain, mises à part cinq  règles spécifiques :

- La durée d'un match est de 14 minutes, exceptée pour la finale (20 minutes). Elles doivent être divisées en deux mi-temps de 7 minutes (2 fois dix minutes pour les finales). Les équipes doivent changer de camp à la mi-temps qui ne devra pas durer plus d’une minute (deux pour la finale).

- Contrairement au rugby à XV, le coup de renvoi est donné par l'équipe qui a marqué l'essai et non celle qui l'a encaissé.

- En cas d'égalité, deux prolongations de 5 minutes départagent les deux formations sur le principe de la mort subite, celui qui marque a gagné et la rencontre est terminée.

- Celui qui marque engage. L’équipe ayant marqué doit tenter la transformation de l’essai au pied ; cette tentative doit être réalisée par un coup de pied tombé situé sur une ligne parallèle à la ligne de touche en passant par l’endroit où a été marqué l’essai. Les coups de pieds sont tapés en drops.

- La mêlée doit être faite de trois joueurs de chaque équipe formant ainsi une première ligne. Ils doivent rester liés jusqu’à la fin de cette mêlée. Dans une mêlée, la tête d’un joueur ne doit pas être côte à côte avec celle d’un joueur de la même équipe. En touche, les alignements peuvent compter entre 2 et 6 joueurs.

- Une équipe est constituée de 7 joueurs sur un terrain prévu pour quinze : 3 avants, 3 trois-quarts et un demi (plus cinq remplaçants). Tous jouent généralement au poste de trois-quarts dans le rugby à XV.

Cinq remplacements ou substitutions par match sont autorisés ! Piliers, 2èmes lignes et des joueurs lourds ne sont pas les bienvenus.

- Un carton jaune entraîne une exclusion de deux minutes.

 

L’attribution des points :

- entre 1883 et 1890, seuls les pénalités et les essais comptent pour le score. Les équipes sont constitués d’un arrière, 4 avants et 2 trois-quarts.

- après 1890, l’équipe est constituée de 3 avants, 3 trois-quarts, 3 trois-quarts et un demi.

Attribution des points : 2 pour un essai, 3 pour une transformation, 4 pour un drop-goal.

 

Les événements majeurs du rugby à 7 sont :

Tournoi de Dubaï (décembre) - Tournoi de Stellenbosch (décembre) - Tournoi de Mar del Plata (janvier) - Tournoi de Punta del Este (janvier) - Tournoi de Wellington (février) - Tournoi en Australie (février) - Tournoi de Suva (février) - Tournoi de Hong Kong (mars) Tournoi du Japon (avril).

Depuis la saison 1998/99, ces grands tournois et d’autres moins importants, font partie d’une même compétition mondiale, les World Rugby Seven Series qui compte entre huit et dix manches qui se déroulent chaque année entre décembre et mai.

La principale compétition est la Coupe du Monde qui a lieu tous les quatre ans depuis 1993. Elle se joue sur trois jours entre 24 équipes. Les vainqueurs remportent la Melrose Cup.

Les vainqueurs :

1993 (Ecosse) : Angleterre - 1997 (Hong-Kong) : Fidji - 2001 (Argentine) : Nouvelle Zélande - 2005 (Hong-Kong) : Fidji - 2009 (Dubai) : Wales - 2013 (Russie) : Nouvelle Zélande.

 

Le Rugby Féminin 

Les dates importantes :

- 1908 : première rencontre de rugby féminin en France

- 1917 : Alice Milliat fonde la fédération féminine sportive

- 1919 : l’athlète Elaine Burton fait scandale aux championnats officiels d’athlétisme d’Angleterre, en osant concourir en ‘culotte courte’.

- 1921 : fondation de la fédération sportive féminine internationale. Alice Milliat en est présidente. Les femmes ne participent toujours pas aux Jeux Olympiques.

- 1928 : première participation des femmes aux J.O. d’Amsterdam malgré l’opposition de Pierre de Coubertin.

- 1965 : premières équipes de rugby féminin fondées en France, exit la « barrette ».

- 1970 : fondation de l’Association française de rugby (ARF) féminin.

- 1972 : création du premier championnat de France de rugby féminin.

- 1983 : l’AFR reçoit l’agrément du ministère des Sports.

- 1984 : l’AFR devient la Fédération française de rugby féminin.

- 1988 : première Coupe d’Europe des Nations de rugby féminin entre la France, l’Italie, la Hollande et une sélection britannique. Les Françaises l’emportent en battant les trois autres équipes.

- 1989 : le rugby féminin intègre la FFR.

- 1991 : première Coupe du Monde de rugby féminin remporté par les Etats-Unis..

Le rugby féminin est structuré en trois divisions regroupant quelque 80 clubs. Il se pratique avec les mêmes règles que le rugby masculin. La première édition officielle de la Coupe du Monde a eu lieu en 1998. Le championnat d’Europe a lieu tous les ans sauf les années de Coupe du Monde. Le Tournoi des V Nations existe depuis 1999 et à VI Nations depuis 2000. L’équipe de France a réalisé en 2002 son premier Grand Chelem. Trois autres ont suivi : 2004, 2005 et 2014.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Créé en 1996, le Tournoi des six nations féminin est une compétition de rugby à XV féminin disputée chaque année entre les équipes nationales féminines de six pays européens : l'Angleterre, l'Ecosse, la France, le Pays de Galles, l'Irlande et l’Italie. A sa création, seules les quatre nations anglo-saxonnes y participaient alors. La France a été intégrée en 1999 puis l'Espagne, en 2000, qui a remplacé l'Irlande qui n'avait pas gagné un seul match depuis 1996. En ...
Grande gloire du rugby gallois en tant que joueur puis sélectionneur dans les années 1960 et 1970. Capitaine lors du Grand Chelem gallois en 1971 (22 sélections comme centre, 6 capitanats), il remporta également le Grand Chelem en 1976 et 1978 avec Pays de Galles qu'il entraina entre 1974 et 1979 (avec une génération dorée, notamment JPR Williams, Gerald Davies et Gareth Edwards). Il était le capitaine des Lions britanniques en 1971 en Nouvelle-Zélande, une tournée brillamment remportée face...
Le Challenge Européen est la deuxième compétition européenne de clubs, derrière la Coupe d’Europe (H Cup). Elle est ouverte aux clubs anglais, français, gallois, irlandais, écossais, italiens, espagnols et roumains. Appelé Bouclier européen (European Shield) jusqu’en 2000, il a également eu comme nom Parker Pen Challenge Cup, du nom de son ancien sponsor, et Amlin Challenge Cup (sponsor de 2009 à 2014). Il se dispute entre 20 clubs qui sont répartis en cinq poules de quatre clubs ...
Trophée depuis 2014 EUROPEAN CHAMPIONS CUP - COUPE D'EUROPE (Heineken Cup ou H Cup avant 2014) C'est la plus importante compétition entre clubs.   Organisée de 1995 à 2013 par l'European Rugby Cup (ERC), la Coupe d'Europe de rugby, la plus prestigieuse Coupe d'Europe, est une compétition qui est disputée chaque année par des équipes de clubs, de franchises régionales et provinciales d'Angleterre, d'Écosse, de France, d'Irlande, d'Italie et du Pa...
Créé en 1996, le Tournoi des six nations féminin est une compétition de rugby à XV féminin disputée chaque année entre les équipes nationales féminines de six pays européens : l'Angleterre, l'Ecosse, la France, le Pays de Galles, l'Irlande et l’Italie. A sa création, seules les quatre nations anglo-saxonnes y participaient alors. La France a été intégrée en 1999 puis l'Espagne, en 2000, qui a remplacé l'Irlande qui n'avait pas gagné un seul match depuis 1996. En ...
  Tournoi des VI Nations (avant 2000 Tournoi des V Nations)   Le Trophée   FRANCE   282 120 licenciés Hymne : 'La Marseillaise' Stade : Stade de France à Saint-Denis (80 000 places) Palmarès : 25 titres (17 seul en tête) dont 9 Grands Chelems. Couleurs : Maillot bleu, short blanc, chaussettes rouge.   IRLANDE   152 830 licenciés Hymne : 'Ireland's Call' (l'Appel de l'Irlande) Stade : Croke Park à Dublin (82 300 places...
Records français  Les 20 meilleurs réalisateurs en équipe de France 1. Frédéric Michalak 436 points 2. Christophe Lamaison 380 points 3. Dimitri Yachvili 373 points 4. Morgan Parra 370 points 5. Thierry Lacroix 367 points 6. Didier Cambérabero 354 points 7. Gérald Merceron 267 points 8. Jean-Pierre Romeu 265 points 9. Thomas Castaignède 252 points 10. Serge Blanco 233 points 11. Jean-Baptiste Elissalde 214 points 12. Jean-Patrick Lescarboura 200 points 13. Richard Dourthe...
Tournoi des VI Nations (avant 2000 Tournoi des V Nations) C'est une compétition de rugby à XV disputée chaque année en février et mars par les équipes d'Angleterre, d'Écosse, de France, du Pays de Galles, d'Irlande et d’Italie. Le vainqueur est déclaré « Champion d'Europe ». Créé en 1882 (la première compétition eut lieu entre Angleterre et Pays de Galles), le Tournoi regroupa dans un premier temps les pays de d'Angleterre, du Pays de Galles et d'Irlande, rejo...
L'équipe de France de Rugby a joué depuis 1906 un total de 780 matches officiels l'opposant à 28 adversaires (pays, sélections régionales) différents. Son bilan est de 422 victoires, 33 nuls, 325 défaites, avec 14 436 points marqués et 12 047 points encaissés. Ses titres majeurs sont un titre olympique (1900, même si ce n'était pas une sélection officielle) et 9 Grands Chelems dans le Tournoi des V ou VI Nations (1968, 1977, 1981, 1987, 1997, 1998, 2002, 2004 et 2010). Le premi...
L'équipe de France de Rugby a joué depuis 1906 un total de 780 matches officiels l'opposant à 28 adversaires (pays, sélections régionales) différents. Son bilan est de 422 victoires, 33 nuls, 325 défaites, avec 14 436 points marqués et 12 047 points encaissés. Ses titres majeurs sont un titre olympique (1900, même si ce n'était pas une sélection officielle) et 9 Grands Chelems dans le Tournoi des V ou VI Nations (1968, 1977, 1981, 1987, 1997, 1998, 2002, 2004 et 2010). Le premi...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - jean bouilhou - vincent clerc - arnaud heguy -  sans personnalité - mathieu blin