lundi 20 mai 2019
Ski alpin
 
Ski alpin - Tout savoir sur le ski alpin - Article du : 14/02/2017
Sommaire article
Historique- La première épreuve de ski alpin
Le premier club de ski du monde fut fondéLe ski en France
La Fédération Internationale de Ski (FIS) Les premiers championnats du monde
Les dates marquantes du ski françaisLe ski en France
Les grandes dates du skiCompétition
La  descenteLa piste hommes
La piste damesRecords
Le slalom spécialDénivellation Slalom
 Le slalom géantDénivellation Géant
Le super GLe combiné
L'épreuve par équipesLes écarts de vitesse en compétition
Les bâtonsLa durée des épreuves
EquipementOn distingue aujourd'hui six sortes de ski
Tout savoir sur d’autres glissesLe KL ou Kilomètre lancé
TélémarkSki de montagne
Ski freeride

 

Ski Alpin

 

dessin

 

"Ski" est un mot norvégien, dérivé de "skid", mot utilisé jadis pour désigner une lame de bois fendue.

 

Les chaussures étaient d’abord destinées à protéger les pieds des morsures du froid et d’autres agressions ; elles deviendront plus tard des supports plus spécifiques lors de l’utilisation des skis et des raquettes. Ces dernières vont permettre de marcher sur la neige, alors que les skis apportent une dimension supplémentaire : la glisse.

 

Le ski fut tout d’abord un moyen de transport utilisé dans les pays scandinaves et la Russie.

 

Historique

Depuis toujours, la neige a été présente dans l’environnement naturel de l’homme. Les hommes eurent vite fait de comprendre qu’une surface porteuse plus importante que celle de leurs pieds, facilite le déplacement de la neige. Les chaussures étaient d’abord destinées à protéger les pieds du froid; elles deviendront des supports lors de l’utilisation des skis et des raquettes. Ces dernières vont permettre de marcher sur la neige alors que les skis apportent une dimension supplémentaire : la glisse. D’anciennes représentations retrouvées en Russie entre 1930 et 1940, datant au moins à 6000 ans, montrent un chasseur chaussé de skis au milieu de rennes. Le premier ski fut découvert en 1921 à Höting, un village dans le nord de la Suède. Ce ski (en bois, longueur 1,10 m, largeur 10 cm, armature allongée, incurvée de cuir), conservé à Stockholm remonterait à 3 000 ans avant J-C. La pratique se perd dans la nuit des temps. Découvertes de gravures rupestres et de skis fossiles dans les tourbières scandinaves, récits d’historiens grecs et latins font remonter ce mode de locomotion bien au-delà de l’époque d’où nous pourrions tirer des connaissances précises.

C’est en Norvège que le ski sportif est apparu au milieu du 19e siècle. Les premières compétitions (de fond) eurent lieu dans la province de Telemark où une première course fut organisée à Tromso en 1843. Cette course fut remportée par un Lapon qui utilisait des bâtons pour pousser et donc avancer plus vite. Un premier concours de ski fut organisé peu après à Christiania toujours en Norvège. A partir de 1870, le pays adopte le ski comme sport national (la plus ancienne association de ski y a d’ailleurs été fondée en 1884).

 

L’explorateur norvégien Fidtjof Nansen (1861-1930) retraça son voyage à ski en parcourant le Groenland d’est en ouest en 39 jours en 1888. Grâce à lui, le ski s’est développé en Europe. D’autres ont suivi son exemple en exploitant les Alpes. Déjà l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche se découvrent des adeptes suivis de près par la France, où le ski fît son apparition à la fin du 19e siècle. A cette époque, l’Autrichien Mathias Zdarsky a modifié les techniques de base du ski en mettant au point des fixations métalliques.

 

Deux pionniers du ski alpin moderne

 

Sondre Nordheim (1825-1897) NOR. Il  est considéré comme l’un des pères du ski moderne. Il a inventé les skis en saule à bords incurvés, munis de fixations rigides serrant les chevilles, ainsi que le télémark et le virage Christiania (slalom).

Originaire de Morgedal en Norvège et menuisier de profession, il a révolutionné le ski dans les années 1870-1880 en inventant les attaches fixes permettant au skieur de sauter et de tourner sans le risque de perdre des skis. Il inventa le ski ‘telemark’ (plus étroit au milieu) qui fut le prototype pour des générations de skis. Il effectua un raid à skis reliant Morgedal et Christiania (ancien nom d’Oslo), lieu de la première école de ski. La flamme olympique pour les Jeux Olympiques de 1994 à Lillehammer fut allumée à Morgedal, son village natal.

Mathias Zdarsky

 

Mathias Zdarsky (1856-1940) AUT. Moniteur, il est l'un des pères du ski alpin et le premier véritable instructeur en Autriche. En 1897, il a publié le premier manuel du ski alpin 'Die alpine Skifahrentechnik' . Il y explique comment positionner un ski à un angle aigu par rapport à la ligne de pente, le long de laquelle la déclivité est la plus forte. Il utilise un seul bâton pour maîtriser sa direction et effectuer des virages. Pour effectuer un virage, il tourne un ski sur le côté dans la direction voulue et ramène rapidement le second dans une position parallèle, une manœuvre baptisée stem-christiana. Il a amélioré la conception des skis ainsi que les fixations et organise des courses de descente. Lors de la Première Guerre Mondiale il a été instructeur dans l'armée autrichienne enseignant des techniques de survie en cas d'avalanches. On lui doit aussi l'invention du sac de bivouac.
 

 

- La première épreuve de ski alpin

Une descente a eu lieu le 6 janvier 1911 sur l’Arlberg, un col situé prés de Sankt Anton en Autriche, à l’initiative de Lord Robert of Kandahar (1832-1914), ancien officier de l’armée des Indes qui est devenu vice-président du Public School Alpine Sports Club

 C'est un autre Anglais, Sir Arnold Lunn (1888-1974), résidant en Suisse, qui inventa la compétition de ski. Il créa des portes en plantant des fanions et des bâtons et organisait ainsi la première compétition de slalom, à Mürren en janvier 1922.

Le 7 janvier 1911, il avait déjà organisé à Montana le Challenge Robert of Kandahar, connu comme étant la première descente de l'histoire du ski alpin. Le 30 janvier 1924, Lunn a fondé le Kandahar Ski Cub avec le but de promouvoir un combiné descente et slalom. Il s'associe ensuite avec le Ski-Club de l'Arlberg et avec Hannes Schneider, moniteur de ski et guide de haute montagne. Ensemble ils créent la fameuse course de l'Arlberg-Kandahar, associant descente et slalom (combiné) qui a eu lieu pour la première fois en mars 1928 à Sankt Anton en Autriche. Elle est considéré comme la première véritable épreuve du ski alpin. Grâce au succès de cette course, la Fédération Internationale de Ski intègre dans ses règlements les épreuves de la descente et du slalom. Influencée par les Scandinaves qui défendaient leurs sports nordiques, le ski alpin a été reconnu plus tard.

 

Le premier club de ski du monde fut fondé

en 1861 en Norvège : le “Club de ski de Trysil”.

Le ski en France

- En 1896, Henri DUHAMEL crée en Dauphiné le premier Club de Ski de France : le « Ski Club des Alpes ».

- En 1907, le Club Alpin Français (CAF), organise le premier concours international de ski, à Montgenèvre. Etant donné l’enthousiasme suscité par une telle compétition, le comité d’organisation créa une Commission du Concours International de Ski qui devint plus tard la Commission des Sports d’Hiver. Partout, des « sociétés de ski » vont se constituer et se grouper pour fonder des fédérations régionales. Les premières seront celles du Dauphiné (1907) et du Jura (1912).

C’est à la suite des premiers Jeux Olympiques d’Hiver organisés en 1924 à Chamonix que se met en place la procédure nécessaire à la création de la Fédération Française de Ski.

Le 9 juillet 1924, le Comité de Direction du CAF décide, à l’unanimité, d’approuver le principe de la création de la FFS. Il accepte le projet de statuts de la Fédération.

Le 15 octobre 1924, la FFS est statutairement fondée par l’adhésion de trois fédérations régionales (Vosges, Pyrénées et Jura)

La première Assemblée Générale de la FFS se tient à Paris le 24 avril 1925. Actuellement, la FFS compte 140 000 licenciés et 1 100 clubs.

Historique du ski en France

C’est au cours d’une visite à l’Exposition Universelle de 1878 qu’Henri Duhamel découvrit de grandes raquettes canadiennes et de longues et étroites planchettes qu’un exposant suédois lui recommanda pour le parcours sur la neige. Dès son retour en Dauphiné, Duhamel tenta d’expérimenter ce que déjà ses camarades d’alpinisme appelaient irrévérencieusement des “planches”. Il éprouvait de sérieuses difficultés pour fixer cet appareil aux pieds et il fallut attendre 1889 pour que toute une documentation sur l’utilisation de ces skis lui parvienne de ce qui était alors le Grand-Duché de Finlande. Chamonix découvre sa première paire de skis en 1890. Six ans plus tard, en 1896, l’emploi de ces skis s’était suffisamment développé chez les alpinistes dauphinois pour que puisse être fondé le premier Ski Club français. En 1900, le ski fut introduit dans l’infanterie alpine à Briançon.

Les premiers cours de ski sont donnés dans les Vosges, alors territoire annexé par l’Allemagne, pour former les soldats du Kaiser. Paulcke y enseigne la méthode à deux bâtons de ski. L’année suivante, le Ski Club Vosgien, est fondé à Strasbourg.
1927 : Le strasbourgeois Charles Diebold est le premier à fonder une véritable école de ski : le Cours de Ski Vosgiens, avec des tests préfigurant ceux de l’ESF. La même année, la première école alpine s’ouvre à Megève.
1933 : La Fédération Française de Ski organise le premier stage de formation de moniteurs, sanctionné par un brevet.
1935 : Les écoles de l’alsacien Diebold et de l’allemand Hermann fusionnent et deviennent l’Ecole Française de Ski qui enseigne la méthode autrichienne de l’Arlberg à Courchevel, Moriond, Peisey-Nancroix.
1936 : Léo Lagrange, premier Ministre des Sports, nationalise l’Ecole Française de Ski. Emile Allais, champion du monde, est nommé directeur technique et fait accepter sa propre méthode d’enseignement.
1943 : Création de l’Ecole Nationale de Ski à l’Alpe d’Huez.
1945 : L’Ecole Nationale de Ski est implantée à Val d’Isère. Au bout de deux ans, elle est transférée à Chamonix et devient l’Ecole Nationale du Ski et de l’Alpinisme (ENSA)

 

La Fédération Internationale de Ski (FIS) fut fondée en 1924 lors des premiers Jeux Olympiques d'hiver à Chamonix avec 14 nations membres. Basée à Oberhofen am Thunersee en Suisse, elle compte 118 nations affiliées en 2017.

dessin

Elle gère les compétitions des disciplines suivantes:

  • Ski de fond
  • Saut à ski
  • Combiné nordique
  • Ski alpin
  • Ski acrobatique
  • Snowboard
  • Ski de vitesse
  • Ski sur herbe
  • Télémark
Il y a quelque 75 millions de pratiquants dans le monde dont 19 millions au Japon.

 

Les premiers Championnats du Monde furent organisés en 1931 à Mürren en Suisse. Néanmoins, entre 1931 et 1941, ils étaient non officialisés par la Fédération Internationale. La première édition officielle eût lieu en 1950 à Aspen aux Etas-Unis.

 

Considéré comme l'un des pères du ski alpin, Sir Arnold Lunn (1888-1974) du ski-club of Great Britain, se met en accord avec le Dr Walter Amstutz du SAS (Ski-club Académique Suisse) pour solliciter la reconnaissance de la descente et du slalom, dans les règlements des concours internationaux. Ils promettent la création d'une fédération internationale de ski alpin, pour le cas où la FIS ne s'en occuperait pas. Cet ultimatum démontre les arguments à faire valoir, tels que le succès rencontré lors du Derby de la Parsenn en 1924 et la programmation des courses du Lauberhorn pour 1930.

 Lunn, un officier britannique, a déjà réussi son challenge en Autriche en mettant sur pied la première édition des courses de l'Arlberg-Kandahar, en mémoire à sa campagne victorieuse en Afghanistan. Soutenu par des amis influents, il se lance dans un véritable combat contre les fédérations scandinaves, guère intéressées au projet. Son obstination est payante, car il obtient gain de cause en 1930, lors de la session de la FIS, à Oslo. Un an plus tard se déroule à Mürren la première confrontation mondiale de ski alpin, sous l'autorité de la FIS et organisée par le SC of Great Britain.



Les membres du C.I.O. (Comité international olympique) emboîtent le pas, mais il faudra attendre les JO de Garmisch, en 1936, où des restrictions de participation entacheront cette première expérience. Enfin la FSS réagit dans l'immédiat en mettant sur pied, en 1929, un championnat officieux de descente masculine à Arosa, remportée par l'enfant du pays David Zogg .

Le ski alpin, masculin et féminin, entre dans le programme olympique aux Jeux de  Garmisch-Partenkirchen, en 1936. La seule épreuve organisée cette année-là est un combiné descente / slalom. En 1948, des courses de descente et de slalom sont organisées séparément. Quatre ans plus tard, le slalom géant fait son apparition. Et, en 1988, le super géant fait son entrée en tant que quatrième épreuve autonome. Actuellement, le programme olympique de ski alpin regroupe aujourd'hui 10 épreuves (slalom, géant, super-g, descente, combiné), soit cinq pour les femmes et cinq pour les hommes. Les règles sont identiques pour les femmes et les hommes, mais les parcours sont différents. Dans tous les cas, on chronomètre les athlètes au centième de seconde, et le classement ex aequo est autorisé.

 

Les dates marquantes du ski français

 -  1933 : un centre de formation des moniteurs se crée au Mont Revard (Aix-les-Bains en Savoie). Un diplôme et un insigne sont remis aux candidats reçus.

 -  1936 : première médaille olympique française de ski : le bronze du combiné pour Emile Allais.

 -  1937 : pour la première fois, un français remporte un titre de champion du monde, à Chamonix : Emile Allais en remportant le combiné après avoir gagné la descente et le slalom.

 -  1962 : Chamonix organise une nouvelle fois les Championnats du Monde.

 -  1966 : l’équipe de France remporte 16 médailles sur 24 aux Championnats du Monde de Portillo en Chili.

 -  1982 : la Fédération créée une licence appelée “Carte Neige” pour mieux répondre aux attentes des pratiquants occasionnels (à l’époque env. 4,5 millions de personnes) qui ne souhaitent pas participer à la haute compétition.

 -  1987 : le cap d’un million de licenciés est atteint dont 960 000 adhérents Carte Neige.

 -  1992 : la France accueille les 16èmes Jeux Olympiques à Albertville en Savoie.

-   2009 : Championnats du Monde de ski alpin à Val d'Isère.

 

Émile Allais (1912-2012) FRA. Grâce à sa technique révolutionnaire, le virage parallèle, il remporta 8 médailles aux Championnats du Monde entre 1935 et 1938 : 4 médailles d’or (combiné, descente et slalom en 1937, combiné en 1938), 4 médailles d’argent (descente en 1935 et 1938, slalom en 1938, combiné en 1935). Également médaillé de bronze au combiné aux J.O. en 1936 (première médaille olympique française en ski). Il fut l’un des fondateurs de l’École Française de Ski en 1938. De nos jours, l’ESF compte quelque 17 000 moniteurs.

 

Le ski en France, c’est :

-          9 millions de skieurs (dont quelques 2 millions d’étrangers) incluant 2 millions de fondeurs et 2 millions d'étrangers.

-          80% de skieurs et 20 % de snowboardeurs.

-          450 000 paires de skis vendues en 2011 (3,3 millions dans le monde)  – 60 000 planches de snowboard et 30 000 paires de skis nordiques. A noter que 80% du matériel est loué contre 40% en Suisse, 30% en Autriche et 20% aux Etats-Unis.

-          le 3e sport français devancé par le football et le tennis.

-          357 stations situées dans 5 massifs différents (Jura, Pyrénées, Vosges, Massif Central et avant tout dans les Alpes) répartis sur 46 départements.

-          un domaine skiable de 8 000 km de pistes (le plus grand domaine skiable du monde et 30% du domaine skiable européen).

-          3 900 remontées mécaniques situées entre 600 et 3 900 m d'altitude.

-          6 000 pistes balisées

-          13 000 km de pistes de fond damées (240 sites) plus des milliers d'itinéraires hors piste.

-          C’est le plus grand domaine skiable du monde !

-          17 000 moniteurs de ski, 3 000 guides de haute montagne et 250 écoles.

 

En France, lors des vacances d’hiver à la montagne :

(15 358 licenciés en ski alpin ; 3 075 en ski de fond, 249 en saut à skis et 169 en biathlon)

-          43,5 % de français font du ski alpin

-          11,3 % font du ski de fond

-          4% font du surf  -  9,9% font de la randonnée pédestre

-          7,8% font un autre sport d’hiver (patinage, luge, etc.).

dessin

 

Les grandes dates du ski

-          1843 : première course organisée à Tromsö en Norvège

-          1896 : premier Ski Club Français à Chamonix

-          1924 : création de la Fédération Internationale de Ski (FIS)

-          1931 : premier championnat du monde à Mürren en Suisse, non reconnu par la fédération

-          1936 : introduction du combiné (descente plus slalom) aux Jeux Olympiques

-          1948 : apparition des épreuves de descente et de slalom aux Jeux Olympiques

-          1950 : premier championnat du monde reconnus par la FIS à Aspen USA

-          1967 : première Coupe du Monde

-          1988 : premier Super-G aux Jeux Olympiques

 

Compétition

Il y a deux disciplines dans le ski alpin :

-          les disciplines de vitesse telle la descente et le Super G

-          les disciplines techniques telles le géant et le slalom

Ce sont toutes des courses contre la montre avec des départs échelonnés. Tout écart du parcours est éliminatoire.

dessin







 



La  descente

 

 

Une discipline à haut risque. Très spectaculaire, c’est l’épreuve “reine” du ski alpin associant la vitesse à la maîtrise des courbes dans un parcours d’une dénivelée importante qui utilise au maximum le profil du terrain. Les skieurs descendent en moyenne à plus de 100 km/h (la vitesse maximale peut atteindre 150 km/h) des pistes raides avec des lignes droites, virages et sauts de buttes. Les pistes sont délimitées par des “portes” composées de 2 piquets rouges espacés de plus de 8 m. Les passages à travers les terrains boisés devront avoir une largeur d’au moins 30 m. Ceci ne veut pas dire que tous les passages de la piste devront avoir plus de 30 m, car l’action du soleil et du vent pourrait avoir une influence néfaste sur la couche de neige en certains points de la piste de trop grande largeur et mal protégés. Les skieurs ont 3 jours d’essais pour mieux connaître la piste. Les épreuves sont courues en une seule manche. La première place est attribuée au meilleur temps.

 

 

C’est Jean Vuarnet , champion olympique de descente en 1960, qui inventa la fameuse position de l’œuf permettant la recherche de la vitesse, une véritable révolution dans la technique de la descente !

 

La piste hommes

Elle devra respecter les données techniques suivantes :

- Largeur de la piste : 40 m.

- Dénivellation minimum de 500 m.

- Dénivellation maximum de 1 000 m.

- Largeur des portes obligatoire : au moins 8 m.

 

La longueur d’une piste de descente peut aller jusqu’à 4 500 m.

Les deux pistes les plus longues en Coupe du Monde se trouvent en Suisse : le Kandahar à Mürren et le Lauberhorn à Wengen.

 

 

Les Autrichiens Hermann Maier et Stephan Eberharter sont les seuls à avoir gagnés les quatre descentes mythiques en Coupe du Monde qui auront lieu en janvier : 1. Wengen, 2. Kitzbühel, 3. Garmisch, 4. Chamonix.

 dessin

La piste dames

Elle devra respecter les données techniques suivantes :

- Dénivellation minimum : 500 m.

- Dénivellation maximum : 700 m.

- Largeur des portes obligatoires : au moins 8 m.

 

Le grand descendeur Suisse Bernhard Russi , champion du monde en 1970 et champion olympique en 1972 est aussi un spécialiste du tracé de la descente. On lui doit les pistes olympiques de Val d’Isère pour les J.O. de 1992, de Lillehammer en 1994, de Nagano en 1998 et de Salt Lake City en 2002. Il créa également la fameuse piste de la ‘Birds of Prey’ de Beavers Creek/Vail qui a accueilli la descente masculine du Mondial en 1999 et la piste de Corviglia à Saint-Moritz pour la descente du Mondial de 2003.

dessin

C’est Val d’Isère qui a accueilli le plus de courses en Coupe du Monde. Avoir fêté ses cinquante ans en décembre 2005, elle a accueilli un record de 124 courses (les combinés ne sont pas comptés ne donnant pas lieu à un vrai départ) à savoir 68 chez les hommes et 56 chez les femmes.

En deuxième position vient la station autrichienne Kitzbühel avec 94 courses (exclusivement masculines) tandis que  Beaver Creek située dans le Colorado complète ce podium avec 74 épreuves dont 40 masculines.

Megève et Saint-Gervais ont organisé chacun 24 courses suivi par Chamonix avec 20 épreuves.

La doyenne des stations organisant des épreuves en Coupe du Monde est la station suisse de Wengen qui a célébré ses soixante-quinze ans en janvier 2005. La descente du Lauberhorn est d’ailleurs la plus longue avec 4,5 km et une dénivelée de 1025 m.

 

  

 

Records :

Le record de vitesse en ski alpin est de 156,520 km/h établi par le Canadien Erik Gay en 2006 lors de la descente du combiné en Coupe du Monde à Wengen sur le Lauberhorn, la piste la plus rapide du circuit. L’ancien record appartenait à l’Autrichien Michael Walchhofer avec 151 km/h en 2005.

 

Le slalom spécial

dessin

Slalom (une course à obstacles naturels) : du norvégien ‘slalaam’ ou ‘sla’ signifiant ‘pente’ et ‘lam’ ou ‘trace des skis’.

 dessin

Discipline technique et spectaculaire par la rapidité d’exécution et l’aspect violent rendu par le contact avec les piquets, elle demande de la combativité, de la vivacité et de la technique. Les skieurs doivent zigzaguer entre un certain nombre de piquets (minimum 55 portes et maximum 75 portes pour les hommes ; minimum 45 portes et maximum 65 portes pour les femmes) sans en oublier. Un seul piquet pivot délimite chaque virage. Les portes font 4 à 6 m de large et l’espace entre chaque porte est de 0,75 m minimum.

Les portes rouges alternent avec les portes bleues pour dessiner un tracé très sinueux. Certaines (chicanes) sont à enchaîner rapidement tandis d’autres sont placées verticalement obligeant le skieur à effectuer un virage plus difficile. Le slalom se déroule sur une journée en 2 manches sur deux parcours différents sur une même pente. Le vainqueur est celui qui est le plus rapide des deux manches.

Les traceurs du parcours, pour la plupart des entraîneurs nationaux, sont nommés par le directeur de l’épreuve

 

Dénivellation Slalom

Pour les courses, la dénivellation doit être de 140 à 220 m pour les hommes et 120 à 200 m pour les dames.

 

En slalom, la vitesse moyenne est de 40 à 45 km/h avec des pointes à 65 km/h !

 

City Event

Depuis la saison 2010, la Fédération Internationale de Ski (FIS) a réintroduit les slaloms parallèles au programme de la Coupe du Monde. Tout d'abord sous forme d'exhibition en 2010 (sur une rampe artificielle à Moscou) puis en 2011 à Munich en Allemagne. Depuis 2011, le classement rapporte des points pour le général. Les skieurs s'affrontent sous forme de duels éliminatoires sur une piste de 200 mètres avec une vingtaine de portes (deux fois moins que pour un slalom ordinaire).

Formule : Seize skieurs et seize skieuses au départ, une piste rapide et courte....ils s'affrontent sous la forme de duels avec élimination.

 

 

 Le slalom géant

 

Ressemblant à un slalom avec moins de virages et moins de pentes, le slalom géant s’effectue sur des pistes plus longues et plus larges qu’en slalom avec un minimum de 30 portes et un maximum de 58 portes (moyen 50/55), plus espacées qu’en slalom (minimum 12 portes pour chaque 100 m à parcourir). Les portes font 4 à 8 m de large et sont séparées de 10 m. Le géant se déroule également en 2 manches sur deux parcours différents tracés sur une même pente. Les géantistes ont une heure pour reconnaître le tracé, cela avec leurs skis aux pieds en remontant ou dérapant le long du tracé.

 

Dénivellation Géant

Pour les courses, la dénivellation doit être de 250 à 450 m pour les hommes et 200 à 400 m pour les dames.

 

 

Le super G

 

Le Super G ou Super Géant, se situe entre le slalom géant et la descente. Il combine la vitesse de la descente et le tracé du slalom géant. Il se dispute en une seule manche sur la piste de descente, sur un parcours qui est moins long qu’en descente et plus long qu’en slalom géant. Les skieurs connaissent le parcours le jour même de la course, en dérapage une heure avant.

Le nombre de portes pour le slalom Super G est d’au moins 35 pour les hommes et 30 pour les femmes, sans compter la porte de départ et la porte d’arrivée. Il y a deux sortes de portes : les portes ouvertes, d’une largeur de 6 à 8 m et les portes aveugles larges de 8 à 12 m placées à 25 m d’intervalle. Les portes sont placées tous les 25 m et sont soit ouvertes (dans le sens de la pente ; de 6 à 8 m de large), soit aveugles (perpendiculaires à la pente ; de 8 à 12 m de large).

Dénivellation Super-G : minimum de 500 m et maximum de 650 m.

 

Le premier titre olympique de l’histoire en Super G, attribué en 1988, fut gagné par le Français Franck Piccard .

 

Le combiné

C’est une épreuve officielle depuis 1982, qui est constituée d’une descente et d’un slalom en 2 manches. Les skieurs doivent obtenir un résultat d'ensemble au temps cumulé sur ces deux épreuves.

 

L'épreuve par équipes

Le format est très simple et assez télégénique: deux skieurs sont opposés dans un slalom parallèle, sur un parcours d'une vingtaine de secondes. Les équipes sont composées de deux hommes et deux femmes, avec deux remplaçants. Chaque vainqueur de sa manche marque un point, l'équipe avec trois victoires passe au tour suivant. En cas d'égalité, on additionne les temps du meilleur et de la meilleure de chaque équipe pour départager.

 

 

 

 

Les écarts de vitesse en compétition

-          50 km/h en slalom

-          70/80 km/h en géant

-          100 km/h en super-G

-          150 km/h en descente

 

Les bâtons

En descente, slalom géant et super-G, les bâtons sont courbés afin d’offrir moins de résistance à l’air lors de la descente

En slalom, les bâtons sont droits. La poignée est renforcée afin de protéger les mains lors du passage des portes.

  

La durée des épreuves

- Descente : entre 1 minute 15 et 2 minutes 30 la course

- Super-G : entre 1 minute 10 et 1 minute 50 la course

- Slalom spécial : 35 à 60 secondes par manche

- Slalom géant : 1 minute à 1 minute 30 par manche

  

 

 

Equipement

Les fixations : permettent de fixer la botte au ski; en cas de chute, les fixations se déclenchent.

 Les bottes : entourent fermement le pied, laissant assez de liberté à la cheville pour effectuer des techniques de ski; assurent un transfert de mouvement aux skis lors des virages; la distance entre la semelle de la botte et la base du talon ne peut pas dépasser 43 mm.

 Les bâtons : ski alpin et super G : incurvés pour s'ajuster autour du corps et pour réduire la résistance de l'air; slalom et slalom géant : droits et ont des protecteurs de plastique qui recouvrent les jointures de doigts pour protéger contre les blessures lorsque l'athlète renverse les portes sur le parcours.

 Les casques : obligatoires dans toutes les épreuves; les casques doivent avoir une coque et une mousse qui recouvrent la tête et les oreilles; les casques avec des protubérances comme un déflecteur ou un rebord sont interdits; doivent être homologués par un organisme de sécurité reconnu; un protège-menton est permis dans les épreuves de slalom pour protéger le visage des skieurs lorsqu'ils franchissent les portes.

 Les lunettes de ski : protègent les yeux contre les conditions météorologiques, l'éblouissement et contre les effets de la vitesse sur les yeux; peuvent utiliser diverses couleurs de lentilles pour maximiser le contraste et la visibilité; ne peuvent pas être remodelées pour améliorer les propriétés aérodynamiques.

 Les combinaisons : les combinaisons moulantes de ski alpin sont utilisées pour réduire la résistance de l'air; un indice minimum moyen de perméabilité de 30 litres par m² lorsque soumis à 10 mm de pression d'eau; les combinaisons de slalom peuvent être spécialement protégées au niveau des épaules, des bras et des jambes.

 La protection dorsale : protège la colonne vertébrale et le bas du dos; doit épouser la courbe de la colonne vertébrale de l'athlète et serrer le corps; son épaisseur ne doit pas dépasser 45mm ; portée sous la combinaison.

Les gants : offre une protection contre les conditions météorologiques et les forces externes; il est interdit de remodeler le gant pour le rendre plus aérodynamique; le gant ne peut pas dépasser le coude.

Les skis :

  • généralement fait de bois et de fibres composites
  • un fart est appliqué à la la face inférieure, appelée la semelle, pour améliorer ses propriétés de glisse
  • « la spatule », l'avant du ski, est relevée « le talon », l'arrière du ski, est légèrement relevé
  • « la carre », une lisière de métal en bordure des skis permet aux skieurs d'accrocher la neige lors des virages
  • les skis paraboliques ont fait leur entrée dans les années 1990. Ce sont des skis plus courts avec lesquels on tourne facilement sans perdre de vitesse car le ski pivote plus facilement et cela sans déraper.

Les skis sont soumis à des longueurs* et largeurs** minimales selon la norme de la FIS dans chaque discipline :

Hommes

Dames

Sport

Longueur

Largeur

Longueur

Largeur

Descente

215cm

67mm

210cm

67mm

Super G

205cm

65mm

200cm

65mm

Slalom géant

185cm

65mm

180cm

65mm

Slalom

165cm

63mm

155cm

63mm

* n'inclut pas les portions relevées, tolérance de +/- 1 cm, la longueur doit être indiquée sur les skis
** de la surface de glisse au niveau de la fixation, sans aucune tolérance

La spatule doit avoir une hauteur minimale par ski de 30 mm en descente et super-G et une hauteur minimale de 50 mm en slalom et slalom géant.

 Le talon a une hauteur maximale de 10mm.

On distingue aujourd'hui six sortes de ski

- Skiboarding : Ski très court (max. 1 m), pour des acrobaties ou pour apprendre à skier.
- Freestyle : Ski traditionnel, mais qui s'apparente au snowboard et permet les mêmes sensations (même longueur que les snowboards).
- Real Carving : Pour les grands virages, le corps effleurant la neige, sportif !
- Allround Carver : Le ski de monsieur (ou madame) tout le monde. ski facilitant les virages et plus court qu'un ski conventionnel.
- Freeride : Ski court à spatule large, parfait pour la poudreuse, pour le hors piste (avec moniteur !).
- Racing : Ski de compétition, fait pour la vitesse et aussi pour le slalom.

 

 

Tout savoir sur d’autres glisses

 

Le KL ou Kilomètre lancé

C’est une course de vitesse pure sur une pente en ligne droite dans laquelle le skieur s’élance afin d’atteindre la vitesse la plus élevée.  

 

Au 19e siècle, les chercheurs d’or américains furent les premiers skieurs de vitesse, en descendant à skis les pentes pour une course contre la montre. Le premier record non officiel appartient à Tommy Todd qui, en 1870, atteignit la vitesse de 150 km/h sur une piste en Californie. Le premier record homologué a appartenu à l’Italien Leo Gasperi,qui fut établi en 1931 dans la station suisse de Saint-Moritz avec une vitesse de 136,600 km/h. Peu après, les Italiens organisaient un événement annuel, le ‘Kilometro lanciato’, sur une piste d’un kilomètre traversant le glacier de Breithorn sur le Petit Cervin. Les Championnats du Monde ont lieu tous les deux ans depuis 1995.

 

Le ski de vitesse fut sport de démonstration aux J.O. d’Albertville en 1992 sur la piste des Arcs. Remportée chez les hommes par le Français Michaël Prüfer en pulvérisant le record du monde en 229, 99 km/h ; chez les femmes par la Finlandaise Tarja Mula en 219,245 km/h.

 

La compétition est ouverte aux skieurs qui ont déjà atteint la vitesse de 180 km/h pour les hommes et 170 km/h pour les femmes.

-          la longueur de la piste est de 1 200 mètres

-          la zone d’élan de la piste est de 450 mètres

-          la zone de chronométrage est de 100 mètres

-          la zone de décélération et de freinage est de 850 mètres

-          la pente moyenne est 52% (de 76% à 45%)

-          la piste est dépourvue de bosses.

Parmi les 32 pistes homologuées : Les Arcs, Vars et La Plagne FRA, Verbier SUI, Cervinia ITA, Salla FIN, Whistler Sun Peaks et Blackcomb CAN, Timberline et Mount Hood USA.

 

Savez- vous que le skieur se déplace à 69,6 m par seconde et couvre 100 m en 1,43 secondes ! Reconnaissables à leur tenue aérodynamique, ils  utilisent des skis très longs et larges pour atteindre la vitesse d’environ 240 km/h.

·  

Les records en ski de vitesse

KL Femmes Valentina Greggio (Italie) - 247,083 km/h - Vars 2016
KL Hommes Ivan Origone (Italie) - 254,958 km/h - Vars 2016
Télémark

Sport de glisse ou technique de ski ancestrale, du nom de la province norvégienne Telemark, très élégant à voir, qui date de 1868. Il fut supplanté au profit des techniques utilisant les skis parallèles au début du siècle. A mi-chemin entre le ski traditionnel et le ski de fond, le télémark renaît aux USA en 1974 et est reconnu par la FIS en 1987. Il espère d'intégrer le programme olympique en 2018. En 1987, les premières compétitions furent organisées (une Coupe du Monde et les Championnats du Monde ont lieu annuellement). Les skis sont plus larges que les skis classiques. Cette discipline ressemble au ski de fond car les talons sont libérés. Les virages s'effectuent par génuflexion sur le ski intérieur. Un long bâton de bois tenu à deux mains permet l'équilibre. Comme pour le ski de fond, la tenue très typique se compose de chaussures en cuir, grosses chaussettes et knickers. L’association Française de Télémark (A.F.T.) fut créée en 1987 sur l’initiative des stations de St Gervais et Chamonix.

Compétition :

Il y a trois formats :

- le classique qui mêle géant, saut, loom (virage à 360°) et ski de fond sur une manche de 2 à 4 minutes.

- la classique sprint qui se déroule en deux manches d'une minute environ.

- le sprint parallèle en duel.

Jugement :

A chaque porte, le virage doit respecter plusieurs règles :

- il doit y avoir un pied d'écart entre le talon de la chaussure extérieure et le bout de la chaussure intérieure. le talon doit, en outre, être décollé sur le ski intérieur. Le saut doit couvrir une distance minimale et sa réception doit être effectuée en télémark. Toute contravention vaut pénalité de temps.

Parmi les spécialistes français : les trois frères Lau (Philippe, Sven et Chris)  originaires de Méribel.

 

Ski de montagne

Le ski de montagne (avant : ski alpinisme) est géré par l'Union Internationale d'Alpinisme (UIAA). C’est une course d’endurance d'environ 20 km qui se situe entre la randonnée à skis et le ski alpin. Les skieurs enchaînent des montées et des descentes avec parfois des passages sur des arêtes avec skis sur le dos et crampons aux pieds. Le skieur-alpiniste monte au sommet en peaux de phoque et descend à ski. Le ski alpinisme a figuré au programme des Jeux de 1924 à 1948.

Le Ski alpinisme (aussi appelé ski de randonnée) consiste à parcourir des itinéraires de montagne ou de haute montagne, en une ou plusieurs montées et descentes, à l'aide de skis équipés d'une fixation mobile à la montée (un peu comme les skis de fond) et bloquée à la descente (comme en ski alpin). Pour la montée, le skieur alpiniste colle des peluches anti-recul* sous ses skis. C'est le moyen de déplacement idéal en milieu enneigé dès lors qu'il y a un peu de relief (les pays plats préfèrent le ski nordique) car les skis portent sur la neige et peuvent permettre le franchissement de pentes parfois très raides.
La descente s'effectue en retirant les peaux auto-collantes et s'apparente à une descente hors piste.

Le ski alpinisme est un sport complet qui rassemble dans une même discipline :
- les qualités du skieur de descente,
- les qualités de l'alpiniste dès lors qu'il y a des passages techniques (crampons aux pieds, parfois des passages avec corde !),
- des techniques spécifiques : les "manips" qui permettent de passer de la position montée à celle de la descente et inversement...
- des qualités de stratège : savoir choisir son itinéraire, gérer sa course, ses compagnons ;
- des qualités d'endurance : l'effort dure plusieurs heures, certaines sont plus longues qu'un marathon.
- et enfin une certaine adaptabilité et résistance aux éléments naturels : froid, vent, humidité, terrain changeant...
Le ski alpinisme est un sport idéal pour les amoureux de la nature puisqu'il prend place dans les plus beaux paysages entre terre et ciel...

 

 

L’épreuve référence de ski de montagne est la “Pierra Menta” à Arêches-Beaufort dans le massif du Beaufortain. Sur quatre jours extrêmes, le skieur alpiniste doit franchir quinze sommets avec dix mille mètres de dénivelé (en duo pendant trois jours et en individuel le dernier jour de la compétition).

 

D'autres grandes courses : la Patrouille des Glaciers en Suisse, la Mezzalama en Italie qui a lieu à plus de 4 000 mètres sur un terrain glaciaire.

 

Ski freeride

C’est le ski extrême tout terrain et toutes neiges, un mélange de cascades, de ski descente et d’acrobatie. C’est le ski libre, l’ancêtre de toutes les formes de glisses et le ski hors-piste, sans limite et hors norme. Le free-ride se pratique sur des pentes naturelles et vierges à 40 degrés à travers des corniches, des parois raides, des coulées de neige et barres rocheuses en sautant, tournant ou en faisant des figures. C’est aussi le ski dans les “snow parks” aménagés en half pipes, 1/4 pipes, big air et skieur-cross. C’est la création d’obstacles sur lesquels les skieurs inventent des figures aériennes. La première compétition officielle de freeride s’est déroulée à Valdez en Alaska dans les années 80. Les compétitions européennes existent depuis 1992.

Depuis 1998, le tour mondial a lieu sous l’égide de l’IFSA (International Free Skiers Association) avec 5 compétitions principales (sites retenus en 2000 : Whistler CAN, Snowbird Utah USA, Solden AUT, Courchevel FRA).

 

Parmi les skieurs français de l’impossible, ayant marqué à jamais le ski freeride, on peut nommer : Patrick Vallençant (fondateur de la première école de ski extrême à Chamonix), Sylvain Saudar, Jean-Marc Boivin et Pierre Tardivel (premier à descendre à skis le Mont Everest, en 1992).

 

- Les Français Arnaud Adam et Guerlain Chichérit sont devenus champions du monde de ski extrême respectivement en 1998 pour Arnaud et en 2000 et 2002 pour Guerlain.

- Denis Rey, ancien coéquipier dans l’équipe de France de Luc Alphand , Jean-Luc Crétier et Franck Piccard , a remporté les fameux X-Games (ou Jeux de l’extrême) en 1998.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Grande slalomeuse dans les années 1980. Championne du monde en 1985 (2e en combiné en 1982). Vice-championne olympique de slalom en 1984 et médaillée de bronze en géant en 1980 et 1984. 15 victoires et 28 autres podiums en slalom en Coupe du monde (victorieuse de la Coupe du monde de la spécialité en 1980). Elle a notamment remporté 11 slaloms à moins de 20 ans (entre le 26 janvier 1977 et le 8 mars 1980), un record en Coupe du monde jusqu'en février 2015 avec la 12eme victoire en slalom...
Originaire des Vosges, il est la nouvelle pépite tricolore. Benjamin de l'équipe de France, il a terminé 4eme du slalom (à seulement 4 centièmes de seconde de la médaille de bronze) et par équipes aux Jeux Olympiques en 2018. En 2019, pour sa deuxième saison au plus haut niveau, il termina 2eme de la coupe du monde de slalom apès avoir remporté trois victoires en trois mois : le slalom de Wengen et de Kitzbühel en janvier 2019 puis le slalom de Soldeu en mars 2019 (1 autre podium avec un...
Les finales de la Coupe du monde ont lieu vers la fin du mois de mars entre les 25 premiers skieurs de chaque discipline. Seuls les quinze premiers marquent des points. Le circuit actuel comporte entre 35 et 40 épreuves chez les hommes et les femmes en slalom, en descente, en géant, en Super-G et en super-combiné. A noter : selon le règlement de la Fédération Internationale de Ski (FIS), prévu pour empêcher toute controverse, les courses des Finales ne peuvent être repoussées à un autre jo...
Les finales de la Coupe du monde ont lieu vers la fin du mois de mars entre les 25 premiers skieurs de chaque discipline. Seuls les quinze premiers marquent des points. Le circuit actuel comporte entre 35 et 40 épreuves chez les hommes et les femmes en slalom, en descente, en géant, en Super-G et en super-combiné. A noter : selon le règlement de la Fédération Internationale de Ski (FIS), prévu pour empêcher toute controverse, les courses des Finales ne peuvent être repoussées à un autre jo...
Les finales de la Coupe du monde ont lieu vers la fin du mois de mars entre les 25 premiers skieurs de chaque discipline. Seuls les quinze premiers marquent des points. Le circuit actuel comporte entre 35 et 40 épreuves chez les hommes et les femmes en slalom, en descente, en géant, en Super-G et en super-combiné. A noter : selon le règlement de la Fédération Internationale de Ski (FIS), prévu pour empêcher toute controverse, les courses des Finales ne peuvent être repoussées à un autre jo...
Les finales de la Coupe du monde ont lieu vers la fin du mois de mars entre les 25 premiers skieurs de chaque discipline. Seuls les quinze premiers marquent des points. Le circuit actuel comporte entre 35 et 40 épreuves chez les hommes et les femmes en slalom, en descente, en géant, en Super-G et en super-combiné. A noter : selon le règlement de la Fédération Internationale de Ski (FIS), prévu pour empêcher toute controverse, les courses des Finales ne peuvent être repoussées à un autre jo...
Les finales de la Coupe du monde ont lieu vers la fin du mois de mars entre les 25 premiers skieurs de chaque discipline. Seuls les quinze premiers marquent des points. Le circuit actuel comporte entre 35 et 40 épreuves chez les hommes et les femmes en slalom, en descente, en géant, en Super-G et en super-combiné. A noter : selon le règlement de la Fédération Internationale de Ski (FIS), prévu pour empêcher toute controverse, les courses des Finales ne peuvent être repoussées à un autre jo...
Championne du monde de Super-G en 2017 devant toutes les favorites. A 27 ans, elle signe ainsi son premier grand succès en carrière. Elle remporte sa première victoire en Coupe du monde lors de la descente de Lake Louise en décembre 2018, pour sa 129eme course. Victorieuse de la coupe du monde de descente en 2019 (2eme en Super-G en 2019 ; 3 victoires et 7 autres podiums). Reine de vitesse, elle a terminé 4eme aux championnats du monde de ski de vitesse. Elle a atteint la vitesse de 217,590 ...
Skieur polyvalent, "Pintu" est le porte-drapeau du ski français avec 3 médailles olympiques (1 d'argent et 2 de bronze), 1 titre mondial et 23 victoires en Coupe du monde (record français, hommes et femmes confondus). Il remporte sa première médaille internationale en terminant 3eme du slalom géant aux Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. Avec Steve Missillier (2eme), il offre ainsi à la France les deux premières médailles olympiques de ces Jeux en ski alpin. Quatre ans plus tard...
3eme du Super-G aux championnats du monde en 2015 ouvrant ainsi le compteur des Français lors de cette édition. Vainqueur de 3 descentes en Coupe du monde : Lenzerheide en mars 2011 (premier français à gagner une descente de Coupe du monde depuis plus de quatre ans, et le succès de Pierre-Emmanuel Dalcin à Val d'Isère en janvier 2007), Kvitfjell en mars 2013 et Santa Caterina en décembre 2015 (10 autres podiums : 3 en descente, 6 en Super-G et 1 en combiné). Onze fois champion de France ...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - renate goetschl - giorgio rocca - martina ertl - daron rahlves - hermann maier