lundi 25 janvier 2021
Football
 
Football - Les plus grands retournements de situation de l'histoire du sport - Article du : 02/05/2013

Les plus grands retournements de situation de l'histoire du sport

 

Liverpool ne marchera jamais seul

2005. Le Liverpool FC affronte l’AC Milan en finale de la Ligue des champions. Les Italiens sont favoris. Ils marquent d’ailleurs d’entrée de jeu (Maldini, 1ère) puis encaissent deux buts signés Hernan Crespo (38e, 44e). A la pause, la messe semble dite. Seuls les supporters des Reds y croient encore, entonnant le fameux « You’ll never walk alone » pour rebooster leur équipe. Dès l’entame de la seconde période, le duo Crespo-Shevchenko rate le 4e but. Liverpool se réveille alors et inscrit trois buts en seulement six minutes : d’abord une tête décroisée splendide de cap’tain Gerrard (54e), puis un tir fulgurant de Smicer (56e) avant le penalty de Xabi Alonso , en deux temps (60e). Les hommes de Rafael Benitez tiennent ensuite le choc en prolongation grâce à un grand Jerzy Dudek dans la cage. Le portier polonais sauve les siens sur un tir à bout portant de Shevchenko avant de se montrer décisif lors de la séance des tirs au but (Serginho, Pirlo et Shevchenko sont mis en échec). Liverpool remporte sa cinquième C1 à Istanbul et ses magnifiques supporters peuvent se dire que c’est un peu (beaucoup) grâce à eux. Pour la petite histoire, certains joueurs du LFC ont rapporté après la rencontre qu’ils n’avaient pas digéré les cris de joie provenant du vestiaire milanais à la mi-temps. Une bonne manière de se sublimer pour réussir le plus beau retournement de situation jamais réalisé en finale de Coupe d’Europe.

Andre Agassi, le couronnement d'une carrière

1999. Finale des Internationaux de France à Roland-Garros. Andre Agassi est opposé à Andrei Medvedev pour tenter de s'octroyer enfin le dernier grand titre qui lui manque. Battu en finale à deux reprises Porte d'Auteuil (1990 contre Andreas Gomez et 1991 face à Jim Courier), l'Américain se voit offrir une ultime chance de conquérir le tournoi qui l'a révélé au grand public, à 18 ans. Après avoir sorti contre toute attente le tenant du titre Carlos Moya en huitièmes de finale –alors qu'il avait débuté ce French sans réelle ambition, le Kid de Las Vegas part favori contre l'Ukrainien, tombeur de Gustavo Kuerten en quarts de finale. Stressé par l'enjeu et incapable de tenir l'échange, Agassi se retrouve pourtant vite mené deux sets à rien. Il frise la correctionnelle au troisième acte mais parvient à retourner la situation pour terrasser le Slave en cinq manches, 1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4. Il fond en larmes devant un public pris par l'émotion. Et devient surtout le premier homme depuis Rod Laver à s'adjuger les quatre levées du Grand Chelem.

Carlos Sainz, le coup de la panne

1998. Champion du monde des Rallyes sur Toyota en 1990 et 1992, le pilote espagnol entend bien remettre le couvert au moment d'aborder le dernier tronçon de l'ultime étape du RAC, le nom officieux du Rallye de Grande-Bretagne, dernière épreuve de la saison. En tête du championnat avec trois victoires, il se trouve en excellente position à quelques encablures de l'arrivée. Il lui suffit de franchir la ligne d'arrivée pour s'adjuger cette troisième couronne mais Sainz est trahi par sa mécanique. Sa Toyota Corolla WRC est contrainte de s'arrêter à 500 m de l'arrivée de la dernière spéciale. L'image de L'Ibère sortant de sa voiture et constatant son impuissance est restée dans toutes les mémoires. Pour la 4e fois de sa carrière, Carlos Sainz termine vice-champion du monde. C'est le Finlandais Tommi Mäkinen qui est sacré. De façon inespérée.

Quand le XV de France renverse Twickenham

1997. L'équipe de France dirigée par le duo Skrela-Villepreux dispute un match décisif sur la route d'un éventuel Grand Chelem. Egalement invaincue, l'Angleterre est tout de même favotrite. En première période, les Français de Cap'tain Abdel Benazzi subissent la domination des All Whites. Ils sont menés 14-6 et défendent comme des fous pour ne pas encaisser l'essai qui tuerait la rencontre en début de deuxième acte (à 20-6). L'orage passé, les Tricolores se réveillent et renversent la vapeur sous la houlette d'un grand Christophe "Titou" Lamaison (un essai, un drop, deux pénalités et deux transformations, 18 points). Marc De Rougemont, le talonneur de Toulon, dispute le dernier quart d'heure au poste de troisième ligne aile, à la place de Benazzi ! Plaquant tout ce qui bouge, "le Rouge" contribue au surprenant et mérité succès des Bleus (23-20). Quinze jours après, la France mate l'Ecosse 47-20 et réussit le 5e Grand Chelem de son histoire.

Jean Van de Velde, le maudit de Carnoustie

1999. Au départ du dernier trou du dernier tour du British Open, le Montois possède trois coups d'avance sur ses poursuivants. Un double bogey lui assurerait la victoire. Mais tout se détraque: lors de son premier coup, il se retrouve sur le fairway du 17. Au lieu d'assurer, il tente d'atteindre le green. Sa balle rebondit sur les tribunes et finit sa course dans de hautes herbes. Son coup suivant échoue dans l'eau. Après avoir un temps envisagé de jouer ce coup dans l'eau, Van de Velde est contraint de dropper sa balle ce qui lui occasionne un point de pénalité. Le coup suivant le conduit dans le bunker dont il se sort pour terminer sur un putt à deux mètres. Condamné à un play-off à trois avec l’Américain Justin Leonard et Paul Lawrie, il échoue finalement à la 2e place derrière l'Ecossais qui n'en demandait pas temps. Le Français vient de rater la chance de sa vie : succéder à Arnaud Massy, unique tricolore lauréat d'un tournoi du Grand Chelem, en 1907, …au British Open.

Quand le Real surpasse Moenchengladbach

1985. Quelques mois après avoir remporté la Coupe de l'UEFA pour la première fois de son histoire (3-0, 0-1) contre les surprenants Hongrois de Videoton, le Real Madrid trouve sur sa route un ancien grand d'Europe, le Borussia Moenchengladbach, en 16e de finale de la même épreuve. Entraînée par Jupp Heynckes , futur coach du Bayern, le club allemand réalise une première manche superbe (5-1). L'affaire semble dans le sac et Rahn en profite même pour chambrer Juanito qui lui répond aussi sec: "Attention, un match à Bernabeu, c'est long, très long". Et que croyez-vous qu'il arriva au retour à Madrid ? Un miracle. En moins de 20 minutes, l'Argentin Jorge Valdano plante deux fois. Les Vert et Blanc font ensuite le dos rond jusqu'au dernier quart d'heure. Le vétéran Carlos Santillana relance le suspense en marquant à la 77e. La fin de match est pénible pour les visiteurs face aux vagues blanches incessantes. Poussés par leur public, les Madrilènes donnent tout et trouvent la récompense à la dernière minute sur une reprise à bout portant de Santillana après une remise de la tête de Valdano. C'est le but de la qualification (4-0). Enorme.

Metz contre Barcelone ou David contre Goliath

1984. Quelques mois après avoir remporté sa première Coupe de France (2-0 ap contre Monaco), le FC Metz défend les couleurs de la France dans la défunte Coupe des vainqueurs de Coupes. Le tirage au sort lui a réservé le FC Barcelone pour un 16e de finale de tous les dangers. Le score du match aller ne laisse aucun doute sur l'issue de la qualification: le Barça l'emporte 4-2 en Lorraine en donnant l'impression d'en avoir gardé sous la semelle. Erreur. Mené 1-0 quasiment d'entrée, les hommes de Marcel Husson réagissent devant des tribunes clairsemées pour marquer quatre buts dont trois du seul Toni Kurbos, héros de la soirée. Les spectateurs du Camp Nou sont médusés. Les Messins aux anges. Ils viennent de réaliser l'exploit le plus improbable de l'histoire des clubs français en Coupe d'Europe. Ils s'inclineront néanmoins dès le tour suivant contre le Dynamo Dresde.

Lendl prive McEnroe de la consécration

1984. John McEnroe est au sommet de son art. Après un parcours sans tâche, il retrouve face à lui son ennemi Ivan Lendl pour la finale de Roland-Garros. Une opposition de style totale (le service-volée contre le jeu de fond de court puissant), des caractères antagonistes (le colérique face au déterminé) et une antipathie prononcée entre les deux meilleurs joueurs du monde. Si l'Américain, numéro 1 mondial depuis la retraite de Bjorn Borg, quintuple vainqueur en Grand Chelem, domine la scène tennistique, son dauphin tchécoslovaque est raillé pour sa faiblesse mentale car il n’a encore gagné aucun Grand Chelem. Au début, McEnroe distille volée longues ou amorties avec une facilité déconcertante. Lendl est médusé. L'enfant terrible mène un set zéro puis rapidement deux manches à rien, 6-3 6-2. McEnroe se procure des balles de break dans le troisième set. Mais Lendl se rebiffe, frappe de plus en plus fort, commet moins de fautes directes. Il refait son handicap et prend l'engagement adverse pour conclure 6-4. Le moral de McEnroe se lézarde. Le Tchèque sait que le temps joue en sa faveur, que la terre battue va de plus en plus se dérober sous les pieds de l'irascible Yankee. Après avoir égalisé à 2 sets partout (7-5), Lendl accentue la pression sur Big Mac qui semble désemparé. Le bourreau est devenu victime. A 6-5, après plus de trois heures d'une bataille aussi belle que féroce, une dernière volée de McEnroe s'écrase dans le couloir pour quelques centimètres. Lendl tient sa revanche. Le public est debout, heureux de voir le vilain garnement mordre enfin la poussière.

Raïkkonen, quand on ne l’attendait plus

 

2007. Pilote redoutable doté notamment d’une capacité à exploiter le meilleur de sa monoplace, Kimi Raikkonen est souvent passé près de la couronne mondiale. Dès 2003, à seulement 24 ans, le Finlandais de l’écurie McLaren pousse Michael Schumacher dans ses derniers retranchements, terminant 2e du championnat du monde (comme en 2005 derrière Fernando Alonso). En 2007 cependant, le Scandinave va devenir champion du monde après une fin de saison rocambolesque. A deux courses de la fin, Raikkonen pointe en troisième position au classement des pilotes, à 17 longueurs du leader, Lewis Hamilton (qui devance son coéquipier Alonso). Iceman réduit alors l’écart à 7 points en s’adjugeant le Grand Prix de Chine à Shanghaï tandis que l’Anglais abandonne (Alonso est intercalé). Lors de l’ultime Grand Prix, disputé à Interlagos au Brésil, il bénéficie d’un incroyable concours de circonstances pour ravir la couronne. Il s’impose sans coup férir et profite de la magnifique course de son coéquipier Felipe Massa (2e) pour terminer avec un point d’avance sur les deux McLaren de Hamilton (7e de la course) et Alonso (3e), vaincus par leur animosité l’un envers l’autre autant que par le talent du Finlandais. 

Buffalo Bills, le comeback du siècle

1993. Les Buffalo Bills réussissent la plus invraisemblable remontée victorieuse de l’histoire de la NFL. Cette rencontre de football américain jouée le 3 janvier 1993 entre la franchise de Buffalo et Houston porte un nom : "The Comeback". Guidés par le quarterback Frank Reich, les Bills débutent pourtant très mal la partie. A la fin du 2e quart-temps, les Bills perdent 28-3 sur leur terrain fétiche. Deux minutes après la reprise, les Oilers interceptent la balle. McDowell en profite et réussit un touchdown de 58 yards. Le score passe à 35-3. Un gouffre à ce niveau. Buffalo se réveille alors et Frank Reich réussit quatre passes décisives consécutives, dont trois en direction d'Andre Reed. Grâce aux conversions de Steve Christie, les Bills prennent la tête du match (38-35). A 12 secondes de la fin, un joueur de Houston réussit un field-goal. Les équipes sont alors à égalité 38 partout. Dans les prolongations, la guerre des nerfs tourne à l'avantage des Buffalo Bills, Steve Christie inscrivant par le field-goal décisif de 32 yards. Malheureusement pour eux, les Bills s’inclineront au Super Bowl (contre les Dallas Cowboys) pour la quatrième saison consécutive…

Et aussi


Philippe Bernat-Salles, ailier du XV de France lors de l'exploit du XV de France contre les All Blacks en demi-finale du Mondial 1999 (AFP)

Octobre 1999 : les All Blacks, archi favoris de la demi-finale de la Coupe du monde, s’inclinent contre le XV de France (43-31) à l’issue d’une rencontre de toute beauté. Menés 24-10 en début de seconde période, les Bleus inscrivent alors 33 points en 20 minutes. Enorme ! Ils perdront la finale contre l’Australie

Août 1998 : mené 4-0 par Montpellier au Vélodrome, l’OM remporte le match 5-4. Le club phocéen sera vice-champion de France en fin de saison (juste derrière Bordeaux).

Juin 1997 : mené 6-1, 6-1, 4-1 par le Suédois Michael Pernfors en 8e de finale à Wimbledon, Jimmy Connors (34 ans) s’impose finalement 1-6, 1-6, 7-5, 6-4, 6-2. L’Américain perdra en demi-finales contre le futur vainqueur, l’Australien Pat Cash

Juillet 2000 : mené 1-0 par l’Italie à la 93e minute, l’équipe de France égalise grâce à Wiltord et s’impose (2-1) en prolongation sur un but somptueux signé Trézeguet. Les Bleus sont champions d’Europe

Août 2008 : lors de la finale du 100 m papillon des JO de Pékin, Michael Phelps, seulement 3e après la mi-course, revient du diable vauvert pour toucher le premier, avec seulement un millième de seconde d’avance sur le Serbe Milorad Cavic. L’Américain enlève sa 7e médaille d’or dans le Cube d’eau.

Mai 2011 : Mené 22-6 par Northampton en finale de la H Cup, le Leinster renverse totalement la situation en seconde période pour s’imposer 33-22 avec un Jonathan Sexton éblouissant (28 points dont deux essais).

Mai 1999 : mené 1-0 depuis la 6e minute sur un but de Mario Basler, Manchester United inscrit deux buts dans les arrêts de jeu pour arracher la victoire (2-1) face au Bayern Munich en finale de la Ligue des champions.

Juillet 1989 : après un duel légendaire durant trois semaines de course, Laurent Fignon se présente avec 50 secondes d’avance sur son dauphin Greg LeMond au départ de l’ultime étape du Tour de France, un contre-la-montre de 24,5 km entre Versailles et Paris. Le Français, maillot jaune, doit normalement conclure. Mais il est victime d’une induration à la selle. L’Américain, aidé par son guidon de triathlète (autorisé), en profite pour lui reprendre 58 secondes. Il gagne le Tour avec 8 petites secondes d’avance sur les Champs-Elysées. Peu et beaucoup à la fois.

 
Sans oublier

 PSG-Real 1993 (1-3, 4-1) en quarts de finale de la Coupe de l’UEFA… les finales de Roland-Garros 1999 (Agassi remonte deux sets de handicap face à Medvedev) ou 2004 (Gaudio revient de deux à rien contre Coria)… le XV de France vainqueur 23-20 des All Blacks en 1994 à Auckland alors qu’il largement était mené (avec le fameux essai du bout du monde)… Monaco-Real 2004 (2-4, 3-1) en quarts de finale de la Ligue des champions… Bordeaux-AC Milan (0-2, 3-0) en quarts de finale de la Coupe de l’UEFA 1996… France-Italie (2-1) en finale de l’Euro 2000 avec l’égalisation in extremis de Wiltord puis la reprise de volée de Trézeguet en prolongation… les Boston Red Sox (menés trois victoires à zéro) qui dominent les New York Yankees (4-3) en finale de la Ligue américaine de baseball en 2004 (un exploit jamais réalisé auparavant)…

Les Toronto Mapple Leafs (menés trois succès à rien) qui disposent des Detroit Red Wings (4-3) en finale de la Stabley Cup 1942… la RFA (menée 2-0) qui élimine l’Angleterre en quarts de finale du Mondial 1970… Mohamed Ali qui se joue de George Foreman (en refusant d’attaquer) avant de le mettre KO à la 8e reprise pour le titre unifié des poids lourds en 1974 à Kinshasa… Alain Prost (parti en 13e position sur la grille) qui remonte tout le monde pour enlever le Grand Prix du Mexique 1990… Henri Cochet qui réalise l’exploit de remporter Wimbledon en 1927 après avoir remonté un handicap de deux sets en quarts, en demi-finales et en finale… Saint-Etienne qui renverse Split (0-3, 5-1) en 1974 et Kiev (0-2, 3-0) en 1976… Gary Player (10e avant le dernier jour) qui remonte 7 coups de handicap (avec deux eagles et six birdies) pour ravir à Tom Watson le Masters 1978…

Publié le 30/04/2013 | 09:01, mis à jour le 01/05/2013 | 09:46 par Tvsport

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Record de victoires pour un club : 10 pour le Paris SG (1995, 1998, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020). Record de finales pour un club : 13 pour le Paris SG (1995, 1998, 2004, 2006, 2010, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020). Plus grand nombre de défaites pour un club en finale : 3 pour le Paris SG (2004, 2006, 2010) et l'Olympique Lyonnais (2008, 2015 et 2016). Record de victoires pour un joueur : 8 pour Marco Verratti (Paris SG en 2013, 2014, 2015, ...
Champion de France en 1964, 1967, 1968 et 1969 avec Saint-Etienne. Vainqueur de la Coupe de France en 1959 avec Le Havre. Ailier, il était originaire du Cameroun. Copyright Sportquick/Promedi ...
  Une star. Son vrai nom est Neymar Da Silva Santos Junior. Il est la perle du football brésilien (137 buts inscrits en 221 matches avec Santos à seulement 20 ans), élu à la fois meilleur joueur du Brésil et meilleur joueur sud-américain en 2011 puis une nouvelle fois meilleur joueur sud-américain en 2012 (également meilleur attaquant et meilleur buteur du championnat en 2011). Vainqueur du championnat de Sao Paulo en 2010, 2011 et 2012, de la Coupe du Brésil en 2010 et de la Copa Liberta...
Champion du Portugal en 2010 et vainqueur de la coupe de la ligue portugaise en 2009 et 2010 avec Benfica Lisbonne (118 matches et 15 buts). Champion d'Espagne en 2012, vainqueur de la coupe d'Espagne en 2011 et 2014, de la Supercoupe d'Espagne en 2012 et de la Ligue des champions en 2014 avec le Real Madrid (190 matches, 36 buts). Champion de France en 2016, 2018, 2019 et 2020, vainqueur de la coupe de la ligue en 2017, 2018 et 2020 , de la coupe de France en 2016, 2017, 2018 et...
Attaquant très rapide (flashé à 37 km/h lors du match Argentine-France en quarts de finale en Coupe du monde 2018), il fait partie des meilleurs joueurs du monde malgré son jeune âge. Vainqueur de la Coupe du Monde en 2018 (élu meilleur jeune joueur de la compétition). Champion de France en 2017 avec Monaco. Champion de France en 2018, 2019 et 2020 (meilleur buteur en 2019 et 2020), vainqueur de la coupe de France en 2018 et 2020, de la coupe de la Ligue en 2018 et 2020, du trophée des champ...
Champion de France en 2013, 2014, 2015, 2016, 2018, 2019 et 2020, vainqueur du Trophée des champions en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020 (recordman), de la coupe de la Ligue en 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020 et de la coupe de France en 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020, finaliste de la Ligue des champions en 2020 avec le Paris Saint-Germain (314 matchs et 9 buts depuis 2012). Il a réalisé en 2015 un quadruplé inédit en France avec le le club parisien (champion, vainqueur d...
Son véritable nom est Marcos Aoas Correa. Vainqueur de la Copa Libertadores en 2012 avec les Corinthians. Champion de France en 2014, 2015, 2016, 2018, 2019 et 2020, vainqueur de la coupe de France en 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020, de la coupe de la Ligue en 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020, et du Trophée des champions en 2014, 2017, 2018, 2019 et 2020, finaliste de la Ligue des champions en 2020 avec le Paris Saint-Germain. Champion olympique en 2016 et vainqueur de la Copa America en ...
Créé par la Ligue de Football Professionnel, le Trophée des Champions oppose depuis sa création en 1995 le vainqueur du championnat de France et celui de la Coupe de France.  C'est l'équivalent de la Supercoupe disputée dans de nombreux pays. II est organisé conjointement par l'Union des journalistes de sport de France (UJSF) et la Ligue de Football professionnel (LFP). Officiellement, la compétition a vu le jour en 1955 sous l'appellation 'Challenge des champions' ava...
'Pepi' Bican est le meilleur buteur de l'histoire du football avec au total 805 buts en 530 matches entre 1931 et 1955 (soit un ratio de 1,52 réalisations par rencontre) dont 534 buts en 274 matches avec le Slavia Prague entre 1937 et 1948. Athlète hors pair et très rapide (il courait le 100 m en 10,8 secondes), il aurait réellement inscrit plus de 1 468 buts mais l'IFFHS (International Federation of Football History et Statistics) en a comptabilisé 805. En sélection, il a jo...
La Coupe de la Ligue anglaise de football, aussi connue sous le nom de Capital One Cup (anciennement Carling Cup) ou League Cup, est une compétition de football qui se déroule en Angleterre et au Pays de Galles. De 2003 à 2012, la compétition était sponsorisée par la marque de bière Carling. À partir de la saison 2012-2013, la banque Capital One est le sponsor de la compétition Seuls les 20 équipes de la Premier League et les 72 équipes de la Football League peuvent y participer. Le vainqueur...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - raymond domenech - sylvain armand - david beckham - florent malouda - sylvain armand