Happy Birthday :
samedi 16 décembre 2017
Badminton
 
Badminton - Tout savoir sur le badminton - Article du : 12/04/2017
Sommaire article
HistoriqueLa Fédération Internationale
la Fédération Française Le badminton et l'Olympisme
Règles et principesLes installations
Le courtLes poteaux et le filet
L’équipementLes raquettes
Les volantsLa tenue
La duréeLes règles principales
GénéralitésSimple et doubles
Le serviceLa frappe
ServicesFautes
Jeu du volantLexique

 Badminton 

 dessin

 

Historique

“Badminton” est une ville anglaise dans le Gloucestershire. C’est aussi un "Jeu de volant pratiqué sur un court apparenté au tennis".

Le badminton tire son nom de la demeure (house) de Badminton, propriété du Duc de Beaufort, située dans le comté anglais du Gloucestershire. En 1873, le Duc aurait importé une version de ce jeu venue d’Inde, le Poona, à laquelle il aurait ensuite initié ses invités.

 Un jeu de volant existait depuis plus de 20 siècles en Grèce, au Japon et en Chine. On en trouve des traces au Brésil, au Portugal et en Inde. Il semble fort difficile de situer historiquement et géographiquement les origines du badminton. Actuellement, des passionnés du volant se penchant sur ce sujet, notamment à travers les gravures ou autres documents. A travers des recherches de ce type, on constate que divers jeux utilisaient des volants assez semblables par leurs principes au volant actuel. En Asie, on trouve trace de gravures évoquant un jeu de volant pratiqué de façon curieuse… avec frappe de la cheville mais aussi avec des raquettes. En Europe, on trouve encore des textes concernant le “jeu du volant”, tel le livre écrit par Henry-René d’Allemagne “Sports et Jeux d’adresse” paru chez Hachette au début de ce siècle”. On y apprend que le jeu du volant aurait été cité en France dans un manuscrit du XVIe siècle. Le jeu du volant fut répandu comme le jeu de cour en France. Une gravure de 1688 montre une partie du volant à trois, où un jeune chevalier semble avoir bien de la peine à tenir tête à deux dames. Le jeu du volant devint aussi un jeu populaire pratiqué dans toutes les provinces. A l’origine, composé d’une sorte de bouchon de liège ne comportant que deux plumes, il s’appelait alors le pilvotiau (en Champagne). On se servait aussi de plumes de coq pour le garnir, d’où le nom de coquantin (connu paraît-il dès François 1er). En Anjou, le volant était appelé grièche parce qu’il était garni de plumes de pie grièche ou parce qu’il évoquait la forme de cet oiseau. Dans le Lyonnais, il s’appelait picandeau car les plumes de pie étaient alternées noires et blanches. Les raquettes étaient constituées d’un bois mis en forme (le manche était formé des deux bouts réunis côte à côte), le cordage était réalisé en ficelle huilée ou en boyaux. Si les Français furent parmi les premiers à pratiquer le jeu du volant, il revient aux Britanniques l’honneur d’avoir inventé le badminton, inspiré du 'poona', un jeu de raquette indien jouée avec une balle légère faite de duvet. En 1873, le duc de Beaufort invita des officiers anglais de retour des Indes à un déjeuner dans sa propriété, Badminton House. Ils jouèrent au ‘poona’ en remplaçant la balle par un bouchon de champagne dans lequel ils ont ajouté des plumes. Le jeu fut baptisé ‘badminton’ du nom de la propriété du duc.   Les premières règles ont été publiées en 1877 par le colonel Dolby (1851-1921), l’un des pères spirituels de ce sport et président de la première Fédération de badminton, fondée par lui en 1893. Elle organise depuis 1899 le tournoi le plus prestigieux de badminton, « l’All England Championship ».

 

La Fédération Internationale a été créée en 1934 (premières nations : Angleterre, Pays de Galles, Irlande, Ecosse, Danemark, Pays-Bas, Canada, Nouvelle Zélande, la France puis l'Inde en 1936 ; actuellement 158 pays membres).  Elle est actuellement située dans la ville de Kuala Lumpur en Malaisie.

 Il a y actuellement 250 millions de joueurs dans le monde.

dessin

International Badminton Federation
www.worldbadminton.net

ADRESSE
Manor Park Place
Rutherford Way
Cheltenham 
GB-GloucestershireGL51 9TU
United Kingdom
TÉL.  (44 1242) 23 49 04
FAX  (44 1242) 22 10 30
E-MAIL  info@intbadfed.org

La première grande compétition internationale qui a été organisée, était le Thomas Cup (championnat du monde par équipes hommes), puis l'Uber Cup (l'équivalent pour les femmes), la Sudirman Cup (le championnat du monde par équipes mixte) et le championnat du monde individuel en 1977.

 

Bon à savoir

Les tournois BWF (Badminton World Federation) sont classés selon leur niveau. Plus le niveau est élevé plus les dotations et les points gagnés pour le
classement mondial sont importants
IS : International Series : 2500 points pour le vainqueur et une dotation du tournoi à minima de 15 000 dollars
IC : International Challenge : 4000 points pour le vainqueur
GPG : Grand Prix Gold : 7000 points pour le vainqueur et une dotation du tournoi à minima de 120 000 dollars
SS : SuperSeries : 9200 points pour le vainqueur et une dotation du tournoi à minima de 200 000 dollars

 

Introduite en France au début du 20e siècle, la Fédération Française de Badminton (FFBA) fut créée bien plus tard, en 1979.

Depuis sa création, le nombre de licenciés n'a cessé d'augmenter de façon continue : 186 500 licenciés en 2016, 1 983 clubs, 27 ligues et 89 comités départementaux.

Sur les dix dernières années, le nombre de licenciés a enregistré une augmentation de 100% ! La barre des 100.000 ayant été franchie en 2005 et les chiffres dépassant les 180.000 aujourd'hui. C'est le sport le plus pratiqué en France au niveau des lycées et des collèges.

La Fédération Française de Badminton organise, depuis 1987, des compétitions internationales en France dont l'Open de France jusqu'en 2004 devenu les Internationaux de France qui est une étape du circuit des Superseries. Elle a organisé les Championnats du Monde en 2010 qui ont eu lieu à Paris.

Fédération Française de Badminton

9-11, Avenue MICHELET
93583 SAINT-OUEN CEDEX
Téléphone : (33) 01 49 45 07 07  

www.ffba.org

 

Le badminton et l'Olympisme

Le badminton fut sport de démonstration aux Jeux Olympiques en 1972 et 1988 et est entré dans l’Olympisme en 1992. Il comporte cinq épreuves, simple et double dames, simple et double hommes. L’épreuve mixte a été inscrite au programme des Jeux en 1996. C’est l’une des douze épreuves des Jeux réunissant des hommes et des femmes. Une épreuve mixte a eu lieu en 1996 (seul sport olympique avec une épreuve mixte).

Seulement cinq nations différentes ont remporté l'or olympique depuis 1992 : la Chine, l'Indonésie, la Corée et le Danemark.  

Chacune de ces épreuves se déroule sous la forme d’un tournoi à élimination directe, les huit premiers joueurs ou paires en tête de série. Le classement de la BWF est utilisé pour déterminer les qualifiés aux tournois olympiques. 38 concurrents sont sélectionnés pour les simples et 16 paires pour les doubles.

 

 

dessin

 

Actuellement, le badminton est joué dans plus de 150 pays sur les 5 continents et compte environ 250 millions de pratiquants et 3 millions de licenciés.

La Chine est la championne toute catégorie de ce sport avec une hégémonie sur tous les classements.

Règles et principes

Un match de badminton se joue au meilleur de trois sets. Avant la première manche, un tirage au sort désigne le joueur qui servira le premier. Les points sont marqués par chaque joueur (ou paire) après chaque échange. Le joueur (ou la paire) doit marquer 21 points pour remporter une manche.

Le badminton se pratique avec une raquette et un volant, généralement en plastique pour les débutants et en plume pour les joueurs confirmés.

Pour commencer un match, on tire au sort avec une pièce de monnaie ou un volant.

Le vainqueur a le choix de servir ou recevoir en premier ou le choix du côté du terrain.

Principe

Deux joueurs ou deux équipes s’affrontent sur un terrain en faisant passer un “volant” au-dessus d’un filet à l’aide de raquettes, suivant des règles précises.

 

Un match se joue au meilleur de trois sets en 21 points : le camp qui le premier remporte 2 sets, gagne le match. Le camp gagnant un échange ajoute un point à son score.
A 20 égalité, le set est prolongé : c'est le camp qui mène avec 2 points d'écart qui remporte le set.
A 29 égalité, le camp marquant le premier 30 gagne le set.
Le camp gagnant un set sert en premier dans le set suivant.
Ce système de comptage est valable pour les 5 disciplines du Badminton : Simple Messieurs, Simple Dames, Double Messieurs, Double Dames et Double Mixte.

 

Les installations

On joue en principe sur terrain couvert; le sol doit être en dur.

Le court

dessin

La salle doit avoir un plafond d'au moins 6 mètres de hauteur et il doit y avoir un filet soutenu par deux poteaux de 1.55 m. Sa hauteur autorise l'attaque (jeu plat et plongeant) et oblige parfois à lever le volant (défense).

 

Dimensions :

-          en simple 5,18 m x 11,88 m

-          en double 6,10 m x 13,40 m

Hauteur du filet : 1,55 m

 

Les poteaux et le filet

Les poteaux rigides ont une hauteur de 1,55 m.

Le filet doit être en ficelle fine tannée en mailles carrées (pas moins de 15 mm, pas plus de 20 mm), avoir 76 cm de hauteur et être bordé avec un ruban blanc de 76 mm, posé à cheval sur la partie supérieure et traversé par un câble afin d’en permettre la tension et la fixation sur les poteaux.

Au centre, le haut du filet doit être à 1,524 m du sol et à 1,55 m aux poteaux.

L’équipement

Les raquettes

Elles pèsent entre 70 et 100 grammes pour une raquette métallique, ont une longueur de 68 cm et sont semblables à celles du tennis. Il existe plusieurs formes de têtes : ovales ou isométriques. La tension du cordage varie entre 70 et 11 kg pour les amateurs (environ 4,5 chez les pros).

dessin

A savoir : un joueur professionnel utilise 10 raquettes à chaque tournoi. Il abîme une vingtaine de raquettes par an.

Les volants

Le volant est composé d’un bouchon (tête en liège) et d’une jupe.

Les volants doivent peser entre 4,74 et 5,50 grammes et comprennent de 14 à 16 plumes de 70 mm (d’oie, de canard ou en plastique) fixées à une tête en liège (bouchon) recouvert de cuir rouge de 2,5 cm de diamètre (afin de stabiliser sa trajectoire). Les plumes doivent avoir une longueur de 6,5 cm et un écartement de 5,4 cm dans le haut. Un volant perd 75 % de sa vitesse entre la frappe et la réception.

 

Au haut niveau en compétition, une cinquantaine de volants sont utilisés par match !

 

 

La tenue

Une tenue correcte est exigée. Couleur libre (claire souhaitée).

Nouvelle règle : depuis le 1er mai 2011, la Fédération Internationale oblige les joueuses de porter une jupe en tournois afin de rendre le sport plus attractif. Comme au tennis, elles pourront porter un short en-dessous.

La durée

Sans limitation de durée, la moyenne est de 45 minutes. Une pause de 5 minutes est prévue entre le 2e et le 3e set.

Les règles principales

Généralités

Se joue en simple ou en double ;

Se joue au meilleur des 3 sets ;

Changement de côté au 2e et au 3e set + au milieu du 3e set.

Quand le score atteint la première fois 11 dans chaque set, les joueurs bénéficient d'un arrêt de 60 secondes.

Les joueurs bénéficient également d'une interruption de 120 secondes entre chaque set.

Pendant le match, il est permis aux joueurs de recevoir des conseils, uniquement lorsque le volant n'est pas en jeu.

Pendant les arrêts de 1 minute et de 2 minutes, chaque camp peut être rejoint sur le terrain par 2 personnes maximum.

 

Un match de badminton comporte trois manches. Il se dispute en deux sets gagnants de 21 points.

Avant la première manche, on tire au sort pour savoir quel joueur servira en premier. Le perdant devra renvoyer les balles. Le camp adverse peut marquer des points contre le camp au service; pour emporter la partie, il faut marquer 21 points. Dans les matches en double, les équipes ne disposent que d'un service et non de deux.

 

 Simple et doubles
Le badminton se pratique en simple (les échanges sont plus aériens et tendent à faire bouger l'adversaire en alternant efforts longs et accélérations) ou en double et mixte (vitesse de jeu et de décision)

Le service :
Le volant doit être frappé en dessous de la taille avec la tête de la raquette nettement plus basse que la main du serveur. (Je ne suis pas assez fort en dessin pour vous l'illustrer !) Le service doit être effectué en diagonale en fonction des zones de services ; En simple, le joueur sert à droite s'il a un nombre de points pair et à gauche en nombre impair. En double, le serveur envoie le volant vers l'adversaire situé en diagonale. Chaque joueur possède une place déterminée par le nombre de points de son équipe et sera, pendant le match, successivement serveur et receveur.

La frappe :
Tous les coups sont frappés " à la volée " : aucun rebond n'est autorisé. Le volant peut toucher la bande supérieure du filet, même au service. Il faut avoir le service pour marquer les points. En double, et après l'engagement, le volant est frappé indifféremment par l'un ou l'autre mais il doit passer directement de l'autre côté du filet. (les passes ne sont pas autorisées) S'ils dirigent le jeu, l'un passe au filet, l'autre couvre l'arrière. S'ils subissent le jeu adverse, chacun couvre un côté du terrain du filet au fond.

En mixte, l'homme couvre l'arrière du terrain, tandis que la femme attaque au filet tout ce qui passe à sa portée.

C'est donc un sport " mixte ". En effet, une rencontre de type Interclub en championnat régional se dispute en huit matchs, soit 2 doubles hommes, 1 double femmes, 3 simples hommes, 1 simple dame, 1 double mixte. 

 

                                                    Tennis               Badminton

Temps de match                      3h18           1h16

Temps effectifs de jeu             18 minutes   37 minutes

Nombre d'échanges                   299             146

Nombres de coups                    1004            1972

Distance parcourue                    3.2 km         6.4 km

Vitesse moyenne maximale de la balle/volant   230km/h      260km/h 

Services

1. Doubles

La partie débute par le service du joueur occupant le demi-court droit de l’équipe qui sert en premier.

Ce joueur sert sur l’adversaire occupant le demi-court diagonalement opposé.

Si une faute est commise par l’équipe qui est au service, le service passe au joueur du demi-court droit opposé (l’équipe qui sert au commencement de la partie n’a le droit qu’à un seul service).

Si le service n’est pas retourné ou qu’une faute est commise par l’équipe adverse, l’équipe au service marque un point et les joueurs de l’équipe au service changent de place, le serveur se plaçant sur le demi-court gauche et effectuant le service sur le joueur du demi-court gauche opposé.

Aussi longtemps qu’une équipe sera au service, ce mouvement s’effectuera alternativement (les joueurs de l’équipe au service changent de place seulement lorsqu’une équipe marque un point).

Chaque fois que le service passe à l’équipe adverse, il sera effectué d’abord par le joueur placé sur le demi-court droit.

 

2. Simples

Les joueurs servent et reçoivent dans leur demi-court droit respectif quand le score du serveur est 0 ou un nombre pair.

Les joueurs servent et reçoivent dans leur demi-court gauche respectif quand le score du serveur est un nombre impair.

Les deux joueurs doivent changer de demi-court après chaque point.

Fautes

- Il y a faute si : le volant tombe en dehors des limites du terrain, passe à travers ou sous le filet, ne franchit pas le filet, touche le corps ou les vêtements d'un joueur, est frappé dans le camp opposé, est frappé 2 fois de suite par le même joueur ou un joueur et son (sa) partenaire.

- Il y a faute si le joueur touche le filet ou le poteau avec sa raquette, ses vêtements ou son corps, envahit le terrain de l'adversaire par dessus le filet (sauf s'il "suit" son geste), fait obstruction vis à vis de l'adversaire (l'empêche d'exécuter son coup), distrait volontairement son adversaire.

Seule l’équipe qui est au service marque le point, sur faute de l’équipe adverse.

Lorsqu’une faute est commise par l’équipe qui sert, personne ne marque le point. En double, le service passe au deuxième joueur de l’équipe, et en simple, le service change de côté.

Il y a faute :

1. Lorsque au service le volant est frappé au-dessus du niveau de la taille du joueur qui sert ou si au moment où le serveur frappe le volant, la tête de sa raquette est plus haute que la main.

2. Si, en servant, le volant ne tombe pas dans le demi-court diagonalement opposé à celui du serveur.

3. Si le serveur ne se trouve pas dans le court où il doit exécuter le service ou si le joueur de l’équipe adverse qui doit recevoir le service n’est pas dans le demi-court où il devrait normalement le recevoir.

4. Si, avant ou pendant le service, l’un des joueurs fait une feinte préliminaire avec l’intention de tromper l’adversaire.

5. Si, pendant le service ou le jeu, le volant tombe en dehors des limites du court, s’il passe sous le filet ou à travers celui-ci ou s’il tombe en avant du filet, s’il touche le toit ou les murs ou l’un des joueurs ou leurs vêtements (un volant tombant sur une ligne quelconque du court est considéré comme étant tombé dans les limites du court).

6. Si, avant d’avoir passé le filet, le volant est frappé par l’adversaire (cependant l’adversaire peut, après avoir frappé le volant, faire passer sa raquette au-dessus du filet).

7. Si, pendant que le volant est en jeu, un joueur touche le filet ou les poteaux avec son corps, une partie de ses vêtements ou avec sa raquette.

8. Si le volant est frappé deux fois successivement par le même joueur ou successivement par un joueur et son partenaire, ou si le coup n’est pas franc.

9. Si, en jeu, un joueur frappe le volant (à moins qu’en agissant ainsi, il fasse un bon retour) ou est frappé par le volant, perd le point, peu importe qu’il soit en dedans ou en dehors des limites du court.

Jeu du volant

Jeu de raquettes sans règles se pratiquant avec un volant un peu plus lourd ; le plus souvent : sans filet, en plein air, avec un matériel adapté à un effort mesuré.

Il consiste couramment à essayer de renvoyer le projectile le plus longtemps possible sans créer de difficulté à son “partenaire”.

Les deux joueurs cherchent en effet à s’associer dans la réussite du plus long échange, en essayant de tenir compte au mieux des caprices de trajectoires du volant dictés par le vent.

Son intérêt réside dans son aspect loisir, peut être augmenté par quelques conseils qui tendront à en faire un jeu sportif propice à la pratique future du badminton en salle.

 

Record de vitesse

Le badminton est le sport de raquette le plus rapide du monde. Il n'est pas rare de voir une douzaine d'échanges en double en moins de 10 secondes !

Lors de l’Open du Japon à Tokyo de 2010, à l’occasion de tests réalisés avec la toute nouvelle raquette Yonex (ArcSaber Z-Slash,  80 grammes), le joueur professionnel japonais Naoki Kawamae a pulvérisé le record du monde du volant le plus rapide avec 414 km/h, effaçant des tablettes la marque établie par le Chinois Fu Haifeng avec 332 km/h. Peu après, ce nouveau record volait de nouveau en éclats, avec un volant enregistré à… 421 km/h par le Malaisien Tan Boon Heong.

En janvier 2017, le Danois Mads Kolding a établi un nouveau record du monde du smash en compétition lors d'un match de la Premier Badminton League indienne avec 426 km/h !

 

En comparaison avec les autres sports:

Golf : Le record avec une balle de golf est de plus de 328 km/h par l'Américain Jason Zuback en 2007.
Pelote basque : la balle(pelotte) peut atteindre des vitesses à 300 km/h réalisée par le basque espagnol José Ramón Areitio en 1979 : 302 km/h (poids de la pelotte : 52 à 230g).

Squash : le record est d'environ 250km/h. Le record du monde est de 281,6 km/h réalisé par l'Australien Cameron Pilley en octobre 2011 (poids d'une raquette : 250g, poids d'une balle 24g)
Tennis : Une balle de tennis lors d’un match professionnel ne dépasse que rarement les 230km/h. Le record du monde est de 251 km/h du Croate Ivo Karlovic le 5 mars 2011.
Football : 183 km/h lancé par l'Anglais David Hirst (club Sheffield) en 1996.

Hockey sur glace : 177,6 km/h le tir d'un palet (frappé à 200 km/h) par le joueur russe Denis Kulyash depuis février 2011.
Baseball: 168,9 km/h avec une balle lancée par le Cubain Aroldis Chapman en septembre 2010.
Tennis de table : Environ 190 km/h pour les smashes sévères les plus courants. La vitesse moyenne du jeu tourne autour de 100 km/h sur les topspins courants. Le néo-zélandais Lark Brandt a réalisé 112,5 km/h en 2003.
Cricket : 161,3 km/h  envoyé par le bowler pakistanais Shoaib Akhtar en 2008.

 

Lexique

Amorti : Coup frappé en douceur et avec finesse pour que le volant retombe rapidement et juste derrière le filet sur le court de l’adversaire.

Avant du terrain : Tiers avant du court, situé entre le filet et la ligne de service court.

Carré de service : Zone dans laquelle un service doit atterrir.

Coup de passing : Coup qui va au-delà de l’adversaire ou de l’équipe adverse.

Coup droit : Coup utilisé pour renvoyer une balle sur la droite d’un joueur gaucher et sur la gauche d’un joueur droitier.

Coup gagnant : Tir rapide frappé directement dans le court de l’adversaire de telle façon qu’il ne peut être renvoyé.

Coup mi-court : Court frappé bas et à mi-court, efficace dans les jeux en double contre une formation avant-arrière.

Cuiller : Coup en douceur joué en frappant le volant avec un petit mouvement du poignet.

Dégagement : Coup envoyé loin dans le court de l’adversaire.

Dégagement d’attaque : Coup offensif envoyé très loin dans le court de l’adversaire.

Dégagement de défense : Coup défensif envoyé très en avant dans le court de l’adversaire.

Double : Jeu dans lequel deux personnes affrontent deux adversaires en équipes.

Drive : Coup bas et rapide suivant une trajectoire horizontale au-dessus du filet.

Echange : Série de coups échangés entre les adversaires et aboutissant à l’attribution de chaque point.

Engagement : Coup destiné à mettre le volant en jeu au début de chaque échange ; également appelé " service ".

Faire un " bois " : Coup autorisé dans lequel le volant touche le cadre de la raquette.

Faute : Violation de règles.

Filet : Coup frappé depuis l’avant du court, qui frappe le filet puis retombe à pic.

Fronde : Coup irrégulier dans lequel le volant n’est pas frappé mais attrapé et tenu sur la raquette avant d’être renvoyé ; également appelé un " porter " ou " lancer ".

Jeu de volant : Jeu pratiqué avec une raquette et un volant, l’ancêtre du badminton moderne.

Lancer : Coup irrégulier dans lequel le volant n’est pas frappé, mais attrapé et tenu sur la raquette avant d’être renvoyé ; également appelé un " porter " ou " fronde ".

Let : Faute mineure des règles permettant à un échange d’être rejoué.

Ligne centrale : Ligne perpendiculaire au filet qui sépare les zones de service gauche et droite.

Ligne de fond : Ligne délimitant le fond de chaque court, parallèle au filet.

Ligne de service court : Ligne avant des carrés de service située à 1,98 mètre du filet.

Ligne de service long : Ligne arrière de la zone dans laquelle un service doit atterrir (qui est également la ligne de fond dans les simples, mais située 83 centimètres à l’intérieur de la ligne de fond dans les doubles).

Ligne latérale de double : Limite latérale d’un court de double.

Ligne latérale de simple : Limite latérale d’un court de simple.

Match : Série de jeux destinée à déterminer un gagnant.

Mi-court : Le tiers central du court.

Poona : Jeu du XIXème siècle en Inde, baptisé d’après la ville du même nom, présentant des similitudes avec le tennis sur gazon.

Porter : Effectuer un coup irrégulier dans lequel le volant n’est pas frappé, mais attrapé et tenu sur la raquette avant d’être relancé ; également appelé " fronde " ou " lancer ".

Position centrale : Emplacement situé au centre du court vers lequel un joueur tente de retourner après chaque coup ; également appelé " position médiane ".

Position médiane : Emplacement situé au centre du court vers lequel un joueur tente de retourner après chaque coup ; également appelé " position centrale ".

Prolongation : Décision de prolonger un jeu au-delà de son score de fin normal si celui-ci ne sépare les joueurs que d’un point.

Retombée au filet : Coup frappé par en-dessous et très près du filet, soulevant le volant juste assez pour le dégager du filet, afin qu’il retombe abruptement de l’autre côté, traçant une trajectoire en épingle à cheveux.

Revers : Coup utilisé pour renvoyer des balles sur la gauche d’un joueur droitier ou sur la droite d’un joueur gaucher.

Ruse : Mouvement trompeur qui déconcerte l’adversaire avant ou pendant le service ; également appelé " feinte ".

Service : Coup destiné à mettre le volant en jeu au début de chaque échange ; également appelé " engagement ".

Service flick : Rapide rotation du poignet et de l’avant-bras utilisée pour surprendre l’adversaire, transformant un coup d’apparence douce en un passing plus rapide.

Set : Partie d’un match qui se termine lorsqu’un joueur ou un côté a marqué 15 points, correspondant à un set. .

Simple : Jeu dans lequel une personne en affronte une autre.

Smash : Coup puissant frappé au-dessus de la tête directement dans le court

de l’adversaire.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Ce tournoi fait partie des Super-Series. Les Super Series, créés en 2007, sont une série de tournois (une douzaine au total) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 350 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois. Actuellement :  l'All England, l'Open d'Indonésie (Djarum), l'Open de Chine, l'Open de Malaisie et l'Open du Danem...
Ce tournoi fait partie des Super-Series. Les Super Series, créés en 2007, sont une série de tournois (une douzaine au total) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 350 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois. Actuellement :  l'All England, l'Open d'Indonésie (Djarum), l'Open de Chine, l'Open de Malaisie et l'Open du Danem...
Ce tournoi fait partie des Super-Series. Les Super Series, créés en 2007, sont une série de tournois (une douzaine au total) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 350 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois. Actuellement :  l'All England, l'Open d'Indonésie (Djarum), l'Open de Chine, l'Open de Malaisie et l'Open du Danem...
Ce tournoi fait partie des Super-Series. Les Super Series, créés en 2007, sont une série de tournois (une douzaine au total) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 350 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois. Actuellement :  l'All England, l'Open d'Indonésie (Djarum), l'Open de Chine, l'Open de Malaisie et l'Open du Danem...
Ce tournoi fait partie des Super-Series. Les Super Series, créés en 2007, sont une série de tournois (une douzaine au total) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 350 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois. Actuellement :  l'All England, l'Open d'Indonésie (Djarum), l'Open de Chine, l'Open de Malaisie et l'Open du Danem...
Il appartient au top 3 mondial depuis 2011 (n°1 mondial en 2015). Il a tout gagné en simple : un titre olympique, deux titres mondiaux et deux victoires au tournoi d'All England. Champion du monde en 2014 et 2015 (3eme en 2017) et champion olympique en 2016 (3eme  en 2012). Vainqueur de la Thomas Cup en 2010 et 2012 (3eme en 2014), de la Sudirman Cup en 2011, 2013 et 2015 (2eme en 2017). Médaillé d'argent en simple et par équipes aux Jeux d'Asie en 2014 (3eme par équipes en 2010)...
Il fait partie des meilleurs joueurs du monde (n°1 mondial pendant 199 semaines consécutives entre le 21 août 2008 et le 14 juin 2012). Il est le troisième joueur malais à devenir n°1 mondial après Rashid Sidek et Roslin Hashim (le premier à rester au sommet plus de deux semaines). Il est un héros chez lui en Malaisie (on lui a attribué le titre de "Datuk", ce qui équivaut à être anobli par la Reine d'Angleterre). Il est l'athlète malaisien le plus médaillé de l'histoir...
Les Super Series sont une série de tournois (douze au total dont l'Open de Hong Kong) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 200 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois : l'Open de Corée du Sud (Séoul) - l'All England - l'Open d'Indonésie (Djarum) - l'Open de Chine - l'Open du Danemark. Le Hong Kong Open, été créé en ...
L'une des rares Européennes à rivaliser avec les Asiatiques. Vice-championne olympique en double dames en 2016 avec Kamilla Rytter Juhl (3eme en double mixte en 2012), vice-championne du monde en double dames en 2015 (3eme en 2013 et 2017) et 3eme des championnats du monde en double mixte en 2009 et 2014. En 2012 et 2013, elle a remporté la finale des Super Series en double mixte avec Joachim Fischer Pedersen et en double dames avec Kamilla Rytter Juhl en 2013 face à l'armada chinois...
Les Super Series sont une série de tournois (douze au total dont l'Open de Hong Kong) entre les meilleurs 32 joueurs de la planète avec des dotations d'un minimum de 200 000 $ par tournoi. Depuis la saison 2011, il existe une nouvelle appellation 'Super Series Premier' réservée aux cinq plus gros tournois : l'Open de Corée du Sud (Séoul) - l'All England - l'Open d'Indonésie (Djarum) - l'Open de Chine - l'Open du Danemark. Le Hong Kong Open, été créé en ...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 -  -  -  -  -