Happy Birthday :
lundi 15 août 2022
Patinage de vitesse
 
Patinage de vitesse - Règles particulières en patinage de vitesse - Article du : 25/03/2014

Le programme olympique de 2010 comprend 12 épreuves de patinage de vitesse sur piste longue, six pour les messieurs et six pour les dames. 

Messieurs : 500 m, 1 000 m, 1 500 m, 5 000 m, 10 000 m et la poursuite par équipe

Dames : 500 m, 1 000 m, 1 500 m, 3 000 m, 5 000 m et la poursuite par équipe


Déroulement des compétitions

Voici la répartition des épreuves :

500 m
Tours : 1¼
Position de départ : paire
Emplacement ligne d'arrivée : à la fin de ligne droite

1 000 m
Tours : 2½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : au milieu de la ligne droite

1 500 m
Tours : 3¾
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

3 000 m (dames seulement)
Tours : 7½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

5 000 m
Tours : 12½
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de la ligne droite

10 000 m (messieurs uniquement)
Tours : 25
Position de départ : échelonnée
Ligne d'arrivée : à la fin de ligne droite

La poursuite par équipe messieurs
Tours : 8
Position de départ : à la moitié de la ligne droite opposée  
Ligne d'arrivée : à la moitié de la ligne droite

La poursuite par équipe dames
Tours : 6
Position de départ : à la moitié de la ligne droite opposée
Ligne d'arrivée : à la moitié de la ligne droite

Les épreuves individuelles

Pour toutes les épreuves, seule une course sera disputée, à l'exception des 500 m messieurs et dames où le patineur court à deux reprises et où le temps global déterminera le temps final. 

A chaque épreuve, les patineurs patinent à deux contre la montre sur une piste ovale standard de 400 mètres conforme aux règles établies par l'Union Internationale de Patinage (UIP). Les athlètes sont chronométrés au 1/100ème de seconde lorsqu'ils courent en sens inverse des aiguilles d'une montre autour de la piste, ce qui signifie que le côté intérieur de la piste correspond au côté gauche du patineur.

Un tirage au sort de l'ordre de départ est fait avant chaque course pour chaque distance à l'exception des deuxièmes courses de 500 m pour messieurs et dames.

Dans toutes les courses, exceptées pour la deuxième course dans les compétitions de 500 m, les concurrents sont placés en groupes en fonction du classement individuel des patineurs par points et leurs temps s dans les courses de la Coupe du Monde pendant la saison 2009-2010. Les patineurs sans résultats dans la Coupe du Monde ou les Championnats mondiaux sont classés à la fin selon leur temps de qualification approuvé. 

Les patineurs sont répartis en quatre groupes. Le premier groupe consiste des 8 meilleurs patineurs; le deuxième groupe compte les patineurs de 9 à 16 et le troisième groupe consiste des patineurs de 17 à 24 et le quatrième groupe comprend le reste (dans les 10 000 m messieurs et les 5 000 m dames disputés par moins de concurrents, chaque groupe consiste de quatre patineurs au lieu de huit). Le groupe 4 est le premier groupe à courir, suivi du groupe 3, le groupe 2 et le groupe 1 (ainsi, les meilleurs patineurs courent dans les dernières paires).

Dans la deuxième course des 500 m, les patineurs courent à deux selon le classement chronométrique de la première course, mais les concurrents changent de couloirs de départ dans la seconde course. Si quelques patineurs avec le même couloir de départ dans la première course finissent avec le même temps, un tirage au sort décide du classement de ces patineurs. L'ordre de départ des paires est opposé à l'ordre de classement. Ainsi, le patineur ayant le meilleur temps de ceux qui démarrent en premier dans le couloir intérieur court dans la dernière paire contre le patineur ayant le meilleur temps de ceux qui démarrent en premier dans le couloir extérieur.

La poursuite par équipe

Dans les courses de poursuite par équipe, deux équipes de trois patineurs démarrent du côté opposé de la piste (ils démarrent au milieu de la ligne droite). Les messieurs courent sur 3 200 m (huit tours) et les dames sur 2 400 m (six tours). Les équipes sont chronométrées dans la manche préliminaire. À partir des quarts de finale jusqu'à la course pour la médaille d'or, les courses se font par élimination individuelle avec l'équipe gagnante se qualifiant pour la manche suivante (ou gagnant la médaille d'or). Une équipe gagne lorsque les trois patineurs de l'équipe traversent la ligne d'arrivée avant les trois patineurs de l'autre équipe ; ou lorsqu'une équipe dépasse l'autre.

Les épreuves de poursuite par équipe se tiennent en quatre phases. Une manche préliminaire consiste en épreuves chronométrées pour chaque équipe afin de déterminer les les paires qui disputeront les quarts de finale (l'ordre de départ dans la manche préliminaire est déterminé par le classement initial des équipes issues des qualifications.) Après les préliminaires, les équipes sont classées par leurs temps respectifs et réparties dans les quarts de finale comme suit :

- QF 1 : équipe 3 contre équipe 6
- QF 2 : équipe 2 contre équipe 7
- QF 3 : équipe 4 contre équipe 5
- QF 4 : équipe 1 contre équipe 8

Les gagnants de chacun des quatre quarts de finale se qualifient pour les demi-finales et se répartissent comme suit :

- SF 1 : gagnant de la QF 1 contre gagnant de la QF 2

- SF 2 : gagnant de la QF 3 contre gagnant de la QF 4

Les perdants des quatre quarts de finale disputent des courses de classement pour le classement final de 5 à 8 (Finale C et D). Les gagnants de chacune des demi-finales se qualifient pour la finale A et se disputent la médaille d'or et d'argent. Les perdants s'affrontent dans la finale B pour déterminer le gagnant de la médaille de bronze.

Les équipes peuvent utiliser un maximum de quatre patineurs durant la compétition et peuvent modifier la composition de l'équipe à chaque manche.

En cas d'égalité, la procédure suivante est appliquée :

  • Égalité dans les préliminaires : départagée par le classement initial (le classement qualifiant)
  • Égalité dans les quarts de finale: départagée par les temps réalisés aux épreuves préliminaires
  • Égalité dans les demi-finales : départagée par les temps réalisés aux épreuves préliminaires
  • Égalité dans les finales : ne se départage pas - l'égalité est maintenue
  • "Double égalité" (égalité dans la phase éliminatoire par les équipes ayant réalisé le même temps dans les épreuves préliminaires) : départagée par le classement initial (le classement qualifiant)


Le tirage au sort

L'ordre de départ est tiré au sort avant chaque course, à l'exception des deuxièmes courses de 500 m messieurs et dames. Dans la deuxième course de 500 m, les patineurs courent à deux selon le classement chronométrique de la première course, de telle façon que les participants changent de couloirs de départ dans la seconde course. Si quelques patineurs avec le même couloir de départ dans la première course finissent avec le même temps, un tirage au sort décide du classement de ces patineurs.

Dans les courses de 500 m, l'ordre de départ des paires est l'inverse de l'ordre de classement. Ainsi, le patineur ayant enregistré le meilleur temps parmi ceux qui ont démarré dans le couloir intérieur, court dans la dernière paire contre le patineur ayant enregistré le meilleur temps parmi ceux qui ont démarré d'abord dans le couloir extérieur.

Pour chaque tirage au sort dans toutes les autres courses individuelles, les concurrents se placent en groupe selon le classement individuel des patineurs en fonction de leurs points et de leurs  temps réalisés durant les épreuves de Coupe du monde durant la saison. Les patineurs sans résultats en Coupe du monde sont classés à la fin selon leur temps réalisé aux épreuves de qualification.  Dès que les patineurs ont été affectés à un groupe, un tirage au sort a lieu afin de déterminer l'ordre de départ dans chaque groupe.

L'ordre de départ pour la manche préliminaire de la poursuite par équipe est basé sur les classements des équipes à l'issue des des épreuves de qualification qui désignent les huit équipes.

Le départ

Avant chaque départ, les noms des patineurs qui s'apprêtent à disputer la  course sont clairement annoncés au point de départ même et dans les vestiaires.  Se présenter en retard au départ équivaut à l'abandon de l'épreuve. Une fois dans la zone de départ, les patineurs se placent à la ligne de prédépart qui se trouve à deux mètres derrière la ligne de départ.

Ensuite, le starter demande aux patineurs d'avancer à la ligne de départ. Les patineurs se mettent en place.  Le starter crie "prêt". Les patineurs prennent la position de départ. Ils la conservent jusqu'à ce que le coup de départ soit donné.  Les concurrents doivent positionner leurs patins complètement derrière la ligne de départ ; leurs patins ne peuvent ni toucher la ligne de départ, ni la dépasser.  De plus, les patineurs ne peuvent toucher la ligne de départ ou être en contact avec la glace au-delà de la ligne de départ avec une partie quelconque de leur corps ou équipement. 

Une pause marquée (environ 1 à 1½ secondes) intervient entre la prise des positions de départ et le coup d'envoi. 

Faux départ

Lorsqu'un patineur prend sa position de départ avant le mot ‘prêt' ou lorsqu'il s'élance avant le coup d'envoi, il y a faux départ.  Si un ou les deux patineurs prennent intentionnellement trop de temps pour prendre leur position de départ, le patineur mis en cause provoque un faux départ. Aussi, lorsqu'un des patineurs s'élance de son point de départ entraînant avec lui un autre  patineur, seul le premier patineur est tenu responsable du faux départ.

Le starter avertit le patineur commettant le premier faux départ. Lorsque les deux patineurs sont responsables du faux départ, ils sont avertis tous les deux. Lorsque le starter appelle les patineurs de la série pour un nouveau départ après qu'un faux départ eut été annoncé, le patineur commettant un nouveau faux départ pour cette série est disqualifié.

Les croisements

Puisque le couloir intérieur de la piste de patinage de vitesse couvre une plus petite distance que le couloir extérieur, on exige des patineurs qu'ils changent de couloir au moins une fois par tour à l'exception du premier tour dans les épreuves de 1 000 m et 1 500 m.  Le changement de couloir a lieu lorsqu'un patineur arrive à la droite au croisement (l'arrière-droite, opposée à la zone d'arrivée) et le choix de parcours est donné au patineur changeant du couloir extérieur vers le couloir intérieur.  Le patineur quittant le couloir intérieur est considéré responsable de toute collision éventuelle sauf si l'autre patineur fait obstruction. 

Croiser les lignes - Lorsqu'un patineur entre dans un virage, qu'il prend le virage ou lorsqu'il sort d'un virage, il lui est interdit de croiser la ligne intérieure du virage que limite les blocks amovibles pour raccourcir la distance. Couper le virage peut entraîner la disqualification du patineur.

Quitter le virage intérieur - Lorsqu'un patineur, entraîné par sa vitesse ou en raison d'une chute ou autre ne peut tenir le virage intérieur ou la première partie de la ligne droite d'arrivée et qu'il gêne un patineur dans le couloir extérieur, il est disqualifié.

Nouveau départ - Un concurrent gêné par un autre concurrent peut sans qu'il n'ai commis de faute peut prendre un nouveau départ. On retiendra le meilleur temps qu'il réalise sur les deux courses. Lorsqu'un concurrent ne peut finir une course en raison d'un obstacle sur la glace, il peut prendre un nouveau départ. Un patin cassé ou de la glace non entretenue n'est pas considéré comme un obstacle. En cas de chute ou d'un obstacle posé par  la violation des règles par un concurrent, on autorise le coureur à prendre un nouveau départ. Le patineur peut se reposer jusqu'à 30 minutes entre la course initiale et le nouveau départ.

Le Chronométrage

Il existe deux façons de chronométrer : le chronométrage automatique et le chronométrage manuel. L'utilisation d'un chronométrage automatique est obligatoire aux Jeux olympiques d'hiver. Le terme ‘chronométrage automatique' se réfère à un système de chronométrage qui démarre automatiquement au coup de pistolet donné au départ et s'arrête automatiquement lorsque la ligne d'arrivée a été franchie par chaque concurrent.

Une procédure de chronométrage manuel est prévue. Lorsque le système automatique connaît une défaillance partielle ou complète, les temps manquants sont établis manuellement au moyen de montres électroniques.

La ligne d'arrivée

Un patineur a terminé sa course lorsque la pointe de son patin touche ou atteint la ligne d'arrivée après le nombre de tours prescrits. Lorsqu'un patineur fait une chute juste avant la ligne d'arrivée et qu'il franchit la ligne d'arrivée en glissant, le décompte chronométré se poursuit jusqu'au moment où la pointe du patin de tête atteint la ligne d'arrivée ou la prolongation de la ligne d'arrivée si le patineur est en dehors du couloir.

Une équipe termine la poursuite par équipe lorsque les trois patineurs ont terminé le nombre de tours requis (huit pour les messieurs, six pour les dames). L'équipe est disqualifiée si moins de trois patineurs finissent la course.


Les participants

Un pays peut inscrire uniquement les patineurs ayant obtenu les points qualificatifs et les temps définis par l'UIP pour les distances respectives. Le nombre des concurrents pour un pays ne peut excéder 10 pour les dames et 10 pour les messieurs. Un pays peut inscrire un maximum de quatre concurrents pour chaque épreuve de 500 m, 1 000 m et 1 500 m messieurs et dames.

Pour les épreuves 3 000 m dames et 5 000 m messieurs, un pays peut inscrire un maximum de trois concurrents par épreuve. Le nombre total de concurrents dans une épreuve est fixé à 28.

Pour les épreuves 5 000 m dames et 10 000 m messieurs, un pays peut inscrire un maximum de trois compétiteurs par épreuve. Le nombre total de concurrents dans une épreuve est fixé à 16.

S'agissant des poursuites par équipe, le nombre maximal d'équipes par épreuve est fixé à huit. Le pays organisateur est d'office représenté par une équipe dans le groupe des huit.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Entre 1965 et 1972, elle a gagné 13 médailles internationales dont 4 médailles olympiques : 3 d'or, 6 d'argent et 4 de bronze. Championne olympique du 3 000 m en 1972 avec une avance de 6s53 secondes sur sa suivante, la plus importante avance de l'histoire du patinage de vitesse féminin. A ce moment, elle fut la femme la plus âgée à obtenir une médaille d'or dans une épreuve individuelle, à de 33 ans et 268 jours. Elle termina 2eme sur 1 500 m en 1972 et 3eme sur 1 500 et 3 0...
L'une des plus grandes championnes de short-track de l'histoire avec 3 titres olympiques (5 médailles) et 19 titres mondiaux (24 médailles) depuis 2015. Quatre fois championne du monde au général, en 2015, 2016, 2018 et 2022. Championne du monde en 2015, à seulement 16 ans, des 1 000 et 3 000 m, et avec le relais. Elle confirme en 2016 en remportant les titres au classement général, sur 1 000 m et avec le relais (2eme du 1 500 m en 2016 et 3eme en 2015) puis en 2018, avec les titres ...
Spécialiste du short track. Vice-championne olympique du 1 000 m en 2018 (3eme du 500 m en 2018 et 2022 et du 1 500 m en 2018). Vice-championne du monde au classement général en 2022 et du 1 500 m en 2019 (2eme du 500 m, du 1000 m, du 1 500 m et du relais en 2022 ;  3eme au général en 2019, du 1 500 m en 2018, du 1 000 m en 2019 et avec le relais en 2018 et 2019). Recordwoman du monde du 500 m depuis novembre 2019 en 41s936 devenant la première femme sous la barre des 42 secondes sur 500 m. ...
Une figure légendaire en short-track, toujours au sommet, à 37 ans en 2022. Avec son frère cadet François, il fait partie des meilleurs patineurs en short track de l'histoire avec 6 médailles olympiques (4 en or) en cinq Olympiades depuis Turin en 2006. Il a gagné 54 médailles internationales (olympiques et mondiales) entre 2005 et 2022 (20 en or, 19 en argent, 15 en bronze). Champion olympique du 500 m et du relais en 2010 et 2022 à 37 ans, du 1 500 m en 2014 (2eme avec le relais en 200...
Né d'un père chinois et d'une mère hongroise, il fait parti, avec son frère aîné Shaolin Sandor, des meilleurs patineurs en short-track. Champion olympique avec le relais en 2018 (la première médaille d'or pour la Hongrie aux Jeux Olympiques d'hiver) et du 500 m en 2022 pour devenir le premier Hongrois de l'histoire à gagner l'or olympique individuel (3eme du 100 m et avec le relais mixte en 2022, 4eme du 1500 m). Champion du monde du général en 2021 et 2022, du 500 m...
Hommes - Plus de titres au classement final  : 6 dont 5 de suite par Ahn Hyun-Soo/Viktor An KOR/RUS (de 2003 à 2007 puis 2014). 4 par Marc Gagnon CAN (1993, 1994, 1996 et 1998). - Tous les titres dans une édition : Ki-Hoon Kim KOR en 1992 et Dong-Sung Kim KOR en 2002. Le Canada a remporté tous les titres chez les hommes en 1982 et 1983, la Corée du Sud en 1992.   Femmes - Plus de titres au classement final  : 6 par Yang Yang A. CHN (1997 à 2002). 5...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - diverses - ivan skobrev - alanna kraus - thibaut fauconnet - robert lehmann