lundi 16 septembre 2019
Handball
 
Handball - Tout savoir sur le handball - Article du : 29/01/2019
Sommaire article
HistoriqueLa Fédération Internationale de Handball
Fédération Française de HandballLes dates marquantes
Le handball et l’OlympismeCompétition
Il y deux sortes de jeuLe terrain
Le butLe ballon
Le nombre de joueursQuelques règles
Validité du butLe gardien
Le jet de 7 mètresLexique

Handball   

dessin

 

Harpaston : Ancien sport romain dans lequel les joueurs lançaient une petite balle à des co-équipiers tout en essayant d’éviter les adversaires. On pense qu’il est l’ancêtre du handball.

 

Historique

C’est à la fin du 19e siècle, en Scandinavie et en Allemagne, que naît le handball moderne. Le handball sur gazon est reconnu au tournant du 20e siècle.

Même si les précurseurs du handball et la forme actuelle ne présentent qu’une parenté très éloignée en ce qui concerne la structure et les règles, il n’en demeure pas moins que les “Jeux d’Uranie” des Grecs (décrits par Homère dans l’Odyssée), “l’Harpaston” des Romains (d’après les dessins du médecin romain Claudius Galenus, 130 à 200 après J.-C.) ainsi que le “Fangballspiel” chanté au Moyen Age par le troubadour Walther von der Vogelweide (1170-1230), avaient certaines caractéristiques qui pourraient être décrites comme les formes originelles du handball.

C’est en Allemagne qu’est né le handball, inventé par un professeur de gymnastique, Konrad Koch (1846-1911) à la fin du 19e siècle et codifié ensuite par le Danois Frederik Knudsen en 1911. La version allemande se jouait à 11 contre 11, tandis que la version danoise se jouait à 7 contre 7. Cependant, certains pays pratiquaient depuis fort longtemps des jeux de ballons similaires.

En 1892, en Tchécoslovaquie, Joseph Klenker, inspecteur de gymnastique fit connaître sous le nom de “Ceska Hazena” un jeu de balle qui présentait de nombreux points communs avec le handball à 7. En 1904, le Danois Holger Nielsen propagea dans son pays un jeu de balle qu'il a inventé sous le nom de “handbold”. D’autres jeux de balle, régionaux ou nationaux tels que : en France, le jeu de Paume (Rabelais décrit au 16è siècle une forme de handball : “ils jouent à la balle en utilisant la paume”) mais surtout le ballon français, en Allemagne, la balle au but (Torball) ou le “Raffball” ont pu inspirer les créateurs du handball. En 1910, G. Wallström introduit le handball en Suède.

Entre 1938 et 1966, deux formes différentes de handball sont pratiquées. Elles possèdent chacune leur Championnat du Monde : une version jouée en extérieur sur un terrain de football par des équipes de 11 joueurs et une nouvelle version, préférée par les scandinaves, qui est jouée en salle, entre équipes de 7 joueurs.

 

La Fédération Internationale de Handball (IHF) a été créée en 1928 à l’occasion des Jeux Olympiques. L’un des fondateurs fut Avery Brundage, ancien président du CIO. Elle compte actuellement 159 membres avec près de 800 000 équipes, plus de 8 millions de licenciés et plus de 15 millions de pratiquants dans le monde. Elle est basée dans la ville de Basel en Suisse.

dessin

 

Le handball aurait fait son apparition en France vers 1932 dans quelques clubs travaillistes et civils d'Alsace. Une première fédération est créée le 1er octobre 1935 à Metz dont la présidence est assurée par M. Reinert. Le handball se développe surtout dans le milieu scolaire.

C’est en juillet 1941 que le handball prend son tournant et que la Fédération Française de Handball, sous sa forme actuelle, est officiellement créée. C’est Monsieur René Bouet qui assurera la première présidence de la F.F.H.B (2 360 clubs, 549 295 licenciés en 2017 dont 194 182 femmes, c'est le 3eme sport collectif français après le basket et le football).

 

Le 9 janvier 2019, la Maison de Handball, situé à Créteil dans le Val de Marne, a été inauguréé par le Président Macron.

En chiffres :

- 14 000 mètres carrés de surface
- Capacité d'hébergement de 144 lits
- 2 restaurants et des espaces de détente privatisables
- Auditorium de 300 places (accès PMR)
- 2 terrains d'entraînement et de compétition

 

Les dates marquantes

1917 : Premières règles présentées par l'Allemand Max Heiser. Le hand devient sport de grand terrain.

1925 : Le premier match international à onze entre l’Autriche et l’Allemagne, score: 6-3.

1935 : Premier match international France-Luxembourg.

1936 : Le hand à onze devient sport de démonstration aux J.O. de Berlin

1938 : Le premier Championnat du Monde à onze et à sept.

1957 : Premier Championnat du Monde du hand féminin (vainqueur : Tchécoslovaquie))

1972 : Le handball à sept devient sport olympique.

1976 : Le handball féminin entre dans l’Olympisme.

 

Le handball et l’Olympisme

Le handball était sport olympique en 1936, disputé sur gazon. Le handball actuelle (tournoi entre 12 équipes), joué en salle, fit son apparition aux Jeux de 1972. Le hand féminin (tournoi entre 10 équipes) est devenu sport olympique en 1976.

 

Format olympique

Les équipes sont réparties en deux poules de six, chez les hommes comme chez les femmes. Chaque équipe affronte les autres équipes de sa poule. La demi-finale se dispute entre les deux meilleures équipes de chaque poule. Les autres équipes s’affrontent pour déterminer le classement à partir de la cinquième place. Les vainqueurs de la demi-finale s’affrontent pour l’or et l’argent ; les vaincus pour le bronze.

Le hand français (hommes/femmes) c'est 30 médailles internationales : 14 d'or, 6 d'argent et 10 bronze.

 

Palmarès de l’équipe de France du Handball masculin

 

L'équipe de hand masculin tricolore possède le plus beau palmarès des sports d'équipes français. Elle est la seule équipe au monde ayant remporté tous les titres majeurs : championne olympique, championne du monde et championne d'Europe.

- Championne olympique en 2008 et 2012
- Championne du monde en 1995, 2001, 2009, 2011, 2015 et 2017
- Championne d’Europe en 2006, 2010 et 2014
- Vice championne olympique en 2016
- Vice championne du monde en 1993
- 3e du Mondial en 1997, 2003, 2005 et 2019
- 4e du Mondial en 2007
- 3e des J.O. en 1992
- 4e des J.O. en 1996
- 3e des championnats d'Europe en 2008 et 2018 (4e en 2000)
 

L'équipe de France masculine porte plusieurs noms : Les "Bronzés" en 1992, "Les Barjots" de 1993 à 1997, "Les Costauds" de 2001 à 2005, "Les Experts" depuis 2006.

 

Quintuplé historique

Les 'Experts' de Claude Onesta ont réussi un véritable exploit sportif en réalisant en sept ans un septuplé historique : champion olympique en 2008 et 2012, champion du monde en 2009, 2011 et 2015, champion d'Europe en 2010 et 2014. Du jamais vu dans un sport collectif tout court !

Palmarès de l’équipe de France du Handball  féminin
- Championne du monde en 2003 et 2017
- Vice championne olympique en 2016
- Vice championne du monde en 1999, 2009 et 2011
- Championne d'Europe en 2018
- 4e des J.O. 2004
- 3e du championnat d’Europe en 2002, 2006 et 2016

 

Compétition

Le handball est un jeu rapide entre deux équipes de sept joueurs qui se passent un ballon, l’attrapent et dribblent avec les mains en essayant de marquer le plus de buts possibles.

Le jeu se compose de deux mi-temps de 30 minutes, séparées par une pause de dix  minutes.

 

Il y deux sortes de jeu :

-          le handball à onze, disputé à l’extérieur.

-          le handball à sept, disputé en salle.

 

Des gestes techniques indispensables

       Chabala
C'est un geste technique offensif en handball. L'attaquant, au moment de marquer, fait semblant d'armer une frappe lourde, commence son geste et casse son poignet qui passera sous le ballon, afin d'envoyer une balle qui lobera. La balle passera très près de la tête du gardien alors en extension et qui aura (le plus souvent) fermé les yeux par réflexe. C'est le Polonais Daniel Waszkiewicz qui a introduit ce geste lors du Mondial universitaire en 1985.

       Kung-fu
Popularisé à l'origine par les nations asiatiques dans les années 1970, le kung-fu est l’un des gestes les plus spectaculaires du handball. Le tireur reçoit la balle alors qu’il se trouve en suspension au-dessus de la zone adverse. De cette position acrobatique, il doit tirer en direction du but avant de toucher le sol.

Schwenker
C’est un geste créé par Hinrich Schenker, un joueur allemand, qui lui a donné son nom. La “Schwenker” consiste à feinter le tir en suspension et à lâcher la balle toujours en étant en suspension. Une fois redescendu sur ses appuis, le joueur peut repartir en dribble et continuer son action. Généralement, les joueurs y ont recours lorsqu’ils font face à des défenses hautes qui cherchent à empêcher le tir lorsqu’ils sont lancés.

Roucoulette
La Roucoulette est un fouetté du poignet pour donner un rebond au ballon qui va contourner le gardien. Ce geste a été introduit par les ailiers comme Thierry Perreux et Eric Quintin et popularisé par Jackson Richardson .

      Espagnole
C'est l'enclenchement de jeu le plus basique. Le demi-centre va chercher un de ses deux ailiers par une course croisée. Ce dernier revient alors vers le centre du terrainnen ayant plusieurs options : il peut provoquer ou passer vers son arrière, qui arrive lancé tout droit plein centre et se retrouve ainsi en position idéale pour tirer.

      Temps mort
Pour une réorganisation tactique ou couper la dynamique de son adversaire, les entraîneurs ont la possibilité de prendre trois temps morts dans le temps réglementaire, au maximum deux par mi-temps.

      Engagement rapide
Après avoir encaissé un but, une équipe a la possibilité d'engager très vite depuis le rond central, même si les attaquants adverses ne se sont pas repliés dans leur camp.

       Défense étagée
Système de défense disposé sur plusieurs lignes de profondeur, comme la 1-5 où le joueur avancé fait en règle générale pression sur le demi-centre adverse. Le but est d'éloigner les tireurs de sa zone de défense. Se distingue de la défense à plat (0-6 ou 6-0).

       Bras levé
Lorsque l'arbitre estime un refus de jeu en phase offensive, il lève le bras. L'équipe en possession de la balle ne dispose alors que de six passes avant de déclencher un tir. Dans le cas contraire, la balle est rendue à l'adversaire.

       Suspension
Si l'arbitre juge qu'un joueur s'est rendu coupable d'un acte d'antijeu manifeste, il peut lexclure pour une durée de deux minutes, durant laquelle son équipe va jouer en infériorité numérique. Au bout de trois suspensions temporaires, le joueur est exclu définitivement.

 

Le terrain

dessin

Un terrain de handball mesure 40 mètres de long et 20 mètres de large. Une ligne centrale le divise en deux moitiés, avec une zone de but à chaque extrémité. Cette surface de but est en forme de D, suivant une ligne en arc de cercle reliant les coins jusqu’à six mètres devant les buts. Tous les points de cet arc de cercle sont situés à égale distance (six mètres) du point le plus près des buts.

Le but

 dessin

Un but est placé au milieu de la ligne de sortie de but, solidement fixé. Il mesure à l’intérieur 2 m de haut et 3 m de large. La surface de but est délimitée par une ligne de 3 m tracée à 6 m devant le but parallèlement à la ligne de but et prolongée à chaque extrémité par un quart de cercle de 6 m de rayon ayant pour centre l’arête interne postérieure de chaque montant du but. La ligne délimitant la surface est appelée ligne de surface de but.

Le ballon

 

 dessin

 

 -pour les hommes, le ballon doit mesurer au début du match de 58 à 60 cm de circonférence et peser de 425 à 475 grammes.

- pour les femmes, le ballon doit mesurer au début du match de 54 à 56 cm de circonférence et peser de 325 à 400 grammes.

 

Le nombre de joueurs

Une équipe se compose de 12 joueurs (10 joueurs de champ et 2 gardiens). 7 joueurs (6 joueurs de champ et 1 gardien) peuvent se trouver à la fois sur le terrain. Les autres joueurs sont remplaçants.

 

Durée

La durée du match est de deux mi-temps de 30 minutes, séparées par 10 minutes de pause.

Si un match doit être poursuivi jusqu’à ce qu’une équipe gagne, après une pause de 5 minutes, le choix du camp ou de l’engagement est à nouveau tiré au sort. La prolongation dure 2 x 5 minutes pour toutes les équipes (changement de camp sans pause).

Si le match est toujours nul après cette première prolongation, une seconde a lieu après 5 minutes de pause et un nouveau tirage au sort, d’une durée de 2 x 5 minutes (changement de camp sans pause).

 

Quelques règles

Validité du but

Un but est marqué lorsque le ballon tout entier franchit la ligne de but à l’intérieur du but et qu’aucune faute ne vient d’être commise par le lanceur ou ses coéquipiers avant ou pendant le tir.

Le gardien

Il est permis au gardien :

- de toucher sur la surface de but, dans un dessein de défense, le ballon avec n’importe quelle partie du corps ;

- de se déplacer sur la surface de but sans restriction avec le ballon ;

- de quitter la surface de but s’il n’est pas en possession du ballon et de pren­dre part au jeu.

Le jet de 7 mètres

1. Un jet de 7 m est ordonné dans les cas suivants :

- conduite irrégulière lors d’une occasion manifeste de marquer un but, cela sur toute la surface de jeu ;

- le gardien attire sur la surface de but le ballon qui se trouve au sol à l’extérieur de la surface de but ou rentre avec le ballon de la surface de jeu sur la surface de but ;

- violation de sa propre surface de but en désavantageant le joueur attaquant qui est en possession du ballon;

- lancer intentionnel du ballon à son propre gardien dans sa surface de but ;

- signal de fin de match non justifié lors d’une occasion manifeste de but ;

- déjouer une occasion manifeste de but par l’intervention d’une personne ne participant pas au jeu.

2. Le jet de 7 m est un lancer au but direct et il doit être exécuté dans les 3 secondes qui suivent le coup de sifflet de l’arbitre de champ.

3. Lors de l’exécution d’un jet de 7 m, le tireur ne doit ni toucher ni franchir la ligne de 7 m avant que le ballon n’ait quitté sa main.

4. Après un jet de 7 m, le ballon ne peut être joué à nouveau qu’après avoir touché le gardien, les montants du but ou la barre transversale.

 

 

Lexique

  Ailier : Joueur évoluant essentiellement sur le côté du terrain.
Arrière centre : Joueur placé au milieu du terrain qui dirige les attaques et tire ou tente de pénétrer la défense ; également appelé « meneur de jeu ».
Carton jaune : Carton que l’arbitre signifie un avertissement à un jour pour une infraction qu’il a commise.
Carton rouge : Carte signifiant que l’arbitre expulse un joueur du match.
Dribble : Déplacer le ballon en le faisant rebondir sur le sol.
Engagement : Tir depuis la ligne médiane à un co-équipier à moins trois mètres et derrière la ligne, en général pour recommencer le jeu.
Expulsion : Ejection d’un joueur sans autorisation de le remplacer.
Gardien de but : Joueur chargé de la défense des buts.
Jet d’arbitre : Similaire à l’entre-deux du basket-ball, l’arbitre lance la balle en l’air de sorte qu’un joueur de chaque équipe puise l’attraper et la contrôler.
Jet franc : Remise en jeu pour les attaquants sans intervention de la défense, accordée à la suite d’une faute mineure de l’adversaire.
Joueur de champ : Tout joueur sur le terrain à l’exception du gardien, également appelé « joueur de terrain ».
Joueur de ligne : Attaquant qui joue essentiellement autour de la ligne des six mètres ; également appelé « pivot ».
Joueur de terrain : Tout joueur sur le terrain à l’exception du gardien, également appelé « joueur de champ ».
Ligne arrière : Ligne traversant le fond du terrain, sans compter la ligne de but, également appelée « ligne extérieure de but".
Ligne de but : Ligne qu’un ballon doit franchir pour qu’un but soit marqué.
Ligne de jet franc : Arc de cercle marqué en pointillés à neuf mètres des buts, délimitant la zone où une équipe attaquante remet en jeu après qu’une faute a été commise dans cette zone ; également appelée la « ligne des neuf mètres ».
Ligne de limitation du gardien de but : Ligne de quatre mètres devant les buts marquant la limite jusqu’à laquelle un gardien peut avancer pour se défendre d’un penalty ; également appelée "ligne de quatre mètres".
Ligne de quatre mètres : Ligne de quatre mètres devant les buts marquant la limite jusqu’à laquelle un gardien peut avancer pour se défendre d’un penalty ; également appelée « ligne de limitation du gardien ».
Ligne de tir des sept mètres : Ligne de un mètre située à sept mètres des buts d’où les penalties sont tentés ; également appelée « ligne des sept mètres ».
Ligne de zone de but : Arc de cercle définissant la zone de but ; également appelée « ligne des six mètres ».
Ligne des neuf mètres : Arc de cercle marqué en pointillés à neuf mètres des buts, délimitant la zone où une équipe attaquante remet en jeu après qu’une faute a été commise dans cette zone ; également appelée la « ligne de jet franc ».
Ligne des sept mètres : Ligne de un mètre située à sept mètres des buts d’où les penalties sont tentés ; également appelée « ligne de tir des sept mètres ».
Ligne des six mètres : Arc de cercle définissant la zone de but ; également appelée « ligne de zone de but ».
Ligne extérieure de but : Ligne traversant le fond du terrain, mais ne comprenant pas la ligne de but, également appelée « ligne arrière ».
Ligne latérale : Ligne délimitant un côté du terrain.
Ligne médiane : Ligne séparant le terrain en deux moitiés.
Meneur de jeu : Joueur placé au milieu du terrain qui dirige les attaques et tire ou tente de pénétrer la défense ; également appelé « arrière centre ».
Penalty : Système de tie-break selon lequel, après un match à égalité, les joueurs de chaque équipe tentent de marquer contre le gardien adverse depuis la ligne des sept mètres afin de déterminer un vainqueur.
Pivot : Attaquant qui joue essentiellement autour de la ligne des six mètres ; également appelé « joueur de ligne ».
Remise en jeu sur touche : Tir depuis le côté du terrain pour relancer le jeu après que la balle a franchi les lignes latérales.
Renvoi du gardien : Remise en jeu du ballon par le gardien vers l’un de ses co-équipiers, après que le ballon a franchi la ligne arrière en ayant été touché par le gardien ou la défense en dernier.
Suspension de deux minutes : Pénalité en cas de deuxième avertissement ou pour tout comportement irrégulier ou anti-sportif grave. Au bout des trois suspensions temporaires, le joueur est exclu définitivement.
Tir de coin : Lancer effectué par un attaquant depuis un coin du côté attaquant du terrain, destiné à remettre la balle en jeu après que celle-ci a franchi la ligne arrière et qu’un défenseur autre que le gardien de but l’a touché.
Tir de penalty : Tir de sept mètres vers les buts uniquement paré par le gardien et accordé à la suite d’une faute grave ou parce que la défense a irrégulièrement empêché une belle chance de marquer un but ; également appelé « tir de sept mètres ».
Tir de sept mètres : Tir effectué à sept mètres vers les buts uniquement paré par le gardien et accordé suite à une faute grave ou parce que la défense a irrégulièrement empêché une belle chance de marquer un but ; également appelé a « tir de penalty ».
Tir en suspension : Essai de tir en sautant.
Tireur : Joueur, en général grand et bon sauteur, qui tire depuis le fond du court.
Zone de but : Surface en forme de D avançant sur une zone de six mètres depuis les buts et occupée uniquement par le gardien.

 

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


        Club Finales gagnées Finales perdues Nombre Années Nombre Années 1 Paris Saint-Germain 4 2014, 2015, 2016, 2019 1 2017 2 Montpellier Handball 3 2010, 2011, 2018 1 2019 ...
L'une de stars de l'équipe d'Islande (quelque 1 600 buts en 300 rencontres au poste de ailier depuis 1999), il est le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale. Vice-champion olympique en 2008 (élu meilleur ailier gauche du tournoi). 3eme des championnats d'Europe en 2010 (élu meilleur ailier gauche en 2012). Meilleur buteur du championnat du monde en 2007. Meilleur buteur du championnat d'Allemagne en 2006. Vainqueur de la Coupe de l'EHF en 2005 ave...
Vice-champion du monde en 2017 et 2019 (élu meilleur arrière gauche du tournoi les deux fois). 4eme du championnat d'Europe en 2016 (élu meilleur demi-centre du tournoi en 2016 et 2018). Champion du Danemark en 2017 (meilleur buteur) avec Aalborg. Il a rejoint le Paris-SG en 2017, avec qui il remporte le championnat de France en 2018 et 2019, la coupe de France en 2018, la coupe de la Ligue en 2018 et 2019 et le Trophée des champions en 2019. 80 sélections (346 buts). ...
Champion du monde en 2013 (3eme en 2011, 4eme en 2015) et champion d'Europe en 2018 (2eme 2006 et 2016, 3eme en 2014 ; 4eme et élu meilleur défenseur en 2012). Vainqueur de la coupe de l'EHF en 2003 (finaliste en 2002) et champion d'Espagne en 2003, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018, vainqueur de la coupe d'Espagne en 2011, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018, de la Ligue des champions en 2015 (finaliste en 2001) et du Super Globe en 2013, 2014 et 2017 avec Barcelone. Vai...
  Grand, puissant, mobile, "NK" est la superstar du handball et la plaque tournante des Bleus (61 trophées majeurs en équipe nationale ou en club, un record). Né à Nis en Serbie, il est un des meilleurs joueurs de la planète qui a été élu meilleur joueur du monde en 2007 et 2014 par la Fédération Internationale. Il remporta le titre olympique en 2008 et 2012 ( 2eme en 2016 ; élu meilleur demi centre du tournoi en 2012), le titre mondial en 2009, 2011, 2015 et 2017 (3eme en 2003,...
Né en Nis en Serbie. Ancien espoir du tennis français, il a été champion d'Europe en 2014 (3eme en 2018), champion du monde en 2015 et 2017 (3eme en 2019) puis vice-champion olympique en 2016 (85 sélections et 97 buts). Il n'a pas disputé la totalité des matches lors des Mondiaux 2017 car il fut blessé à la cheville droite lors du 2eme match face au Japon. Champion de France en 2009, 2010, 2011 et 2012, vainqueur de la coupe de France en 2009, 2010 et 2012, de la coupe de la Ligue en...
Un shooteur exceptionnel. Il est l'une des stars du handball mondial qui joue actuellement au poste d'arrière gauche au PSG. Il a été élu meilleur joueur du monde en 2011, 2015 et 2018 par la Fédération Internationale de Handball (record qu'il co-détient avec le français Nikola Karabatic). Champion olympique en 2016 (élu meilleur joueur du tournoi), champion du monde en 2019 (2eme en 2011 et 2013, 4eme en 2009 ; élu meilleur buteur en 2011 et 2019, meilleur joueur en 2013 et 2019...
Champion du monde en 2017 (élu meilleur gardien de la compétition ; 3eme en 2019), champion d'Europe en 2014 (3eme en 2018 ; élu meilleur gardien de la compétition en 2018) et vice-champion olympique en 2016. Vainqueur de la Ligue des Champions en 2018 (Montpellier), champion de France en 2008 (avec Montpellier) et 2014 (avec Dunkerque), vainqueur de la coupe de France en 2008, 2016 (Montpellier) et 2011 (Dunkerque), de la coupe de la Ligue en 2007, 2008, 2016 (Montpellier), 2009 (Istres...
Champion olympique en 2008 et 2012 (2eme en 2016), champion du monde en 2009, 2011 et 2017 (3eme en 2019, 4eme en 2007), un triplé historique pour le handball français. Champion d'Europe en 2006, 2010 et 2014 (3eme en 2008 et 2018 ; élu meilleur ailier droit en 2010 et 2014). 233 sélections depuis 2005 comme ailier droit (738 buts). Champion de France avec Ivry en 2007, un club pour lequel il a joué de 1996 à 2007. Il a joué de 2008 à 2012 dans le championnat espagnol, à Ciudad Real deve...
Ce tournoi a été créé en 2010 par la Ligue Nationale de Handball. Il oppose le vainqueur du championnat de France, de la Coupe de France, de la Ligue ainsi que l'équipe la mieux classé en championnat en dehors de ces trois équipes. Le Trophée des Champions se déroule début septembre avant le début du championnat de France.  ...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - olivier girault - belgacem filah - thierry omeyer - jackson richardson - valeria bese