Happy Birthday :
lundi 23 octobre 2017
Bowling
 
Bowling - Tout savoir sur le bowling - Article du : 28/04/2014
Sommaire article
HistoriqueLa Fédération française des sports de quilles
La fédération mondiale amateursRègles et principes
PrincipeLa piste
L'équipementLes quilles
Les boulesLes règles principales
Généralités et définitionsLe “strike” et le “doublé «
Score parfaitLe “spare”
Le “split”Le “trou”
Lexique

 Bowling

dessin

Historique

“Messes et vêpres de quilles n’enrichissent pas la famille”.

Cet ancien proverbe béarnais est sans doute lié à la naissance du bowling. Si le jeu de quilles est né pour amener les pécheurs à une vie meilleure, il semble bien que le bowling soit né pour que tous, pécheurs ou non, assistent aux offices religieux dominicaux.

En 1895, l’égyptologue anglais Flinders Petrie trouve à Nagada, des éléments d’un jeu composé de petits objets en albâtre en forme de vases accompagnés de 4 billes en porphyre blanc et noir datant de 5000 avant J.-C. Il s’agissait d’un sport ancien en Égypte et pratiqué plus tard par les Romains et les Grecs.

Le jeu à 9 quilles commençait à devenir populaire entre 1835 et 1840, mais un pasteur auquel ce jeu de 9 quilles (ninepins) retirait ses ouailles à l’heure de l’office réussit à obtenir un décret en interdisant la pratique. Les joueurs les plus acharnés eurent alors l’idée d’ajouter une dixième quille leur permettant ainsi de contourner la loi, le “tenpin bolling” était né. Une société fut créée afin de superviser le bowling et d’en codifier les règles (vers 1850). Le 9 septembre 1895 l’American Bowling Congress voyait le jour, son premier secrétaire fut Elmer H. Baumgartner. Le premier championnat de l’ABC eut lieu à Chicago en 1901 et le premier joueur qui réalisa la partie parfaite de 300 points fut William Knox de Philadelphie en 1913.

Le plus grand nombre de strikes consécutifs (record homologué par l’A.B.C.) est de 29. Deux joueurs sont inscrits sur les tablettes : F. Carvana de Buffalo en 1924 avec 300-300 et 5 strikes et Max Stein de Los Angeles en 1939 avec 6 strikes, 300 et 11 strikes. En avril 1971 un professionnel japonais a réalisé 35 strikes consécutifs (300-300-299), mais ce record n’a jamais été homologué pas plus que celui de Glenn Allison (La Habra, Cali­fornie) qui a joué 3 fois 300 consécutifs (36 strikes), le 1er juillet 1982. En France, on comptait, au 31 juillet 1987, 23 parties parfaites à 300 points officiellement homologués.

Le premier “300” a été réalisé le 25 juin 1978 à Rennes par le parisien Jean-Pierre Courel et Patrick Rolland (Rouen, champion du monde 1987 en simple) en a réalisé sept à lui seul, ce fait est unique en Europe mérite d’être signalé. Les Championnats du Monde ont lieu tous les 4 ans depuis 1963, les premiers ont eu lieu en 1923. Le tournoi masculin le plus prestigieux est le Masters Bowling Tournament créé en 1951 et le tournoi féminin le plus important est le Queens Tournament créé dix ans plus tard. En 1952, les premiers dispositifs électroniques sont apparus remplaçant les quilles après chaque lancer, une véritable révolution. Les compteurs automatiques ont été introduits dans les années 80.

Le bowling tel qu’il est joué actuellement est arrivé en France à la fin de la dernière guerre avec les Américains qui les installèrent sur leurs bases.

La Fédération française des sports de quilles dont dépend la section bowling a été créée en 1958.

26 000 licenciés – Hommes : 13 000 - Femmes : 13 000 - 516 clubs

 

La fédération mondiale amateurs

, fondée en 1952, regroupe tous les sports de quilles qui sont divisés en deux divisions : le “ninepin” (sports à neuf quilles) et le “tenpin” (sport à dix quilles). La “Tenpin Bowling” (WTBA ou World TenPin Bowling association) est la division la plus importante avec 123 fédérations affiliées.

 

Actuellement, 100 millions de joueurs dont 2 000 professionnels dans plus de 100 pays pratiquent le bowling. 10 millions d’entre eux font régulièrement de la compétition. Le bowling était sport de démonstration aux J.O. de Séoul en 1988.

 

Il y a 149 Bowlings homologués en France, soit 1859 pistes. Parmi les plus importants : Lomme et Thiais avec 32 pistes ; Nice Acropolis et Plan de Campagne avec 30 pistes ; Grand Quevilly avec 28 pistes ; Dijon Marsannay avec 26 pistes ; Besançon, Bordeaux Mérignac, Echirolles, Paris la Chapelle, Paris Bois, Toulon et Villeneuve d’Ascq avec 24 pistes.

 

Les deux endroits de référence pour le bowling sont le Musée mondial de Bowling à Saint-Louis et le National Bowling Stadium de Reno (USA) inauguré en 1995 : 80 pistes sans poteau, plus de 800 places de gradins confortables et bien situées, centre de presse, gestion des épreuves, galerie marchande d’accessoires du bowling.

Pour son inauguration en 1995, le stadium a reçu les championnats du monde amateurs accueillant les équipes de 65 pays ainsi que les championnats USA avec 15 000 équipes de 5. 

Règles et principes

Principe

Renverser les 10 quilles sur le premier lancer à l’aide d’une boule et en cas d’échec, de faire tomber les restantes avec une deuxième.

La piste

Elle mesure 106 cm de large et 24,95 mètres de long et débute par une zone d’approche ou d’élan de 4,87 m qui se termine par une ligne de couleur sombre. C’est la “ligne de faute” qui ne doit en aucun cas être franchie ou piétinée. Ensuite on trouve une rangée de points à 2,13 mètres de la ligne de faute et des repères triangulaires (flèches) 2,67 m plus loin. Les premières zones sont en érable. La zone de roulement (13,49 m) est en pin. A la fin de la piste se trouve la surface où les quilles attendent le choc de la boule (0,88 m et en érable).

dessin

Au total, la boule doit parcourir 19,16 m entre le moment où elle quitte la main du joueur et celui où elle touche la première quille.

 

L'équipement

Les quillesdessin

 

Elles sont en bois d’érable revêtu de matière plastique laquée. Elles mesurent 38,10 cm de haut et 11,43 cm à l’endroit le plus large tandis que la base est de 5,7 cm et le poids de 1530 grammes au minimum. Elles sont disposées en un triangle équilatéral de 0,912 m de côté. L’écart entre chaque quille d’axe en axe est de 30,40 cm. Chaque position de quille porte un numéro. Dans toutes les machines, il y a 20 quilles : les dix en place sur la piste et dix autres en préparation pour le lancer suivant. Leur centre de gravité est tel que penchée de 8°, une quille ne tombe pas toujours, à partir de 9° la chute est certaine.

 

Les boules

dessin

Les boules ont des poids différents. Le maximum est de 7,258 kg (16 livres), le minimum pour les enfants est de 6 livres. Les dimensions sont toutes identiques : 22 cm de diamètre et 69 cm de circonférence. Les boules sont composées d’une coquille un peu épaisse (pour trouver le poids recherché) et, à l’intérieur de cette coquille (en plastique, fibre de verre, etc.) on trouve différents matériaux qui ne doivent en aucun cas influer sur l’équilibre de la boule.

Les règles principales

Généralités et définitions

Une partie de bowling comprend 10 jeux (ou frames); chaque joueur lancera deux boules à chacun des neuf premiers jeux, sauf s’il réussit un “strike”. Le joueur qui réussit un “strike”ou un “spare” au 10e jeu lancera une boule supplémentaire en cas de “spare” et deux boules supplémentaires en cas de “strike”.

Une boule est régulièrement jouée lorsqu’elle quitte la main du joueur et franchit la ligne de faute pour entrer dans l’aire du jeu.

Le “strike” et le “doublé «

Un “strike” est compté lorsqu’un joueur fait un lancer régulier et qu’il renverse l’ensemble des 10 quilles avec la première boule. Il est désigné par un (x) dans le petit carré à l’angle supérieur droit de la frame sur laquelle les 10 quilles ont été renversées avec la première boule. Le compte des points dans chaque jeu où un “strike” a été réalisé sera laissé en suspens jusqu’à ce que le joueur ait lancé ses deux boules suivantes. Le nombre maximum de points pour un “strike” lorsqu’il est suivi d’un “spare” est de 20.

Un joueur qui fait deux “strikes” con­sécutifs réussit un “doublé”. Le compte des points dans le jeu où le premier “strike” a été fait sera laissé en suspens jusqu’à ce que le joueur ait lancé sa boule suivante. Lorsque toutes les quilles auront été renversées deux fois de suite, le compte des points pour le premier “strike” est de 10 + 10 + 10 + le nombre de quilles renversées avec la première boule du troisième jeu suivant.

Le nombre maximum de points pour un “doublé” comprenant un tombé de neuf quilles pour la première boule suivant le deuxième “strike” est de 29.

En réalisant trois “strikes” consécutifs, le joueur obtiendra 30 points pour la frame dans laquelle a été fait le premier “strike”. Ainsi, dans une partie, un joueur doit effectuer les 12 “strikes” consécutifs pour atteindre 300 points – 300 points étant le score maximum.

Pour réaliser un strike parfait, la boule doit glisser et rouler entre 25 et 27 km/h tout en effectuant de 12 à 14 rotations sur elle-même.

 

Score parfait " 300 "

Le plus grand nombre de strikes consécutifs (record homologué par l’A.B.C.) est de 29.

Deux joueurs sont inscrits sur les tablettes : F. Carvana de Buffalo en 1924 avec 300-300 et 5 strikes et Max Stein de Los Angeles en 1939 avec 6 strikes, 300 et 11 strikes. En avril 1971 un professionnel japonais a réalisé 35 strikes consécutifs (300-300-299), mais ce record n’a jamais été homologué pas plus que celui de Glenn Allison (La Habra, Californie) qui a joué 3 fois 300 consécutifs (36 strikes), le 1er juillet 1982. En France, on comptait, au 31 juillet 1987, 23 parties parfaites à 300 points officiellement homologués.

Le 1er score parfait homologué en France fut réalisé par Jean Pierre COUREL en juin 1978 et par Jacqueline BOISSIERE, pour les dames, le 6 juin 1982.

En septembre 2000, la fédération a homologué 243 scores parfaits pour les hommes et 4 pour les dames dont : 9 pour Patrick Rolland (champion du monde en simple en 1987) ; 6 pour Claude BOUCHEREAU; 5 pour Patrick WATTIEZ  et Yvan AUGUSTIN ; 4 pour Albert ARAMA, Eric PERRO, Bertrand PUJOL ; et 3 pour Pascal AUSSUDRE et François SACCO.

 

Le “spare”

Un joueur qui renverse l’ensemble des dix quilles avec deux boules régulièrement lancées, dans une frame quelconque, a réussi un “spare”. Un “spare” est désigné par un (/) dans le petit carré à l’angle supérieur droit de la case dans laquelle il a été fait, le nombre de quilles renversées avec la première boule dans le cas du “spare” doit être marqué par un petit chiffre à l’angle supérieur gauche de la case figurant dans le jeu. Dans ce cas encore, le compte des points sera laissé en suspens jusqu’à ce que le joueur ait lancé la première boule de la frame suivante. Le nombre de quilles renversées sera alors ajouté aux dix quilles représentant le “spare”, et le total sera porté au crédit du joueur. Lorsqu’un “spare” est obtenu à la 10e frame, une boule supplémentaire sera octroyée.

Pour la fermeture des spares, il existe une règle primordiale :

Changer son point de départ ou la position des pieds mais jamais son point de visée (la flèche sur la piste) tout en conservant le même mouvement, la même synchronisation et la même vitesse de boule.

Sans strike ni spare, une partie peut atteindre un maximum de 90 points, il est facile de constater qu’une partie réalisée par un joueur renversant 9 quilles avec sa première boule et faisant spare avec la seconde, tout au long des 10 frames, atteindra un score de 190.

Le “split”

Un “split” est un ensemble de quilles restées debout après le lancement ré­gulier de la première boule, à condition que la quille n° 1 ait été renversée.

Le “trou”

On considère qu’un joueur a fait un “trou” lorsqu’il ne réussit pas à renverser l’ensemble des dix quilles après deux envois.

Lexique

Pinspotter : Inventée en 1946, c’est la machine qui ramasse les quilles.

Spot : la place d’une quille.

Kick-back : Les back : les cloisons des rigoles délimitant la piste.

Pin-deck : La deck : la zone en érable sur laquelle sont posées les quilles. La zone de départ est en érable, la zone de roulement est en pin.

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Championnat du monde PBA (Professional Wowlers Association) est le championnat du monde professionnel...
Championnat du monde PBA (Professional Wowlers Association) est le championnat du monde professionnel...
6 fois champion du Monde et vainqueur de 112 tournois. Considéré comme le plus grand joueur de tous les temps. Copyright Sportquick/Promedi...
Vainqueur de 21 titres professionnels entre 1975 et 1988. Elu meilleur joueur de l’année en 1987. Copyright Sportquick/Promedi...
'Joueuse de l'année' en 1998 (victorieuse de l'US Open en 1994 et 1998). Elle est la première femme à avoir dépassé la barre d'un million de dollar de gains. 30 victoires en tournoi. Copyright Sportquick/Promedi...
La meilleure française du moment. Plusieurs fois recordwoman de France et médaillée d'argent aux Jeux Mondiaux de 1997. Copyright Sportquick/Promedi...
a réalisé 853 sur 900 en 3 parties (record féminin). Copyright Sportquick/Promedi...
Elue à neuf reprises 'Joueuse de l'année' entre 1950 et 1963. Huit fois victorieuse à l'US Open. Copyright Sportquick/Promedi...
Championne d'Europe en 2001. Copyright Sportquick/Promedi...
Gagnante de la Coupe du monde en 1996. Copyright Sportquick/Promedi...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici