Happy Birthday :
samedi 25 novembre 2017
Alpinisme
 

La pré-acclimatation à domicile, un raccourci pour l'Everest - Le 12/05/2017 à 15:11

© AFP/Roslan RAHMAN
A Singapour, Brooks Entwisle se prépare à l'Everest, grâce à l'entraînement hypoxique

Pendant que d'autres aspirants à l'Everest montaient en avril au camp de base au pied de la montagne, Brooks Entwistle préparait tranquillement à Singapour le 13e anniversaire de sa fille et l'assemblée générale de son entreprise. En se glissant toutefois la nuit, chez lui, dans une tente raréfiant l'oxygène.

Plutôt que de dormir tranqilement dans son lit, cet associé du fonds d'investissement Everstone a, pour préparer son ascension, recouru à cette tente recréant les conditions atmosphériques en très haute altitude. Il a désormais rejoint les flancs de l'Everest et espère atteindre le toit de la Terre en seulement 35 jours, soit moitié moins de temps que n'en requiert une ascension traditionnelle.

Pendant des décennies, monter au sommet de l'Everest a nécessité de passer au moins deux mois en montagne. D'ordinaire, les alpinistes effectuent des navettes entre plusieurs campements (côté népalais, un campement de base à 5.364 mètres d'altitude puis quatre plus hauts), placés à différents paliers, pour conditionner leur organisme à un environnement pauvre en oxygène.

Mais la pré-acclimatation, avec ses tentes et autres masques hypoxiques, qui restait marginale dans la communauté des alpinistes, gagne du terrain depuis quelques années.

Le sujet divise le petit monde de la montagne, entre ceux qui y voient un outil de l'alpinisme moderne et les puristes qui la dénoncent comme une facilité dangereuse.

De plus en plus de compagnies de guides offrent maintenant des forfaits "ascension rapide", qui permettent à leurs clients de commencer leur préparation dans une tente chez eux avant de boucler l'ascension de l'Everest en seulement quelques semaines.

- Deux fois plus cher -

Cette année, outre Brooks Entwistle, des grimpeurs d'au moins deux autres expéditions s'attaquent aux flancs de l'Everest en s'étant préparés dans des tentes hypoxiques de pré-acclimatation.

Un gain de temps qui a toutefois un prix conséquent: ils ont dû débourser entre 75.000 et 85.000 euros chacun, soit le double du prix d'entrée pour la méthode traditionnelle.

© AFP/Roslan RAHMAN
Dans une tente raréfiant l'oxygène, le 22 avril 2017 à Singapour, Brooks Entwisle demontre sa pré-acclimatation pour l'Everest

Les partisans de la pré-acclimatation mettent en avant que passer moins de temps en montagne réduit les risques de gelures, d'accidents et l'extrême perte de poids associés à l'alpinisme en très haute altitude.

"Les gens sont en fait en bien meilleure forme pour la montée car ils ne passent pas autant de temps en montagne", explique Adrian Ballinger, d'Alpenglow Expeditions, qui a commencé à expérimenter les tentes en 2011.

En 2014, Brooks, le financier de Singapour, avait réussi à obtenir un rare congé de neuf mois. Il s'était dirigé vers l'Everest début avril pour commencer à s'acclimater, avec un assaut vers le sommet prévu pour mi-mai. Mais son programme a été bouleversé par une avalanche meurtrière qui a tué 16 guides Sherpas et mis prématurément fin à la saison de printemps.

"Je n'ai plus ce temps maintenant. Il me serait impossible de monter l'Everest sans cette méthode" de pré-acclimatation, raconte-t-il.

- Nouvel outil ? -

Les tentes hypoxiques sont une technique utilisée de longue date par les athlètes de haut niveau pour développer leurs capacités respiratoires en augmentant la concentration de globules rouges dans leur sang.

L'injection de nitrogène dans cet espace hermétique conduit à réduire la présence d'oxygène à des niveaux équivalents à ceux de la haute altitude.

"Les alpinistes ont utilisé les technologies de l'époque au maximum de leurs possibilités, que ce soit pour les communications ou l'entraînement. Aujourd'hui, l'entraînement hypoxique est l'un de ces outils", estime Adrian Ballinger, qui emmènera Brooks Entwistle et un autre client sur l'Everest depuis le versant tibétain au nord.

Le guide requiert de ses alpinistes en forfait "ascension rapide" d'avoir déjà conquis au moins l'un des quatorze sommets du monde de plus de 8.000 mètres.

Une entreprise compte même aller plus loin: l'autrichienne Furtenbach Adventure proposera l'an prochain un "Everest éclair" qui promet de toucher la cime en moins de quatre semaines, grâce aux tentes hypoxiques et à davantage d'oxygène en bouteille durant la montée.

- 'Charlatanisme' -

Pour le vétéran d'expédition Simon Lowe, un farouche détracteur de la pré-acclimatation qui croit dur comme fer à la méthode traditionnelle, tout cela relève du "charlatanisme". La pré-acclimatation "est l'inverse de ce qui, d'expérience, fonctionne", dit-il. Il estime que les opérateurs arrivent à ces performances uniquement en fournissant beaucoup plus de bouteilles d'oxygène à leurs grimpeurs.

© AFP/Roslan RAHMAN
La boxe hypoxique pour l'Everest, également au programme de Brooks Entwistle

Cela requiert en outre des Sherpas qu'ils effectuent plus de courses risquées pour aller déposer les bouteilles au préalable sur le parcours, dénonce-t-il. Et davantage de déchets viennent polluer les flancs de cette montagne très fréquentée.

"Si vous étendez cela à tout le monde, ce sera un désastre. (Les marcheurs pré-acclimatés) n'auront pas la flexibilité pour répondre à l'Everest et à sa météo et prendront des risques qui mettront tout le monde en danger", met en garde M. Lowe.

Son scepticisme n'est pas partagé par tout le monde. Ainsi l'alpiniste américain Kent Stewart compte bien, en se pré-acclimatant auparavant, boucler avec l'Everest son tour des "Sept sommets", qui consiste à dompter la cime de chaque continent du globe.

"Vous mangez et dormez à la maison et n'êtes pas exposé aux dangers de la montagne", estime-t-il.

Résultats et Champions

L’Himalaya     Mount Everest - L'ascension la plus rapide de tous les temps de l'Everest, tous styles confondus, a été réalisée en 1996 par l'Italien Hans Kammerlander, qui a mis 16 h 45 min pour atteindre le toit du monde en partant du camp de base avancé à 6.500 mètres. Il existe également différentes voies pour rallier le sommet. - L'alpiniste espagnol Kilian Jornet assure avoir pulvérisé le 22 mai 2017 le record mondial de vitesse de l'ascension de l'Everest, ...
Il grimpait seul, sans cordes et a ouvert des voies les plus dangereuses en des temps record. Charpentier de formation, il fait partie des légendes. Adepte du 'speed climbing' (ascension rapide), surnommé 'The Swiss Machine' des cimes, il était l'un des porte-drapeaux de l'alpinisme.  Premier alpiniste à avoir atteint l'Eiger par la face nord. Il a notamment réalisé en 2008 l’ascension des Grandes Jorasses dans le massif du Mont-Blanc (1 200 mètres de par...
Le 3 juin 1950 à 14 heures, il a vaincu l'Annapurna, dans l'Himalaya, accompagné de Louis Lachenal (avec qui il formait la cordée de pointe), Gaston Rébuffat, Lionel Terray, Marcel Ichac, Jean Couzy, Marcel Schatz, Jacques Oudot (médecin) et Francis de Noyelle (agent de liaison). C'était la toute première fois qu'un sommet de plus de 8 000 m a été franchi (22 expéditions ont échoué avant eux). Devenu un héros national, il s'y était gelé les pieds et les mains et a été amp...
Fils de fermiers et apiculteur de profession, il a été le plus mythique des alpinistes, et le premier avec son sherpa Tensing Norgay, à avoir gravi l'Everest. Le 29 mai 1953 à 11h30, il a planté à 8 848 mètres l'Union Jack ainsi que les drapeaux du Népal, de l'Inde et des Nations Unies sur le sommet de la plus haute montagne de la planète.Il a, par la suite, gravi dix autres sommets himalayens entre 1956 et 1965. Il a aussi atteint le Pôle Sud le 4 janvier 1958 avec l'expédit...
Un des plus grands alpinistes de tous les temps et une légende de l'alpinisme italien, il a signé quelques-unes des ascensions les plus audacieuses et complexes des années 1950 et 1960 avec, entre autres, l'escalade de la face est du Grand Capucin sur le Mont-Blanc (1951) et du pilier sud-ouest des Drus en solo (le premier à l'avoir réussi, en 1955), les ascensions du K2 (en 1954), du Gasherbrum IV (1958) et de la face nord en solitaire et en hiver du Cervin (en 1965).   Co...
  MÉRIBEL (Savoie) CHAMPIONNAT DE FRANCE DE SKI ALPINISME Samedi 14 et dimanche 15 janvier 2017 Méribel (Savoie) accueille pour la deuxième année consécutive le Championnat de France de Ski Alpinisme. Cet événement réunit les meilleures athlètes de la discipline tels que Killian Jornet, William Bon Mardion, Mathéo Jacquemoud, Emelie Forsberg, Laetita Roux, Corinne Favre... présents en 2016 et attendus cette année. Organisé par Méribel Sport Montagne et Méribel Tourisme, le Championnat de Fran...
Crée par le groupe de Haute Montagne (GHM) et le mensuel Montagnes Magazine, le Piolet d’Or récompense depuis 1991 le plus grand exploit de l’année en montagne soit les plus grandes ascensions de l’année sur les plus beaux sommets du monde qui mettent en avant «l’imagination dans la recherche d’itinéraires innovants, l’économie maximale de moyens, la mise à profit de l’expérience, le respect des hommes et de la nature». Depuis 2009, il existe le ...
Il est à ce jour le premier et le seul Américain à avoir atteint les quatorze sommets à plus de 8 000 m dans le monde sans apport d'oxygène en espace de dix-huit ans entre 1989 et 2005 (Annapurna en mai). Il a participé à 29 expéditions dans l'Himalaya en atteignant vingt sommets dont sept fois le Mount Everest. Il est également vétérinaire. ...
A la tête d'une équipe de quatorze Japonaises, elle est devenue le 16 mai 1974 la première femme à avoir vaincu l'Everest. Le 4 mai, l'aventure faillit tourner à la catastrophe lorsqu'une avalanche ensevelit l'ensemble du campement. Les Sherpa et les femmes réussirent à s'extraire. Junko perdit connaissance mais fut sauvée par les guides népalais. Douze jours après l'avalanche, elle atteignit le sommet de l'Everest. Le 28 juin 1992 après l'ascension de Puncak Jaya, elle fut également la premiè...
Spécialiste du ski-alpinisme. Il détient le record de la course du Mont-Banc (départ et arrivée à Chamonix) depuis mai 2007 en 5h15mn47s (4h7mn pour la montée et 1h7mnpour la descente). Champion du monde en individuel en 2002,  par équipes en 2006 et avec le relais en 2004 (2eme en 2006; 2eme du combiné en 2002). Il a notamment remporté la fameuse course Pierra Menta en 2001 (avec Pierre Gignoux) et en 2005 et 2006 (avec Patrick Blanc. Il  a trouvé la mort dans un accident survenu lors d'une ten...
CHAMPIONNAT DE FRANCE DE SKI ALPINISME 2017
Les 33 alpinistes qui ont gravi les quatorze 8 000 mètres de la planète (avril 2017)
Piolet d'Or
SILVA - Orientation
SILVA - Outdoor
Un nouveau défi sportif : l’ascension du Mont-Blanc

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 -  -  -  sans personnalité - gerard gentil -