mercredi 17 juillet 2019
Natation
 

Natation - Règlement et historique

Choice your language :     

 

Natation  

dessin

 

 

 

 

 

 

L’homme préhistorique devait nager afin de franchir les rivières et traverser des lacs. La natation remonte à la préhistoire, mais elle ne devient véritablement un sport qu’au début du 19e siècle.

Historique

On retrouve dans la mythologie grecque des références à la natation : Léandre qui traversait à la nage le Hellespont pour retrouver Héro. L’historien grec Pausanias décrit des épreuves de natation.

Déjà à Rome (Jules César était un bon nageur) et au Japon sous le règne de l’Empereur Sugui, en l’an 36 avant notre ère, avaient lieu des courses de nage. Ce fut d’ailleurs le Japon qui le premier, en 1603, institua des courses inter-écoles.

L’essor de la natation mondiale se fit à Londres en 1837 avec les premières courses de natation (la brasse était le mouvement le plus pratiqué), organisées par une société sportive : la “National Swimming Association”. En 1846, à Sydney en Australie, fut organisé le premier championnat sur une distance de 440 yards (en 8 minutes et 43 secondes). En 1858, près de Melbourne à Saint-Kilda, naquit le premier championnat du monde, le 9 février sur 100 yards. Son vainqueur fut l’Australien Jo Bennet

Le 7 janvier 1869, la première association de club vit le jour à Londres : Association Metropolitan Swimming Club. Le 11 février, elle définissait les premières règles de compétitions sous l’égide de l’un des membres, W. Ramsden. En 1889, les premiers championnats d’Europe furent organisés à Vienne, dans une seule distance, les 1500 m remporté par l’Autrichien Von der Strass.


 

Le premier record homologué par l'Association Métropolitain Swimming (Club de Londres) fut réalisé en 1871 par
l'Anglais Winston Cole: le 100 yards en 1'15.

 

La Fédération Internationale de Natation Amateur (FINA) fut fondée en 1908 par dix nations (l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, la Hongrie, l’Irlande, le Pays de Galles et la Suède). Basée à Lausanne en Suisse, elle compte 194 pays membres.

dessin

 

Les grandes dates de la natation

- 1875 : Le Capitaine Matthew Webb fut le premier à traverser la Manche (entre Douvres et Calais en 21h45min.) en utilisant une nouvelle technique, la nage ‘Trudgeon’ (du nom de Arthur Trudgeon, entraîneur de natation, qui rapporta cette technique d’Amérique du Sud), une variante de crawl avec des battements en coup de ciseaux.

- 1893 : En observant des nageurs des îles Salomon qui se déplaçaient dans l'eau à l'aide d'un battement des jambes quasiment tendues, l’Anglais Frederick Cavill (émigré en Australie) enseignait ce mouvement à ses six fils. Charles fut le premier à traverser le ‘Golden Gate’ à San Francisco, Dick battit le record du monde du 100 yards en 1902. Ce mouvement allait devenir le fameux crawl australien.

- 1904 : Le Hongrois Zoltan Halmay devient champion olympique des 50 et 100 yards en appliquant le crawl.

- 1912 : Le Hawaiien Duke Kahanamoku introduisait le crawl (avec un battement qui partait depuis la hanche et en faisant passer ses bras au-dessus de sa tète) en compétition aux Jeux Olympiques de Stockholm. L'Américain Harry Hebner est le premier à nager le dos crawlé.

- 1922 : L'Américain Johnny Weissmuller , le futur Tarzan à l’écran,  est le premier à nager le 100 m en moins d'une minute (58”6). Il rythme ses respirations sur ses mouvement des bras.

- 1926 : Premier championnat d’Europe sur plusieurs distances ; la triple médaillée Olympique, l’Américaine Gertrude Ederle est la première femme à réussir la traversée de la Manche (entre le Cap-Nez au Pas-de-Calais et Kingsdown) en 14h31min; l'Allemand Erich Rademaher invente le papillon brassé (brasse avec un retour aérien des deux bras).

- 1933 : l'Américain Henry Meyers invente le papillon.

- 1946 : La FINA interdit de passer du papillon à la brasse dans la même épreuve.

- 1962 : L'Australienne Dawn Fraser est la première femme à nager le 100 m en moins d'une minute (59”9).

- 1964 : La FINA autorise le virage sous forme de culbute en nage libre.

- 1972 : L'Américain Mark Spitz réalise un exploit unique en remportant sept médailles d'or dont 4 en individuel, aux Jeux Olympiques.

- 1973 : Premier championnat du monde.

- 1976 : L'Américain Jim Montgomery est le premier homme à nager le 100 mètres en moins de 50 secondes (49”99).

- 1985 : L’Américain Matt Biondi est le premier à nager le 100 mètres en moins de 49 secondes (48”95).

- 1992 et 1996 : Le Russe Alexandre Popov a réussi le doublé olympique sur 50 et 100 m libre.

- 1998 : La FINA interdit les faux départs.

- 2001 : L'Australien Ian Thorpe devient le nageur le plus titré aux championnats du monde avec 8 médailles d'or, dont 6 remportés en 2001. Cette même année, le Russe Roman Sludnov devient le premier à descendre sous la minute sur 100 m brasse (59”97).

- 2002 : L’Américaine Natalie Coughlin est la première femme à descendre sous la minute sur 100 m dos (59”58).

- 2008 : L'Américain Michael Phelps devient l'athlète le plus titré des Jeux Olympiques avec 11 médailles d'or. Il dépasse ainsi des légendes comme Carl Lewis (9 titres en athlétisme), Mark Spitz (9 titres en natation), Paavo Nurmi (9 titres en athlétisme) et Latissa Latinina (9 titres en gymnastique). En 2012, il complète sa collection avec au total 18 médailles olympiques dont 11 en individuel.

 

 

La Fédération Française de Natation a été fondée en 1921.

En 1921, la commission natation de l'ancienne Union des sociétés françaises de sports athlétiques crée la Fédération française de natation et de sauvetage ; elle est alors en concurrence avec plusieurs autres associations de natation. En 1938, elle devient la Fédération française de natation et s'accorde avec la Fédération française de sauvetage et de secourisme pour être le seul organisme dirigeant des activités de nage amateur en France. Elle est présidée depuis 1993 par Francis Luyce , ancien nageur français de haut niveau avec onze titres de champion de France dans les années 1960. Elle gère la natation sportive, natation en eau libre, natation synchronisée, plongeon et water-polo.

Nombre de licenciés : 289 566

Nombre de piscines : 146 bassins de 8 à 10 lignes

 

 

Les grands succès mondiaux des nageurs français

- 1930 : Jean Taris nage le 800 m nage libre en 10 minutes 19 secondes et 6/10 (record du monde) et Yvonne Jeanne nage le 500 m brasse en 9 minutes 45 secondes et 4/10.

- 1952 : Jean Boiteux devient le premier français champion olympique de natation en remportant le 400 m nage libre en 4 minutes 30 secondes et 7/10. Gilbert Bozon gagna la médaille d’argent du 100 m dos en battant le record du monde.

- 1964 : première médaille olympique (argent) pour une nageuse française : Christine Caron au 100 m dos à Tokyo. Alain Gottvalès bat le record du monde du 100 m en 52”9.

- 1967 : Alain Mosconi bat le record du monde du 400 m en 4’9”2.

- 1993 : premier titre de champion du monde en bassin de 25 mètres pour un nageur français : Franck Esposito au 200 m papillon.

- 1998 : Roxana Maracineanu devient la première française championne du monde en grand bassin en remportant le 200 m dos.

- 2003 : Virginie Dédieu obtient sa première médaille d’or en natation synchronisée solo aux championnats du monde suivis de deux autres titres planétaires , en 2005 et 2007.

- 2004 : Laure Manaudou devient championne olympique du 400 m, la deuxième médaille d’or de la natation française après celle de Jean Boiteux obtenu en 1952.

- 2008 : Lors des championnats d’Europe, Alain Bernard devient le nageur le plus rapide de la planète en battant le record du monde en 47”60 puis une journée après en 47”50.

- 2008 : Alain Bernard remporte le titre olympique sur 100 m, la distance reine des Jeux. C'est la troisième médaille d'or olympique pour la natation française.

- 2010 : Les tricolores ont raflé 18 médailles (8 or, 6 argent, 4 bronze) aux championnats d'Europe à Budapest. Pour la première fois de l'histoire, l'équipe de France figure en tête du classement final des nations.

- 2011 : Camille Lacourt et Jérémy Stravius ont écrit une page d'histoire dans la natation française.  Ils sont devenus les premiers nageurs français champions du monde en individuel après avoir terminé 1ère ex aequo sur 100 m dos. L'équipe de France a remporté un record de dix médailles (2 en or, 3 en argent et 5 en bronze).

.

 

 

 

La natation et l’Olympisme

 

C’est un des sports rois des Jeux avec l'athlétisme.

Dès 1896, la natation fut présentée aux Jeux Olympiques avec le 100 mètres, le 500 mètres et le 1200 mètres se déroulant en mer (Méditerranée). Les endroits les plus divers ont été utilisés comme sites olympiques, depuis le bassin de 100 m créé pour les Jeux Olympiques de Londres en 1908 qui se trouvait au milieu de la piste d'athlétisme, jusqu'à l'océan (1896), un petit lac de St. Louis, USA (1904) ou encore la Seine (1900). Le premier bassin de 50 m comportant des couloirs a été construit 'en 1924.

Les plots de départ datent de 1936.  

La natation féminine fit son début olympique en 1912. Aujourd'hui, les compétitions hommes et femmes comportent chacune 16 épreuves combinant quatre nages sur plusieurs distances.  Les épreuves de nage libre comprennent les 50, 100, 200, 400, 800, 1500, 10 000 mètres. Le 800 m est réservé aux femmes et le 1500 m aux hommes. Les épreuves de papillon, de dos et de brasse comprennent les 100 et 200 mètres. Les quatre nages sont utilisées dans les épreuves de quatre nages individuelles 200 m et 400 m. Les autres épreuves sont les relais 4 x 100 m nage libre, 4 x 200 m nage libre et 4 x 100 m quatre nages.   Formule

Chaque course voit s'affronter huit nageurs au maximum. Les séries éliminatoires des 50 m, 100 m et 200 m conduisent aux demi-finales et aux finales sur la base des meilleurs temps. Pour les épreuves de relais et pour les épreuves individuelles de 400 mètres ou plus, les huit concurrents ayant réalisé les meilleurs temps lors des éliminatoires sont directement qualifiés pour les finales.



Le tout premier champion olympique de natation fut le Hongrois Alfred Hajos en remportant le 100 m en 1896.   Petite histoire " Le désir de survivre était plus fort que celui de gagner. "
Les paroles d' Alfred Hajos , après sa victoire dans le 1200 mètres nage libre, aux premiers Jeux Olympiques modernes d'Athènes, en 1896. Il fut le premier à gagner la côte depuis un bateau posté au milieu des eaux froides de la Méditerranée.

 

 

 

 

Les records

Le premier record sur 100 m fut reconnu par la Fédération Internationale en 1905 suivis par d'autres records sur d'autres distances. Les records en petit bassin ont été reconnu qu'en mars 1991.

                                                       

Compétition

Nager une distance dans le minimum de temps.

 

Bon à savoir :  la natation est le seul sport à chronos avec le ski qui ne départage pas aux centièmes de seconde.  Le canoë-kayak et l'aviron utilisent la photo-finish. En cyclisme sur piste, on départage au millième de seconde. Sur la route, les classements et les écarts enregistrés sont arrondis à la seconde inférieure.

 

 

Chaque course se déroule entre huit nageurs. Les séries éliminatoires des 50 m, 100 m et 200 m conduisent aux demi-finales et aux finales sur la base des meilleurs temps. Pour les épreuves de relais et pour les épreuves individuelles de 400 mètres ou plus, les huit concurrents ayant réalisé les meilleurs temps lors des éliminatoires sont directement qualifiés pour les finales.

 

Il y a quatre styles de nage

-          Nage libre : nage le plus rapide sur le ventre caractérisée par un mouvement alterné des bras et un battement vertical continu des pieds, connu à l’origine sous le nom de crawl australien. Distances : les 50, 100, 200, 400, 800 et 1500 mètres. le papillon : 50, 100 et 200 m

-          Papillon : nage sur le ventre où les deux bras sortent en même temps de l’eau et sont lancés vers l’avant, tout en exécutant un battement de dauphin avec les jambes. Distances : 50, 100 et 200 m.

-          Dos : nage dans lequel le nageur est sur le dos et bat des pieds en exécutant une rotation alternée des bras vers l’arrière. Distances : 50, 100 et 200 m. C’est la nage la plus lente

-          Brasse : nage sur le ventre dans laquelle les deux mains se déplacent en même temps vers l’avant, vers l’extérieur et vers l’arrière en partant du buste, et où les jambes effectuent un mouvement de grenouille. Distances : 50, 100 et 200 m

 

Très complexe, la brasse exige une haute dépense d'énergie. Le nageur doit synchroniser les mouvements des bras et des jambes, cela en parfaite harmonisation. C’est la nage la plus lente.

 

Bon à savoir :

Le prestigieux championnat universitaire américain NCAA a lieu dans des bassins de 25 yards ou 22,86 m. Les départs, les virages et les coulées exigent une technique irréprochable.

 

En compétition, il a y trois autres épreuves :

-          Quatre nages : une épreuve combinée dans laquelle un nageur ou une équipe de relais nage des tronçons séparés de dos, de brasse, de papillon et de nage libre. Distances : 200 et 400 m.

-          Relais : une course entre plusieurs équipes de 4 nageurs, chaque nageur effectuant un tronçon de l’épreuve.

-          Relais 4 nages : une course entre plusieurs équipes de 4 nageurs, chaque nageur effectuant un tronçon dans l’ordre suivant : dos, papillon, brasse et crawl.

 

Depuis mars 1991, il existe un tableau de records en bassin de 50 mètres et un autre pour les records en bassin de 25 mètres, lesquels, compte tenu de l'avantage de poussées plus fréquentes sur les murs, sont plus rapides.

 

Le bassin

 dessin

 

 

- Longueur : 50 m - Largeur : 21 m (au minimum) - Profondeur : 1,80 m - Nombre de couloirs : 8 - Largeur des couloirs : 2,50 m chacun, avec deux espaces de 50 cm (0,50 m) chacun à l’extérieur des couloirs 1 et 8 - Température : + 24°C/+77°F

 dessin

Le port de combinaisons de haute technologie, intégrales en tissu ‘peau de requin’ (en polyuréthane) a été autorisé en compétition officielle entre le 16 février 2008 (la Speedo LZR Racer portée par la Zimbabwéenne Kirsty Coventry lors du Grand Prix du Missouri avec le record du monde sur 200 m dos) et le 20 décembre 2009 (la Coupe de Russie et le championnat de Brésil). Cette combinaison couvre le corps excepté les pieds, les mains, les épaules et la tête. Ces maillots ont révolutionné la natation et ont permis d'obtenir plus d'une centaine de records du monde en un peu plus d'un an en 2008. Une règle de la FINA, établie en mars 2009, stipule que la combinaison doit épouser la forme du corps, les matériaux ne doivent pas être épais de plus de 1 mm, leur flottabilité est limitée et les nageurs peuvent porter qu'une seule combinaison. Les combinaisons 'style Jaked ou Arena X-Glide' ne sont pas permises en compétition officielle, car elle sont entièrement imperméabilisées permettant une meilleure flottabilité.  Les dix records du monde établis début 2009 par des nageurs et nageuses portant cette combinaison incriminée, ne sont pas homologués par la FINA (50 m par Bousquet FRA en 20s94, 100 m par Bernard FRA en 46s94, 200 m dos par Irie JAP en 1mn52s86, 50 m brasse par Franca BRE en 26s89 puis 50 m papillon par Munoz ESP en 22s43 chez les hommes ; 50 m par Veldhuis HOL en 23s96, 200 m par Pellegrini ITA en 1mn54s47, 50 m dos par Zoueva RUS en 27s47, 50 m brasse par Efimova RUS en 30s05, 50 m papillon par Veldhuis HOL en 25s33 chez les femmes). Au total  pendant cette période pas moins de 255 records du monde en petit et en grand bassin furent battus.

 

 

L’Australienne est un tournoi de vitesse qui se dispute sur 50 m, la nage changeant à chaque tour (papillon, dos, brasse et crawl).

 

 

 

 

Distances reconnues

- Nage libre : 50 m, 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et 1500 m

- Dos : 50 m, 100 m, 200 m.

- Brasse : 50 m, 100 m, 200 m

- Papillon : 50 m, 100 m, 200 m

- Quatre Nages : 200 m, 400 m

- Relais nage libre : 4 x 100 m, 4 x 200 m

- Relais quatre nages : 4 x 100 m

 

 Le départ
1 Pour les courses de nage libre, brasse et papillon, le départ s'effectue par un plongeon. Au long coup de sifflet du Juge-Arbitre, les concurrents montent sur l'arrière du plot de départ et y restent. Au signal du Starter "à vos marques", ils prennent immédiatement une position de départ à l'avant des plots de départ. Quand tous les concurrents sont immobiles, le Starter doit donner le signal de départ.   

2 Le départ en dos et dans les courses de relais 4 nages se fait dans l'eau. Au long coup de sifflet du Juge-Arbitre, les nageurs doivent entrer immédiatement dans l'eau et retourner sans délai vers la position de départ. Quand tous les nageurs ont pris leur position de départ, le Starter doit donner l'ordre "à vos marques". Quand tous les concurrents sont immobiles, le Starter doit donner le signal de départ.   

3 Aux Jeux Olympiques, aux championnats du nonde et pour les autres épreuves de la FINA, l'ordre "à vos marques" doit être donné en anglais ("Take your marks") et le départ doit être assuré par des microphones multiples, chacun étant placé sur chaque plot de départ. Le son de ces microphones doit être suffisamment fort pour que la répétition du signal constitue un signal de rappel adéquat en cas de faux départ.   

4 Le Starter rappelle les concurrents au premier ou au second faux départ et leur recommande de ne pas partir avant le signal de départ. Après le second faux départ, tout nageur entrant dans l'eau avant le signal du départ doit être disqualifié. Si le signal du départ intervient avant que la disqualification ne soit déclarée, la course se poursuit et le nageur ou les nageurs doivent être disqualifiés à la fin de la course. Si la disqualification est déclarée avant le signal de départ, le coup de pistolet n'est pas tiré mais les concurrents restants sont rappelés, le Starter leur précise de nouveau les sanctions et redonne le départ.   

5 Le Signal pour un faux départ sera le même que le signal de départ (coup de pistolet, corne, sifflet ou ordre) mais répété, en même temps que tombe la corde de faux départ. D'autre part, si le Juge-Arbitre décide qu'il y a faux départ, il devra donner un coup de sifflet qui devra être suivi du signal du Starter (répété) et la corde de faux départ sera lâchée.   

6 Si une erreur d'un officiel suit une faute d'un nageur, la faute du nageur sera effacée.   

La nage libre 

 


La nage libre signifie que, dans une épreuve ainsi désignée, le concurrent peut nager n'importe quel style de nage, sous réserve que dans les épreuves de 4 nages individuel ou de relais 4 nages, la nage libre signifie tout style autre que le dos, la brasse ou le papillon. Au virage et à l'arrivée en nage libre, le nageur peut toucher le mur avec n'importe quelle partie de son corps. Il n'est pas obligatoire de toucher avec la main.   

A savoir :

Le Crawl, le sprint de la natation, est né dans une piscine à Sydney en 1898 sur des bases hawaïennes. Inspiré par la nage des populations indigènes d'Amérique du Sud, la première version du crawl repose sur un mouvement de jambes en ciseau. À la fin des années 1880, l'Anglais Frederick Cavill voyage dans les mers du Sud et s'aperçoit que les indigènes nagent le crawl en battant des jambes. Cavill, qui s'installe en Australie, commence alors à enseigner cette nage, qui devient le fameux "crawl australien".
 

Le dos crawlé fut créé, quelques années plus tard, inspiré du crawl. Il fut pratique pour la première fois aux J.O. de 1924 par le mythique Johnny Weissmuller .



Le dos



1 Les concurrents s'alignent dans l'eau face au départ, les mains placées sur les poignées de départ. Les pieds, y compris les doigts de pieds, doivent être sous l'eau. Il est défendu de placer les pieds dans ou sur les trops-plein. Le nageur n'est autorisé à faire aucun mouvement avec aucune partie de son corps avant que le signal du départ ait été donné.   

2 Au signal du départ et au virage, ils se repoussent du mur et nagent sur le dos pendant toute la course. Les mains ne doivent pas lâcher les poignées avant que le signal de départ ait été donné.   

3 Tout concurrent qui quitte sa position normale sur le dos avant que la tête, l'épaule, la main ou le bras le plus avancé ait pris contact avec l'extrémité du parcours dans le but de virer ou à l'arrivée doit être disqualifié. Il est permis de tourner les épaules au-delà de la verticale après le contact avec l'extrémité du parcours, dans le but de faire un virage, mais le nageur doit être revenu après la position verticale à sa position sur le dos avant que les pieds ne quittent le mur. La position normale sur le dos, dans la nage sur le dos, peut inclure un mouvement de roulis du corps jusqu'à, mais pas au-delà de 90 degrés à partir de l'horizontale, à tout moment de la course. La position de la tête est indifférente.   

La brasse


Très complexe, la brasse exige une haute dépense d'énergie. Le nageur doit synchroniser les mouvements des bras et des jambes, cela en parfaite harmonisation.C’est la nage la plus lente.
1 Dès le début de la première brasse après le départ, et après chaque virage, le corps doit rester allongé sur la poitrine et les deux épaules doivent être parallèles à la surface normale de l'eau.   

2 A tout moment tous les mouvements des bras doivent être simultanés et dans le même plan horizontal, sans mouvement alterné.   

3 Les mains doivent être projetées en avant à partir de la poitrine, et ramenées en arrière à la surface ou sous la surface de l'eau. A l'exception du départ et des virages, les mains ne doivent pas être ramenées en arrière au-delà de la ligne des hanches.   

4 A tout moment tous les mouvements des jambes doivent être simultanés et dans le même plan horizontal, sans mouvement alterné.   

5 Pour le mouvement des jambes, les pieds doivent être déplacés vers l'extérieur dans un mouvement vers l'arrière. Les mouvements du type "battement" ou "dauphin" ne sont pas autorisés. Il est permis de couper la surface de l'eau avec les pieds, à moins que ce mouvement ne soit suivi d'un mouvement vers le bas du type "dauphin".   

6 A chaque virage et à l'arrivée de la course, le contact doit se faire avec les deux mains simultanément, soit au niveau de l'eau, soit au-dessus, soit au-dessous. Les épaules doivent rester dans le plan horizontal.   

7 Pendant chaque cycle complet comprenant un mouvement de bras et un mouvement de jambes, une partie quelconque de la tête du nageur doit couper la surface de l'eau, sauf au départ et aux virages, où le nageur peut effectuer un mouvement de bras complètement en arrière vers les jambes et un mouvement de jambes en étant totalement submergé avant de revenir à la surface.   

Le papillon


La plus jeune discipline de natation fût introduite aux J.O. en 1956 pour les 200 m et en 1968 pour le 100 m.
1 Les bras doivent être ensemble en avant au-dessus de la surface de l'eau et ramenés simultanément en arrière.   
2 Le corps doit rester allongé sur la poitrine, et les deux épaules doivent être parallèles à la surface de l'eau dès le début du premier mouvement, après le départ et au virage.   
3 Tous les mouvements de pieds doivent être exécutés d'une manière simultanée. Les mouvements simultanés des jambes et des pieds de haut en bas et selon un plan vertical sont permis. Il n'est pas nécessaire que les jambes ou les pieds soient au même niveau, mais aucun mouvement alterné n'est autorisé.   
4 A chaque virage et à l'arrivée de la course, le contact doit se faire avec les deux mains simultanément, soit au niveau de l'eau, soit au-dessus, soit au-dessous. Les épaules doivent rester dans le plan horizontal.   
5 Au départ et aux virages, le nageur est autorisé à faire un ou plusieurs mouvements de jambes et une traction des bras sous l'eau, ce qui doit lui permettre d'atteindre la surface.   

 

Depuis 1998, les coulées en nage papillon et en dos sont limitées à quinze mètres après le départ et le virage.

 

Départ unique

Depuis 1999, un nageur ayant effectué un faux départ, sera automatiquement éliminé. Les autres concurrents reviennent sur le plot pour prendre un deuxième départ.

 

Quatre nages

D'origine trois nages jusqu’en 1953. Le nageur combine les techniques de quatre styles de nage sur une longueur de bassin. Les quatre styles sont : la brasse, le papillon, le dos et la nage libre.

- Ordre en individuel : 1. Papillon -  2. Dos -  3. Brasse -  4. Nage libre (n’importe quel style sauf papillon, dos ou brasse), la technique la plus utilisée est le crawl.

- Ordre en relais : 1. Dos -  2. Brasse -  3. Papillon -  4. Nage libre.


 

Natation synchronisée

 

Un mélange de puissance, endurance et souplesse, grâce et sens artistique, mais également un contrôle exceptionnel de sa respiration.

 

Historique

Discipline récente inspirée de la natation, de la danse et de la gymnastique, elle concerne pour l'essentiel les jeunes filles.

Connue à l'origine sous le nom de ballet aquatique, la natation synchronisée a fait ses débuts au Canada dans les années 1920. Au tournant du 20e siècle, la nageuse australienne Annette Kellerman parcourt les États-Unis en se produisant dans des démonstrations d’acrobaties aquatiques. Ses spectacles rencontrent un franc succès et consacrent la naissance du sport. Elle s'est ensuite répandue aux Etats-Unis au début des années 30, où une démonstration lors de la foire de Chicago en 1934 a donné lieu à des critiques délirantes. La pratique du sport s’intensifie grâce à Katerine Curtis qui a eu  l’idée d’associer acrobatie aquatique et musique. En 1933-34, ses élèves en font une démonstration à l’Exposition "Century of Progress" de Chicago. C’est à cette occasion que le présentateur, Norman Ross, ancien médaillé d’or olympique, invente l’expression "natation synchronisée".Sa popularité s'est encore accrue dans les années 1940 et 1950 lorsque Esther Williams a joué dans une série de comédies musicales aquatiques de la MGM.

 

La natation synchronisée et l’Olympisme

Une première démonstration fut donnée par une équipe américaine lors des J.O. d'Helsinki en 1952, l'année de sa reconnaissance par la Fédération Internationale. La natation synchronisée devient sport olympique en 1984 (solo et duo). Une épreuve par équipes de 8 nageuses remplaça le solo depuis 1996. Pour toutes les épreuves, la compétition comporte un programme imposé et un programme libre, chacun d'entre eux étant exécuté en musique et en temps limité. Dans le programme imposé, les nageuses effectuent des figures imposées dans un ordre établi, y compris des poussées, des fusées, des plongées et des vrilles. Dans le programme libre, il n'y a pas de restriction concernant la musique ou la chorégraphie.

 

Les dates marquantes :

1941 : Première compétition mondiale à Wilmette (duo, équipe).
1948 à 1968 : Sport de démonstration aux Jeux Olympiques.
1950 : Premiers championnats de France.
1952 : Intégration du sport au sein de la F.I.N.A lors des J.O d'Helsinki.
1956 : La F.I.N.A ratifie les règlements.
1973 : Premiers Championnats du monde à Belgrade, Yougoslavie.
1974 : Premiers Championnats d'Europe à Amsterdam, Pays- Bas.
1983 : Première Coupe du monde à Tokyo, Japon.
1984 : Premiers Jeux olympiques à Los Angeles, USA.

Les trois grandes figures de la natation synchronisée furent : l’Australienne Annette Kellerman (1886-1975) effectuant des acrobaties dans un réservoir transparent à l’hippodrome de New York à 1907 ; la gymnaste Katherine ‘Kay’ Curtis dont le ballet ‘les Sirènes’ avec des acrobaties sous l’eau effectuées par 60 nageuses sur fond musical remportèrent un grand succès et bien sûr l’inoubliable Californienne Esther Williams, devenue star de cinéma avec ses ballets nautiques portés à l’écran dans les années 40.

 

Compétition

Il existe trois épreuves différentes : le solo, le duo et le ballet d'équipe.

Les nageuses présentent deux programmes :

- un programme technique. Durée : 2 min en solo - 2 min 20 en duo - 2 min 50 en équipe. Les juges donnent une note pour la technique comptant pour 60% et une note pour l'artistique comptant pour 40%.

- un programme libre. Durée : 3 min 30 en solo - 4 min en duo - 5 min en équipe. La note technique compte pour 40%, la note artistique compte pour 60%. Dans le programme libre, 10 secondes maximum sont accordées pour le travail au bord du bassin (temps de plage).

 

- la taille du bassin est 20 m par 30 m, la profondeur : 3 m, et la température : 26°C

- les haut-parleurs diffusent la musique sous l’eau.

- les nageuses portent des pince-nez pour empêcher l’eau d’entrer dans les narines protégeant ainsi les sinus.

 

Bon à savoir : les nageuses restent environ 70% du programme en apnée.

Notation

Les juges prennent en compte la qualité de la chorégraphie, l'esthétique et la difficulté technique des figures réalisées. Le programme libre équivaut à 65% du résultat, le programme technique compte pour 35%.

Jusqu'en 1994, les notes de 0 à 10, attribuées par 7 juges, tenaient compte des prestations libres et imposées. Depuis 1995, les figures imposées sont supprimées pendant les championnats du monde et les Jeux Olympiques.

 

Le plongeon

Le plongeon de compétition, discipline dérivée de la gymnastique, apparaît en Suède et en Allemagne au cours du 18e siècle.

Historique

Sauter dans l'eau à partir d'un tremplin ou d'une plate-forme, le plongeon fut jadis pratiqué par les Vikings. Le plongeon artistique faisait partie des programmes de gymnastique effectués en Suède et en Allemagne au début du 19e siècle.  Les premières règles furent publiées en Allemagne en 1843. A la fin du 19e siècle, des plongeurs suédois ont réalisé des démonstrations de plongeon en Grande-Bretagne. Le ‘Amateur Diving Association’ fut fondée en 1901. Il faut néanmoins attendre l'année 1904 pour la mise au point d'une table de coefficients des types de plongeons ainsi que leurs grades de difficulté.

 Aux championnats du monde de 1995, une nouvelle épreuve a fait son apparition dans certaines compétitions : le plongeon synchronisé qui mobilise deux plongeurs d'une même équipe. Ils exécutent leurs figures à partir d'un tremplin distinct et, outre les critères traditionnels de jugement, ils sont également notés sur leur synchronisme.

 

Plongeon et l’Olympisme

Le haut vol fut inscrit pour la première fois au programme des J.O. en 1904 pour les hommes. Le plongeon féminin est inscrit au programme olympique de 1912 (haut vol ou plate-forme) et 1920 (tremplin). Les hauteurs de plates-formes et de tremplin différaient dans les premières compétitions des Jeux, ils sont stabilisés depuis 1928. Le plongeon synchronisé en haut vol et en tremplin est devenu une discipline olympique en 2000.

 

Compétition

Les plongeurs sont tenus de réaliser des figures acrobatiques, jugées à la fois sur la difficulté technique et la qualité de réalisation de leur exécution dans l'espace. ”L'attitude” au moment de l'entrée dans l'eau est primordiale.

Officiellement, on recense quelque 91 variantes de sauts en haut vol et 70 au tremplin de 3 m qui sont reparties en cinq groupes (6 pour le haut- vol). Un saut se distingue par sa forme (position groupée, libre, carpé; plongeon avant, arrière, renversé), nombre et difficulté (saut périlleux avec vrilles, rotation de 360° ou 180°), l'arrivée dans l'eau (tête ou pieds).

 

Lors d'une compétition officielle, un jet d'eau arrose le bassin au pied des plongeoirs. Le but est de 'casser' la surface de l'eau pour que les plongeurs peuvent mieux évaluer la distance qu'il leur reste à parcourir avant de s'attraper les mains pour entrer dans l'eau.

 

Trois épreuves figurent au programme des divers championnats (en solo ou en synchro) :

-          les tremplins de 1 et 3 mètres

-          la plate-forme de 10 mètres (haut vol).

 

Plate-forme (Haut Vol)

Pour le haut vol, la planche doit mesurer au moins six mètres de long et deux mètres de large, avec une surface anti-dérapante. Pour le plongeon synchronisé, la plate-forme doit faire au moins trois mètres de large.

Tremplin

C’est une planche souple d’où part le plongeon et dont la longueur peut être pour créer plus ou moins de ressort. Longueur minimum : 4,8 mètres et largeur : cinquante centimètres, avec une surface anti-dérapante.

 

Profondeur du bassin : minimum 5 mètres

 

Arbitrage

Les concurrents exécutent une série de plongeons notés sur 10, selon l'élégance et l'habileté démontrées. Les points sont adaptés au degré de difficulté, en fonction du nombre et du type de manœuvres tentées, telles que les sauts périlleux, les sauts carpés, les sauts groupés et les vrilles.

 

- sept juges note le plongeon, jugeant chaque élément tel que l'approche, le décollage, l'exécution et l'entrée dans l'eau.

- neuf juges évaluent le plongeon synchronisé : quatre juges pour la réalisation des plongeons individuels et cinq pour la synchronisation (façon dont la paire reproduit la hauteur, la distance par rapport à la planche ou au tremplin, la vitesse de rotation et l'entrée dans l'eau).

 

Un saut périlleux et demi renversé avec trois vrilles et demie constitue l'une des figures les plus difficiles.

 

Saviez-vous que

Les plongeurs entrent dans l'eau à environ 60 km/h en haut-vol soit une pression d’une tonne.

Il faut franchir 42 marches pour monter jusqu’à la plate-forme.

La durée du vol est d’une seconde huit (l’ultime limite pour se déplier avant de toucher l’eau est 50 cm).

 

Records de jeunesse

- La plus jeune championne olympique dans une épreuve individuelle est l’Américaine Marjorie Gestring en gagnant l’or au plongeon en 1936 à seulement 13 ans et 268 jours.

- Le plus jeune médaillé olympique dans une épreuve individuelle est le plongeur suédois Nils Skoglund après avoir gagné l’argent olympique en haut vol en 1920 à 14 ans et 11 jours !

 

Nage en eau libre

Géré par la FINA, c'est à la fois l'un des plus anciens sports et l'une des plus jeunes disciplines admises aux Jeux Olympiques de 2008 (le marathon 10 km hommes/femmes). Le championnat du monde existe depuis 1998 sur des distances de 5 km, 10 km, 25 km.

La natation en eau libre est une épreuve sportive pratiquée en mer, en lac ou en rivière, généralement sur des grandes distances.

La course en ligne est la course de base de la nage en eau libre. Tous les concurrents partent en même temps sur une même ligne imaginaire de départ pour réaliser leur parcours (ou course) et peuvent nager les uns dans les pieds des autres pour s'aider. C'est le contraire du contre la montre où tous les participants partent un par un de minute en minute et doivent impérativement nager seuls.

Le nageur est équipé d'un maillot de bain, de lunettes protectrices, d’un bonnet de bain, de graisse (pour lutter contre le froid et les irritations dues au sel). Le port de la combinaison aidant à la flottabilité ou comme barrière thermique est interdite.


Il y a deux  catégories de courses 


- La course en ligne
La plus connue, celle où plusieurs nageurs prennent le départ ensembles et effectuent le même parcours. Ce type de course fait l’objet d’une organisation soumise à une réglementation, régie essentiellement par les règles de la Fédération Internationale de Natation Amateur (FINA).

On distingue deux types d’épreuves :

- la longue distance qui correspond à des épreuves allant jusqu'à 25 km. Le départ s'effectue en deux vagues au-delà d'un peloton de 50 nageurs.

- le marathon, une épreuve dépassant les 25 km. Il s’agit généralement d'épreuves coupe du monde (Santa-Fe et Parana en Argentine, par exemple) ou d’épreuves professionnelles (comme le Nil en Egypte).

Le température maximale de l'eau : 31 °; température minimale est fixé à 16°.

- Les raids


Ce sont des exploits sportifs effectués individuellement sur des distances importantes et souvent dans des conditions difficiles. Le nageur doit lutter contre le froid, les courants, les risques de la vie marine... Il s’agit de traverser un bras de mer, un estuaire ou bien de descendre une rivière. Il n’y a pas de règlement spécifique, le nageur s’organise lui-même ou effectue le raid avec l’aide d’associations qui valident l’exploit.

Le raid le plus connu est celui de la traversée de la Manche. Chaque été, de nombreux nageurs n’hésitent pas à se jeter à l’eau sur les traces du capitaine Matthew Webb (1er à avoir officiellement réussi la traversée). Ils relient à la nage l’Angleterre à la France sur une distance d’environ 33 km. Seulement une à deux traversées sur dix aboutissent. Elle est considérée comme l’Everest des nageurs, la plus difficile, mais la plus valorisante.



 

 

Copyright Sportquick/Promedi

Livescore.in TellyBolly Arab Magazine
Find a Result
Résultats des compétitions
Dicostars
Abel-Jennifer
Adlerz-Erik
Adlington-Rebecca
Adrian-Nathan
Aeschbacher-Marianne
Agnel-Yannick
Alshammar-Therese
Andersen-Greta
Anderson-Haley
Andrews-Theresa
Anke-Hannelore
Arboles-Souchon-Odile
Arnarson-Örn
Auffret-Benjamin
Babashoff-Shirley
Baldus-Brita
Ball-Catie
Balmy-Coralie
Barnier-Romain
Baron-Esther
Barratt-Bronte
Barrot-Célia
Barrowman-Mike
Bathe-Walter
Baumann-Alex
Bazhina-Nadezhda
Beard-Amanda
Beaurepaire-Franck
Becker-Betty
Beisel-Elizabeth
Belmonte Garcia-Mireia
Belote-Melissa
Benfeito-Meaghan
Bennett-Brooke
Berens-Ricky
Berkoff-David
Bernard-Alain
Bernard-Yohan
Biedermann-Paul
Biondi-Matt
Bleibtrey-Ethelda
Blume-Pernille
Boggs-Phil
Boiteux-Jean
Bonnet-Charlotte
Bordeau-Christophe
Borg-Arne
Borges-Gustavo
Botsford-Beth
Botsford-Beth
Bottom-Joe
Boudia-David
Boudreau Gagnon-Marie-Pier
Bousquet-Frédérick
Bouvet-Fanny
Bozon-Gilbert
Brembilla-Emiliano
Bridi-Arianna
Brighita-Enith
Bruni-Rachele
Brunner-Mike
Brunner-Ursel
Brusnikina-Olga
Bure-Vladimir
Burke-Lynn
Burton-Michael
Buschschulte-Antje
Bush-Lesley
Bécue-Brigitte
Cagnotto-Giorgio
Cagnotto-Tania
Calligaris-Novella
Cameron-Michelle
Campbell-Bronte
Campbell-Cate
Cao-Yuan
Capilla Perez-Joaquim
Capron-Anne
Carbonell-Ona
Caretto-Patty
Carey-Rick
Carlin-Jazmin
Carlton-Cesilie
Caron-Christine
Caron-Stéphan
Caslaru-Beatrice
Castagnetti-Alberto
Castel-Alexianne
Caulkins-Tracy
Cavic-Milorad
Chalmers-Kyle
Charlton-Andrew
Chen-Aisen
Chen-Ruolin
Cheong-Jun Hoong
Christophe-Robert
Cielo -Cesar
Cihong-He
Clary-Tyler
Cleri-Valerio
Coan-Andy
Cochrane-Ryan
Cohen-Tiffany
Coleman-Georgia
Costache-Tamara
Coughlin-Natalie
Coutts-Alicia
Coventry-Kirsty
Crabbe-Buster
Crapp-Lorraine
Crippen-Fran
Crocker-Ian
Cros-Sylvain
Cseh-Laszlo
Cunha-Ana Marcela
Curtillet-Jean-Pascal
Curtis-Ann
Czene-Attila
Dalby-Irene
Dale Oen-Alexander
Daley-Tom
Dallape'-Francesca
Dallmann-Petra
Danaux-Julie
Daniels-Charles
Darnyi-Tamas
Dassler-Uwe
Davies-David
Davis-Victor
Davydova-Anastasia
De Bruijn-Inge
De Burghgraeve-Frédéric
De Ronchi-Sophie
De Varona-Donna
De Vendeville-Charles
DeMont-Rick
Dedieu-Virginie
Deibler-Steffen
Dekker-Inge
Dekker-Ron
Delcourt-Frédéric
Den Ouden-Willie
Desjardins-Pete
Despatie-Alexandre
Detti-Gabriele
Devitt-John
DiRado-Maya
Dibiasi-Klaus
Diers-Ines
Dobroskok-Dmitriy
Dolan-Tom
Donets-Stanislav
Dorléans-Danièle
Dotto-Luca
Draganja-Duje
Drattsev-Evgeny
Draves-Victoria
Dressel-Caeleb
Du Toit-Natalie
Duboscq-Hugues
Dufour-Simon
Dumais-Troy
Dunford-Jason
Dunn-Matthew
Duque-Orlando
Durack-Fanny
Dwyer-Conor
Dyatchin-Vladimir
Dyroen-Lancer-Becky
Ederle-Gertrude
Efimova-Yuliya
Egerszegi-Krisztina
Emptoz-Lacote-Gilles
Ender-Kornelia
Engel-Krämer-Ingrid
Ercoli-Simone
Ermakova-Anastasia
Ervin-Anthony
Espinosa-Paola
Esposito-Franck
Etienne-Ophélie-Cyrielle
Evans-Janet
Fassnacht-Hans
Fedorova-Olena
Feigen-Jimmy
Fesenko-Sergey
Figuès-Solenne
Filippi-Alessia
Fioravanti-Domenico
Fogg-Daniel
Fontaine-Logan
Ford-Michelle
Forrester-Bill
Foster-Mark
Franklin-Missy
Fraser-Dawn
Friis-Lotte
Frolander-Lars
Fréchette-Sylvie
Fuentes-Andrea
Furniss-Bruce
Furuhashi-Hironoshin
Gailey-Francis
Gaines-Rowdy
Galitzen-Michael
Galperin-Gleb
Galvez-Felicity
Gamm-Annett
Gangloff-Mark
Geissler-Ines
Gerasch-Sylvia
Gestring-Marjorie
Geweniger-Ute
Giannotis-Spyros
Gillingham-Nick
Gilot-Fabien
Gomez-Stéphane
Goodell-Brian
Gorman-Melissa
Gottvallès-Alain
Goukov-Alexandre
Gould-Shane
Grangeon-Lara
Grevers-Matt
Grimaldi-Martina
Gromova-Maria
Groot-Chantal
Gropaiz-Gérard
Gross-Michael
Grote-Kurt
Guo-Jingjing
Gutzeit-Bruno
Guy-James
Guérit-Audrey
Gyurta-Daniel
Güttler-Karoly
Hackett-Grant
Hagino-Kosuke
Haislett-Nicole
Hajos-Alfred
Hall-Gary
Hall-Gary Jr.
Halmay-Zoltan
Halsall-Francesca
Hansen-Brendan
Hanson-Brooke
Happe-Ursula
Hardy-Jessica
Hargitay-Andras
Hartley-Blythe
Hase-Dagmar
Hausding-Patrick
Hayden-Brent
He-Chao
He-Chong
He-Zi
Hedel-Joanes
Heemskerk-Femke
Heidenreich-Jerry
Heinkelé-Roger
Heister-Linsy
Helm-Mathew
Hempel-Jan
Hencken-John
Henkel-Rainer
Henning-Thor
Henry-Jodie
Herasimenia-Aliaksandra
Hermine-Muriel
Hess-Béatrice
Heymans-Emilie
Heyns-Penny
Hickcox-Charles
Hickman-James
Hill-Poynton-Dorothy
Hoelzer-Margaret
Hoff-Katie
Hoffmann-Jorg
Holm-Eleanor
Holmertz-Anders
Horton-Mack
Hosszu-Katinka
Houette-Manon
Hu-Jia
Huang-Xuechen
Huber-Sophie
Huegill-Geoff
Hunger-Daniela
Hunt-Gary
Huo-Liang
Hénique-Mélanie
Igelstrom-Emma
Ikee-Rikako
Ilchenko-Larisa
Iliyna-Vera
Irie-Ryosuke
Ishchenko-Natalia
Izotov-Danila
Jackson-Joanne
Jacobsen-Mette
Jager-Tom
Jany-Alex
Jarvis-John Arthur
Jeanson-Cécile
Jedrzejczak-Otylia
Jezek-Linda
Jiang-Tingting
Jiao-Liuyang
Johansson-Jennie
Jones-Leisel
Jongejans-Edwin
Josephson-Sarah et Karen
Jukic-Mirna
Kahanamoku-Duke
Kalfayan-Christophe
Kalinina-Irina
Kalisz-Chase
Kammerling-Ann-Karin
Kamoun-Sophie
Kamrau Corestein-Britta
Kaneto -Rie
Kapas-Boglarka
Karashuchite-Lina
Karlsson-Louise
Kawecki-Radoslaw
Kealoha-Warren
Keeney-Maddison
Keller-Christian
Keller-Klete
Kim-Kuk hyang
King-Lilly
Kis-Gergo
Kisseleva-Maria
Kitajima-Kosuke
Kitamura-Kusuo
Klein-Sascha
Klim-Michael
Klochkova-Jana
Knacke-Christiane
Knape Lindberg-Ulrika
Koch-Marco
Kok-Ada
Kolb-Claudia
Kolesnichenko-Svetlana
Kolesnikov-Kliment
Konrads-Ilsa
Konrads-John
Kopliakov-Serguei
Korobova-Daria
Korotyshkin-Evgeny
Korzeniowski-Pawel
Kother-Gabriel-Rosemarie
Kotzian-Ditte
Kovacs-Agnes
Krause-Barbara
Krayzelburg-Lenny
Kromowidjojo-Ranomi
Kudinov-Yuri
Kukors-Ariana
Kusch-Walter
Kuznetsov-Evgeny
Kvasha-Illya
Lacourt-Camille
Lagunov-Evgeny
Lamberti-Giorgio
Larkin-Mitch
Larsson-Gunnar
Lashko-Irina
Laugher-Jack
Le-Jingyi
Le Clos-Chad
Lecat-Stéphane
Ledecky-Katie
Lee-Sammy
Lefert-Clément
Lenzi-Mark
Lesaffre-Fantine
Leveaux-Amaury
Lezak-Jason
Li-Shixin
Liebs-Lurz-Annika
Lignot-Myriam
Lin-Yue
Lindberg-Anna
Lisogor-Oleg
Liu-Huixia
Liu-Limin
Liu-Zige
Loader-Danyon
Lobintsev-Nikita
Lochte-Ryan
Lopez-Zubero-Martin
Louganis-Greg
Louvrier-Pascaline
Lu-Bin
Lu-Wei
Lu-Ying
Lucas-Philippe
Lundqvist-Steve
Lurz-Thomas
Luyce-Francis
Lévêque-Anne
Madison-Helene
Magnini-Filippo
Magnussen-James
Malchow-Tom
Mallet-Grégory
Malmroth-Hakan
Maltsev-Aleksandr
Manaudou-Florent
Manaudou-Laure
Mandonnaud-Claude
Mankoc-Peter
Manuel-Simone
Maracineanu-Roxana
Marchand-Christophe
Marchand-Xavier
Marin-Luca
Marino-Laura
Martino-Angel
Masse-Kylie
Mastenbroek-Rie
Matsuda-Takeshi
Matthes-Roland
Maurer-Angela
May-Bill
McCormick-Keller-Patricia
McKeon-Emma
McKinney-Frank
Meagher-Mary T.
Mears-Chris
Meeuw-Helge
Meilutyte-Ruta
Meissner-Katrin
Mellouli-Oussama
Mengual-Gemma
Metella-Malia
Metella-Mehdy
Metschuck-Caren
Meyer-Alex
Meyer-Debbie
Meynard-William
Miley-Hannah
Min-Gao
Mingxia-Fu
Minibaev-Viktor
Miressi-Alessandro
Miroshina-Helena
Mitcham-Matthew
Mitchell-Betsy
Mitchell-Michele
Mocanu-Diana
Mongel-Aurore
Montgomery-Andrian
Montgomery-Jim
Moorhouse-Adrian
Morales-Pablo
Moravcova-Martina
Moreau-Mady
Morozov-Vladimir
Morton-Lucie
Mosconi-Alain
Moses-Ed
Muffat-Camille
Mulinghausen-Raymond
Muller-Aurélie
Murphy-John
Murphy-Ryan
Muñoz Perez-Rafael
Naber-John
Nakache-Alfred \'Artem\'
Nakamura-Reiko
Nall-Anita
Namesnik-Eric
Nesty-Anthony
Newberry-Chantelle
Newberry-Robert
Ni-Xiong
Ning-Zetao
Niombla-Gnonsiane
Nocke-Peter
Nord-Kathleen
Norelius-Martha
Nystrand-Stefan
O'Neill-Susan
Okimoto Cintra-Poliana
Oleksiak-Penny
Olivier-Marc-Antoine
Ottesen Gray-Jeanette
Otto-Kristin
Pakhalina-Yuliya
Palmer-Kylie
Paltrinieri-Gregorio
Pankratov-Denis
Paredes-Jonathan
Park-Tae-hwan
Patskevich-Alexandra
Payne-Keri-Anne
Peaty-Adam
Pedersen-Rikke Moller
Peirsol-Aaron
Pellegrini-Federica
Pereira-Thiago
Perez Dortona-Giacomo
Perkins-Kieren
Perrot-Stéphan
Peterson-Chip
Pfeiffer-Stefan
Phelps-Michael
Pilczuk-Bill
Pimankov-Denis
Pire-Christian
Plewinski-Catherine
Poirot-Catherine
Poll-Claudia
Pollack-Andrea
Polyanski-Igor
Popchanka-Alena
Popov-Alexander
Potec-Camelia
Prilukov-Yuriy
Prokopchuk-Yulia
Prokopenko-Georgui
Prozumenchikova-Galina
Puhakka-Joona
Pélissard Darrigrand-Nicole
Pénicaud-Cédric
Qin-Kai
Qiu-Bo
Quadarella-Simona
Rademacher-Erich
Rasovszky-Kristof
Rawls-Katherine
Reinisch-Rica
Ren-Qian
Reymond-Axel
Rice-Stephanie
Richter-Ulrike
Rickard-Brenton
Rigamonti-Flavia
Riggin-Soule Aileen
Riley-Samantha
Risztov-Eva
Robertson-Bruce
Rogan-Markus
Romanchuk-Mykhailo
Romashina-Svetlana
Rondy-Gilles
Rooney-Giaan
Rose-Murray
Rosolino-Massimiliano
Rosset-Matthieu
Rostoucher-Nicholas
Rouault-Sébastien
Rouse-Jeff
Rousseau-Michel
Rozsa-Norbert
Ruiz-Mark
Ruiz-Tracy
Rupprath-Thomas
Ruuska-Sylvia
Rylov-Evgeny
Saari-Roy
Sadovyi-Evgueni
Salnikov-Vladimir
Sanchez-Francisco
Sarnin-Jean-Christophe
Sautin-Dmitry
Sawrymowicz-Mateusz
Schellenberg-Tobias
Schipper-Jessicah
Schmalfuss-Conny
Schmitt-Allison
Schneider-Petra
Schoeman-Roland
Schollander-Don
Schooling-Joseph
Schott-Franck
Schreuder-Hinkelien
Scozzoli-Fabio
Sedakova-Olga
Seebohm-Emily
Selkov-Vladimir
Senff-Nida
Seppälä-Hanna-Maria
Serdinov-Andriy
Seto-Daiya
Shanteau-Eric
Shaw-Tim
Shi-Tingmao
Shibata-Ai
Shishkina-Alla
Shuwei-Sun
Si-Yajie
Sicot-Julien
Sidorenko-Alexandre
Sievinen-Jani
Silantiev-Denys
Silva-Felipe
Sjöström-Sarah
Skinner-John
Sludnov-Roman
Smetanine-David
Smit-Julia
Smith-Bill
Smith-Michelle
Soni-Rebecca
Spitz-Mark
Spofforth-Gemma
Stamm-Mike
Steffen-Britta
Stellmach-Manuela
Stewart-Melvin
Stockbauer-Hannah
Stouder-Sharon
Stoychev-Petar
Strauss-Anja
Stravius-Jérémy
Strel-Martin
Subirats-Albert
Subschinski-Nora
Suddith-Jill
Sukhorukov-Alexander
Sullivan-Eamon
Sun-Yang
Tachibana-Miya
Takeda-Miho
Tanaka-Massami
Tancock-Liam
Taris-Jean
Tauber-Ulrike
Taylor-Henry
Tewksbury-Mark
Theile-David
Theloke-Stev
Thomas-Petria
Thompson-Jenny
Thorpe-Ian
Thümer-Petra
Tian-Liang
Timoshinin-Vladimir
Tirados-Paola
Tobian-Gary
Torres-Dara
Tourky-Loudy
Treiber-Birgit
Trickett Lenton-Lisbeth
Tsuruta-Yoshiyuki
Twichell-Ashley
Tyler-Clary
Vallerey-Georges
Van Almsick-Franziska
Van Dijk-Edith
Van Dyken-Amy
Van Rouwendaal-Sharon
Van den Hoogenband-Pieter
Van der Burgh-Cameron
Van der Weijden-Maarten
Vanderkaay-Peter
Vassalo-Jesse
Vaytsekhovskaya -Elena
Vaziri-Leila
Veldhuis-Marleen
Verraszto-David
Verraszto-Evelyn
Verraszto-Zoltan
Vollmer-Dana
Volodkov-Roman
Voloshyna-Anna
Von Halmay-Zoltan
Von Saltza-Chris
Vyatchanin-Arkady
Völker-Sandra
Waldo-Carolyn
Walker-Neil
Wang-Feng
Wang-Shun
Wang-Xin
Warnecke-Mark
Watanabe-Kanako
Webster-Bob
Weertman-Ferry
Weissmuller-Johnny
Wellbrock-Florian
Wels-Andreas
Welsh-Matt
Wenden-Mike
Wickham-Tracey
Wiegand-Franck
Wildeboer Faber-Aschwin
Wilimovsky-Jordan
Wilkie-David
Wilkinson-Laurz
Williams-Peter
Woithe-Jörg
Wojdat-Artur
Woodhead-Cynthia
Wouda-Marcel
Wu-Melissa
Wu-Minxia
Wu-Peng
Wyatt-Paul
Wylie-Mina
Xie-Siyi
Xu-Jiayu
Xuejuan-Luo
Yamanaka-Tsuyoshi
Yan-Chen
Ye-Shiwen
Zakharov-Ilya
Zandberg-Gerhard
Zhang-Lin
Zhao-Jing
Zhivanevskaya-Nina
Zhuang-Yong
Zhuocheng-Yu
Ziegler-Kate
Zorn-Trischa
Zueva-Anastasia
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 - celine couderc - alexandre popov - kosuke kitajima - khrystina nadzezhdina - laure manaudou

 

';