Happy Birthday :
mercredi 24 avril 2019
Hockey sur glace
 

Hockey sur glace - Règlement et historique

Choice your language :     

 

 

 

Hockey sur glace  
 

dessin

 

L’origine du mot “hockey” est difficile à préciser. Selon les uns, il viendrait du mot “hook” (crochet) et selon les autres de “hoock day” (jour de fête en Scandinavie). Il peut aussi venir du vieux français « hocquet’ qui signifiait « crosse ».

 

Historique

 Le hockey sur glace est un sport canadien, dont les origines remontent au début du XIXe siècle. Il est fondé sur plusieurs sports similaires pratiqués en Europe, notamment le bandy en Scandinavie. Le “bandy” est un très ancien sport d’équipe où les joueurs frappaient la balle avec une canne. L’ancêtre de la crosse, le “baggataway”, inventé par les “Chippewa” Indiens sur le lac Ontario, se jouait sur la glace, sans patins, à l’aide d’une crosse arrondie.

Il présente également des similitudes avec le shinny et le hurley. Le mot hockey vient du vieux français « hocquet » qui signifiait « crosse ». Il est largement admis que ce sont les Britanniques qui ont introduit ce sport en Amérique du Nord. Ce sont leurs soldats, stationnés en Nouvelle Ecosse au Canada, qui ont introduit ce sport en Amérique du Nord en jouant des matches.

Vers 1860, le palet a remplacé le ballon et, en 1879, deux étudiants de l'université McGill, W. F. Robertson et R. F. Smith, ont élaboré une première série de règles combinant celles du hockey sur gazon et du rugby. À l'origine, les équipes comptaient neuf joueurs. Le Hockey Club de l'université McGill a été créé en 1880. Le hockey est devenu le sport national du Canada, où une multitude de ligues a été établie. En 1894, Lord Stanley, Gouverneur général du Canada, a créé la Coupe Stanley, qui a été remportée la même année par une équipe représentant l'Association des athlètes amateurs de Montréal. Les premiers matches de hockey opposent l’université Johns Hopkins à l’université de Yale, en 1895. Le sport s'est implanté en Europe entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale. Les premiers championnats d'Europe ont eu lieu en 1910 aux Avants, dans les Alpes suisses, et ont été remportés par la Grande-Bretagne. La pratique du hockey s'est étendue aussi aux États-Unis, où la United States Amateur Hockey League a été fondée à New York en 1896.

 

La première ligue de hockey sur glace fut fondée en 1855 à Kingston (Ontario). Le palet ou ‘puck’ a remplacé le ballon dans les 1860’s. En 1879, deux étudiants de l'université McGill de Montréal, W. F. Robertson et R. F. Smith, ont rédigés la première série de règles de hockey connue. Par la suite, ils fondèrent le Hockey Club de l’université McGill en 1880.

Du Canada, le hockey passa aux USA où la United States Amateur Hockey League a été crée en 1896. Le premier match de hockey se déroulait entre les universités de Yale et de John Hopkins en 1895.

 

Le 3 mars 1875 : date du premier match de hockey sur glace certifié qui s'est déroulé au Victoria Skating Rink de Montreal.

 

 

 

Le Hockey sur glace en France

Le sport gagna l’Angleterre et vint en France. Dès 1891, des joueurs recrutés par Pierre de Coubertin jouaient sur le canal de Versailles. Le premier club français fut le Hockey Club de Paris, fondé en 1901.

En 1905, le Club des patineurs de Paris bat “le Princess Ice Hockey Club de Londres” qui était champion du monde depuis sept ans. Les 15 et 16 mai 1908, le patineur Louis Magnus a créé  la Ligue Internationale de hockey sur glace.

La Fédération de Hockey sur glace fut intégrée à la Fédération Française des Sports de Glace le 4 novembre 1942. La Fédération Française de hockey sur glace fut créé en avril 2006 avec comme premier président Luc Tardif f. Actuellement, elle compte 18 000 licenciés.

La France figure actuellement au 14e rang des nations mondiales. La tête de ce classement est occupé par la Russie, les Etats-Unis, le Canada, la République Tchèque, la Finlande et la Slovaquie.

 

Palmarès de l'équipe de France :

- championne d'Europe en 1924 ; 6eme des Jeux Olympiques 1992 ; quart de finaliste aux Jeux Olympiques de 2002 en battant la Suisse et la Norvège (éliminée ensuite par les Finlandais).

 

Exploit

Lors du 1er tour du CHAMPIONNAT DU MONDE en mai 2013, la France a battu la Russie, champion du monde en titre, avec 2 buts (Damien Fleury et Antoine Roussel ) à 1. Les Bleus ont signé l'un des plus grands exploits de leur histoire. C'était leur première victoire en dix confrontations avec l'URSS/ Russie.

 

 

La Fédération Internationale (IIHF : International Ice Hockey Federation) a été fondée par le français Louis Magnus (1881-1950), quintuple champion de France de patinage artistique, à Paris en 1908.

À l'invitation de Louis Magnus, des représentants du hockey sur glace de Belgique, de France, de Grande-Bretagne et de Suisse se sont réunis le 15 mai 1908 au 34 rue de Province à Paris, et fondent la Ligue Internationale de Hockey sur Glace (LIHG) afin de pouvoir unifier les différentes règles du hockey sur glace2. Louis Magnus est désigné président et Robert Planque secrétaire général. Au cours de cette année, les quatre pays représentés, ainsi que la Bohême, deviennent membres et le premier congrès se déroule à Paris.
En 1909, le second congrès se déroule en janvier 1909 à Chamonix. La LIHG y définit son propre règlement de jeu et de compétition et décide d'instaurer un Championnat d'Europe annuel. Le 19 septembre 1909, l'Allemagne devient le 6e membre de la ligue.
Le 9 janvier 1910 débute le premier Championnat d'Europe de hockey sur glace. Ces championnats, ainsi que les championnats du monde qui les remplaceront à partir de 1930, auront lieu chaque année et seront interrompus uniquement par les deux Guerres Mondiales.
 

Document de la création de la Fédération Internationale.

 

Louis Magnus fut président de 1908 à 1912. Soixante-quatre nations sont actuellement affiliées à la Fédération Internationale. Basée à Zürich en Suisse, elle a célébré ses 100 ans en 2008. A cette occasion, 56 spécialistes de 16 nations ont élu les meilleurs joueurs de l'histoire du hockey sur glace. Voici les six joueurs du All-Star team  du centennaire :

- gardien : Vladislav Tretiak RUS (30 votes)

- défenseur : Vyacheslav Fetisov RUS (54 votes)

- 2e défenseur : Borje Salming SWE (17 votes)

- Ailier : Valeri Kharlamov RUS (21 votes)

- 2e AIlier : Sergei Makarov RUS (18 votes)

- centre : Wayne Gretzky CAN (38 votes)

dessin

 

Le Hockey sur glace et l’Olympisme

Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée lors des Jeux Olympiques de 1924.

Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Olympiques d'hiver. Comme cela était prévisible, le Canada a dominé les premiers tournois olympiques. De 1956, date à laquelle elle a commencé à participer aux Jeux Olympiques d'hiver et a remporté facilement le tournoi de hockey sur glace, jusqu'à sa dislocation, l'Union soviétique a exercé une domination sans partage, interrompue seulement par les victoires des États-Unis en 1960 et 1980.

Dans les années 1980, il a été décidé que les hockeyeurs professionnels qui avaient joué en Ligue nationale de hockey (NHL) pourraient participer au tournoi olympique. Ces professionnels représentaient essentiellement la Suède, la Finlande et la Tchécoslovaquie, les joueurs canadiens et américains devant participer à la saison de la NHL. Pour les Jeux de Nagano (1998) toutefois, la NHL a suspendu les matches pendant deux semaines afin que tous les joueurs de la ligue puissent représenter leur pays. La même décision a de nouveau été prise pour Salt Lake City en 2002, Turin en 2006 et Salt Lake City en 2010.

Le hockey sur glace féminin a commencé à se développer dans les années 20 au Canada. Il s'est organisé à la fin des années 60, quand des ligues féminines ont été créées sur tout le territoire canadien. L'Association de hockey féminin de l'Ontario a organisé le premier tournoi national canadien en 1982. Parallèlement, des équipes et des ligues féminines ont commencé à voir le jour aux États-Unis et en Europe.

Les premiers championnats internationaux ont été le World Invitational Tournament en 1987 à Missisauga, Ontario, Canada. La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a alors entrepris de préparer des championnats du monde féminins. Les premiers championnats européens de hockey sur glace féminin ont eu lieu en 1989, tandis que les premiers championnats du monde se sont déroulés en 1990. Le hockey sur glace féminin est devenu sport olympique en 1992 et a fait ses débuts aux Jeux en 1998 à Nagano.

 

Le tournoi olympique

Chaque équipe est composée de 20 joueurs et 3 gardiens de but, pour un total de 23 joueurs sur la feuille de match dans le tournoi masculin, et de 18 joueuses et deux gardiens de but, pour un total de 20 joueuses sur la feuille de match dans le tournoi féminin.


 

 

 

Bon à savoir :

-  les premiers championnats d’Europe furent organisés en 1910 à Les Avants en Suisse et remporté par la Grande-Bretagne.

 - les premiers championnats du monde réunissant des équipes de sept joueurs, furent organisés en 1920 dans le cadre des Jeux Olympiques.

 

 Le hockey sur glace féminin

Il a commencé à se développer dans les années 1920 au Canada. Il s'est organisé à la fin des années 60, quand des ligues féminines ont été créées sur tout le territoire canadien. L'Association de hockey féminin de l'Ontario a organisé le premier tournoi national canadien en 1982. Parallèlement, des équipes et des ligues féminines ont commencé à voir le jour aux États-Unis et en Europe.
Les premiers championnats internationaux ont été le World Invitational Tournament en 1987 à Missisauga, Ontario, Canada. La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a alors entrepris de préparer des championnats du monde féminins. Les premiers championnats européens de hockey sur glace féminin ont eu lieu en 1989, tandis que les premiers championnats du monde se sont déroulés en 1990. Le hockey sur glace féminin est devenu sport olympique en 1992 et a fait ses débuts aux Jeux Olympiques de Nagano en 1998. Le président du CIO, Jacques Rogge a émis des doutes lors des Jeux de 2010 à Vancouver concernant le hockey sur glace féminin qui, depuis le début, n'a pas eu le rayonnement international escompté. Seul deux nations, l'USA et le Canada, soit le continent nord-américain, ne s'intéresse à ce sport. Il est donc probable que cette discipline disparaisse lors des prochains Olympiades.

 

On compte environ

-          485 000 licenciés pour 2500 patinoires aux USA

-          574 125 pour 2500 patinoires au Canada

-          52 500 pour 216 patinoires en Finlande

-          72 000 pour 90 patinoires au République Tchèque

-          25 900 pour 153 patinoires en Allemagne

-          65 600 pour 292 patinoires en Suède

-          77 700 pour 42 patinoires en Russie

-          25 645 pour 57 patinoires au Japon

-          26 990 pour 88 patinoires en Suisse

-          17 745 pour 128 patinoires en France

-          4255 pour 14 patinoires en Danemark

 

Compétition  

Deux équipes de six joueurs (un centre, deux avants, deux arrières et le gardien de but) s’affrontent sur une patinoire en essayant de marquer le plus de buts contre l’équipe adverse à l’aide d’une crosse.

 Il se peut que les joueurs présents sur la piste soient moins nombreux en raison pénalités infligées.

 

Au maximum 20 joueurs et 2 gardiens sont autorisés chez les hommes  contre 18 joueuses et 2 gardiennes chez les femmes.

 

Savez-vous qu’un gardien de but peut être remplacé par un patineur en cas de pénalité différée ou à tout autre moment du match, cela aux risques et périls de l'équipe concernée.

Durée

Un match est composé de trois périodes de 20 minutes, avec une pause de 15 minutes après la première et la deuxième périodes. Les équipes changent de côté lors de chaque période.  Dans les compétitions internationales, en cas d’égalité à la fin des trois périodes, une prolongation de 10 minutes est accordée. Si, à la fin de la prolongation, aucun but n’a été marqué, le vainqueur sera l’équipe qui marque la première.

 

Le hockey sur glace est de loin le sport d’équipe le plus rapide : les hockeyeurs peuvent se déplacer à 60 km/h. Le palet peut se déplacer à une vitesse supérieure à 150 km/h !

 

La patinoire

La patinoire ovale mesure entre 60 et 61 mètres de long sur 29 à 30 m de large. Les coins de la patinoire sont arrondis avec un rayon de courbure de 7 à 8,5 m. Elle doit être entourée d’une paroi en bois ou matière appelée “bande”, haute de 1,20 m depuis la surface de la glace.

 

 

dessin

 dessin

 

 

Horloges et signaux

Chaque patinoire doit disposer d’une horloge électrique permettant les spectateurs, les joueurs et les officiels d’être informés exactement sur le temps de toutes les phases du match. L’horloge doit pouvoir indiquer le temps de jeu écoulé lors de chaque période ainsi qu’éventuellement le temps de pénalité restant à subir pour les joueurs sanctionnés.

 

Les crosses

Les crosses sont en bois ou un autre matériau comme l'aluminium ou le plastique. Du ruban adhésif non fluorescent de couleur peut être placé à n'importe quel endroit autour de la crosse, dont la courbe ne doit pas dépasser 1,5 cm

Les crosses ne dépasseront pas une longueur de 152 cm, mesurée du talon jusqu’à l’extrémité du manche, et 32 cm du talon jusqu’à l’extrémité de la lame. La crosse du gardien est plus large et plus lourde.

 

Les patins

En général, les patins en hockey sur glace ont une lame de la taille de la chaussure, en terme de longueur et d’une largeur de 3 mm en moyenne (5 mm pour le gardien). Afin de faciliter les changements de direction, les bouts sont arrondis. La chaussure est renforcée pour améliorer la tenue du pied.

 

Équipement du gardien de but

Il comprend une crosse, des patins, une plaque, un gant attrape galet, un casque avec masque intégral et des jambières.

 

Équipement protecteur

Tout équipement protecteur, à l’exception des gants, des casques et des jambières du gardien, doit être porté complètement sous l’habillement du joueur.

dessin

Tous les joueurs à l’exception du gardien de but, doivent porter un casque.

Tous les gardiens doivent porter un casque avec protection faciale ou visière et protège cou.

Toutes les joueuses doivent porter un masque intégral.

 

Les premiers casques de protection datent de 1952. Ils apparaissent en NHL en 1980 et deviennent obligatoires en 1984.

 

Le gardien de but est toujours la mascotte de son équipe mais aussi l’homme de base, voire l’homme providentiel. Ainsi, du temps de la splendeur de l’équipe soviétique, Vladislav Tretiak , du CSKA de Moscou, triple champion olympique, s’est affirmé comme le plus grand gardien de tous les temps.

 

Le palet

dessin

Le palet (rondelle au Québec, puck à Vancouver) est un disque en caoutchouc vulcanisé ou en toute autre matière approuvée. Il mesure 2,54 cm d’épaisseur et 7,62 cm de diamètre. Pour sa plus grande part, il doit être de couleur noire. Le palet ne doit pas peser moins de 156 g ou plus de 170 g. En compétition, il peut atteindre la vitesse de 160 km/h.

 

- 177,6 km/h le tir d'un palet (frappé à 200 km/h) par le joueur russe Denis Kulyash en 2012. Changement de joueur

Les changements de joueurs sont autorisés à n’importe quel moment depuis le banc des joueurs, pourvu que le ou les joueurs se retirant du jeu aient atteint le banc des joueurs.

Si le joueur quittant la glace touche le palet alors que son remplaçant est déjà sur la glace, il y a deux minutes de pénalité pour surnombre.

 

Pénalités

Les joueurs sont expulsés pour deux, cinq ou dix minutes selon la gravité de la faute ou pour le reste du match pour une faute grave.

Les pénalités sont divisées en deux catégories, qui indiquent le temps à passer en «prison» :
• pénalité mineure (2 minutes) ;
• pénalité mineure de banc (2 minutes) ;
• pénalité majeure (5 minutes) ;
• pénalité pour méconduite (10 minutes) ;
• pénalité pour méconduite de match (exclusion de la partie avec remplacement immédiat) ;
• pénalité de match (exclusion de la partie, remplacement autorisé au bout de cinq minutes) ;
• tir de pénalité (l'équipe adverse choisir entre un tir de pénalité ou bien l'envoi du joueur fautif en prison pour la période donnée).

La catégorie de la pénalité varie selon la situation de jeu et/ou la discrétion de l'arbitre. Les pénalités qui peuvent être sifflées durant le jeu et leurs conséquences sont résumées ci-dessous

 

Quelques fautes

• Charger avec la crosse ou pousser l’adversaire dans le dos.

• Retenir l’adversaire.

• Accrocher l’adversaire.

• Faire trébucher l’adversaire.

• Bloquer un adversaire sans qu’il possède le palet (obstruction).

• Charger l’adversaire avec le coude.

• Frapper l’adversaire avec la crosse.

 

Cinq contre quatre

Lorsqu’à cinq contre quatre, l’arbitre sifflera 2 pénalités simultanées, les 2 joueurs iront en “prison”, mais les deux équipes continueront à jouer à cinq contre quatre.

 

Changement de joueur

Les changements “volants” en cours de match, ne pourront se faire que dans un rectangle imaginaire composé par la longueur du banc des joueurs et par une ligne fictive placée à trois mètres de la balustrade.

 

Crosses brisées

Un joueur sans crosse peut jouer. Il peut à tout moment changer de crosse.

 

Tomber sur le palet

Une pénalité mineure doit être infligée à tout joueur, à l’exception du gardien, qui tombe volontairement sur le palet ou qui retient ou tire le palet contre son corps (le gardien n’a plus le droit de se coucher sur le palet derrière la ligne de but).

 

Façon de marquer le but

Un but est valable lorsque le palet franchit complètement la ligne de but après avoir été volontairement lancé avec la crosse ou involontairement dévié par n’importe quel joueur.

Un but n’est pas valable s’il est dévié directement par un officiel dans le but.

 

Manier le palet avec les mains

Si un joueur, à l’exception du gardien de but, ferme la main sur le palet, le jeu est interrompu et une pénalité mineure lui est infligée. Tout joueur a le droit d’arrêter le palet en l’air avec la main ouverte, de le frapper depuis sa zone défensive, sauf si le joueur intéressé, selon l’opinion de l’arbitre, a volontairement voulu faire une passe à un coéquipier. Dans ce cas, le jeu doit être interrompu et l’engagement a lieu à l’endroit où la faute a été commise.

 

Dégagement interdit

La patinoire est divisée en deux moitiés par la ligne médiane pour l’application de cette règle. Lorsque les deux équipes comportent le même nombre de joueurs sur la glace et lorsqu’un joueur d’unedes équipes lance le palet depuis sa propre moitié de patinoire au -delà de la ligne de but de l’équipe adverse, que ce soit en tirant ou en déviant le palet, le jeu doit être interrompu et le palet doit être engagé à l’un des points d’engagement d’extrémité dans le camp de l’équipe fautive, à l’exception du cas où le palet entre dans le but de l’équipe adverse, ce qui provoque alors un but valable. La détermination de savoir s’il y a dégagement interdit ou non est basée sur le point du dernier contact du palet par l’équipe se trouvant en possession de celui-ci.

 

Obstruction

Une pénalité mineure est imposée au joueur qui s’interpose ou empêche l’avance d’un adversaire qui n’est pas en possession du palet, qui fait délibérément tomber la crosse des mains d’un adversaire, ou qui empêche un adversaire ayant laissé tomber sa crosse de la ramasser.

Lorsqu’un joueur stationne dans la zone du gardien, l’arbitre peut décider un engagement en zone neutre.

 

Coup de pied au palet

Il est permis de donner un coup de pied au palet dans toutes les zones mais aucun but ne peut être marqué directement par un coup de pied d’un joueur à l’attaque, sauf si le palet ainsi lancé par un joueur est dévié involontairement et sans mouvement dans le but par n’importe quel joueur.

 

Hors-jeu (offside)

La position des patins du joueur et non la crosse est le facteur déterminant pour décider s’il y a hors -jeu. Un joueur est hors -jeu lorsque les deux patins ont passé complètement le bord extérieur de la zone défensive adverse ou de la ligne bleue.

Les joueurs de l’équipe à l’attaque ne doivent pas précéder le palet dans la zone d’attaque.

Lorsque l’arbitre lève le bras pour signaler un hors -jeu retardé (il ne siffle pas), si tous les joueurs ayant franchi la ligne bleue retournent dans la zone neutre, le hors jeu sera annulé.

 

 Le hors-jeu de passe supprimé : afin d’accélérer le jeu, la nouvelle réglementation permet au porteur du palet de faire une passe directe depuis sa zone défensive vers un partenaire se situant déjà au -delà de la ligne médiane.

 

Les compétitions olympiques de hockey sur glace sont régies par la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF). Il existe toujours plusieurs différences entre les règlements internationaux et ceux de la NHL (National Hockey League)

Règlement

IIHF

NHL

Les mises en jeu

Le joueur de centre attaquant doit d'abord poser son bâton sur la glace. La rondelle est lâchée 15 secondes après l'arrêt complet.

 

 

Le joueur de centre de l'équipe invitée doit baisser son bâton en premier. Il n'y a pas de délai de 15 secondes.

La bagarre

Pénalité de match ou pénalité majeure en plus d'une pénalité de match pour mauvaise conduite.

 

 

Pénalité majeure.

L'immobilisation de la rondelle par le gardien de but

Pénalité mineure s'il plonge sur la rondelle derrière les marques pointillées ou la ligne de but.

Peut immobiliser la rondelle n'importe où dans la zone défensive dans la mesure où il est mis en échec.

 

 

 

 

La prise de la rondelle par le gardien de but avec la main

Peut prendre la rondelle n'importe où derrière la ligne de but avec la main.

Ne peut prendre la rondelle en dehors de la zone trapézoïde indiquée, derrière le filet.

 

 

Les dimensions maximales de la patinoire

Largeur: 98,5 pi.; longueur : 200 pi.; les lignes de but sont situées à 13 pi. des extrémités de la patinoire.

Largeur : 85 pi.; longueur : 200 pi.; les lignes de but sont situées à 13 pi. des extrémités de la patinoire.

 

 

Les dimensions des zones

Zone neutre: 56,8 pi.; zone offensive: 56,8 pi.

 

 

Zone neutre: 55 pi.; zone offensive: 64 pi.

Les temps morts

Les deux équipes peuvent demander un temps mort pendant un arrêt de jeu, mais la seconde équipe doit aviser l'arbitre avant l'expiration du temps mort de l'autre équipe. Chaque équipe ne peut demander qu'un seul temps mort par match.

 

 

Une seule équipe peut demander un temps mort pendant un arrêt de jeu. L'équipe a droit à un temps mort de 30 secondes par match qu'elle peut demander pendant la période réglementaire ou en prolongation.

Le dégagement interdit

Sifflé automatiquement lorsque la rondelle traverse la ligne de but.

Sifflé lorsque la rondelle traverse la ligne de but, mais l'équipe qui défend doit toucher la rondelle.

 

 

Tirs de pénalité

N'importe quel joueur peut  exécuter un tir de pénalité.

Le joueur victime de la faute doit effectuer le tir de pénalité. S'il ne peut le faire, un autre joueur présent sur la patinoire doit le faire.

 

 

Règlement

IIHF

LNH

Rondelle projetée au-dessus des baies vitrées par un joueur

 

 

Aucune pénalité.

Pénalité mineure différée.

Protection du gardien de but

 

 

Si le joueur attaquant se trouve dans la zone du gardien, le jeu est arrêté. On procède à une mise en jeu dans la zone neutre.

 

 

Le jeu n'est pas arrêté si le joueur attaquant se trouve dans la zone du gardien.

 

 

 

 

Règlements particuliers pour les tournois féminins

Les règlements de la IIHF prévalent tant pour les tournois masculins que féminins au niveau international, sauf en ce qui concerne un élément fondamental : l'intensité des  corps à corps. Depuis le championnat mondial de 1992, les règlements de la IIHF interdisent les mises en échec avec le corps dans les tournois féminins.

Les contacts physiques, cependant, sont tolérés. La distinction entre « contact physique » et « mise en échec avec le corps » est souvent subjective. L'IIHF décrit ces différences ainsi :

 

Définitions :

Contacts physiques

Mise en échec avec le corps

La joueuse visait d'abord la rondelle

La joueuse visait d'abord le corps de l'adversaire

Intention de provoquer un contact physique mineur par des joueuses se déplaçant dans la même direction

Intention évidente de provoquer un contact physique par des joueuses de déplaçant dans des directions opposées

On se porte sur la rondelle

On s'intéresse au corps de l'adversaire et non à la rondelle

Le contact physique est une conséquence de la prise de contrôle de la rondelle

Mise en échec évidente dans la balustrade

Ce qui est permis:

Ce qui est interdit:

La joueuse peut maintenir sa position

La joueuse a été forcée de modifier sa trajectoire

Contact accidentel, même dans le cas d'une collision importante

Intention évidente d'utiliser le corps

Aucune des joueuses ne contrôle la collision

La joueuse qui fait la mise en échec contrôle de la situation

Tamponner un adversaire tout en patinant

Tous les contacts par l'arrière

S'appuyer sur l'adversaire

Mise en échec avec la hanche ou l'épaule

Contact minimal avec la balustrade

Sévère mise en échec dans la balustrade

           

Masques:

Toutes les joueuses de hockey doivent porter un masque intégral conforme aux exigences de la IIHF. Les messieurs ne sont pas tenus de porter le masque intégral ou la visière. Le casque est obligatoire pour les messieurs et les femmes.

Lexique

A. Cette lettre est inscrite sur le maillot de 2 joueurs par équipe. Ce sont les assistants du capitaine.

Arrêt papillon : Un arrêt qu’effectue le gardien de but en se jetant sur les genoux, les pieds écartés, formant ainsi un « V » avec ses protections. Ce type d’action est efficace car il permet de couvrir une partie importante du territoire.
Assistance : Point attribué à un joueur pour avoir effectué une passe décisive, généralement aux deux derniers joueurs qui ont transmis le palet au buteur.
Avantage numérique : Une situation dans laquelle une équipe dispose d’un plus grand nombre de joueurs sur la piste parce que l’équipe adverse a fait l’objet d’une ou de plusieurs pénalités.

Bodychecks. Charges avec le corps. On emploie également « mise en échec ».

C. Cette lettre, inscrite sur le maillot d’un joueur, désigne le capitaine de l’équipe.

Changement volant : Changement de joueurs sans arrêt de jeu.

Charge. Une technique de base axée sur la défense. L’adversaire essaie de faire tomber ou heurter l’attaquant qui perd le contrôle du palet.

Charge incorrecte : Une infraction dans laquelle un joueur charge délibérément un autre joueur après avoir fait plus de deux enjambées ou pas.
Coach. Entraîneur de l’équipe. Il décide au cours de la rencontre de la tactique à employer.

Echappée : Une phase du jeu dans laquelle le porteur du jeu se déplace seul vers le gardien de l’équipe adverse et peut marquer un but un contre un.
Dégagement interdit. Lorsqu’un joueur, évoluant dans sa moitié de patinoire, effectue un tir avant la ligne rouge centrale et que le palet franchit la ligne de but adverse après avoir traversé la patinoire.

Echec avant : Faire pression sur la partie adverse lorsqu’elle contrôle le palet dans la zone neutre ou dans sa zone de défense.
Entre les jambières : L’espace entre les jambes du gardien de but. De nombreux buts sont marqués entre les jambières en raison de la manière dont le gardien de but doit se déplacer pour couvrir l’ensemble de la cage.
Hors-jeu. Lorsqu’un joueur franchit la ligne bleue de la zone d’attaque avant le palet contrôlé par son équipe (le palet doit toujours pénétrer le premier en zone d’attaque et le joueur en second).

Infériorité numérique. Lorsqu’une équipe a écopé d’une pénalité, elle joue alors avec un ou 2 joueurs en moins sur la patinoire (4 joueurs contre 5 ; 3 joueurs contre 5).

Lancer du poignet : Un tir plus en finesse. Les joueurs tirent en effectuant un coup vif du poignet lorsque le palet est placé directement contre la lame de la crosse.
Lancer frappé : Le plus rapide des tirs au hockey. Les joueurs effectuent un tir puissant du revers pour frapper le palet.
Mise en échec : Le fait d’utiliser la hanche ou l’épaule pour empêcher un joueur de progresser, ou de tomber sur un joueur.
Mise en échec du palet : Un défenseur ou le gardien de but utilise la lame de la crosse pour dégager le palet de la crosse d’un adversaire.
Obstruction : Une pénalité dans laquelle un joueur entrave un autre joueur qui ne possède pas le palet.
One-timer : Un tir effectué immédiatement après avoir reçu une passe. Ce type de tir est extrêmement efficace car il permet de surprendre le gardien de but adverse.
Power Play. Jeu de puissance avec 5 joueurs de champ placés dans la zone offensive face à un adversaire en infériorité numérique. C’est une phase décisive qui peut se traduire par un but (en moyenne une fois sur cinq).

Puck. Rondelle en caoutchouc vulcanisé de couleur noire. On le nomme également « palet ».

Remise en jeu : Le palet est placé entre deux joueurs adverses qui se tiennent face à face. Il y a remise en jeu au début de chaque période et après tout arrêt de jeu.
Shut-out ou blanchissage. Le gardien n’a encaissé aucun but pendant le match.

Slapshot. Tir spectaculaire. Il s’agit d’un tir en force. Le joueur soulève sa crosse vers le haut avant de venir frapper le palet sur la glace.

Supériorité numérique. Lorsqu’une équipe évolue avec un ou deux joueurs de plus que l’équipe adverse.

Territoire : Un demi -cercle situé devant le but, et appelé aussi la zone privilégiée du gardien de but. Aucun joueur n’est autorisé à pénétrer dans le territoire du gardien de but. Les buts sont généralement refusés si un membre de l’équipe adverse se trouve dans le territoire.
Tour du chapeau : Se dit lorsqu’un joueur marque trois buts au cours du même match.

 Zone neutre : L’une des trois zones de la piste de glace. La zone neutre est située entre les deux lignes bleues.

L'équipement

 

L'équipement des patineurs

Le casque : comprend un casque avec une sangle d'attache sous le menton, et l'option d'un protecteur facial ou d'une visière.

Les gants de hockey : protègent les mains; les gants du joueur sont très minces sur la paume et les doigts, mais sont fortement rembourrés sur le dessus de la main. Le gant est également renforcé au pouce pour le prévenir de fléchir vers l'arrière.

Le bâton de hockey : fait de bois ou de matériaux composites.

Le protège-dents : protège les dents contre les rondelles volantes et le contact physique possible.

Le chandail : le logo et le nom de l'équipe du joueur sont habituellement apposés sur le devant du chandail, et le nom du joueur et son numéro sont inscrits sur le dos. Le chandail est porté par-dessus l'équipement protecteur, notamment les épaulières et les coudières.

Les jambières : comportent une coquille rigide sur le devant pour assurer une protection contre les rondelles, mais assurent en général une protection minime au niveau du mollet.

Les épaulières : préviennent les blessures au tronc supérieur causées par le contact physique.

Les patins : sont recourbés au talon et n'ont pas de pointes dentelées, afin d'assurer la protection des autres joueurs sur la glace.

L'équipement du gardien de but

Le bâton : a une lame plus élargie que les bâtons des joueurs et un manche élargi et plat. Le bâton du gardien est utilisé principalement pour arrêter les rondelles, mais le gardien peut également manier la rondelle avec le bâton.

Les patins : une lame plus épaisse et une bottine moins renforcée au niveau de la cheville que les patins des joueurs, ce qui permet au gardien de glisser les pieds sur les côtés afin d'effectuer des arrêts plus facilement.

Le masque : personnalisé à la forme du visage du gardien et peut subir des coups multiples, à grande vitesse, provenant des rondelles et des lames de patins. La plupart des ligues, y compris la LNH, exigent maintenant que les gardiens de but portent un protège-gorge ou un protège-cou pour assurer une protection contre les rondelles et les lames de patins.

Le gant d'attrape : porté dans l'autre main, utilisé pour arrêter la rondelle sur la glace ou pour attraper une rondelle volante.

Les jambières : les jambières fortement rembourrées couvrent le haut du patin, le tibia et le genou. Les jambières ont une largeur de 11 ou 12 pouces et sont fabriquées sur mesure selon la taille des jambes du gardien.

 

Copyright Sportquick/Promedi

Livescore.in TellyBolly Arab Magazine
Find a Result
Résultats des compétitions
Dicostars
Abel-Sid
Abrahamsson-Thommy
Afinogenov-Maxim
Agosta-Meghan
Alfredsson-Daniel
Almasy-Peter
Amar-Baptiste
Anderson-Glenn
Andersson-Anders
Andersson-Peter
Andreychuk-Dave
Apps-Gillian
Apps-Sylvanus
Arbour-Al
Arrossamena-Nicolas
Augusta-Josef
Auvitu-Yohann
Awrey-Don
Babcock-Mike
Bailey-Chris
Barin-Stéphane
Barrasso-Tom
Basile-Luciano
Bellamy-Kacey
Bellemare-Pierre-Edouard
Bentley-Max
Benysek-Ladislav
Beranek-Josef
Bergeron-Patrice
Bickell-Bryan
Blake-Hector Toe
Blake-Rob
Bobrov-Vsevolod
Bobrovsky-Sergei
Bondra-Peter
Bonnard-Jean-François
Bossy-Mike
Botteri-Stéphane
Botterill-Jennifer
Bouchard-Butch
Bourque-Ray
Bouwmeester-Jay
Bozek-Megan
Bozon-Philippe
Brandt-Hannah
Brewer-Eric
Briand-Arnaud
Brisson-Thérèse
Brodeur-Martin
Broz-Ludek
Bubla-Jiri
Bubnik-Vlastimil
Bucyk-Johnny
Bure-Pavel
Bye-Karyn
Bykov-Slava
Béliveau-Jean
Campbell-Cassie
Carbonneau-Guy
Carey-Jim
Cechmanek-Roman
Chelios-Chris
Chu-Julie
Ciccarelli-Dino
Clapper-Dit
Clarke-Bobby
Cleary-Bill
Coffey-Paul
Conacher-Charlie
Cook-Bill
Cournoyer-Yvan
Cowley-Bill
Coyne Schofield-Kendall
Crettenand-Yves
Crosby-Sidney
Crozier-Roger
Darragh-Jack
Darwitz-Natalie
Datsyuk-Pavel
Davydov-Yevgeny
Decker-Brianna
Demitra-Pavol
Desjardins-Eric
Desrosiers-Julien
Diduck-Judy
Dionne-Marcel
Djian-Jean-Marc
Dopita-Jiri
Doucet-Eric
Doughty-Drew
Drake-Dallas
Draper-Kris
Drobny-Jaroslav
Drolet-Nancy
Drozdetski-Nikolaï
Dryden-Ken
Dubé-Roger
Duggan-Meghan
Dupuis-Lori
Durnan-Bill
Dye-Babe
Dyer-Kelly
Dzurilla-Vladimir
Ebermann-Bohuslav
Elias-Patrik
Endras-Dennis
Engstrom-Molly
Esposito-Phil
Esposito-Tony
Fasth-Viktor
Fedorov-Sergei
Ferhi-Eddy
Fetisov-Vyacheslav
Firsov-Anatoli
Fisk-Sari
Fleury-Marc-André
Foliot-Patrick
Forsberg-Peter
Fournier-Guy
Francis-Ron
Fuhr-Grant
Gainey-Bob
Gartner-Mike
Geoffrion-Bernie
Gerber-Martin
Getzlaf-Ryan
Goring-Butch
Goulet-Michel
Goyette-Danielle
Granato-Cammi
Gretzky-Wayne
Guennelon-Gérald
Gusarov-Alexei
Guénette-François-Pierre
Hainsworth-George
Hall-Glenn
Hartogs-Tom
Harvey-Doug
Hasek-Dominik
Hassler-Albert
Hawerchuk-Dale
Heaney-Geraldine
Heatley-Dany
Hefford-Jayna
Hejduk-Milan
Hensley-Nicole
Hiirikoski-Jenni
Hjalmarsson-Niklas
Hlinka-Ivan
Holecek-Jiri
Holik-Jaroslav
Holik-Jiri
Holmstrom-Thomas
Honkavaara-Aarne
Horton-Tim
Hossa-Marian
Housley-Phil
Howe-Gordie
Huet-Cristobal
Hull-Bobby
Hull-Brett
Huras-Larry
Iginla-Jarome
Jagr-Jaromir
Jalonen-Kari
James-Angela
Jenner-Brianne
Jirik-Jaroslav
Johnston-Rebecca
Jokiharju-Juha
Jonsson-Tomas
Josi-Roman
Jönsson-Jorgen
Jönsson-Kenny
Kamensky-Valeri
Kane-Patrick
Kapanen-Sami
Kapustin-Sergei
Kariya-Paul
Kasatonov-Alexei
Keith-Duncan
Kellar-Becky
Keller-Megan
Kelly-Red
Kennedy-Ted
Keon-Dave
Kessel-Amanda
Ketterer-Markus
Kharlamov-Valeri
Kiprusoff-Miikka
Knight-Hilary
Koivisto-Rami
Koivu-Saku
Konovalenko-Viktor
Kovalchuk-Ilya
Kovalev-Alexei
Kravchuk-Igor
Kronwall-Niklas
Krutov-Vladimir
Krüger-Marcus
Kubina-Pavel
Kucera-Frantisek
Kulyash-Denis
Kunitz-Chris
Kurri-Jari
Kuzela-Milan
Kuzkin-Viktor
Labonté-Charline
Lacarrière-Jacques
Lafleur-Guy
Lafontaine-Pat
Laine-Patrick
Lalonde-Newsy
Lamoureux-Davidson-Jocelyne
Lamoureux-Morando-Monique
Lampérier-Loïc
Lapointe-Guy
Laporte-Benoît
Larionov-Igor
Larmer-Steve
Larocque-Jocelyne
Larocque-Michel
Lars-Björn
Leetch-Brian
Lehtinen-Jere
Lehto-Katja
Lehtonen-Erkki
Lehtonen-Kari
Lemieux-Mario
Lemoine-Jean-Philippe
Lhenry-Fabrice
Lidström-Nicklas
Lindros-Eric
Lindsay-Ted
Liv-Stefan
Loob-Hakan
Looney-Shelley
Lowe-Kevin
Lubkin-Vladimir
Lundqvist-Henrik
Lundqvist-Joel
Luongo-Roberto
Lutchenko-Vladimir
Machac-Oldrich
Mahovlich-Frank
Mahovlich-Pete
Makarov-Sergei
Malakhov-Vladimir
Malkin-Evgeni
Mallette-Carl
Mallétroit-Frédéric
Malone-Joe
Maltsev-Alexander
Manavian-Antonin
Marek-Jan
Maric-Daniel
Marleau-Patrick
Martin-Seth
Martinec-Vladimir
Marts-Par
Marvin-Gigi
Mayasich-John
McDonald-Lanny
Merz-Sue
Messier-Mark
Meunier-Laurent
Mikhailov-Boris
Mikita-Stan
Mikkelson-Meaghan
Miller-Ryan
Mindjimba-Antoine
Modano-Mike
Modin-Fredrik
Mogilny-Alexander
Moog-Andy
Moore-Dickie
Morenz-Howie
Morozov-Alexei
Mounsey-Tara
Mozyakin-Sergei
Mullen-Joe
Murphy-Larry
Myllys-Jarmo
Mylnikov-Sergey
Myshkin-Vladimir
Nash-Rick
Naslund-Mats
Nedomansky-Vaclav
Nedved-Petr
Niedermayer-Rob
Niedermayer-Scott
Nieuwendyk-Joe
Nilsson-Nisse
Norrena-Fredrik
Novak-Eduard
Nummelin-Petteri
Nylander-William
Nystrom-Karen
Ojanen-Janne
Orr-Bobby
Ouellette-Caroline
Ovechkin-Alexander
Pajonkowski-Franck
Parent-Bernie
Park-Brad
Patera-Pavel
Peloffy-André
Peltonen-Ville
Perez-Denis
Perreault-Gilbert
Perry-Corey
Pesonen-Janne
Petrov-Vladimir
Pfalzer-Emily
Pilote-Pierre
Pinard-Eric
Plante-Jacques
Pospisil-Frantisek
Potsch-Rudolf
Potter-Jenny
Potvin-Denis
Pouget-Christian
Poulin-Marie-Philip
Pounder-Cheryl
Pousse-Pierre
Price-Carey
Prochazka-Martin
Pronger-Chris
Provost-Claude
Rachunek-Karel
Radulov-Alexander
Rafalski-Brian
Ragulin-Alexander
Raty-Noora
Recchi-Mark
Reichel-Robert
Reinprecht-Steven
Rhéaume-Manon
Richard-Henri
Richard-Maurice
Richer-Antoine
Richter-Mike
Rigsby-Alex
Robinson-Larry
Robitaille-Luc
Rooney-Madeline
Roussel-Antoine
Roy-Patrick
Rozenthal-Francois
Rozenthal-Maurice
Ruggiero-Angela
Saint-Louis-France
Saint-Louis-Martin
Saint-Pierre-Kim
Sakic-Joe
Salming-Börje
Salo-Tommy
Samuelsson-Mikael
Sandstrom-Tomas
Saunier-Franck
Savard-Serge
Sawchuk-Terry
Schelling-Florence
Schmidt-Milt
Schriner-Sweeney
Schultz-Nick
Seabrook-Brent
Sedin-Daniel
Sedin-Henrik
Selanne-Teemu
Shanahan-Brendan
Sharp-Patrick
Shore-Eddie
Sinden-Harry
Skarupa-Haley
Slegr-Jiri
Small-Sami-Jo
Smith-Billy
Smyth-Ryan
Sostorics-Colleen
Staal-Eric
Stamkos-Steven
Stastny-Peter
Stecklein-Lee
Sterner-Ulf
Stevens-Scott
Stewart-Nels
Sundin-Mats
Sunohara-Vicky
Szabados-Shannon
Tardif-Luc
Tardif-Luc
Texier-Alexandre
Theodore-Jose
Thinel-Marc-André
Thomas-Tim
Thompson-Cecil
Tikhonov-Viktor
Tikhonov-Viktor
Tikkanen-Esa
Toews-Jonathan
Torriani-Bibi
Trefilov-Andrei
Treille-Philippe
Treille-Yorick
Tretiak-Vladislav
Trottier-Bryan
Truntschka-Gerd
Tsygankov-Guennadi
Tueting-Sarah
Tumba-Sven
Turgeon-Pierre
Unsinn-Xaver
Vallière-Michel
Vasicek-Josef
Vasiliev-Valeri
Vernon-Mike
Verret-Claude
Vezina-Georges
Vilander-Jukka
Ville-Christophe
Vittenberg-Andreï
Vokoun-Tomas
Wallin-Viktor
Weber-Shea
Whitten-Erin
Wickenheiser-Hayley
Woodburn-Steven
Worsley-Gump
Yakushev-Alexander
Yakushev-Viktor
Ylonen-Petri
Yurzinov-Vladimir
Yzerman-Steve
Zaripov-Danis
Zetterberg-Henrik
Zhamnov-Alexeï
Zubov-Sergei
Zwikel-Jonathan
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 -  diverses -  - nano pourtier - rob blake - pascal favarin

 

';