Happy Birthday :
samedi 20 avril 2019
Handball
 

Handball - Règlement et historique

Choice your language :     

 

 

Handball 

 

dessin

 

Harpaston : Ancien sport romain dans lequel les joueurs lançaient une petite balle à des co-équipiers tout en essayant d’éviter les adversaires. On pense qu’il est l’ancêtre du handball.

 

Historique

C’est à la fin du 19e siècle, en Scandinavie et en Allemagne, que naît le handball moderne. Le handball sur gazon est reconnu au tournant du 20e siècle.

Même si les précurseurs du handball et la forme actuelle ne présentent qu’une parenté très éloignée en ce qui concerne la structure et les règles, il n’en demeure pas moins que les “Jeux d’Uranie” des Grecs (décrits par Homère dans l’Odyssée), “l’Harpaston” des Romains (d’après les dessins du médecin romain Claudius Galenus, 130 à 200 après J.-C.) ainsi que le “Fangballspiel” chanté au Moyen Age par le troubadour Walther von der Vogelweide (1170-1230), avaient certaines caractéristiques qui pourraient être décrites comme les formes originelles du handball.

C’est en Allemagne qu’est né le handball, inventé par un professeur de gymnastique, Konrad Koch (1846-1911) à la fin du 19e siècle et codifié ensuite par le Danois Frederik Knudsen en 1911. La version allemande se jouait à 11 contre 11, tandis que la version danoise se jouait à 7 contre 7. Cependant, certains pays pratiquaient depuis fort longtemps des jeux de ballons similaires.

En 1892, en Tchécoslovaquie, Joseph Klenker, inspecteur de gymnastique fit connaître sous le nom de “Ceska Hazena” un jeu de balle qui présentait de nombreux points communs avec le handball à 7. En 1904, le Danois Holger Nielsen propagea dans son pays un jeu de balle qu'il a inventé sous le nom de “handbold”. D’autres jeux de balle, régionaux ou nationaux tels que : en France, le jeu de Paume (Rabelais décrit au 16è siècle une forme de handball : “ils jouent à la balle en utilisant la paume”) mais surtout le ballon français, en Allemagne, la balle au but (Torball) ou le “Raffball” ont pu inspirer les créateurs du handball. En 1910, G. Wallström introduit le handball en Suède.

Entre 1938 et 1966, deux formes différentes de handball sont pratiquées. Elles possèdent chacune leur Championnat du Monde : une version jouée en extérieur sur un terrain de football par des équipes de 11 joueurs et une nouvelle version, préférée par les scandinaves, qui est jouée en salle, entre équipes de 7 joueurs.

 

La Fédération Internationale de Handball (IHF) a été créée en 1928 à l’occasion des Jeux Olympiques. L’un des fondateurs fut Avery Brundage, ancien président du CIO. Elle compte actuellement 159 membres avec près de 800 000 équipes, plus de 8 millions de licenciés et plus de 15 millions de pratiquants dans le monde. Elle est basée dans la ville de Basel en Suisse.

dessin

 

C’est en juillet 1941 que le handball prend son tournant et que la Fédération Française de Handball, sous sa forme actuelle, est officiellement créée. C’est Monsieur René Bouet qui assurera la première présidence de la F.F.H.B (470 590 licenciés en 2012 dont 167 754 femmes, c'est le 3eme sport collectif français).

 

Les dates marquantes

1917 : Premières règles présentées par l'Allemand Max Heiser. Le hand devient sport de grand terrain.

1925 : Le premier match international à onze entre l’Autriche et l’Allemagne, score: 6-3.

1935 : Premier match international France-Luxembourg.

1936 : Le hand à onze devient sport de démonstration aux J.O. de Berlin

1938 : Le premier Championnat du Monde à onze et à sept.

1957 : Premier Championnat du Monde du hand féminin (vainqueur : Tchécoslovaquie))

1972 : Le handball à sept devient sport olympique.

1976 : Le handball féminin entre dans l’Olympisme.

 

Le handball et l’Olympisme

Le handball était sport olympique en 1936, disputé sur gazon. Le handball actuelle (tournoi entre 12 équipes), joué en salle, fit son apparition aux Jeux de 1972. Le hand féminin (tournoi entre 10 équipes) est devenu sport olympique en 1976.

 

Format olympique

Les équipes sont réparties en deux poules de six, chez les hommes comme chez les femmes. Chaque équipe affronte les autres équipes de sa poule. La demi-finale se dispute entre les deux meilleures équipes de chaque poule. Les autres équipes s’affrontent pour déterminer le classement à partir de la cinquième place. Les vainqueurs de la demi-finale s’affrontent pour l’or et l’argent ; les vaincus pour le bronze.

 

Palmarès de l’équipe de France du Handball masculin

Le hand français c'est 22 médailles internationales : 11 d'or, 4 d'argent et 7 bronze.

L'équipe de hand masculin tricolore possède le plus beau palmarès des sports d'équipes français. Elle est la seule équipe au monde ayant remporté tous les titres majeurs : championne olympique, championne du monde et championne d'Europe.

- Championne olympique en 2008 et 2012

- Championne du monde en 1995, 2001, 2009, 2011 et 2015

- Championne d’Europe en 2006, 2010 et 2014

- Vice championne du monde en 1993

- 3e du Mondial en 1997, 2003 et 2005

- 4e du Mondial en 2007

- 3e des J.O. en 1992

- 4e des J.O. en 1996

- 3e des championnats d'Europe en 2008 (4e en 2000)

 

L'équipe de France masculine porte plusieurs noms : "Les Barjots" de 1992 à 1997, "Les Costauds" de 2001 à 2005, "Les Experts"de  2006 à 2013, "Les Indestructibles" actuellement.

 

Quintuplé historique

Les 'Experts' de Claude Onesta ont réussi un véritable exploit sportif en réalisant en sept ans un septuplé historique : champion olympique en 2008 et 2012, champion du monde en 2009, 2011 et 2015, champion d'Europe en 2010 et 2014. Du jamais vu dans un sport collectif tout court !

 

 Palmarès de l’équipe de France du Handball  féminin

- Championne du monde en 2003

- Vice championne du monde en 1999, 2009 et 2011

- 4e des J.O. 2004

- 3e du championnat d’Europe en 2002 et 2006

 

Compétition

Le handball est un jeu rapide entre deux équipes de sept joueurs qui se passent un ballon, l’attrapent et dribblent avec les mains en essayant de marquer le plus de buts possibles.

Le jeu se compose de deux mi-temps de 30 minutes, séparées par une pause de dix  minutes.

 

Il y deux sortes de jeu :

-          le handball à onze, disputé à l’extérieur.

-          le handball à sept, disputé en salle.

 

Des gestes techniques indispensables


Le chabala est un geste technique offensif en handball. L'attaquant, au moment de marquer, fait semblant d'armer une frappe lourde, commence son geste et casse son poignet qui passera sous le ballon, afin d'envoyer une balle qui lobera. La balle passera très près de la tête du gardien alors en extension et qui aura (le plus souvent) fermé les yeux par réflexe.

Kung-fu
Popularisé à l'origine par les nations asiatiques, le kung-fu est l’un des gestes les plus spectaculaires du handball. Le tireur reçoit la balle alors qu’il se trouve en suspension au-dessus de la zone adverse. De cette position acrobatique, il doit tirer en direction du but avant de toucher le sol.

Schwenker
C’est un geste créé par Hinrich Schenker, un joueur allemand, qui lui a donné son nom. La “Schwenker” consiste à feinter le tir en suspension et à lâcher la balle toujours en étant en suspension. Une fois redescendu sur ses appuis, le joueur peut repartir en dribble et continuer son action. Généralement, les joueurs y ont recours lorsqu’ils font face à des défenses hautes qui cherchent à empêcher le tir lorsqu’ils sont lancés.

Roucoulette
La Roucoulette est un fouetté du poignet pour donner un rebond au ballon qui va contourner le gardien.
 

 

Le terrain

dessin

Un terrain de handball mesure 40 mètres de long et 20 mètres de large. Une ligne centrale le divise en deux moitiés, avec une zone de but à chaque extrémité. Cette surface de but est en forme de D, suivant une ligne en arc de cercle reliant les coins jusqu’à six mètres devant les buts. Tous les points de cet arc de cercle sont situés à égale distance (six mètres) du point le plus près des buts.

Le but

 dessin

Un but est placé au milieu de la ligne de sortie de but, solidement fixé. Il mesure à l’intérieur 2 m de haut et 3 m de large. La surface de but est délimitée par une ligne de 3 m tracée à 6 m devant le but parallèlement à la ligne de but et prolongée à chaque extrémité par un quart de cercle de 6 m de rayon ayant pour centre l’arête interne postérieure de chaque montant du but. La ligne délimitant la surface est appelée ligne de surface de but.

Le ballon

 

 dessin

 

 -pour les hommes, le ballon doit mesurer au début du match de 58 à 60 cm de circonférence et peser de 425 à 475 grammes.

- pour les femmes, le ballon doit mesurer au début du match de 54 à 56 cm de circonférence et peser de 325 à 400 grammes.

 

Le nombre de joueurs

Une équipe se compose de 12 joueurs (10 joueurs de champ et 2 gardiens). 7 joueurs (6 joueurs de champ et 1 gardien) peuvent se trouver à la fois sur le terrain. Les autres joueurs sont remplaçants.

 

Durée

La durée du match est de deux mi-temps de 30 minutes, séparées par 10 minutes de pause.

Si un match doit être poursuivi jusqu’à ce qu’une équipe gagne, après une pause de 5 minutes, le choix du camp ou de l’engagement est à nouveau tiré au sort. La prolongation dure 2 x 5 minutes pour toutes les équipes (changement de camp sans pause).

Si le match est toujours nul après cette première prolongation, une seconde a lieu après 5 minutes de pause et un nouveau tirage au sort, d’une durée de 2 x 5 minutes (changement de camp sans pause).

 

Quelques règles

Validité du but

Un but est marqué lorsque le ballon tout entier franchit la ligne de but à l’intérieur du but et qu’aucune faute ne vient d’être commise par le lanceur ou ses coéquipiers avant ou pendant le tir.

Le gardien

Il est permis au gardien :

- de toucher sur la surface de but, dans un dessein de défense, le ballon avec n’importe quelle partie du corps ;

- de se déplacer sur la surface de but sans restriction avec le ballon ;

- de quitter la surface de but s’il n’est pas en possession du ballon et de pren­dre part au jeu.

Le jet de 7 mètres

1. Un jet de 7 m est ordonné dans les cas suivants :

- conduite irrégulière lors d’une occasion manifeste de marquer un but, cela sur toute la surface de jeu ;

- le gardien attire sur la surface de but le ballon qui se trouve au sol à l’extérieur de la surface de but ou rentre avec le ballon de la surface de jeu sur la surface de but ;

- violation de sa propre surface de but en désavantageant le joueur attaquant qui est en possession du ballon;

- lancer intentionnel du ballon à son propre gardien dans sa surface de but ;

- signal de fin de match non justifié lors d’une occasion manifeste de but ;

- déjouer une occasion manifeste de but par l’intervention d’une personne ne participant pas au jeu.

2. Le jet de 7 m est un lancer au but direct et il doit être exécuté dans les 3 secondes qui suivent le coup de sifflet de l’arbitre de champ.

3. Lors de l’exécution d’un jet de 7 m, le tireur ne doit ni toucher ni franchir la ligne de 7 m avant que le ballon n’ait quitté sa main.

4. Après un jet de 7 m, le ballon ne peut être joué à nouveau qu’après avoir touché le gardien, les montants du but ou la barre transversale.

 

 

Lexique

   Ailier : Joueur évoluant essentiellement sur le côté du terrain.
Arrière centre : Joueur placé au milieu du terrain qui dirige les attaques et tire ou tente de pénétrer la défense ; également appelé « meneur de jeu ».
Carton jaune : Carton que l’arbitre signifie un avertissement à un jour pour une infraction qu’il a commise.
Carton rouge : Carte signifiant que l’arbitre expulse un joueur du match.
Dribble : Déplacer le ballon en le faisant rebondir sur le sol.
Engagement : Tir depuis la ligne médiane à un co-équipier à moins trois mètres et derrière la ligne, en général pour recommencer le jeu.
Expulsion : Ejection d’un joueur sans autorisation de le remplacer.
Gardien de but : Joueur chargé de la défense des buts.
Jet d’arbitre : Similaire à l’entre-deux du basket-ball, l’arbitre lance la balle en l’air de sorte qu’un joueur de chaque équipe puise l’attraper et la contrôler.
Jet franc : Remise en jeu pour les attaquants sans intervention de la défense, accordée à la suite d’une faute mineure de l’adversaire.
Joueur de champ : Tout joueur sur le terrain à l’exception du gardien, également appelé « joueur de terrain ».
Joueur de ligne : Attaquant qui joue essentiellement autour de la ligne des six mètres ; également appelé « pivot ».
Joueur de terrain : Tout joueur sur le terrain à l’exception du gardien, également appelé « joueur de champ ».
Ligne arrière : Ligne traversant le fond du terrain, sans compter la ligne de but, également appelée « ligne extérieure de but".
Ligne de but : Ligne qu’un ballon doit franchir pour qu’un but soit marqué.
Ligne de jet franc : Arc de cercle marqué en pointillés à neuf mètres des buts, délimitant la zone où une équipe attaquante remet en jeu après qu’une faute a été commise dans cette zone ; également appelée la « ligne des neuf mètres ».
Ligne de limitation du gardien de but : Ligne de quatre mètres devant les buts marquant la limite jusqu’à laquelle un gardien peut avancer pour se défendre d’un penalty ; également appelée "ligne de quatre mètres".
Ligne de quatre mètres : Ligne de quatre mètres devant les buts marquant la limite jusqu’à laquelle un gardien peut avancer pour se défendre d’un penalty ; également appelée « ligne de limitation du gardien ».
Ligne de tir des sept mètres : Ligne de un mètre située à sept mètres des buts d’où les penalties sont tentés ; également appelée « ligne des sept mètres ».
Ligne de zone de but : Arc de cercle définissant la zone de but ; également appelée « ligne des six mètres ».
Ligne des neuf mètres : Arc de cercle marqué en pointillés à neuf mètres des buts, délimitant la zone où une équipe attaquante remet en jeu après qu’une faute a été commise dans cette zone ; également appelée la « ligne de jet franc ».
Ligne des sept mètres : Ligne de un mètre située à sept mètres des buts d’où les penalties sont tentés ; également appelée « ligne de tir des sept mètres ».
Ligne des six mètres : Arc de cercle définissant la zone de but ; également appelée « ligne de zone de but ».
Ligne extérieure de but : Ligne traversant le fond du terrain, mais ne comprenant pas la ligne de but, également appelée « ligne arrière ».
Ligne latérale : Ligne délimitant un côté du terrain.
Ligne médiane : Ligne séparant le terrain en deux moitiés.
Meneur de jeu : Joueur placé au milieu du terrain qui dirige les attaques et tire ou tente de pénétrer la défense ; également appelé « arrière centre ».
Penalty
: Système de tie-break selon lequel, après un match à égalité, les joueurs de chaque équipe tentent de marquer contre le gardien adverse depuis la ligne des sept mètres afin de déterminer un vainqueur.
Pivot : Attaquant qui joue essentiellement autour de la ligne des six mètres ; également appelé « joueur de ligne ».
Remise en jeu sur touche : Tir depuis le côté du terrain pour relancer le jeu après que la balle a franchi les lignes latérales.
Renvoi du gardien : Remise en jeu du ballon par le gardien vers l’un de ses co-équipiers, après que le ballon a franchi la ligne arrière en ayant été touché par le gardien ou la défense en dernier.
Suspension de deux minutes : Pénalité en cas de deuxième avertissement ou pour tout comportement irrégulier ou anti-sportif grave.
Tir de coin : Lancer effectué par un attaquant depuis un coin du côté attaquant du terrain, destiné à remettre la balle en jeu après que celle-ci a franchi la ligne arrière et qu’un défenseur autre que le gardien de but l’a touché.
Tir de penalty : Tir de sept mètres vers les buts uniquement paré par le gardien et accordé à la suite d’une faute grave ou parce que la défense a irrégulièrement empêché une belle chance de marquer un but ; également appelé « tir de sept mètres ».
Tir de sept mètres : Tir effectué à sept mètres vers les buts uniquement paré par le gardien et accordé suite à une faute grave ou parce que la défense a irrégulièrement empêché une belle chance de marquer un but ; également appelé a « tir de penalty ».
Tir en suspension : Essai de tir en sautant.
Tireur : Joueur, en général grand et bon sauteur, qui tire depuis le fond du court.
Zone de but : Surface en forme de D avançant sur une zone de six mètres depuis les buts et occupée uniquement par le gardien.

 

 

Copyright Sportquick/Promedi

Livescore.in TellyBolly Arab Magazine
Find a Result
Résultats des compétitions
Dicostars
Aamodt-Ragnhild
Abalo-Luc
Abati-Joël
Accambray-William
Aguinagalde-Julen
Ahlm-Marcus
Alexandre-Isabelle
Alilovic-Mirko
Alizar-Tatiana
Alstad-Ida
Amalou-Eric
Amorim-Eduarda
Andersen-Anja
Andersen-Camilla
Andersen-Kristina
Andersson-Kim
Andersson-Magnus
Andersson-Mattias
Anic-Igor
Anpilogov-Alexandre
Anquetil-Frédéric
Anquetil-Grégory
Anti-Thierry
Antic-Svetlana
Ayed-Anouar
Ayglon-Saurina-Camille
Balic-Ivano
Barachet-Xavier
Barrufet-David
Basic-Mirko
Baudouin-Paule
Bauer-Markus
Bielecki-Karol
Bingo-Arnaud
Birtalan-Stefan
Blanco-Isabel
Bodnieva-Liudmila
Bojinovic-Mladen
Boquist-Martin
Borg-Korfanty-Myriam
Bosquet-Sébastien
Botan-Stark-Ana
Bottzau-Tina
Bouaouli-Hacène
Bozovic-Stanka
Bradeanu-Aurelia
Brand-Heiner
Breivang-Karoline Dyhre
Breivik-Marit
Broch-Yvette
Broedsgaard-Karen
Bruneau-Audrey
Bulatovic-Katarina
Buligan-Alexandru
Buntic-Denis
Burdet-Cédric
Busselier-Laurent
Cailleaux-Eric
Canayer-Patrice
Cano-Stéphanie
Carlen-Per
Cavar-Patrik
Cazal-Patrick
Cañellas-Joan
Cendier-Ajaguin-Isabelle
Cerna-Lenka
Cervar-Lino
Channen-Guy
Chastannier-Maurice
Chenko-Michaïl
Chepkin-Andrei
Christiansen-Lars
Christiansen-Mads
Cochard-Jean-Jacques
Cosma-Adrian
Costantini-Daniel
Csaszar-Gabor
Cupic-Ivan
Dancette-Blandine
Darleux-Cléopâtre
Davis-David
Debureau-Philippe
Deckarm-Joachim
Delattre-Yohan
Delerce-Mariot-Sandrine
Dembélé-Siraba
Demonière-Véronique
Deroin-Audrey
Deschamps-Dominique
Desroses-Philippe
Detrez-Grégoire
Dinart-Didier
Dipanda-Adrien
Dominikovic- Davor
Dshandshgava-Tanja
Duchemann-Lejeune-Leila
Dudziak-Joanne
Dujshebaev-Talant
Dumoulin-Cyril
Duvnjak-Domagoj
Dzomba-Mirza
Edwige-Béatrice
Eggert Magnussen-Anders
Ekberg-Niclas
Englert-Sabine
Entrerrios-Alberto
Entrerrios-Raul
Fabregas-Ludovic
Farkas-Agnes
Farkas-Andrea
Fazekas-Nandor
Fernandez-Begoña
Fernandez-Jérôme
Fraatz-Jochen
Frafjord-Marit
Franzen-Mathias
Fridrikas-Ausra
Fritz-Henning
Fruelund-Katrine
Frändesjö-Martin
Gajic-Dragan
Garcia-Juan Antonio
Garcia Parrondo-Roberto
Gardent-Philippe
Garralda-Mateo
Gaudin-Christian
Gensheimer-Uwe
Gentzel-Peter
Gille-Bertrand
Gille-Guillaume
Girault-Olivier
Gislason-Alfred
Glandorf-Holger
Glauser-Laura
Gnabouyou-Marie-Paule
Goiorani-Julie
Goksor-Susan
Golic-Andrej
Goluza-Slavko
Gopin-Valeri
Gorpichine-Viatcheslav
Goudjo-Amélie
Goupy-Jean
Grimsbo-Kari Aalvik
Grini-Kjersti
Groot-Cornelia
Gros-Ana
Grubisic-Jelena
Gruia-Gheorghe
Grébille-Mathieu
Gudmundsson-Gudmundur
Guehl-Delphine
Guigou-Michaël
Guijosa-Rafael
Guilbert-Fabrice
Gullden-Isabelle
Gunnarsson-Robert
Gurbindo-Eduardo
Gérard-Vincent
Görbicz-Anita
Hajas-Erik
Haltvik-Trine
Hamann-Conny
Hammerseng-Gro
Hansen-Lasse Svan
Hansen-Mikkel
Hausmann-Sahra
Hector-Alexandra
Hens-Pascal
Herbrecht-Sophie
Hergeirsson-Thorir
Hermansson-Högdahl-Mia
Herrem-Camilla
Hmam-Wissem
Ho-Hong-Jeong
Hoffman-Annette
Hombrados-Jose Javier
Honrubia-Samuel
Horacek-Vesna
Horlykke-Rikke
Houlet-François-Xavier
Hvidt-Kasper
Höpfner-Marie
Iakimovitch-Mikhail
Ilic-Momir
Iljin-Vassili
Isakovic-Mile
Ivandija-Silvio
Jacques-Szabo-Melinda
Jensen-Trine
Jeppesen-Lars Krogh
Jicha-Filip
Johansen-Kari Mette
Johansson-Bengt
Joli-Guillaume
Jorgensen-Lars Troels
Joulin-Stéphane
Julia-Philippe
Junillon-Franck
Jurack-Grit
Jurasik-Mariusz
Juricek-David
Jurkiewicz-Mariusz
Jönsson-Kjell
Kang-Jae-won
Kanto-Nina
Kantor-Aniko
Karabatic-Luka
Karabatic-Nikola
Karaboué-Daouda
Kareeva-Anna
Karlova-Larisa
Karshakevitch-Alexander
Kavticnik-Vid
Kehrmann-Florian
Kempa-Bernhard
Kempé-Christophe
Kervadec-Guéric
Kiaerskou-Lotte
Kitic-Svetlana
Kjaergaard-Tonje
Klein-Dominik
Knudsen-Michael
Kocsis-Erszebet
Kokeny-Beatrix
Koksharov-Eduard
Kolar-Merdan-Jasna
Kolling-Janne
Koltunova-Yulia
Kopljar-Marko
Koudinov-Vassili
Krantz-Geoffroy
Kraus-Michael
Krause-Nadine
Krause-Roswitha
Kretzschmar-Stefan
Kretzschmar-Waltraud
Kristensen-Kamilla
Kristiansen-Tine Rustad
Krumbholz-Olivier
Kulcsar-Anita
Kurtovic-Amanda
Kuzmanowski-Slobodan
Kuznetsova-Polina
Källman-Jonas
Lackovic-Blazenko
Lacrabère-Alexandra
Landin Jacobsen-Niklas
Larsen-Tonje
Lathoud-Denis
Lavrov-Andrei
Lavrov-Igor
Lazarov-Kiril
Leganger-Cecilie
Legrand-Jean-Louis
Lekic-Andrea
Lerus-Orfèvres-Laisa
Leynaud-Amandine
Lindberg-Hans
Lindgren-Ola
Loaec-Anne
Loft-Anne
Losert-Venio
Lozano-Demetrio
Ludwig-Stéphanie
Lukic-Dejan
Lunde-Katrine
Lunde-Borgersen-Kristine
Lundström-Henrik
Lungu-Carmen
Löke-Heidi
Lövgren-Stefan
Lübking-Herbert
Macra-Nathalie
Madsen-Gitte
Mahé-Kentin
Mahé-Pascal
Maksimov-Vladimir
Maqueda-Jorge
Mares-Wojteck
Martin-Ambros
Martin-Carole
Martini-Bruno
Masip-Enric
Masson De Souza-Chana
Maurice-Franck
Megannem-Heykel
Melgaard-Mette
Mendy-Claudine
Metlicic-Petar
Meyer-Gilles
Mladenovic-Dragan
Mollgaard-Henrik
Mongin-Sébastien
Monthurel-Gaël
Morhammer-Iris
Morros-Viran
Morskova-Natalia
Moser-Ioan
Munier-Laurent
Munk Lauritsen-Suzanne
Muravyeva-Nadezhda
Myaro-Nodjialem
Médard-Philippe
Mörk-Nora
N'Guessan-Timothey
Nagy-Laszlo
Narcisse-Daniel
Nascimento-Alexandra
Navarro-Silvia
Neagu-Cristina
Neneniene-Cesaitite-Aldona
Nicolas-Valérie
Nostvold-Tonje
Nouet-Sylvain
Novickis-Valdemaras
Nyberg-Katja
Nze Minko-Estelle
Nöddesbo-Jesper
O-Kyeong-Lim
O\'Callaghan-Xavier
Odinokova-Lubov
Oftedal-Stine
Oh-Seong-ok
Olalla-Iosu
Olsson-Mats
Olsson-Staffan
Omeyer-Thierry
Onesta-Claude
Ortega-Carlos Antonio
Ortela-Cornel
Ostertag-Sebastien
Pajovic-Ales
Palicka-Andreas
Palinger-Katalin
Palmarsson-Aron
Panchuk-Lyudmila
Pascual-Xavier
Paty-Cédric
Pecqueux-Rolland-Véronique
Pedersen-Terese
Perez-Frédéric
Perez de Vargas-Gonzalo
Perreux-Thierry
Perunicic-Nenad
Pettersson-Johan
Piejos-Katty
Pineau-Allison
Ploquin-Yohann
Pogorelov-Sergueï
Polenova-Elena
Poltoratskaya-Irina
Popova-Valentina
Popovic-Bojana
Popovic-Nebojsa
Poradnik-Ludmilla
Porte-Valentin
Portes-Alain
Postnova-Liudmila
Pradel-Linda
Prandi-Raoul
Puc-Iztok
Puigségur-Laurent
Quintin-Eric
Rac-Sandor
Radulovics-Bojana
Rajcic-Marina
Rantala-Lene
Richardson-Jackson
Riegelhuth-Koren-Linn-Kristin
Rivera-Valero
Rocas-Albert
Rodriguez-Jose Maria
Roiné-Bertrand
Romenskaya-Oxana
Romero-Iker
Rutenka-Siarhei
Saeboe-Heim-Siv
Sagosen-Sander
Said-Mohamed-Myriame
Saracevic-Zlatko
Saric-Danijel
Sarmiento-Daniel
Sauval-Florence
Savic-Maja
Schaaf-Philippe
Schmidt-Wieland
Schwarzer-Christian
Selambaron-Nathalie
Sellenet-André
Seong-Ok-Oh
Serdarusic-Zvonimir
Shipilova-Natalia
Sidorova-Maria
Sierra-Jose Manuel
Signaté-Mariama
Sigurdsson-Gudjon-Valur
Sivertsson-Tomas
Smajlagic-Irfan
Sondergaard-Kasper
Sorhaindo-Cédric
Soukossian-Pavel
Spellerberg-Bo
Spincer-Angélique
Sprem-Goran
Sprenger-Christian
Stefansson-Olafur
Stephan-Daniel
Sterbik-Arpad
Sterbinsky-Amalia
Stoecklin-Stéphane
Stojanovic-Goran
Sulland-Linn Jorum
Sundal-Heidi
Sunesen-Gitte
Suslina-Inna
Svensson-Tomas
Syphkus-Rima
Szmal-Slawomir
Tanderup-Ann Dorthe
Tchernitchev-Evgueni
Tchoumak-Igor
Tej-Issam
Teodorovic-Sorina
Tervel-Raphaëlle
Theilig-Hans
Thiel-Andreas
Thiébaut-Jean-Luc
Thorsson-Pierre
Tjugum-Heidi
Toft Hansen-Rene
Tomas-Victor
Torgovanov-Dimitri
Torstenson-Linnea
Toth-Timea
Tounkara-Maakan
Trefilov-Evgueni
Tristant-Denis
Turchyna-Zinaida
Turey-Emilya
Tutchkin-Alexandr
Urdangarin-Inaki
Urios-Rolando
Uskova-Yana
Vanparys-Torres-Christine
Velyky-Oleg
Vestergaard-Mette
Vicha-Jiri
Vidovic-Albin
Vogein-Estelle
Voinea-Radu
Volle-Frédéric
Vori-Igor
Vranjes-Ljubomir
Vujin-Marko
Vujovic-Veselin
Vyakhireva-Anna
Wahl-Frank-Michael
Wendling-Isabelle
Wenta-Bogdan
Wester-Tess
Wieland-Schmidt
Wilbek-Ulrik
Wislander-Magnus
Wunderlich-Erhard \'Sepp\'
Yoon-Kyung-shin
Zaadi-Grâce
Zeitz-Christian
Zerbe-Volker
Zivkovic-Zoran
Zoqbi de Paula-Darly
Zorman-Uros
Zubareva-Olga
Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport ?voir ici
 - robert lis - lilian di salvo - andrej golic - isabelle cendrier - nikola karabatic

 

';