Happy Birthday : Tagwerker Andrea - AUT. (Luge) |
lundi 23 octobre 2017
Luge
 
Luge - Règles pour les Jeux Olympiques - Article du : 18/07/2011

La luge se compose de trois épreuves : le simple messieurs, le simple dames et le double. L'équipe ou l'athlète qui obtient le meilleur temps total sur le parcours après quatre descentes en simple ou deux descentes en double gagne la compétition.

Le chronométrage va habituellement jusqu'au millième de seconde, faisant ainsi de la luge et du patinage de vitesse sur piste courte les concours les plus précis des Jeux olympiques d'hiver. En luge, les temps se calculaient auparavant au centième de seconde, jusqu'à ce que deux équipes de double finirent ex æquo sur la première marche du podium à Sapporo en 1972. Depuis ce changement, l'épreuve olympique la plus serrée de l'histoire se déroula chez les dames en 1998, où l'écart ne fut que de 0,002 seconde après quatre courses. Chez les messieurs, c'est en 1994 que la course la plus serrée eut lieu, avec le duel entre l'Allemand Georg Hackl et l'Autrichien Markus Prock : le gagnant s'imposa par 0,013 seconde. Bien qu'extrêmement rares, les égalités au millième de seconde sont autorisées.

MODALITÉS DE LA COMPÉTITION

Luge simple

Lors des épreuves dames et messieurs, les athlètes descendent quatre fois la piste. On ajoute ces quatre temps et le total le plus rapide de détermine la gagnante ou le gagnant. Le concours se déroule sur deux jours (à raison de deux descentes quotidiennes). Ce format, unique aux Jeux olympiques d'hiver, a pour but de récompenser la régularité, l'endurance et la capacité de résistance à la pression, plus particulièrement lors de la deuxième journée (dans la plupart des concours comme les Championnats du monde et les Coupes du monde, les simples ne comportent que deux descentes.) 

Les dames et les messieurs utilisent la même piste, bien que le départ se fasse un peu plus bas chez les premières. Au Whistler Sliding Centre, le parcours masculin mesure approximativement 0,85 mile (1 374 m) et celui des dames et de l'épreuve de luge double, 0,74 mile (1 198 m).

Luge double

Ce concours d'une journée met en piste des équipes de deux athlètes qui font deux descentes. La paire qui obtient le meilleur temps total gagne l'épreuve. Ce format est aussi utilisé lors des Championnats du monde et des Coupes du monde. Bien qu'aucun règlement n'interdise la mixité, traditionnellement, les équipes sont formées de deux messieurs, le plus grand étant toujours positionné au-dessus pour assurer une meilleure aérodynamique.

Les épreuves de luge simple dames et double démarrent au même endroit sur la piste. Ainsi, au Whistler Sliding Centre, le parcours du concours biplace se déroule sur environ 0,77 mile (1 233 m).

RÈGLEMENT

Contrôles d'avant-épreuve (luge simple)

Au début de chaque descente, on pèse luges et athlètes, puis on compare la température des patins à celle d'un patin de « contrôle » officiel.

(1) Dans les épreuves de simple, le poids de la luge ne peut dépasser 23 kg (50,6 livres).

(2) Les athlètes ne sont pas limités au niveau du poids. Néanmoins, les messieurs de moins de 90 kg (198 livres) sont autorisés à utiliser jusqu'à 13 kg (28,6 livres) supplémentaires comme lest. Les femmes de moins de 75 kg (165 livres) peuvent le faire à hauteur de 10 kg (22 livres). Les formules ci-dessous déterminent le poids supplémentaire maximal :

MESSIEURS : (198 livres - poids du lugeur) x 0,75
DAMES : (165 livres - poids de la lugeuse) x 0,75

(3) De plus, les officiels vérifient la température des patins en acier des luges pour s'assurer qu'ils n'ont pas été chauffés (cette pratique est interdite, car la chaleur réduit la friction entre les patins et la glace, ce qui rend la luge plus rapide). Un patin de « contrôle », situé à l'ombre à côté de la maison de départ, sert de référence. La température des patins des athlètes ne doit pas dépasser de plus de 5 degrés Celsius celle du patin de contrôle.

Contrôles d'avant-épreuve (luge double)

Au début de chaque descente, on pèse luges et athlètes, puis on compare la température des patins à celle d'un patin de « contrôle » officiel.

(1) Dans les épreuves de double, le poids de la luge ne peut dépasser 27 kg (59,4 livres).

(2) L'équipe n'est pas limitée au niveau du poids. En effet, l'un des partenaires ou toute la paire peut avoir le droit d'ajouter du poids supplémentaire comme lest.

(a) Si les deux coéquipiers pèsent ensemble 180 kg (396 livres) ou plus, aucun supplément n'est autorisé.

(b) Si leur poids combiné est inférieur à 180 kg (396 livres) et que chaque athlète pèse moins de 90, chacun peut ajouter jusqu'à 10 kg (22 livres) supplémentaires. La formule ci-dessous détermine le poids supplémentaire maximal :

(90 kg - poids du lugeur) x 0,50

(c) Si leur poids combiné est inférieur à 180 kg (396 livres) et qu'un seul athlète pèse moins de 90 kg (198 livres), celui-ci peut tout simplement compenser jusqu'à hauteur du poids de son partenaire. Toutefois, la limite des 10 kg (22 livres) supplémentaires s'applique encore.

(3) Avant la course, les officiels vérifient aussi la température des patins en acier sur les luges pour s'assurer qu'ils n'ont pas été chauffés. Un patin de « contrôle », situé à l'ombre à côté de la maison de départ, sert de référence. Leur température ne doit pas dépasser de plus de 5 degrés Celsius celle du patin de contrôle.

Ordre de départ (luge simple)

Les concurrent(e)s de l'épreuve de simple sont divisé(e)s en quatre groupes de départ. Le groupe A se compose des douze lugeuses et lugeurs qui se sont classés parmi les douze meilleurs à l'issue des trois dernières courses de la Coupe du Monde qui précèdent les Jeux olympiques (aux Jeux, chaque nation ne pouvant engager qu'un maximum de trois représentants dans la compétition, si un pays a plus de trois athlètes parmi les douze meilleurs, alors les représentants supplémentaires sont remplacés par ceux des autres nations, qui montent au classement.) Le groupe B se compose de lugeuses et de lugeurs qui occupent de la 13ème à la 24ème place. Le groupe C va de la 25ème à la 36ème place. Si le nombre de participant(e)s excède 36, les athlètes restants forment un groupe appelé « le reste ». Les numéros de dossard et les positions de départ sont choisis au hasard à l'intérieur de chaque groupe.

Chez les messieurs, le départ de l'épreuve de luge simple suit l'ordre suivant :

Première descente : groupe A (du 1er au 12ème), groupe B (du 13ème au 24ème), groupe C (du 25ème au 36ème), le reste (du 37ème au dernier)
Deuxième descente : groupe A (du 12ème au 1er), groupe B (du 24ème au 13ème), groupe C (du 36ème au 25ème), le reste (du dernier au 37ème)
Troisième descente : de la première à la dernière place en fonction des temps combinés après deux manches
Quatrième descente : de la dernière à la première place selon les temps combinés après trois manches

Une seule luge est autorisée sur la piste à la fois. Il n'y a aucun intervalle de départ établi. Une fois le signal de « piste libre » donné, le lugeur a 30 secondes pour partir.

Ordre de départ (luge double)

Les concurrents sont répartis en quatre groupes de départ. Le groupe A se compose des paires qui se sont classées parmi les douze meilleures après les trois dernières courses de la Coupe du monde qui précèdent les Jeux olympiques (chaque nation ne pouvant engager que deux équipes dans ce concours, si un pays en a plus de deux parmi les douze meilleures, alors les luges supplémentaires sont retirées de la liste et on ajoute celles des autres pays dont le classement est inférieur.) Le groupe B se compose d'équipes qui occupent de la 13ème à la 24ème place. Le groupe C va de la 25ème à la 36ème place. Si le nombre de luges en compétition est supérieur à 36, les équipes restantes forment un groupe appelé « le reste ». Les numéros de dossard et les positions de départ sont choisis au hasard à l'intérieur de chaque groupe.

Le départ de l'épreuve de luge double suit l'ordre suivant :

Première descente : groupe A (de la 1ère à la 12ème), groupe B (de la 13ème à la 24ème), groupe C (de la 25ème à la 36ème), le reste (de la 37ème à la dernière)

Seconde descente : de la dernière à la première place en fonction des temps obtenus lors de la première descente.

Une seule luge est autorisée sur la piste à la fois. Il n'y a aucun intervalle de départ établi. Une fois qu'une équipe a reçu le signal de "piste libre", elle a 45 secondes pour partir.

Arrivée (luge simple)

Pour qu'une descente soit validée, l'athlète doit être en contact avec la luge au passage du témoin de chronométrage sur la ligne d'arrivée. L'arrivée sans luge entraîne une disqualification immédiate. Si la concurrente ou le concurrent a un accident pendant la course mais parvient à garder sa luge sans aide extérieure, sa descente est comptabilisée.

En bas de piste, équipements et poids sont contrôlés. Après la première et la troisième descente, six concurrents sont choisis au hasard pour subir un « contrôle technique » (trois d'entre eux appartiennent au groupe A ; les trois autres peuvent en faire partie ou non.) Lors de ce contrôle, luges et athlètes sont à nouveau pesés ; on vérifie la température des patins ainsi que les dimensions du siège. Après la dernière descente, les trois médaillés doivent passer le « contrôle de la luge » : la luge est alors démontée et les officiels effectuent des mesures et vérifient les suspensions pour s'assurer, par exemple, qu'aucun système ou produit d'humidification illégal n'a été utilisé. Le non-respect des normes entraîne une disqualification.

Arrivée (luge double)

Pour qu'une descente soit validée, les deux partenaires doivent être en contact avec la luge au passage du témoin de chronométrage sur la ligne d'arrivée. L'arrivée sans luge entraîne une disqualification immédiate. En cas d'accident, si l'équipe parvient à terminer avec la luge mais sans recevoir d'aide extérieure, la descente est comptabilisée.

En bas de piste, à la fin de la première 1ère descente, trois athlètes sélectionnés au hasard (et non pas trois équipes) sont soumis à un contrôle technique. On les pèse à nouveau ainsi que les luges et on vérifie la température des patins. Après la seconde (et dernière) descente, les luges des trois équipes médaillées sont soumises à des contrôles. Le non-respect des normes entraîne une disqualification.

PARTICIPANTS

Aux Jeux olympiques de Vancouver de 2010, chaque nation membre de la Fédération Internationale de Luge (FIL) peut engager au maximum trois messieurs, trois dames et deux équipes de double. Il n'y aura au plus 110 lugeurs et lugeuses (80 chez les messieurs et 30 chez les dames). Bien que le nombre de participants à chaque épreuve ne soit pas limité, l'objectif est de présenter 40 messieurs et 30 dames aux épreuves de simple et 20 équipes lors du double.

Pour se qualifier pour les Jeux olympiques, un(e) athlète doit avoir participé à un minimum de cinq Coupes du Monde ou cinq Coupes du monde junior entre le 1er novembre 2004 et le 31 décembre 2005 tout en ayant accumulé des points dans au moins cinq d'une ou l'autre de ces compétitions (ou une combinaison des deux).

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Résultats et Champions


Coupe du monde 2017/18  Igls AUT                 18–19 Novembre    Winterberg GER      25–26 Novembre    Altenberg GER        2–3 Décembre        Calgary CAN           8–9 Décembre        Lake Placid USA      15–16 Décembre    Königssee GER        6–7 Janvier            Oberhof GER          13–14 Janvier         Lillehammer NOR    20–21 Janvier         Sigulda LAT            27–28 Janvier        ...
Avec l'Allemande Susi Erdmann, elle est la seule athlète ayant remporté des médailles olympique à la fois en luge et en bobsleigh. Championne olympique de luge en 1994, championne du monde en 1993 (2eme en 1989, 3eme en 1995, 96 et 97) et championne d'Europe en 1994 (2eme en 1990). Victorieuse de la Coupe du monde en 1993 et 1998. En 2006, elle gagne la médaille de bronze olympique en bobsleigh et termina 2eme des championnats d'Europe. Elle a également remporté des nombreux titr...
Un grand nom en luge avec 2 médailles olympiques, 10 médailles mondiales et 14 médailles européennes. Triple vainqueur de la Coupe du monde en mono (1985, 1986 et 1987) et sept fois vainqueur en biplace avec Hansjörg Raffl entre 1985 et 1993 en accumulant 37 victoires (26 en biplace et 9 en monoplace). Vice-champion olympique en 1994 en biplace derrière son frère Wilfried (3e en 1992). Champion d’Europe en 1992 et 1994 en biplace et par équipes mixtes en 1994 (5 autres médailles d'...
Un grand nom en luge et un athlète polyvalent (22s8 sur 100 m et 50s9 sur 400 m en athlétisme), il fut le grand rival de l'Allemand Georg Hackl. Entre 1987 et 2002, il a remporté trois médailles olympiques (2 d'argent, 1 de bronze), quatorze médailles mondiales (5 d'or, 4 d'argent et 5 de bronze) et neuf médailles européennes (3 d'or, 2 d'argent, une de bronze). Champion du monde individuel en 1987 et 1996 (2e en 1990 et 1997 ; 3e en 1991, 1995 et 2001). Champion d...
L'ogre Loch, il est le meilleur lugeur du moment en monoplace avec 3 médailles d'or olympiques et 14 médailles d'or mondiales dont 6 en individuel. En remportant le titre olympique en 2010 à seulement 20 ans, il est devenu le plus jeune champion olympique de l'histoire de la luge. Il avait dominé tous ses adversaires en remportant les quatre manches. Il conserve son titre olympique en 2014. Il remporte une troisième médaille d'or avec le relais par équipes mixtes en 2014,...
Vice-champion du monde en monoplace en 2013 (3eme en 2008 et 2011 ; 4eme des Jeux Olympiques en 2014, 5eme en 2010) et champion d'Europe de la discipline en 2012 (2eme en 2013 ; 2eme par équipe mixte en 2012). Vice champion du monde de sprint en 2016. Il termina 2eme de la Coupe du monde en 2012, 2013 et 2015. Lors d'une étape de Coupe du monde, fin janvier 2012, il a établi un nouveau record de vitesse sur la piste de Saint-Moritz avec 1mn6s130. Fin 2012, il améliora celui de Königs...
Un des meilleurs lugeurs en biplace de tous les temps avec Alexander Resch. Champion olympique en 2002 (3eme en 2010). Champion du monde en biplace en 1999, 2000, 2004 et 2007 (2eme en 2005 et 3eme en 2003) et par équipes mixte en 2001, 2003 et 2004 (2eme en 2000, 3eme en 1999), champion d’Europe en biplace en 2000, 2002 et 2003. Six fois vainqueur de la Coupe du monde : en 2000, 2002, 2004, 2006, 2007 et 2008 (2eme en 2010 ; 34 victoires, ancien record mondial en biplace).   Cop...
Champion olympique en monoplace en 1984 (2e en 1980) et en biplace en 1972, un doublé très rare. Il fut le porte-drapeau de la délégation italienne pour les JO de 1984. Champion du monde en monoplace en 1978 (3e en 1979 et 1983) et en biplace en 1971 (3e en 1973). Deux fois champion d’Europe en mono (1978 et 1984) et deux fois en biplace (1971 et 1974). Triple vainqueur de la Coupe du monde en mono, en 1979, 1981 et 1983 (11 victoires).   Copyright Sportquick/Promedi ...
Spécialiste de luge biplace avec Norbert Huber : vice-champion olympique en 1994 (3eme en 1992), champion du monde en 1990 (2eme en 1983, 1989 et 1993, 3eme en 1991) et champion d'Europe en 1992 et 1994 (2eme en 1988 et 1990 ; 3eme en 1984 et 1986). Champion du monde par équipes mixte en 1989 (2eme en 1990, 3eme en 1991 et 1993). Vainqueur de la coupe du monde en biplace en 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1991, 1992 et 1993 (2eme en monoplace en 1979 ; 26 victoires).   Copyright Sportqui...
Les lugeurs avec le plus de victoires au classement final MONOPLACE/BIPLACE - Hommes : 10 Norbert Huber ITA, Markus Prock AUT et Armin Zöggeler ITA, 8 Hansjörg Raffl ITA, 6 Patric Leitner GER, Alexander Resch GER, 5 Felix Loch GER. - Femmes : 5 Natalie Geisenberger GER, Tatjana Hüfner GER et Silke Kraushaar GER, 4 Sylke Otto GER   MONOPLACE - Hommes : 10 Markus Prock AUT et Armin Zöggeler ITA, 4 Felix Loch GER, 3 Ernst Haspinger AUT, Paul Hildgartner ITA et Norbert Huber ITA. - Femmes...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - alex coomber - steffi walter - luis carrasco - lea parsley -