Happy Birthday :
samedi 25 novembre 2017
Auto
 
Auto - Statistiques de la Formule 1 (écuries et courses) après le GP du Brésil 2017 - Article du : 15/11/2017
Sommaire article
HistoriqueQuelques dates concernant les évolutions techniques
Championnat du monde des constructeurs (Créé en 1958)Attribution des points
Le retour des numéros permanentsChampionnat du Monde des Pilotes (Créé en 1950)
Nombre de pilotes sacrés par nation  Grand Prix supprimés
Nombre de titres constructeursNombre de titres pilotes
Nombre de saisonsNombre de Grands Prix disputés
Nombre de victoiresNombre de victoires en une saison
Nombre de victoires successivesNombre de podiums
Nombre de podiums en une saisonNombre de podiums consécutifs
Nombre de podiums par doubléNombre de doublés par saison
Nombre de podiums par tripléNombre de pole-positions
Nombre de pole-positions en une saisonNombre de pole-positions consécutives
Nombre de pole-positions lors d’un même Grand PrixNombre de pole-positions par années consécutives
Nombre de premières lignesNombre de premières lignes consécutives
Nombre de points marquésNombre de points en une saison
Nombre de Grand Prix dans les pointsNombre de Grand Prix consécutifs dans les points
Nombre de points par années consécutivesNombre de meilleurs tours
Nombre de meilleurs tours consécutifsNombre de meilleurs tours en une saison
Nombre de meilleurs tours dans un même Grand PrixNombre de meilleurs tours par années consécutives
Nombre de kilomètres parcourus en tête Nombre de tours parcourus en tête
Nombre de Grand Prix en têteNombre de Grand Prix en tête consécutifs
Nombre de Hat-tricks (victoire, pole-position et meilleur tour dans un même Grand Prix)Nombre de Grand Chelem (victoire, pole-position, meilleur tour, en tête de bout en bout dans un même Grand Prix)
Première saison, première victoirePremier Grand Prix, première pole-position
Statistiques coursesLes Grands Prix courus entre 1950 et 2017

La Formule 1

Historique
Discipline reine du sport automobile, la Formule 1 est théoriquement la seule à pouvoir se targuer du titre de “Grand Prix”.
Le Championnat du Monde de Formule 1 a fêté ses 60 ans en 2010. Le premier champion du monde sacré fut l’Italien Giuseppe Farina sur Alfa Romeo en 1950. Depuis, chaque saison, entre 15 et 20 épreuves (20 en 2015) se disputent pour l’attribution des titres de champions du monde des constructeurs et des conducteurs. Les différents circuits de F1 mesurent entre 3 et 7 km.

Un Grand Prix de F1 ne doit pas dépasser les deux heures. La distance d’un Grand Prix ne doit pas dépasser les 305 km.

Quelques dates concernant les évolutions techniques
1957 : L’introduction du moteur arrière installé sur une Cooper-Climax conduit par Jack Brabham à Monaco avec une première victoire en 1958 en Argentine signée Stirling Moss.

1962 : L’anglais Colin Chapman invente le monocoque d’aluminium. Le pilote y est allongé avec les bras plus tendus qu’avant.

1967 : Introduction du premier moteur “ porteur ”, le Ford-Cosworth mis au point par deux ingénieurs anglais, Keith Duckworth et Mike Costin et commercialisé sur la recommandation de Colin Chapman par l’écurie Ford.

1968 : Les ailerons font leur apparition sur les Ferrari permettant une meilleure motricité et un passage plus vite en virage.

1971 : Grâce à Firestone, les pneus deviennent lisses améliorant ainsi les performances. Afin de réduire la vitesse, les rainures furent introduites en 1998.

1977 : Le patron de Lotus, Colin Chapman invente le “wing-car”, la première F1 à effet de sol. Mario Andretti remporte une première victoire cette année-là à Long Beach.

1977 : Grâce aux ingénieurs de Renault (Bernbard Dudot, Jean-Pierre Boudy), les moteurs turbo conquièrent la F1. La première victoire est signée par Jean-Pierre Jabouille  cette même année.

1982 : L’ingénieur anglais John Barnard de l’écurie McLaren met au point la coque en carbone.

1989 : Grâce à John Barnard qui travaille désormais chez Ferrari, la boîte de vitesse devient semi-automatique (le pilote n’utilise plus l’embrayage). On lui doit également les freins en carbone.

1990-2000 : La technologie remplace la mécanique. La F1 entre dans le monde de l’informatique. Les moteurs atmosphériques sont de retour.

Championnat du monde des constructeurs (Créé en 1958)

Treize écuries se partagent le titre de champion du monde

 

1958 : Vanwall - 1959 : Cooper-Climax - 1960 : Cooper-Climax - 1961 : Ferrari - 1962 : BRM - 1963 : Lotus-Climax - 1964 : Ferrari - 1965 : Lotus-Climax - 1966 : Brabham-Repco - 1967 : Brabham-Repco - 1968 : Lotus-Ford - 1969 : Matra-Ford - 1970 : Lotus-Ford - 1971 : Tyrell-Ford - 1972 : Lotus-Ford - 1973 : Lotus-Ford - 1974 : McLaren- Ford - 1975 : Ferrari - 1976 : Ferrari - 1977 : Ferrari - 1978 : Lotus-Ford - 1979 : Ferrari - 1980 : Williams-Ford - 1981 : Williams-Ford - 1982 : Ferrari - 1983 : Ferrari - 1984 : McLaren-Tag-Porsche - 1985 : McLaren-Tag-Porsche - 1986 : Williams-Honda - 1987 : Williams-Honda - 1988 : McLaren-Honda - 1989 : McLaren-Honda - 1990 : McLaren-Honda - 1991 : McLaren-Honda - 1992 : Williams- Renault - 1993 : Williams-Renault - 1994 : Williams-Renault - 1995 : Benetton-Renault - 1996 : Williams-Renault - 1997 : Williams-Renault - 1998 : McLaren-Mercedes - 1999 : Ferrari - 2000 : Ferrari - 2001 : Ferrari - 2002 : Ferrari - 2003 : Ferrari - 2004 : Ferrari - 2005 : Renault - 2006 : Renault - 2007 : Ferrari - 2008 : Ferrari - 2009 : Brawn GP - 2010 : Red Bull-Renault - 2011 : Red Bull-Renault - 2012 : Red Bull-Renault - 2013 : Red Bull-Renault - 2014 : Mercedes - 2015 : Mercedes - 2016 : Mercedes - 2017 : Mercedes.

La Scuderia Ferrari est l’écurie la plus performante de l’histoire de la F 1 avec ses 15 titres de championne du monde des pilotes et ses 16 titres des constructeurs entre 1950 et 2008, devançant McLaren (8 titres constructeurs et 12 titres pilotes) et Williams (9 titres constructeurs et 7 titres pilotes). Ferrari est la seule écurie présente à tous les championnats du monde depuis sa création en 1950 !

Attribution des points

Depuis la saison 2010, la FIA a proposé la répartition suivante : 25 points (au lieu de 10) récompenseraient le vainqueur d'un Grand Prix, 20 points (au lieu de 8) pour le deuxième et 15 points pour le troisième (au lieu de 6) puis 10, 8, 6, 5, 3, 2 et 1. Ce système attribue donc des points aux dix premiers (huit avant), cela pour répondre à la hausse du nombre d'écuries engagés (13 au lieu de 10 en 2009).  Les écuries ont par ailleurs annoncé qu'elles s'apprêtaient à s'engager, toutes, jusqu'en 2012 dans la discipline.

A la fin de la saison, le pilote et l’écurie totalisant le plus de points gagnent le championnat du monde des conducteurs et des constructeurs.

 

La FIA a encore une fois changé le barème des points depuis la saison 2012 :

1er - 25 points
2e - 18 points
3e - 15 points
4e - 12 points
5e - 10 points
6e - 8 points
7e - 6 points
8e - 4 points
9e - 2 points
10e - 1 point

 

Depuis 2014 : les points attribués au dix premiers classés seront doublés avec le but de faire durer le suspense quant à l'attribution des titres mondiaux

 

1er - 50 points
2e - 36 points
3e - 30 points
4e - 24 points
5e - 20 points
6e - 16 points
7e - 12 points
8e - 8 points
9e - 4 points
10e - 2 point

 

Autre changement :

Le retour des numéros permanents
Dans l’air depuis plusieurs semaines, la possibilité pour un pilote de choisir un numéro qui le suivra toute sa carrière a été adoptée. Les pilotes auront à choisir entre le 2 et le 99, le numéro 1 sera quant à lui réservé au pilote champion du monde s’il désire l’utiliser. En cas de concurrence pour le même numéro, le pilote ayant terminé le plus haut au classement de l’année précédente aura la priorité.



De 2007 à 2010, la marque japonaise Bridgestone était l'unique manufacturier des pneus. En 2011, il a été remplacé par l'Italien Pirelli qui a introduit des codes couleur correspondant aux différentes types de gommes utilisées. Ces couleurs figurent sur les flancs des pneus. Les six couleurs : orange (pluie), bleu (intermédiaire), rouge (super tendre), jaune (tendre), blanc (medium) et gris (dure).

 

En cas d'un problème (pluie ou accident), la moitié des points est attribuée si le leader de la course a couvert plus de deux tours et moins de 75% de la distance totale. Cela est arrivé que cinq fois :

- au GP d'Espagne en 1975 (accident de Rolf-Johann Stommelen; arrêt au 29e tour)

- au GP d'Autriche en 1975 (pluie; arrêt au 29e tour)

- au GP de Monaco en 1984 (pluie; arrêt au 31e tour)

- au GP d'Australie en 1991 (pluie, arrêt au 14e tour)

- au GP de Malaisie en 2009 (arrêt au 32e tour)

Championnat du Monde des Pilotes (Créé en 1950)

 

Trente-trois pilotes se sont partagés le titre de champion du monde depuis 1950
1950 : Alfa Romeo : Farina ITA - 1951 : Alfa Romeo : Fangio ARG - 1952 : Ferrari : Ascari ITA - 1953 : Ferrari : Ascari ITA - 1954 : Maserati : Fangio ARG - 1955 : Mercedes-Benz : Fangio ARG - 1956 : Ferrari : Fangio ARG - 1957 : Maserati : Fangio ARG - 1958 : Ferrari : Hawthorn GBR - 1959 : Cooper-Climax : Brabham AUS - 1960 : Cooper-Climax : Brabham AUS - 1961 : Ferrari : Hill P. USA - 1962 : BRM  : Hill G. GBR - 1963 : Lotus-Climax : Clark GBR - 1964 : Ferrari : Surtees GBR - 1965 : Lotus-Climax : Clark GBR - 1966 : Repco-Brabham : Brabham AUS - 1967 : Repco-Brabham : Hulme NZE - 1968 : Lotus-Ford : Hill G. GBR - 1969 : Matra-Ford : Stewart GBR - 1970 : Lotus-Ford : Rindt AUT - 1971 : Tyrrell-Ford : Stewart GBR - 1972 : Lotus-Ford : Fittipaldi BRE - 1973 : Tyrrell-Ford : Stewart GBR - 1974 : McLaren-Ford : Fittipaldi BRE - 1975 : Ferrari : Lauda AUT - 1976 :  McLaren-Ford : Hunt GBR - 1977 : Ferrari : Lauda AUT - 1978 : Lotus-Ford : Andretti USA - 1979 : Ferrari : Scheckter AFS - 1980 : Williams-Ford : Jones AUS - 1981 : Brabham-Ford : Piquet BRE - 1982 : Williams-Ford : Rosberg FIN - 1983 : Brabham-BMW : Piquet BRE - 1984 : McLaren Tag Porsche : Lauda AUT - 1985 : McLaren Tag Porsche : Prost FRA - 1986 : McLaren Tag Porsche : Prost FRA - 1987 : Williams-Honda : Piquet BRE - 1988 : McLaren-Honda : Senna BRE - 1989 : McLaren-Honda : Prost FRA - 1990 : McLaren-Honda : Senna BRE - 1991 : McLaren-Honda : Senna BRE - 1992 : Williams-Renault : Mansell GBR - 1993 : Williams-Renault : Prost FRA - 1994 : Benetton-Ford : Schumacher M. ALL - 1995 : Benetton- Renault : Schumacher M. ALL - 1996 : Williams-Renault : Hill D. GBR - 1997 : Williams-Renault : Villeneuve J. CAN - 1998 : McLaren-Mercedes : Häkkinen FIN - 1999 : McLaren-Mercedes : Häkkinen FIN - 2000 : Ferrari : Schumacher M. ALL - 2001 : Ferrari : Schumacher M. ALL - 2002 : Ferrari : Schumacher M. ALL - 2003 : Ferrari : Schumacher M. ALL - 2004 : Ferrari : Schumacher M. ALL - 2005 : Renault : Alonso ESP - 2006 : Renault : Alonso ESP - 2007 : Ferrari : Raïkkönen FIN - 2008 : McLaren Mercedes : Hamilton GBR - 2009 : Brawn GP : Button GBR - 2010 : Red Bull-Renault : Vettel ALL - 2011 : Red Bull-Renault : Vettel ALL - 2012 : Red Bull-Renault : Vettel ALL - 2013 : Red Bull-Renault : Vettel ALL - 2014 : Mercedes : Hamilton GBR - 2015 : Mercedes : Hamilton GBR - 2016 : Mercedes : Rosberg N. GER - 2017 : Mercedes : Hamilton GBR .

 

Nombre de pilotes sacrés par nation  :

- dix pilotes anglais (17 titres au total)  :  Clark, Hawthorn, Stewart, Surtees, G. Hill, Hunt, Mansell, D. Hill, Hamilton et Button

- trois pilotes brésiliens (8 titres) : Fittipaldi, Piquet et Senna

- trois pilotes finlandais (4 titres) : Rosberg, Häkkinen et Räikkönen

- trois pilotes allemands (12 titres) : M. Schumacher, Vettel et N. Rosberg

- deux pilotes australiens (4 titres) : Brabham et Jones

- deux pilotes autrichiens (3 titres) : Rindt et Lauda

- deux pilotes écossais (5 titres) : Clark et Stewart

- deux pilotes américains (2 titres) : P. Hill et M. Andretti

- deux pilotes italiens (3 titres) : Farina et Ascari

- un pilote sud-africain (1 titre) : Scheckter

- un pilote argentin (5 titres ) : Fangio

- un pilote canadien (1 titre) : J. Villeneuve

- un pilote espagnol (2 titres) : Alonso

- un pilote français (4 titres ) : Prost

- un pilote néo-zélandais (1 titre) : Hulme
 

Grand Prix supprimés : Grand Prix d’Afrique du Sud 1962 à 1993 ; Grand Prix d’Argentine 1953 à 1998 ; Grand Prix d’Autriche (1964-2003) ; Grand Prix des États-Unis et Est (1959-1988) ; Grand Prix des États-Unis Ouest (1976-1991) ; Grand Prix de Hollande (1949 à 1985) ; Grand Prix du Mexique (1963 à 1992).


Nombre de titres constructeurs
- 16 titres : Ferrari entre 1950 et 2004 (1961, 1964, 1975, 1976, 1977, 1979, 1982, 1983, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2007 et 2008).
- 9 titres : Williams entre 1973 et 2003 (1980, 1981, 1986, 1987, 1992, 1993, 1994, 1996 et 1997).
- 8 titres : McLaren entre 1966 et 2003 (1974, 1984, 1985, 1988, 1989, 1990, 1991 et 1998).
- 7 titres : Lotus (1963, 1965, 1968, 1970, 1972, 1973, 1978).
- 4 titres : Red Bull-Renault (2010, 2011, 2012 et 2013).
- 4 titres : Mercedes (2014, 2015, 2016 et 2017).
- 2 titres : Brabham (1966 et 1967), Cooper (1959 et 1960)et Renault (2005 et 2006).
- 1 titre : Vanwall (1958), BRM (1962), Matra (1969), Tyrrell (1971), Benettton (1995) et Brawn GP (2009).


Nombre de titres pilotes
- 15 titres :
Ferrari en 1952 et 1953 (Ascari), 1956 (Fangio), 1958 (Hawthorn), 1961 (P. Hill), 1964 (Surtees), 1975 et 1977 (Lauda), 1979 (Scheckter), 2000, 2001, 2002, 2003 et 2004 (M. Schumacher), 2007 (Räikkönen)
- 12 titres :
McLaren en 1974 (Fittipaldi), 1976 (Hunt), 1984 : Lauda), 1985, 1986 et 1989 (Prost), 1988, 1990 et 1991 (Senna), 1998 et 1999 (Häkkinen), 2008 (Hamilton)
- 7 titres :
Williams en 1980 (Jones), 1982 (K. Rosberg), 1987 (N. Piquet), 1992 (Mansell), 1993 (Prost), 1996 (D. Hill), 1997 (J. Villeneuve).

 

Nombre de saisons
68 par Ferrari, 52 par McLaren, 43 par Lotus, 42 par Williams, 30 par Brabham.
Nombre de Grands Prix disputés
948 par Ferrari, 820 par McLaren, 701 par Williams, 606 par Lotus, 430 par Tyrrell, 394 par Brabham, 351 par Sauber, 340 par Minardi, 340 par Renault, 326 par Ligier.
Nombre de victoires
229 par Ferrari, 182 par McLaren, 114 par Williams, 81 par Lotus, 75 par Mercedes, 55 par Red Bull, 35 par Brabham et Renault.

Nombre de victoires en une saison
19 par Mercedes en 21 courses en 2016, 16 par Mercedes en 19 courses en 2014 et 2015, 15 par McLaren en 16 courses en 1988 et par Ferrari en 17 courses en 2002 et en 18 courses en 2004.
Nombre de victoires successives
11 par McLaren en 1988 (Brésil-Belgique), 10 par Ferrari en 2002 (Canada-Japon), Mercedes à cheval sur 2015 (Japon) et 2016 (Russie) et en 2016 (Monaco-Singapour).
Nombre de podiums
726 par Ferrari, 485 par McLaren, 312 par Williams, 197 par Lotus, 152 par Mercedes, 148 par Red Bull, 124 par Brabham, 102 par Benetton, 100 par Renault.
Nombre de podiums en une saison
33 par Mercedes en 2016, 32 par Mercedes en 2015, 31 par Mercedes en 2014, 29 par Ferrari en 2004, 27 par Ferrari 2002 et Red Bull en 2011, 25 par McLaren en 1988.
Nombre de podiums consécutifs
53 par Ferrari entre 1999 (Malaisie) et 2002 (Japon), 28 par Mercedes entre 2014 (Australie) et 2015 (Grande-Bretagne), 22 par Ferrari entre 2003 (Italie 2003) et 2005 (Australie), 28 par Mercedes entre 2016 (Monaco) et 2017 (Espagne), 19 par McLaren entre 2007 (Australie) et 2008 (Malaisie) et Red Bull entre 2010 (Brésil) et 2011 (Inde).
Nombre de podiums par doublé
83 par Ferrari, 47 par McLaren, 39 par Mercedes, 33 par Williams, 17 par Red Bull.
Nombre de doublés par saison

12 par Mercedes en 2015, 11 par Mercedes en 2014, 10 par McLaren en 1988.

Nombre de podiums par triplé
60 par Ferrari, 1 par Alfa et Cooper.
Nombre de pole-positions
213 par Ferrari, 155 par McLaren, 128 par Williams, 107 par Lotus, 87 par Mercedes, 58 par Red Bull, 51 par Renault.
Nombre de pole-positions en une saison
20 par Mercedes en 2016 sur 21 courses, 18 par Red Bull en 2011 sur 19 courses et par Mercedes en 2014 et 2015 sur 19 courses, 15 par McLaren en 1988 et 1989 sur 16 courses, Williams en 1992 et 1993 sur 16 courses et Red Bull en 2010 sur 19 courses.
Nombre de pole-positions consécutives
24 par Williams entre 1992 (France) et 1993 (Japon), 23 par Mercedes entre 2014 (Grande-Bretagne) et 2015 (Italie), 18 par Mercedes entre 2016 (Canada) et 2017 (Bahrein), 17 par McLaren entre 1988 (Allemagne) et 1989 (Allemagne), 16 par Red Bull entre 2010 (Abu Dhabi) et 2011 (Japon), 12 par  McLaren entre 1989 (Belgique) et 1990 (Mexique).
Nombre de pole-positions lors d’un même Grand Prix
19 par Ferrari en Italie et en Allemagne, 17 par Ferrari en France.
Nombre de pole-positions par années consécutives
15 par Ferrari (1994-2008), 11 par Lotus (1960-1970), 10 par McLaren (2003-2012).
Nombre de premières lignes
377 par Ferrari, 270 par McLaren, 210 par Williams, 158 par Lotus, 99 par Mercedes, 95 par Brabham, 87 par Red Bull, 69 par Renault.
Nombre de premières lignes consécutives
35 par Williams entre 1992 (Afrique du Sud) et 1994 (Saint-Marin), 33 par McLaren entre 1988 (Allemagne) et 1990 (Allemagne), 30 par Mercedes entre 2015 (Japon) et Bahrein (2017), 26 par Williams entre 1995 (Australie) et 1997 (Grande-Bretagne), 24 par Red Bull entre 2010 (Singapour) et 2011 (Brésil), 23 par Mercedes entre 2014 (Grande-Bretagne) et 2015 (Italie).
Nombre de points marqués
7 155,50 par Ferrari, 5 144,50 par McLaren, 3 878,50 par Red Bull, 3 675 par Mercedes, 3 552 par Williams, 2 074 par Lotus, 1 375 par Renault.
Nombre de points en une saison
765 par Mercedes en 2016, 703 par Mercedes en 2015, 701 par Mercedes en 2014, 650 par Red Bull en 2011, 596 par Red Bull en 2013, 498 par Red Bull en 2010, 497 par McLaren en 2011, 468 par Red Bull en 2016, 460 par Red Bull en 2012.
Nombre de Grand Prix dans les points
711 par Ferrari, 612 par McLaren, 468 par Williams, 317 par Lotus, 202 par Renault, 200 Red Bull, 184 par Brabham.
Nombre de Grand Prix consécutifs dans les points
81 par Ferrari entre 2010 (Allemagne) et 2014 (Singapour), 64 par McLaren entre 2010 (Bahrein) et 2013 (Monaco), 62 par Mercedes entre 2012 (Brésil) et 2016 (Russie), 55 par Ferrari entre 1999 (Malaisie) et 2003 (Malaisie), 46 par Ferrari entre 2006 (Saint-Marin) et 2008 (Italie), 38 par Lotus entre 2012 (Australie) et 2013 (Etats-Unis).
Nombre de points par années consécutives
60 par Ferrari (1958-2017), 41 par McLaren (1966-2006), 40 par Williams (1978-2017), 36 par Lotus (1958-1993), 26 par Brabham (1962-1987).
Nombre de meilleurs tours
244 par Ferrari, 155 par McLaren, 133 par Williams, 76 par Lotus, 55 par Mercedes, 54 par Red Bull, 41 par Brabham.
Nombre de meilleurs tours consécutifs
9 par Ferrari en 2004 (Bahrein - Grande-Bretagne), 8 par Ferrari entre 1970 (Allemagne) et 1971 (Espagne), 7 par Ferrari entre 1952 (Belgique) et 1953 (Argentine) et par Mercedes entre 2014 (Grande-Bretagne) et 2014 (Japon).
Nombre de meilleurs tours en une saison
14 par Ferrari en 2004 sur 18 courses, 13 par Ferrari en 2008 sur 18 courses et par Mercedes en 2015 sur 19 courses.
Nombre de meilleurs tours dans un même Grand Prix
19 par Ferrari en Italie et en Grande Bretagne, 17 par Ferrari en Belgique et en Allemagne.
Nombre de meilleurs tours par années consécutives
17 par Ferrari (1995-2011), 13 par McLaren (1981-1993) et Williams (1985-1997), 12 par McLaren (1997-2008).
Nombre de kilomètres parcourus en tête 
74 045 par Ferrari, 50 384 par McLaren, 35 241 par Williams, 26 846 par Lotus, 23 698 par Mercedes, 17 122 par Red Bull.

Nombre de tours parcourus en tête
14 281 par Ferrari, 10 583 par McLaren, 7 584 par Williams, 5 624 par Lotus, 4 471 par Mercedes, 3 347 par Red Bull.
Nombre de Grand Prix en tête
438 par Ferrari, 322 par McLaren, 225 par Williams, 160 par Lotus, 96 par Mercedes, 95 par Red Bull, 91 par Brabham, 88 par Renault.
Nombre de Grand Prix en tête consécutifs
31 par Williams entre 1995 (France) et 1997 (San Marin), 28 par McLaren entre 1988 (Brésil) et 1989 (Italie) et par Mercedes entre 2014 (Australie) et 2015 (Grande-Bretagne), 26 par Williams entre 1986 (Belgique) et 1987 (Mexique) et entre 1992 (France) et 1994 Brésil), 24 par Red Bull entre 2010 (Japon) et 2012 (Australie).
Nombre de Hat-tricks (victoire, pole-position et meilleur tour dans un même Grand Prix)
86 par Ferrari, 52 par Williams, 51 par McLaren, 39 par Mercedes, 26 par Lotus, 22 par Red Bull.
Nombre de Grand Chelem (victoire, pole-position, meilleur tour, en tête de bout en bout dans un même Grand Prix)
40 par Ferrari, 33 par McLaren, 32 par Williams, 26 par Mercedes, 16 par Lotus.
Première saison, première victoire
Alfa Romeo en 1950, Mercedes en 1954, March en 1970 et Wolf en 1977.
Premier Grand Prix, première pole-position
Alfa Romeo (GP de Grande Bretagne en 1950), Lancia (GP d’Espagne en 1954), Mercedes (GP de France en 1954), Lola (GP de Hollande en 1962), March (GP d’Afrique du Sud en 1970) et Tyrrell (GP du Canada en 1970).
 

 

Les victoires par écurie

 

Ferrari (16 titres) 229
McLaren (8 titres) 182
Williams (9 titres) 114
Lotus (7 titres) 81
Mercedes (4 titres) 75
Red Bull (4 titres) 55
Renault (1 titre) 35
Brabham (2 titres) 35
Benetton (1 titre) 27
Tyrrell (1 titre) 23
BRM (1 titre) 17
Cooper (2 titres) 16
Alfa Romeo 10
Maserati 9
Vanwall (1 titre) 9
Matra (1 titre) 9
Ligier 9
Brawn GP (1 titre) 8
Kurtis Kraft 5
Jordan 4
Watson 3
March 3
Wolf 3
Honda 3
Epperly 2
Kuzma  1
Porsche 1
Eagle 1
Hesketh 1
Penske 1
Shadow 1
Stewart 1
BMW 1
Toro Rosso 1

 

Statistiques courses
Le tour le plus rapide de l’histoire
259,005 km/h par Keke Rosberg (Williams-Honda) aux essais du GP d'Angleterre en 1985.

Le tour en course le plus rapide de l'histoire

249,835 km/h par Damon Hill (Williams) au GP d'Italie en 1993.

La pole-position la plus rapide de l’histoire

260,395 km/h par Rubens Barrichello sur Ferrari lors du GP d'Italie en 2004.

Le plus faible écart à l’arrivée d’un Grand Prix

0” 010 entre Peter Gethin (BRM) et Ronnie Peterson (March Ford) au GP d’Italie en 1971.

Le Grand Prix le plus court de l’histoire

24’34”899 au GP d’Australie en 1991, arrêté à cause de la pluie après 14 tours, soit 52,920 km de course.

Le plus petit nombre de partants

10 au GP d’Argentine en 1950.

Le plus grand nombre de partants

34 au GP d’Allemagne en 1953.

Le plus grand nombre de pilotes à l’arrivée

24 au GP d'Europe en 2011.

Le plus petit nombre de pilotes à l’arrivée

3 au GP de Monaco en 1996.

Le plus petit nombre d’abandons

0 au GP de Hollande en 1961 (15 partants).

Le plus grand écart à l’arrivée

2 tours entre Jackie Stewart et Bruce McLaren au GP d’Espagne en 1969 et entre Damon Hill et Olivier Panis au GP d’Australie en 1995.

Le Grand Prix le plus rapide

247,586 km/h de moyenne par Michael Schumacher sur Ferrari au GP d’Italie sur le circuit de Monza en 2003.

 

 

Les Grands Prix courus entre 1950 et 2017

 

Grand Prix 

Nombre 

Premier 

Dernier 

Abu Dhabi

8

2009

2016

Afrique du Sud 23 1962 1993
Allemagne

62

1951

2016

Argentine

20

1953

1998

Australie

33

1985

2017

Autriche

31

1964

2017

Azerbaïdjan                              1        2017       2017
Bahreïn

13

2004

2017

Belgique

62

1950

2017

Brésil

45

1973

2017

Canada

48

1967

2017

Chine

14

2004

2017

Corée du Sud 4 2010 2013
Espagne

47

1951

2017

Etats-Unis

39

1959

2017

Etats-Unis Est

8

1976

1984

Etats-Unis Ouest

8

1976

1983

Europe

23

1983

2016

France

58

1950

2008

Grande-Bretagne

68

1950

2017

Hongrie

32

1986

2017

Inde

3

2011

2013

Indianapolis 11 1950       1960
Italie

68

1950

2017

Japon

33

1976

2017

Las Vegas

2

1981

1982

Luxembourg

2

1997

1998

Malaisie

19

1999

2017

Maroc

1

1958

----

Mexique

18

1963

2017

Monaco

64

1950

2017

Pacifique

2

1994

1995

Pays-Bas

30

1952

1985

Pescara

1

1957

----

Portugal

16

1958

1996

Russie 4 2014 2017
Saint-Marin

26

1981

2006

Singapour

10

2008

2017

Suède

6

1973

1978

Suisse

6

1950

1982

Turquie

7

2005

2011

 

 

 

Copyright Sportquick/Promedi

.,.

Tags : F1, statistiques
Résultats et Champions


ABU DHABI             Année Vainqueur Pole position Meilleur tour 2016  L. Hamilton L. Hamilton S. Vettel 2015  N. Rosberg N. Rosberg L. Hamilton 2014  L. Hamilton N. Rosberg D. Ricciardo 2013  S. Vettel M. Webber F. Alonso 2012  K. Räikönen L. Hamilton S. Vettel ...
Le pilote de rallye qui monte (3eme du championnat du monde en 2017). Il compte 79 rallyes en WRC depuis celui du Portugal en 2009 (2 victoires, en Sardaigne et en Allemagne en 2017 ; 11 podiums au total, 422 points, 79 victoires en spéciales). Il fait équipe avec son compatriote Martin Järveoja. Champion d'Europe des rallyes en 2008 et 2009 (11 podiums pour 4 victoires). Il a été élu 'Pilote de l'année' en 2017 tandis que Martin Järveoja fut élu 'Copilote de l'année'...
Dates Circuit 7-9 avril Marrakech (MAR) : Esteban Guerrieri (ARG) Chevrolet Cruze et Tiago Monteiro (POR) Honda Civic 28-30 avril Monza (ITA) : Tom Chilton (GBR) Citroën C-Elysée et Thed Björk (SWE) Volvo S60 12-14 mai Hungaroring (HUN) : Tiago Monteiro (POR) Honda Civic et Mehdi Bennani (MAR) Citroën C-Elysée 25-27 mai Nürburgring (GER) : Thed Björk (SWE) Volvo S60 et Nicky Catsburg (NED) Volvo S60 23-25 juin Vila Real (POR) : Mehdi Bennani (MAR)  Citroën C-...
Le World Touring Car Championship (WTCC) est organisé par la Fédération Internationale des Sports Automobiles. Il se déroule entre des voitures de grande production, dites de 'tourisme'. Ce championnat a été créé en 2005 sur la base du championnat européen (ETCC ou European Touring Car Championship), lui-même lancé en 2000 issu du European Touring Car Challenge créé en 1963. Souvent, la dernière manche se déroule au mois de novembre dans le cadre du Macao Grand Prix en Chine. Le c...
BON A SAVOIR   Dix-sept pilotes de huit nations différentes (6 Finlandais, 3 Français, 2 Britanniques, 2 Suédois, 1 Allemand, 1 Espagnol, 1 Italien et 1 Norvégien) se partagent les titres de champion du monde dont trois Français : Didier Auriol en 1994, Sébastien Loeb en 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 et Sébastien Ogier en 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.  Nombre de titre par pilote : - neuf titres : Sébastien Loeb (2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 ...
      Championnats du Monde des rallyes         MONTE CARLO SUEDE MEXIQUE NEW-ZELANDE CHYPRE ACROPOLE TURQUIE ARGENTINE FINLANDE DEUTSCHLAND JAPON G-B SARDAIGNE CORSE CATALOGNE AUSTRALIE KENYA PORTUGAL SANREMO       La course   Le rallye est une course sur route où les équipages parcourent trois étapes en trois jours du vendredi au dimanche. Ils empruntent le même itinéraire sur routes ouvertes, à des horai...
Record de victoires : - avant 1983 : quatre succès en catégorie monoplace par l'Australien John MacDonald (1965, 1972, 1973 et 1975) - après 1983 : deux succès par le pilote italien Edoardo Mortara (2009 et 2010) et par le pilote suédois Felix Rosenqvist (2014 et 2015). Les quatre vainqueurs français :  Soheil Ayari en 1997, Tristan Gommendy en 2002, Nicolas Lapierre en 2003 et Alexandre Prémat en 2004. Le circuit :       Copyright Sportquick/Promedi ...
Le Grand Prix automobile de Macao a été créé en 1954. La ville de Macao était alors une colonie portugaise et ce Grand Prix fut un symbole de du développement de la course automobile en Asie. Le premier Grand Prix (1954) ressemblait à une sorte de "chasse au trésor" dans les rues de Macao. En 1955, les organisateurs décidèrent de considérer l’évènement comme une course pour pilotes professionnels. Cette épreuve se disputait dans le cadre des voitures de sport de type GT. Les d...
Il représente la nouvelle génération des "Flying Fins" (les Finlandais Volants) aussi à l'aise sur terre, sur glace ou sur asphalte. Il est actuellement l'un des principaux adversairse de Sébastien Ogier. 17 victoires en championnat du monde (Suède en 2008, 2012, 2014 et 2017, Sardaigne en 2009, Nouvelle Zélande en 2010 et Finlande en 2010, 2014 et 2015, Grande-Bretagne en 2011 et 2012, Grèce en 2013, Argentine et France en 2014, Portugal en 2015, Tour de Corse en 2015 et M...
Le pilote qui monte en puissance en rallye, il est l'un des adversaires de Sébastien Ogier. Très sportif, il a débuté par le ski (membre de l'équipe norvégienne juniors en slalom) puis le motocross avant de débuter une carrière prometteuse en rallye. Lors du rallye de Suède en 2008, il est devenu le plus jeune pilote à avoir marqué des points en championnat du monde (18 ans et 233 jours). Champion Intercontinental Rally Challenge en 2011 avec 2 victoires  (Chypre à 22 ans, plus jeune...

 

Photothèque SportQuick : 350.000 photos de sport à voir ici
 - johnny cecotto - mario andrade - colin mc rae -  - francois duval